L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Le mouvement anarcho-punk
I) NAISSANCE D'UN MOUVEMENTET D'UN NOUVEL ÉTAT D'ESPRIT

A)Le merdier punk

Le mouvement anarcho-punk est, comme son nom l'indique, issu des cendres du punk. Mais il est différent du punk. D'abord, le punk était totalement nihiliste : pour lui, rien n'avait vraiment d'importance (le fameux "No future"). Ca n'était souvent qu'un beauf de plus qui avait mal tourné : il était sexiste, buvait de la bière ("Free beer for the punx"), se droguait, etc. Bref, les punks sont des crétins qui ne s'intéressent pas à la lutte. En plus, ils se sont fait récupérer par la mode, l'argent (SEX PISTOLS), leur musique est devenue aseptisée (THE CLASH).

Pourtant, depuis un ou deux ans, il s'est crée un revival, et de nombreux groupes se réclament du mouvement punk : NOFX, GREENDAY, OFFSPRING... Mais ce ne sont qu'une pale copie d'un mouvement purement "destroy". Bref, c'est de la merde, sans aucune authenticité. C'est vraiment la reprise d'un mouvement à la sauce commerciale puissance 10. Seuls, certains groupes réellement originaux arrivent à tirer leur épingle du jeu comme QUEERS sur LOOKOUT RDS.

b)Arrivé d'un groupe

Un groupe anglais de la fin des annees 70, CRASS, s'est mis à cracher sur le mouvement punk. Déjà, le nom, CRASS (= "crasse") est pour se foutre de la gueule de CLASH (= "éclat"). Dans une chanson, ils disent "they said we were trash, well the name is Crass not Clash". Avec des chansons comme "Punk is dead", ils se forgent une solide réputation de punks atypiques. Mais ils sont beaucoup plus que ça...

c)Refuser d'être commercial

Les punks, à l'image des trop connus SEX PISTOLS, cherchaient à vendre avant tout. Ils désiraient ardemment faire du profit en utilisant les canaux commerciaux pour distribuer leurs disques. ces groupes connus sont comme toujours les arbres qui cachent la forêt, et même parmi les membres des groupes engagés certains ne voyaient qu'un moyen de réussir

CRASS a monté son propre label indépendant CRASS RECORD et a commencé à sortir, outre ses propres albums, les albums de leurs potes. Ca s'appelle le DIY (Do It Yourself). Les anarcho-punks refusent de signer chez les grands labels. Des flyers "Only stupid bastards help EMI" sont glissés dans les pochettes de disques dans les magasins (EMI ayant fait partie d'un groupe comprenant une division militaire). Les anarchopunks refusent tout compromis.

Ils les ont également encouragés à monter leur propre label dans l'esprit DIY : SPIDERLEG et ONE LITTLE INDIAN (qui a sorti des disques de BJORK et de SKUNK ANANSIE) pour les FLUX, MOTORHATE pour CONFLICT. Certains de ces anciens groupes sont morts, d'autres sont toujours là. Il existe également de nouveaux groupes dans le même esprit (COEXIST, ANOMIE, HEYOKA). Ces groupes n'utilisent pas les canaux de distribution traditionnels pour refourguer leurs disques : ils passent par les boutiques "undergrounds", les listes de distribution (c'est une liste de disques que des mecs vendent à l'état neuf, mais en ne faisant pas ou peu de profit), et les concerts ou les festivals sont aussi des lieux de ventes.

A l'époque, les 45T des EPILEPTICS ont été vendus 75 pences (contre 1 livre sterling en moyenne pour un 45T) avec des pochettes rudimentaires. S'étant fait arnaquer par un label, ils ont re-enregistré leurs disques sur leur propre label. Ce système anti-commercial s'applique aussi aux badges, t-shirts, k7-video ... Toujours fait avec les moyens du bord sans passer par les circuits traditionnels. De nombreux groupes refusent de faire des CDs car trop chers (en plus il faut payer 5FF par CD à EMI qui a acheté le brevet du CD à PHILIPPS). Ils préfèrent rester au vinyl, moins cher à produire en petite série, donc moins cher à l'achat.

Il est intéressant de constater que les groupes se "cassent" les uns, les autres. TROMATISM, dans "Les majors-companies", se fout ouvertement de la gueule de la MANO NEGRA. Parfois, des groupes utilisent l'aspect "underground" pour mieux vendre (SATELLITES,MOLODOI).

D)Refuser la mode

CRASS refusait la mode et le prouvait bien : ils ont décidé de ne s'habiller qu'en noir. En fait, dans le mouvement anarcho-punk, il n'y a pas que des gens avec des crêtes, il y a de tout. Aucun groupe n'adopte le meme style de fringue et tout le monde s'en fout de toute façon. (ce qui n'est pas une raison en soi pour porter des Lacostes tout de même)

Dans la musique aussi, la mode n'est pas trop présente. Les groupes font vraiment la musique qu'ils désirent et elle peut être très diversifiée, même si ils se reconnaissent dans le meme mouvement. (OI POLLOI a fait un morceau avec de la cornemuse, FLUX OF PINK INDIANS a évolué vers une musique plus expérimentale). Le point commun à toutes ces musiques : elles ne sont pas faites par des musiciens confirmés. C'est l'expression de la rue, c'est une forme d'art vraiment accessible à tous (la majorité des groupes punks ne font pas de solo de guitare). Parfois, les punks prétendent ne pas savoir jouer : en fait ils jouent différement de la guitare : moins d'accords plus de pêche mais ça peut très technique au niveau du rythme.

De plus, les groupes anarcho-punks refusent de devenir des idoles. Ils ont leurs inconditionnels, mais on ne peut pas parler de fans. Sur leur pochette, on ne trouvera jamais de photo des membres du groupe. On ne sait jamais leur vrai nom, car ils empruntent des surnoms évocateurs ("Eve Libertine", "Phil Free" pour CRASS).

Les T-shirts, les badges n'ont aucune fonction esthétique, c'est juste pour afficher clairement ses opinions a grands coups de slogans ("There is not enough, stand up and fucking fight", "Think globally, act locally").

E)Provoquer

Les anarcho-punks n'aiment pas trop l'"etablishement", donc ils s'empêchent d'être diffusés à la radio-TV avec des chansons vraiment provoc' (FLUX OF PINK INDIANS : "Tube disaster").

Sid Vicious (SEX PISTOLS) arborait la croix gammée, non pas parce qu'il était nazi, mais par pure provocation. En fait, c'est là un point commun entre les punks "destroys" et les anarcho-punks. Maintenant, une bonne provocation serait d'aller a un concert punk avec un T-shirt d'HELENE ET LES GARCONS !

TRANSITION : les idées sont principalement véhiculées par les groupes anarcho-punks avec les paroles, mais aussi avec les livrets (dans ceux de OI POLLOI ou ceux de FLUX OF PINK INDIANS : il y a plein d'adresses d'associations, des textes d'opinions, etc.). Il y a même une chanson de OI POLLOI qui explique une recette de cuisine végétarienne. Il y a aussi leur attitude en concert : ils refusent de jouer s'il y a des chiens dans la salle (trop fort pour leurs tympans). Attitude, qui d'ailleurs, s'étend en dehors des salles de concert, puisque, le mouvement anarcho-punk est d'abord une véritablephilosophie de vie.

II) LE MARIAGE DU PUNK ET DE LA POLITIQUE

A)L'ANARCHIE

Généralement, les anarcho-punks sont anarchistes, mais ça n'a rien à voir avec l'idée : "on va tout casser !!!". Au contraire, les punks sont constructifs, et pour eux, l'anarchie est une manière de se débarrasser de l'état, qui dicte ses conditions. C'est juste pour combattre le système et c'est un système dans lequel l'individu peut réellement s'émanciper en vivant dans l'autonomie.

Etymologie du mot "anarchie" (vient du grec)a : privatif archie : (on le retrouve dans hierarchie, monarchie) commandement.

Donc, c'est le non-commandement : on ne donne pas d'ordre, on ne reçoit pas d'ordre. C'est un systeme basé sur la tolerance et une certaine forme de sagesse.

Des preuves de leur volonte d'être constructifs ? S'investir dans des groupes autonomes ou des assos sur un thème au niveau local (CALM a THIONVILLE), faire des rassemblements (festival d'EDIMBOURG ou de DIJON), monter des distros, animer des squatts (l'OUVRE SQUATT), des lieux de rencontre (21 ter, Rue de Voltaire a Paris), faire des tracts ou des livres (PUNK WITH PRESSES), et même ouvrir des restaurants végétariens (ASSOCIATION ORTIE).

L'antispécime / Le végétarisme / La défense des animaux

Le spécisme est à l'espèce ce que le racisme est à la race. En gros, les antispécistes sont contre différencier les animaux des hommes. Pas de hiérarchie ! Deux pages pour mieux comprendre tout ça...

http://math.unice.fr/~michel/animaux/antispe1.html http://www.gaia.be/indexfr.html

Tout cela part d'un constat : l'homme exploite l'animal (ce qui fait de nous des monstres) et il est possible de vivre normalement sans viande ou poisson... Les anarcho-punks défendent à fond le végétarisme (CONFLICT : "Meat means murder").

Les anarcho-punks sont les fondateurs du plus grand groupe de libération animale : l'ALF (Animal Liberation Front). De nombreux groupes sortent des disques dont les bénéfices sont directement reversés à l'ALF. Ce groupe est chargé de récupérer des animaux qui vont être livrés à la vivisection (l'OREAL par exemple a beaucoup souffert de leurs attaques). L'ALF organise aussi des raids contre les chasseurs. Il ne faut pas avoir peur de dire que les gars de l'ALF n'hésitent pas à être très violents dans leur manière de protester. Il ne faut pas oublier leur fondement punk...

L'environnement / L'antimilitarisme

"No compromise in defence of our earth" (OI POLLOI) ...

Les anarcho-punks prennent soin de l'environnement. CONFLICT est l'instigateur de STOP THE CITY, qui est une manifestation londonnienne qui se passe le plus souvent possible. Elle a pour but d'arrêter le trafic des voitures sur les routes. Les enfants peuvent alors faire des dessins dessus, les gens dansent, etc.

Beaucoup de punks sont contre le nucléaire : danger intrinsèque pour l'environnement, concentration du pouvoir (DIRT "Nagasaki"). L'aspect le plus inquiétant est bien sur la guerre nucléaire (CONFLICT : "You cannot win a nuclear war"). Et la guerre tout court : CRASS a eu des problèmes avec une chanson sur les FALKLANDS pendant la guerre avec l'ARGENTINE. Même des groupes moins impliqués ont tout de meme pris parti (THE EXPLOITED : "Let's start a war said Maggie one day"). La guerre permet au pouvoir de se renforcer, de s'auto-justifier et d'ôter toute forme de jugement objectif et de contestation.

d) Le fascisme / Le racisme

Même si quelques punks ont porté des insignes nazis, c'était avant tout de la provocation gratuite, par réaction au conformisme (surtout dans les pays de l'est). Un grand nombre arbore des patchs "GEGEN NAZIS". OI POLLOI pronne la maniêre violente : "Bash the fash", mais d'autres sont plus tolérants et combattent à la manière de Gandhi (CRASS : "Fight war, not wars", DIRT : "Object refuse, reject abuse").

Beaucoup de punks se reconnaissent dans les assos REFLEX, SCALP ou RAS L'FRONT qui combattent le FN. Tous les punks (même les groupes consi- dérés comme beaufs par les anarchos) ont fait une chanson anti-FN (LES RATS : "L'oeil qui te manque", LES CADAVRES "No pasaran") qui est une de leurs chansons les plus fortes (BxN "Porcherie"). La lutte espagnole contre le franquisme est un thème fréquent (ND), cette époque étant avec la commune de Paris un des seuls épisodes où l'aspect libertaire de la lutte a été flagrant.

La lutte contre le racisme et la protection des minorités est un souci constant. Les punks se sont prix de passion pour un mouvement des indiens du Chiapas contre le gouvernement mexicain : l'EZNL. Pour plus d'infos : http://comm.qc.ca/Centre/Reseau/mex2.html Le thème de la révolution mexicaine passée (KOCHISE sur le leader ZAPPATA) ou présente (HEYOKA) est abordé. Les minorités comme les Basques ont aussi leurs porte-paroles (KORTATU). Certains labels (TIEN AN MEN) se sont spécialisés dans les éditions de groupes de pays pauvres ou en guerre, qui n'ont pas les moyens de sortir des disques.

e) D'autres combats

L'aspect WORKING CLASS : certains punks, les Street punks sont fils et fiers de la classe ouvrière. Ils se reconnaissent dans la nécessité du travail qui leur apporte une certaine liberté, dans les luttes contre le patronat pour défendre les plus démunis (les BRIGADES maintenant INFORMERS ou les PARTISANS).

Ils proposent d'autres alternatives pour l'éducation nationale, qu'ils considerent nulle car elle ne favorise pas l'apprentissage des arts. Dans les squatts, ils organisent souvent des ateliers artistiques. Il est normal d'exiger une école plus créative et utile, axée sur le développement personnel et la solidarité.

Ils luttent contre le gaspillage et la surconsommation : à partir du moment ou nous sommes dans une spirale ascendante de consommation, il est obligé que l'on prive quelqu'un (PARIAPUNK).

La drogue : contre toutes les formes de drogues dures. Le reste, ils s'en foutent.

Contre le sexisme : il y a souvent une égalité homme/femme qui est présente (des voix féminines comme pour DIRT ou CRASS sur l'album "Penis envy"). Le thème du respect de la femme est souvent abordé (HEYOKA, MANKIND).

Contre l'homophobie : toujours dans le respect de l'individu, la protection des minorités (OI POLLOI : "When two men kiss").

Un résumé sur les anarchos et la politique ? Laissons la parole à PARIAPUNK : "Nous sommes contre toutes les formes de pouvoir, qu'il soit sexuel, social, culturel, ethnique, naturel ou politique. Selon nos moyens et nos possibilites, nous essayons de lutter en ne perpétuant pas le pouvoir. Celui-ci ne se manifeste pas seulement au travers des forces d'oppression (armées, gouvernement ...) : il est autour de nous mais aussi en nous. Nous ne comprenons pas les gens qui réduisent les problèmes de pouvoir et de soumission en montrant du doigt une élite stéréotypée (comme par exemple les bourgeois ou les capitalistes) niant ainsi l'intégralité et la complexité de l'innacceptable. Pour changer la société, nous pensons qu'il faut d'abord que les individu(e)s se changent eux-mêmes."

CONCLUSION:

Des paroles que j'adore et qui font le tour de la question : Punk's the people's music and I don't care where they're from Black or white, punk or skin, there ain't no right or wrong We're all just human beings, some of us rotten, some of us good You can stuff your false divisions cos together I know we could Beat the system, beat its ruleAin't got no class, I ain't a fool Beat the system, beat its lawAin't got no religion cos I know there's more Beat the system, beat its gameAin't got no colour, we're all the same People, people, not colour, class or creed Don't destroy the people, destroy their power and their greed. par CRASS (la boucle est bouclée).

Ecrit par libertad, à 19:11 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  Anonyme
--
à :

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
--
à :

Répondre à ce commentaire

  Chir
11-04-04
à 14:11

mon avis

hummm,de très lourde erreur.
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
11-04-04
à 22:43

Re: mon avis

Et très nombreuses...
Répondre à ce commentaire

  detred
11-04-04
à 23:31

Re: Re: mon avis

si vous pouviez les relever....
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
12-04-04
à 13:06

Re: Re: Re: mon avis



Ouais, ben y'a du boulot.
Enfin, je veux bien commencer.
D'abord, ce texte (de Bruce) est dispo dans sa version intégrale sur: 

_L'@-punk ne s'est pas construit sur "les cendres du punk" commercial, mais en marge, parallèlement à celui-ci. Dès le début, il y avait des groupes de ce type (Métal Urbain en France dès 1976!)
_Les anarchos-punks se droguent souvent aussi, y compris avec des drogues dures. Et oui, l'alcool en est une, puisqu'elle induit une rapide et forte dépendance physique! D'ailleurs, Crass avouait être bourrés comme des polacs pour lutter contre le trac sur scène!
_Des groupes comme Offspring ou Greenday ont émergé bien avant ce que dit le texte. En réalité, vers 1993, dans le sillage de Nirvana et de la Sub-Pop (ce qu'on a appelé "grunge", en référence à un qualificatif attribué originellement à Soundgarden, une fois la mode lancée). Il y a dix ans, ces groupes, autoproclamés "néo-punks", passaient déjà sur Fun-radio, où oeuvrait à l'époque ce démagogue post-adolescent dégénérescent de Difool (qui défendait le "nouveau-rock" avec autant de ferveur boutonneuse qu'il défend le rap commercial aujourd'hui sur Skyrock). Leurs clips passaient sur M6.
_Heyoka, c'est fini depuis belle lurette, non?
_Contrairement à ce que le texte laisse croire, Crass n'est pas l'instigateur de l'@-punk. L'un de ceux-là, et le plus connu, c'est sûr.
_Mon petit doigt m'a dit que le 21ter rue Voltaire était un lieu libertaire, voire contestataire, dépassant largement le cadre du punk. Y'en a là-bas qui vont être contents d'apprendre qu'ils sont punks...
_"Les @-punks défendent à fond le végétarisme"? Ca dépend beaucoup des groupes! Demandons aujourd'hui à Foetus Party, par exemple, ce qu'ils pensent de l'antispécisme, ils se feront un plaisir de nous répondre autour d'un bon steack!
_Molodoï "utilise" l'aspect underground? Sans vouloir les défendre (j'aimais pas Molodoï), je crois que c'est très réducteur. Leur chanteur (François Béru) a quand même été l'un des pionniers de l'underground punk hexagonal.
_"Aucun groupe n'adopte le même style de fringues": malheureusement si. Et les hordes de treillis/rangers ou jeans moule-bite-et-minous, c'est quoi, une illusion d'optique?
_"Ras l'front" ne me semble guère assimilable à l'@-punk. Cette asso a été créée dans les bureaux de la LCR! Pas très anar, tout ça. Ce n'est qu'un SCALP pour trotskystes...
_"Le travail apporte une certaine liberté": ah bon?.

Bon, à votre tour maintenant de relever le reste...
Répondre à ce commentaire

  un etudiant de tolbiac en galere
10-05-04
à 17:05

Re: Re: Re: Re: mon avis

specialistes du punk,auriez vous des adresses ou je peux trouver un exposé ou du moins des info concernant le mouvement punk français,ses origines,son developement...
Répondre à ce commentaire

  toujours le meme étudiant en galère
10-05-04
à 17:06

Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

SVP
Répondre à ce commentaire

  Nk
10-05-04
à 18:38

Re: Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

Yvan pour les sappes et le vegetarianisme c'est dans la theorie et c'etait une vraie base du mouvement..
Et meme de nos jours la plupart des anarchopunks sont ni fashion ni ne mangent de viande (a la difference des punks commerciaux ou autres fashions guy)
Apres c'est vrai qu'il y a de tout quand meme mais bon ce texte a l'avantage d'essayer de retracer les gds points -pour son auteur- de l'anarchopunk, et l'ecologisme radical, le DIY et l'antifashion en sont des composantes importantes, et tjs actuelles ds la scene anarchopunksquatter and co..
Certe les gens de l'anarchopunk federation partent plus ds des delires fanzinesques que dans l'action concrete a certains moments mais qd meme (cf miss helium =)
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
10-05-04
à 18:49

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

Etudiant (poil aux dents) en galere, va a quelques concerts, rencontre des gens, vie un peu avec eux et tu en sauras plus qu'en lisant quelque expose ou quoi, sur le mouvement actuellement, comme sur l'histoire en discutant, y'a des mecs bien callés :)
Répondre à ce commentaire

  kmilstg
10-05-04
à 20:29

Pourquoi tant d'acharnement!!

Les erreurs qu'on peut noter ici,c'est que The Exploited ne fait pas partie des groupes d'anarcho-punks.Même si dans leurs chansons,les britanniques proclament l'avenir comme étant le chaos et l'anarchie,il faudrait plus les inscrire dans une optique nihiliste.A noter qu'ils furent les premiers à scander le slogan "Punks Not Deads",et qu'ils ne sont par conséquent sans doute pas de mêche avec des groupes comme Crass.C'était à titre d'information,car je perds pas une occasion de parler de ce groupe ultra-destroy que j'affectionne particulièrement.
A titre personne,je pense que si des groupes comme les Sex Pistols ou The Clash n'avaient pas existé,le punk(si on peut appeler ça comme ça),serait resté clandestin et beaucoup de gens n'aurait jamais découvert ces groupes qui en influencèrent plein de styles musicaux.On peut affirmer que des groupes comme The offspring,ou Greenday ne servent à rien et caricaturent les punks et l'anarchie avec leur T-shirts remplis de A.Mais des groupes peu connus ont été influencés par les premiers groupes connus,ce qui explique que le choix de la maison de disques multinationale n'est pas forcément à déplorer.
En conclusion,arrêtez de vous acharnez sur des groupes et un style musical,qui fait que encore aujourd'hui,la musique n'est pas seulement que la variété,le rock niais ou les académiiens de mon cul.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
10-05-04
à 23:34

Re: Pourquoi tant d'acharnement!!

tout lmonde sait ke the xploited cest pas a-punk... voyons se simple.. ou est-ce que ta vu ki disent ke exploited est a-punk.. jlai pas relue parce que jlai lit ya au moins 2 ans ce texte.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
10-05-04
à 23:36

Re: Re: Pourquoi tant d'acharnement!!

et crass avouait etre bourrés aux concerts.. tu peut mdonner des preuves ;O jai dla misere a te croire
Répondre à ce commentaire

  ep
11-05-04
à 01:17

Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

tu peux trouver une émission de RL au sujet du livre "la philosophie du punk" ici :
http://www.radios-libertaire.dune2.info/emissions/philanthropie-ouvrier-charpentier/

sinon, se procurer le livre lui même qui semble bien fourni...
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
11-05-04
à 15:24

Re: Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

Pour Crass bourrés, je l'ai lu dans une vieille interview, mais laquelle?
Paco (de Conflict/Riot Clones) m'avait rapporté la même chose il y a quelques années.
Répondre à ce commentaire

  caserio
11-05-04
à 18:43

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

c quoi cette histoire de foetus party reniant l'antispécisme ? quels sont leurs arguments (qu'on rigole...) ?
Y m'avaient l'air pourtant sérieux et cohérent.
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
11-05-04
à 19:16

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

Renseigne-toi à leur sujet, je ne vais pas filer les e-mails perso non plus.
Tu les trouve sérieux? Moi, lourdingues! Et je ne dis pas ça pour leur chier dessus, au contraire, je connais bien les 2/3 des leurs membres, surtout Samos qui est un pote de longue date. Je ne vois pas en quoi ne pas être antispé serait manquer de sérieux... Au contraire.
Répondre à ce commentaire

  caserio
11-05-04
à 19:33

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mon avis

se réclamer d'une philosophie égalitaire et refuser l'égalité des droits aux non-humains, ça n'est pas sérieux. condamner des massacres d'individus humains sensibles et participer au massacre d'individus sensibles sous prétexte qu'il ne font pas partie de l'humanité, ça n'est pas sérieux.
mais je pense que ton/leur argumentation est basé sur d'autres points. pourrais-tu m'expliquer ne serait-ce que ton avis si tu ne veux pas parler à leur place ? peut etre critique(nt) tu/ils seulement le mvt antispé et non sa philosophie ? j'aimerais comprendre.
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
11-05-04
à 23:12

Antispé

Je critique en effet plus le mouvement antispé, ou du moins une majeure partie.
Mais même la philosophie antispéciste est caduque, à mon sens. De mon côté, c'est le fait d'attribuer des conceptions (et donc des concepts) a fortiori tout-à-fait humaines à des "non-humains", qui n'est pas sérieux. C'est, me semble-t-il, pourtant la base de l'antispécisme. Il y a de bonnes intentions, mais ça ne fait pas tout.
Après il y a une marge entre réfuter (et non pas "renier", car pour cela il faudrait déjà y avoir adhérer dans le passé) l'antispécisme et défendre le "massacre animal". Fort heureusement, il existe aussi des végétariens ou vegan "non-antispécistes". Je dis bien "non-antispéciste", parce qu'il faudrait déjà s'entendre sur ce qu'on définit comme spécisme. Chez certains, le spécisme est intolérable quand il s'agit d'alimentation, mais bel et bien pratiqué quand il s'agit d'avoir des animaux domestiques ou "de compagnie". Le jour où je verrais un antispéciste accepter spontanément de vivre avec une meute de chiens sauvages, ou une tribu de pingouins "sauvages"(c'est-à-dire ceux qui n'ont pas subis la domination de l'homme) pour vivre "en leur compagnie", j'y réfléchirais plus en profondeur.
Au final, je n'emmerde pas pour autant les gens qui vivent avec des animaux quelconques, et je ne prêche pas non plus contre ceux qui en mange. Et je laisse vivre les antispécistes.
Je serais plutôt porté à m'interroger sur le pourquoi du comment de telle ou telle alimentation, et de défendre mes choix et pratiques qui en découlent.
Reste que l'antispécisme est parti sur la base d'"humaniser" les non-humains en parlant de "droits", d'"égalité", par exemple, alors que ces concepts ne sont pas signifiés consciemment, à ce que je sache, par quelque non-humain que ce soit.
Et puis, dans un sens comme dans l'autre, entre l'homme et l'animal, malgré l'affection que je porte à certains animaux (et qui me la rendent), leur pratique de "l'égalité" et leurs "systèmes de valeurs" restent en fort décalages avec les nôtres, non?
Alors, foutons la paix aux animaux tant que possible, laissons les faire "leur" vie, et qu'ils nous laissent faire la nôtre en retour, tout ira pour le mieux.
Enfin, question très importante: quels animaux sont capables d'antispécisme?
Répondre à ce commentaire

  Cercamon
11-05-04
à 23:35

Re: Antispé

En ce qui concerne l'antispécisme je ne pense pas qu'il soit question de "droits" ou d'autre concepts "proprements" humains. L'antispécisme s'inscrit dans une logique non-humaniste et contre l'idée de "nature". La seule question est de savoir si des êtres sensibles souffrent ou non. Même pas question de savoir s'ils sont conscient ou non, mais simplement s'ils peuvent ressentir de la souffrance (c'est pour ça qu'on parle d'êtres sensibles). Pas besoin d'un débat philosophique poussé, ça on peut s'en rendre compte simplement par l'observation. Après vient la question de savoir si individuellement ou non on est prêt à tolérer que pour notre bien être d'autres être sensibles souffrent. Mais ce n'est pas une question de "transposer" des concepts soi-disant "spécifique", la souffrance étant à mon avis assez universelle.

En outre, je ne vois pas en quoi le fait qu'un animal soit prêt ou non à faire la même chose changerait l'attitude qu'on pourrait avoir vis à vis d'eux. De manière générale je ne tiens pas des comptes qui me permette de mesurer avec qui je dois être généreux sous prétexte qu'ils sont aussi généreux avec moi. Je suis généreux, point. Cela n'engage que moi.

Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
12-05-04
à 00:33

Re: Re: Antispé

Je suis d'accord sur la souffrance, etc, mais en ce qui concerne les "droits", par exemple, tous les antispécistes ne pensent pas forcément comme toi. Justement, Caserio parle de "l'égalité des droits".

Enfin, il ne s'agit pas de "tenir des comptes", ou de manquer de "générosité", ni même de justifier la souffrance animale. Simplement, dans son rapport à l'animal, l'être humain a la capacité (bien intentionnée ou pas) de conditionner grandement le (non-)développement d'une espèce; mais l'inverse reste à prouver. La réciprocité des relations entre humains et autres, pensée à l'échelle des espèces, s'en trouve alors fort improbable. C'est pourquoi je m'engagerais, mais ça n'engage que moi, plutôt vers une sorte de "spécisme non-interventionniste et non-violent", qui ressemblerait plutôt au "chacun chez soi". Je sais que la formule va provoquer des réactions émotionnelles chez certains. Ce n'est pas grave.

Je ne crois pas non plus qu'il faille jouer les inquisiteurs contre les bouffeurs de bidoche, comme font nombre d'antispécistes. Ca enlise plutôt cette idée dans un cloisonnement à la sauce "tous des salauds sauf moi et deux-trois camarades" qui est déjà un stigmate du mouvement anarchiste. Je ne dis pas que c'est votre cas. Mais vous savez comme moi que c'est le cas de beaucoup d'antispécistes, qui se prennent pour des saints en croisade.
Vouloir la fin des rapports de domination avec tous les êtres sensibles, oui. Suis-je antispéciste pour autant à vos yeux? Je ne pense pas que refuser la souffrance d'un autre être sensible suffise à être qualifié d'antispéciste. C'est à vous de me le dire si je me trompe.

Au fond, je reproche au mouvement antispéciste la même chose qu'aux autres mouvements: être constitué de quelques personnes ayant un idéal politique, et de nombreuses autres "petits Robespierre qui s'ignorent". Et d'attribuer ("pour certains", si tu préfères, Cercamon) des notions ou concepts humains à des espèces qui ne nous ont rien demandé.
Répondre à ce commentaire

  Cercamon
12-05-04
à 09:58

Re: Re: Re: Antispé

Eh eh, c'est sur c'est vachement fatigant le côté : "tous des salauds sauf moi (et quelques uns de mes potes)!". C'est un peu la limite de toute la philosophie du genre : "le privé est politique". Moi, je suis tout à fiat d'accord avec ça. Mais trés vite on rentre dans une logique d'exclusion : tous ceux qui ne font pas les mêmes choix privés que moi n'ont soi-disant pas de conscience politique, ou plus simplement sont de "faux" anarchiste. Y a rien de mieux (pire?) pour se transformer en effroyable dictateur.

Je pense que le soucis vient de ce que ces gens se transforme en professionnels de l'activisme. L'activisme devient une sorte de religion, y a que ça qui compte, c'est ça qui leur donne de la substance. C'est oublier que si on veut une société plus juste, une société où chacun peut équitablement trouver le bonheur (beaucoup on tendance à oublier que c'est ça qu'on cherche), il ne peut dès lors être question que d'exclure mépris, condescendance ; la séparation en somme.

C'est pour ça que je pense que ces questions devraient rester des propositions, et pour cela elle doivent bien sûr avoir une visibilité qu'on leur refuse un peu trop souvent. Mais vegan et autres radicaux devraient également abandonner ce discours super agressif et moralisateur qui sépare plus qu'il ne convainc...

Répondre à ce commentaire

  caserio
12-05-04
à 13:39

Re: Antispé

au niveau des non-humains domestiques : je ne considére pas qu'un non-humain est forcément malheureux qd il vit dans nos sociétes cela peut meme etre l'inverse, ça dépend des espéces et surtout des individus. je ne pense pas que les non-humains (du moins les plus "évolués") vivent dans un état de nature mais dans des culture totalement différente des notres que nous avons du mal à comprendre comme nous avions/avons du mal à comprendre les cultures d'autres régions du monde. pour moi c pas spécialement la peine d'aller vivre en afrique ou n'importe quel cultures étrangéres à la mienne pour etre antiraciste mais simplement considérer qu'elles sont différente mais égales, déplacer notre point de vue. cette thése de cultures animales est dévelloppé, entre autres dans Les origines animales de la culture de dominique lestel. Je précise tout de meme que je ne céde pas à l'anthropomorphisme et que je considére que l'humanité est supérieurement intelligente (du moins selon nos critéres) et que dans nos sociétés a eu lieu une explosion culturelle qu'on ne retrouve, à prioiri , nulle part dans aucune autre culture animale, mais je ne vois pas dans ces faits un dessein de la nature ou une volonté de Dieu seulement un hasard de l'évolution. C pour cela que tous les bla bla humaniste sur la grandeur de l'humain me semble trés prétentieux.
Pour ce qui est des droits: tu te demandes si le concept de droits a un sens pour les non-humains, en a t-il pour les nourissons, pour les handicapés mentaux ? peuvent-ils le comprendre ? surement que non mais nous nous devons de leur donner droit à la vie et à la lberté. je pense, et c ce qu'indique nombre de rapports scientifiques, que les non-humains possédent des concepts, comme celui de justice qui peut etre lié à celui de droit
pour ce qui est de "chacun à sa place": notre société, se basant sur l'Ordre Naturel, nous attribue des natures selon le groupe dans lequel on nous a mis: les enfants sont irresponsable et doivent aller se faire lobotomiser à l'école, les femmes doivent rester dans le cadre du foyeretcles non-humains sont restés à un état de nature il y a une frontiére entre eux et nous. cette vision du monde s'effondre et nous savons que les non-humains ont des cultures. Je ne suis pas d'accord avec ces gens qui disent qu'il fauit préserver les cultures indigenes de nos cultures comme si les cultures devait etre figé, sans échange. Qd je vois des singes parler le langage des sourds avec des humains ou, plus proche de moi, mon chien qui ne parle pas le langage des sourd mais quie je comprend qd meme, je me dis que ds le monde que j'aimerai je pourrais discuter avec des "fous" qui ne seraient plus enfermés dans des HP, avoir des relation avec des individus de tout age et de tout sexe et que les non-humain nous soient plus proche. En arrivant dans des contrés "nouvellement découvertes" du Nouveau Monde les marins étaient surpris de voir les non-humains venir à leur rencontre sans peur car les populations humaines de ces endroits ne chassaient pas. pour ceux qui trouveraient que mon, idéal fait walt disney, je pense que pour eux, inconsciemment ça fait pas assez viril, pas assez violent.
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
12-05-04
à 15:23

Re: Re: Antispé

Les propos de Cercamon sont pleins de bon sens. Surtout:"Je pense que le soucis vient de ce que ces gens se transforme en professionnels de l'activisme. L'activisme devient une sorte de religion, y a que ça qui compte, c'est ça qui leur donne de la substance.": bingo! Ca doit en effet représenter facilement 9 militants sur 10, toutes sensibilités politiques confondues. En écoutant certains, on se demande parfois s'ils ne "s'engagent" pas dans le militantisme comme on s'engagerait dans l'Armée...
Ca conduit forcément à une hiérarchisation des gens selon leur culture politique, donc on tourne en rond, et on exclue directement ou pas ceux qui sont "à la traîne". "Anarcho-élitisme", en quelque sorte.

"Pour ce qui est des droits: tu te demandes si le concept de droits a un sens pour les non-humains, en a t-il pour les nourissons, pour les handicapés mentaux ? peuvent-ils le comprendre ? surement que non mais nous nous devons de leur donner droit à la vie et à la lberté." Caserio, la différence est que les nourrissons seront capables un jour de conceptualiser le "droit" ou "l'égalité", et la plupart des handicapés mentaux en sont capables. Ils ont une capacité, présente ou à venir, à formuler ces concepts, à les appréhender. Cette distinction me semble importante. Et puis, s'il existe des tétraplégiques, il n'en reste pas moins vrai que les humains marchent, dans leur ensemble.
Après, concernant le bonheur des animaux dans notre société, il faudrait leur demander. La nature étant ainsi faîte, j'attends encore une réponse pouvant se soustraire à mon interprétation personnelle...
Il ne s'agit pas d'avoir des cultures figées et sans échange, mais au contraire de ne pas s'engager dans des rapports de domination quand ceux-ci ne sont pas indispensables à la survie. Après, ce n'est qu'un idéal et je m'en fous: j'aime bien les chiens... Mais soyons honnêtes: quand on vit avec un animal, en général, c'est plus pour soi que pour lui, non?
Après, si un animal vient spontanément s'installer chez moi, ou si un singe vient me proposer (gratuitement, faut abuser non plus) de m'apprendre le langage des sourds, pourquoi pas? Mais avouons que ce genre de choses est assez marginal...

"et c ce qu'indique nombre de rapports scientifiques, que les non-humains possédent des concepts, comme celui de justice qui peut etre lié à celui de droit": je n'en ai pas connaissance, et j'en doute. Moi-même, je peine à expliquer ce que peut être la Justice, alors...

"les enfants sont irresponsables": la responsabilité est une chose qui s'acquiert, non? A ma naissance, je n'étais pas responsable de grand chose. Mon gamin de trois et demi n'a pas encore un sens très développé de la responsabilité non plus. Ca me semble logique.


"ds le monde que j'aimerai je pourrais discuter avec des "fous" qui ne seraient plus enfermés dans des HP": il y en a partout. Et comme à l'hôpital, leur camisole chimique ne se remarque pas toujours au premier coup d'oeil. Il y a encore plus de fous hors des HP que de criminels hors des prisons; c'est dire! Et puis, tu sais comme moi que la "folie", ça ne veut pas dire grand chose.

"les femmes doivent rester dans le cadre du foyer": pourtant, en regardant par ma fenêtre, j'en vois plein dehors. Même si je ne les regarde pas trop, de peur de me faire engueuler (salut Mwana). Il y en a même qui vont au travail (les pauvres). Et personne ne les poursuit en jetant des pierres.
Bon, allez, je vais leur dire de rentrer!
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
12-05-04
à 15:29

Re: Re: Re: Antispé

Tiens, Cercamon, ton commentaire me rappelle "Mourir pour des idées" de Brassens. Rien n'a vraiment changé depuis dans les mouvements révolutionnaires, tu ne crois pas?
Répondre à ce commentaire

  caserio
12-05-04
à 19:44

Re: Re: Re: Antispé

Qd je parlais des enfants irresponsables, des "fous" en HP etc ce n'était pas ma vision des choses, bien au contraire, je suis pour l'émancipation de tou-te-s. Pour le cas des femmes, il est vrai que la situation a changé, néanmoins je vois autour de moi des méres qui mettent bcp de zéle ds leur role de méres notamment en se sacrifiant pour leurs enfants ou en cultivant le culte de l'amour maternel (qui est culturel).
Ce que je veux dire c que cette société, sur des bases naturalistes, divise l'animalité en deux: l'humanité et le reste de l'animalité (des insectes aux baleines !), ensuite elle divise l'humanité en divers groupes soi disant naturel (femmes / hommes; adultes / enfants ...) auquels elle attribue une nature différente à chaque groupe qui determine comment sont les individus concernés et quelle sont leur place dans la société. Cela crée une situation d'apartheid combiné au fait que les caractéristiques qu'on nous a attribués (par l'intermédiaire de notre groupe) ne nous conviennent trés rarement, d'où névrose (ex: ces jeunes homos qui se suicident). J'aimerai déconstruire ces groupes, ce qu'entreprennent les mvts antisexiste, antiraciste, antipsychiatrie, antiagiste... C, selon moi, une trés bonne chose, mais je pense que nous pourrions maintenant essayer de nous attaquer à la barriére des espéces. alors aprés tu me dis que tu préfére etre prudent sur la question des non-humains (au niveau des concepts tout ça...) pour ne pas dire de conneries. je te comprends et en effet une erreur à éviter est de tomber dans l'anthropomorphisme (donner des caractéristiques humaines à des non-humains) mais l'excés inverse dans lequel tombe bcp de scientifiques humanistes est de de nier l'existence d'une vie intérieure chez les non-humains et tout ramener à l'instinct, ainsi si ils voient un chien se rouler dans l'herbe puis courir en rond à toute vitesse toutr en faisant des bonds ils n'appelleront pas cela "joie" mais un truc comme "reflexe de substitution automatico-épidermique pour la survie de l'espéce" (ou tout autre phrase du meme genre qui ne veut rien dire). pourtant nous savons depuis Darwin qu'il y a continuité entre l'humanité et le reste de l'animalité, nier l'existence d'émotions (ce que tu ne fais pas, c'était juste un exemple) et trés surement de concepts etc. un chien, i voit un chat monter dans un arbre, n'est-il pas plausible qu'il maitrise le concept de "chat", de "grimper", d'"arbres" ? pourquoi attend -il en bas ? tu veux parler de concepts plus sophistiqués? un exemple simple: un chien qui boude aprés une de nos action, n'est-il pas plausible qu'il la trouve injuste ? Il y a un article bien foutu sur http://www.cahiers-antispécistes.org/index.html qui s'appelle Que savons nous sur la vie mentale des animaux, car je m'aperçois que si je rentre dans ce sujet je n'ai pas fini, de plus la prose de cet article est plus claire que la mienne (ouuuf !).
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
12-05-04
à 22:27

Re: Re: Re: Re: Antispé

"je vois autour de moi des méres qui mettent bcp de zéle ds leur role de méres notamment en se sacrifiant pour leurs enfants ou en cultivant le culte de l'amour maternel (qui est culturel). ": certes, mais ce zèle est dans une certaine mesure synonyme d'appropriation à tendance exclusive de l'enfant, aussi, avec les débordements que l'on sait. Il n'y a pas le tout-noir d'un côté et le tout-blanc de l'autre non plus. Et puis, en tant que père, sache que sans idéaliser la condition de papa au foyer, s'il fallait choisir entre ça et le salariat, y'a pas photo, je préfère consacrer l'essentiel de mes journées à mon môme, comme en ce moment. Quelle dimension autrement plus constructive et épanouissante que la plupart des boulots qui nous sont proposés! Après, c'est vrai qu'il y a des pères comme des mères qui devraient plutôt s'abstenir de procréer, car ils le font "parce que c'est l'usage", et qu'ils le vivent comme un sacrifice. La société attribue de facto les rôles selon les sexes, mais je remarque que les gens sautent à pieds joints là-dedans, quel que soit leur sexe et leur discours.
Ensuite, c'est sûr qu'un culte reste culturel, mais l'amour parental existe au-delà du mythe et il s'exprime souvent avec des différences selon les sexes. Le patriarcat se redépose par dessus tout ça pour codifier de manière oppressive sur la base de différences réelles, qu'il pervertit.

Et puis, sur la maternité, le discours contestataire a parfois été aussi ignorant et normatif que le discours patriarcal. C'est "l'effet miroir". Rejeter par principe tous les traits culturels traditionnels du père et de la mère n'induit pas forcément des pratiques plus saines. Sur ces questions, pour avancer, il faut non seulement se nettoyer le cerveau du conditionnement social, mais aussi prendre du recul face aux analyses "prêtes-à-penser" des contestataires. Par exemple, j'en ai marre qu'on signifie toujours que le môme est fardeau pour sa mère. A rabacher trop cela, certaines féministes ont fini par considérer la maternité comme le patriarcat considère la paternité: "je t'ai donné la vie, maintenant démerde-toi et laisse-moi vivre".

Concernant "les groupes" que tu veux "déconstruire", ils sont naturels. Après, ce sont les rôles que la culture leur attribue qui ne sont pas naturels. A chacun d'appréhender son identité (ce qu'il est) comme ça lui convient et quand ça lui convient. C'est cette liberté qui est rapidement bafouée dans une société autoritaire. Il y a en plus le problème de la reproduction sociale, qu'on ne résoud pas en claquant des doigts. Bref, le terme "déconstruire" ne me plait pas. "Redéfinir" me paraît plus adapté. Mais, attention, si c'est redéfinir en imposant telle ou telle nouvelle norme supposément "plus juste" par intégrisme politique, ou par re-conditionnement, je préfère encore l'immobilisme. Pour un même résultat, c'est moins fatiguant et moins peinible que les "camps de rééducation" qui taisent leur nom.

On en revient toujours au même problème: si on laissait chacun vivre comme il l'entend...
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
13-05-04
à 15:26

Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

Le lien indiqué par Caserio est foireux. Passez par là: http://www.cahiers-antispecistes.org/article.php3?id_article=156&var_recherche=vie+mentale
Texte intéressant, même si je n'ai pas encore eu le temps de tout lire.
Répondre à ce commentaire

  simon
15-05-04
à 16:09

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

tu est du nord yvan grosny?
Répondre à ce commentaire

  Yvan Grozny
15-05-04
à 19:59

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

Non, même si j'ai bien failli... Je suis berrichon.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
16-05-04
à 13:57

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

il est a lille sam, je le voit tt les mercredi a sa table de presse lol...ils sont de tour les autres c ca?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme2
16-05-04
à 15:35

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

Table de presse de quoi?

J'passe a Lille bientot :-)
Répondre à ce commentaire

  simon
16-05-04
à 19:57

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

fa, g unpote qui le connai bien, moi jlui ai jamais vraiment parlé.
tu vien quand a lille?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
17-05-04
à 14:39

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Antispé

Les autres sont toujours sur Tours, oui.
Si tu voies Samos99 tous les mercredis, dis-lui que "Morve Yvan lui botte le cul abjectRement". Merci. Il comprendra, s'il n'est pas trop bourré!
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
18-05-04
à 06:40

simon

si je vai a la fac demain je lui en toucherai un mot. eh eh
Répondre à ce commentaire

  dark_reveur
17-08-04
à 20:19

Re: Re: Re: Re: Antispé

je vais me permettre de répondre au vol... :)
et peut etre d'être volontairement un peu provoquant ;)

d'abord je pense qu'on est un organisme vivant comme les autres, en tant que tel ce n'est pas très réaliste de décider qu'on ne doit plus se nourrir de viande ou de poisson
c'est peut etre possible dans existance urbaine surprotégée, mais vas vivre dans la "nature", vas sur la route ou parcoure en canoé les vastes espaces du canada et je suis sûr que tu seras bien contant de pouvoir pêcher ou chasser de temps en temps !!! :)

par contre, là où je suis d'accord, c'est sûr la notion de RESPECT
un peu comme les anciens indiens remerciant la Bete qu'ils allaient manger...

je pense que quand tu chasses toi meme ta nourriture, tu fais montre d'un respect beaucoup plus grand
tu la vois vivante, et tu sais ce qu'il t'en a couté (facile toute une journée de traque) pour l'avoir
(quand je dis chasser je penserais plutot à l'arc qu'à la mitrailleuse !!! ;) )

parce qu'on est la vie, et que la vie se nourrit de la vie
qu'il faut l'accepter, c'est un grand miracle en soi


je me permets donc d'introduire une idée un peu différente : non pas s'interdire de bouffer viande - dans cette logique pourquoi pas s'interdire de vivre ? :) - mais apprendre à traiter avec respect, faire prendre conscience que les animaux ne sont pas simplement une "ressource" mais aussi des etres vivants
essayer d'améliorer les conditions de transport, d'abattage...

l'animal, le rongeur, l'insecte mérite le respect - toute forme de vie
perso je me méfie des styles intégristes comme greenpeace ou autre, qui pleurent pour un dauphin mais se foutent du thon -j'appelle ca le syndrome "wall dysney", d'un coté les jolis à protéger, de l'autre tout le reste qui peut crever
avec leur tendance simpliste à diviser le monde entre les bons (eux) et les méchants (les autres) :(

mais quand je pense à l'oiseau migrateur traversant océans pendant qu'on reste entre nos murs et nos petites raisons étriquées, ca rend humble...

Répondre à ce commentaire

  Croce
17-08-04
à 22:19

Re: Re: Antispé

Pour être réellement antispé, il faut produire soi-même sa bouffe, sinon cela revient à dénoncer la souffrance des non-humains sans se donner les moyens d'abolir la souffrance humaine que l'on provoque en se nourrissant sur ce que produisent les autres. L'antispécisme c'est l'abolition de la soufrance pour tous, humains et non-humains. Alors, à tous les pseudo-antispé qui vont encore faire leurs courses dans les endroits où l'on vend de la bouffe-souffrance, cessez de participer à l'esclavagisme, prenez vos outils et plantez votre bouffe.
VIANDISTE=MEURTRIER
CONSOMMATEUR=ESCLAVAGISTE
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
30-10-04
à 13:57

Samos99 [FoetusParty]

Salut Caserio...
Marrant comme pseudo pour un défenseur de l'anti-spécisme. Si j'me rappelle bien mon bréviaire historique de l'anarchisme, Caserio a quand même transformé Sadi CARNOT en pin's.
Comme quoi il n'était pas contre l'abbatage de certains animaux... (héhéhé)

Trèves de plaisanteries. FoetusParty n'a JAMAIS renié l'Anti-Spécisme, pour la bonne et simple raison que nous n'avons JAMAIS été AntiSpécistes. Cela peut te faire "rigoler", mais je pense en avoir marre du raccourci imbécile AnarchoPunk = AntiSpéciste.
Nous n'avons jamais soutenu les thèses utilitaristes d'un Peter SINGER, encore moins les divagations des Cahiers AntiSpécistes Lyonnais ou d'autres.

Je suis anarchiste et je fais du punk pour t'emmerder ainsi que le reste de la terre, oï !

Franchement notre propos n'est pas d'expliquer aux marmottes comment elles doivent gérer leurs rapports sociaux de marmottes, ni de les inciter à se fédérer avec leurs amis les petits renards qui courent dans la forêt dans les chansons des pekatralatak... mais à agir sur les processus d'élaboration des normes sociales au sein d'une espèce : l'espèce humaine. Si tu veux parler au nom des hamsters, des hippopotames, des gnoux, des loutres et autres petitEs porteuSErs de poils, de plumes ou d'écailles qui sont si bon dans l'assiette montre moi le mendat que ces camarades t'on donné.

"Je mange des animaux non- humains pour ne pas tuer d'AntiSpécistes"

Samos99, section Nord du FoetusParty
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
30-10-04
à 22:38

Yvan Grozny, le Laurent Boyer du punk tourangeau

Putain, Samos, c'est bourré de fautes d'orthographe, gros naze...
Bon, voilà, Caserio, deux choses que je t'ai dites se vérifient depuis l'explication de Mr Samos:
1/ Les foetus sont bien lourdingues.
2/Les foetus n'ont jamais été antispés, de près ou de loin. Ils ont même refusé de jouer pour certaines assos antispé tourangelles, ou Traumatism du sieur Loran le gaucho-verdoyant. Voilà pour les potins de stars.

Néanmoins (on ne respire plus), les Foetus Party sortent un vinyl 6 titres très travaillé (sur le plan de la pochette), édité par Maloku (à cause de la moutarde). Si ça intéresse quelqu'un...
Répondre à ce commentaire

  peggy
01-11-04
à 10:08

philo

la question a mon sens qu'il faudrait se poser:
l'homme est-il un animal?
si oui ca changerais tout.......nan?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
01-11-04
à 10:57

Yvan

I/L'Homme est un nanimau.
II/Mais ça ne change rien.
Répondre à ce commentaire

  Christelle.64
01-11-04
à 11:51

Re: Yvan

L'homme est un animal qui se pense supérieur car doté d'une soi-disant intelligence (y a qu'à voir Bush...).Dc il ne se sent pas animal.Mais s'il se rendait compte qu'il n'est animé que de pulsions brutes, là peut-être que ça changerait...mais pas forcément en mieux.
Répondre à ce commentaire

  nuguns
01-11-04
à 22:30

Groupes

Salut à tous
L'article parle " des assos sur un thème au niveau local (CALM a THIONVILLE) ", quelqu'un pourrait-il me dire qu'est-ce que c'est (je suis de Thionville) ?
Sinon, j'ai un groupe et je pense faire que l'on vas faire des compos bien assez vites, alors si vous voulez me donnez un p'tit coup de main pour les paroles ou pour faire un album, ou voir même un concert (!), ça serait très simpa.
Répondre à ce commentaire

  libertad
02-11-04
à 00:05

Re: Groupes

Je suis bien incapable de répondre à ta question l'article ci-dessus a été publié sur le site il y a un an et je ne sais si les références sont d'actualité d'autant que le la page où a été copiée ce texte n'existe plus.
Tu peux peut-être contacter les animateurs de ce site pour avoir des infos : http://watchediffusion.org/
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
02-11-04
à 02:10

Nugus

Hum, comment te dire…

J’ai pratiqué ce « sport » pendant longtemps, et évidemment cela me touche quant quelqu’un/e ressent qu’il/elle doit s’exprimer musicalement. Surtout s’il/elle « démarre ».

D’abord tout essayer, touts les instruments (La voix en est un aussi), et surtout jouer, jouer, jouer, un maximum, et s’éclater en répète, parce que c’est comme faire l’amour. On a le même sentiments de béatitude, parce que l’on a créer quelque chose, seul ou en commun, pour soi ou pour les autres.

Si maintenant, il s’agit de maîtrise de l’instrument, il y a assez de méthodes (tablature etc.) facilement accessible.

Pour les concerts, suffit de demander, et avec le Net maintenant il y a plein d’assos, de sites alternatifs pour trouver des dates.

Actuellement, faire un enregistrement, vu le matos sur le marché (DAT, Pc avec carte son et les logicielles qui les accompagnes, etc.), ce n’est plus un problèmes de structure (Studio), mais de pognons… Si c’est pour une démo, la piste P.c est la première à suivre, reste à trouver un cop’s « un peu » ingénieur du son (Du bon son ;-) et pas mal de micro pour les prises de tous les instru.

Pour les concerts (Comme pour les répètes), faut là aussi du matos… En général, toutes les salles ont une petites sono, mais le matos du groupe doit être du meilleurs, sinon, le concert risque de ne pas en être un…

Faut aussi penser au transbordement, par véhicules (Quoi que, je suis parfois aller en métro avec le matos…).

Voilà, difficile d’écrire et de décrire… Bonne merde ;-)
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
02-11-04
à 05:03

Je veux bien le terminer… L’article sur le « mouvement » anarchopunks est ‘achment euh, ben pas bien écrit.

« Le mouvement anarcho-punk est, comme son nom l'indique, issu des cendres du punk. Mais il est différent du punk. D'abord, le punk était totalement nihiliste : pour lui, rien n'avait vraiment d'importance (le fameux "No future"). Ca n'était souvent qu'un beauf de plus qui avait mal tourné : il était sexiste, buvait de la bière ("Free beer for the punx"), se droguait, etc. Bref, les punks sont des crétins qui ne s'intéressent pas à la lutte. En plus, ils se sont fait récupérer par la mode, l'argent (SEX PISTOLS), leur musique est devenue aseptisée (THE CLASH). »

Ah bon.

Le terme « punk » a été utiliser pour la première fois à l’encontre des Tommy’s de 14/18. Soldats qui refusait de continuer de se battre durant cette boucherie, et qui étaient généralement fusillés (Ou envoyé en toute première ligne du front, et donc à une mort certaine).

Le « War Minister » Britannique n’a jamais admis qu’il y avait eu des cas de rébellions dans ses armées, même encore actuellement. Les familles étaient informées que le soldat était mort « aux champs d’honneur ».

(CLASH (Choc en anglais): « Tommy gun » / 2ème album « Give ‘em enough rope »)

Le réemploi contemporain du terme « punk » date d’environ de la fin des années soixante, pour catégoriser une certaine tranche de la population ; était « punk » le clochard, le « sans emploi », l’« asocial »… généralement aussi le Cockney (Banlieusard « voyou » de l’East End de Londres)

Et est toujours une « insulte » chez les anglo-saxons (Dixit outre-manche) tout comme « scummy » ; ordure…

(Voir aussi « Cockney rebel » punk band Londonien, et pas le celui qui fessait du glam-rock...)

Le terme de « punk » peut être aussi comparer à celui du « nozem » hollandais : blouson noir, mais en « britannie », celui-ci est le « Teddy boy », ennemi du « Mods » (Voir le film « Quadrophenia » de Franc Roddam, avec notamment Sting en groom d’hotel)

1977 U.K.

Le « mouvement » punk est né, comme dans toute crise sociale, de l’inertie du pouvoir. L’I.R.A revendique ses attentats, bobby Sands (et ces camarades) n’est pas encore mort de faim dans les geôles anglaises.

Le fameux Jubilé de la reine, et le faste qui se prépare depuis plus d’une années a générés chez beaucoup de « britannique » pas mal de critique. Malcom McLaren, producteur et proprio du magasin « sex » sur King Road, connaît bien la scène underground et Glen Matclock, bassiste de studio, accessoirement musicien de tournée (Iggy Pop : Lust for Life 1978).

Il fréquente une bande du petit monde « punk » musical - et les habillent - (Siouxsie siou, Rat Scabies, etc.) au club 100, a l’Electric Ballroom et au fameux Marquee Club dans Soho. (Il y avait aussi dans New mornington crescent un autre club dans un ancien thêatre, mais j’ai oublié le nom)

Je passe sur le phénomène de mode « punk », mais pas sur l’immense provoc que cela a été à Londres en ’77. Le Jubilé de la reine a été en grande partie le moteur du « phénomène », Mc Laren y surfant allégrement grace à la prod qu’il faisait avec les Pistols, notamment avec leur concert sur une péniche sur les bords de la tamise (Sans Matclock comme postiche, puisque Sid V. correspondait mieux à l’image pour le groupe, Matclock étant, comme tout le monde le sais, le bassiste sur tous les albums signé « Pistols », jusqu’à R’n’r swindle : La grande arnac du r’n’r…)

Le tout est un gros amalgame avec le titre du Lp « Anarchy in the U.k. »… Reste que beaucoup d’individu/e se sont identifié à ce « phénomène » qui est devenu social et revendicatif d’une attitude. Le Tatcherisme n’a fait que l’amplifier par la « dégradation » de la vie en Angleterre (Grèves des mineurs, paupérisations galopante - Inner cities -, émeutes de Notting Hill, etc.) et la scène musicale punk à fait le reste…

Le concert des Clash à Hyde park organisé par Rock Against the racism est l’apogée du mouvement punk en Angleterre (Avec le super groupe rasta « Misty in roots »)

Pour moi, la philosophie du mouvement CRASS est la réalisation de l’anarcho-punkisme, l’élément fondateur et générateur.

Juste pour le « no » fun… J’était dans la centaine de personne qui ont vu les Pistols en ’77 à paris au Chalet Suisse.

P.s : Yvan, tu oublie « Cabaret Voltaire » et le super « Nag nag nag », mais le « Lady cocacola » de Métal Urbain, lui je ne l’oublierai jamais ;-)
Répondre à ce commentaire

  nuguns
02-11-04
à 12:00

Re: Nugus

Merci pour les conseils !

Au sujet de l'instrument, je me débrouille, ça ne devrait pas poser de problème (surtout pour faire du punk).
Le matos aussi est correct, j'ai déjà fait un petit " concert " (quelques morceaux joués dans un hangar avec une trentaine de d'jeunz). Mais je ne joué que des reprises, donc aujourd'hui, mon but est de composer. Musicalement ça passe, mais pour les paroles, je ne sais pas par où commencer.
Répondre à ce commentaire

  marchal
02-11-04
à 18:31

Ben ça y est ! Je croyais être tout seul. Mais non, y'en a d'autres…
(Nous ne comprenons pas les gens qui réduisent les problèmes de pouvoir et de soumission en montrant du doigt une élite stéréotypée (comme par exemple les bourgeois ou les capitalistes) niant ainsi l'intégralité et la complexité de l'inacceptable. Pour changer la société, nous pensons qu'il faut d'abord que les individu(e)s se changent eux-mêmes.)
Maintenant à développer.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
03-11-04
à 00:10

Re: Nugus

« Merci pour les conseils ! » Aie mes oreilles ! C’était pour ma part juste du vécu relaté… ;-)

Bon, pour composer, faut quant même un minimum de connaissance en harmonie… Connaître ses gammes (M & m au moins), ses arpèges, etc. (Faut’y que je sache de coi tu joue !? Sûrement de la guitare ou de la basse et donc dans ce cas, il sera aussi question de rythmique ;-)

Pour des compos, laisse toi aller, joue de ton instrument, les idées viendrons toutes seules.

Pour la création, c’est plus une question de moment, de symbiose que de travail… Et jouer des reprises est et reste un excellent outil d’apprentissage. Et un concert est un concert, même avec des d’jeunz Respect lol !
Répondre à ce commentaire

  marchal
03-11-04
à 17:58

Re: Re: Nugus

Serions-nous si peu en quête du Graal ?
Attendons un peu. Pendant ce temps je vais quérir du bois. Les soirées commencent à se rafraîchir.
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom