L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

Commentaires

A noter

Tribune
libertad : rfz l'article sur le Portugal date du 23 mars
libertad : Parleur l'article est déjà publié sur le site
libertad : Salut Mirobir !
Mirobir : Hey Libertad ! Toujour avec plaisir que je viens sur L'en dehors ;-)
patrick83 : pour info , j'ai le plaisir de vous informer la reconstruction du forum anarchiste ( l'original )c'est ici [Lien]
Rakshasa : Salut par ici !
libertad : salut, content de te revoir
Rakshasa : Salut ! Comme on ne peut pas répondre à l'article sur le 1er mai libertaire, je pose la question ici: quelqu'un saurait-il m'expliquer le sens de ce défilé, des actions menées, des mots d'ordre, etc ? C'est une vraie question, je ne comprends pas ces 500 à 1000 libertaires.
libertad : jOn, l'article est déjà publié : [Lien]
j0n : oups... super !
flippy : bonjour je viens d'envoyer un article sur le coup d'état au burkina, ya une grosse mise à jour à faire !
rfz : prendre l'expresss ou les poings comme source, ça me choque. mais alors des nazillards non !

(regarde un peu le fil Adяienne, c'est pas très clean)


Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Lundi 23 Octobre 2017
Désobéissance à l’usine : la perruque ouvrière
Ecrit par libertad, à 09:24 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Dimanche 22 Octobre 2017
Les dégâts collatéraux de la politique du PIR
Ecrit par libertad, à 13:17 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Fraction Armée Rouge: quarante ans après, une cicatrice toujours ouverte
Ecrit par libertad, à 10:32 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Mercredi 18 Octobre 2017
La photographie des femmes tondues de Montilla durant la guerre civile
Ecrit par libertad, à 16:24 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Mardi 17 Octobre 2017
Massacre du 17 octobre 1961 : le crime d’Etat d’une métropole coloniale
Ecrit par libertad, à 08:37 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Mardi 03 Octobre 2017
Le peuple qui vote Mélenchon est-il le peuple ?
Ecrit par libertad, à 13:51 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 28 Août 2017
Autonomie du mouvement social: reprendre le débat
Ecrit par libertad, à 11:47 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Vendredi 25 Août 2017
L’IMPÉRATIF DE DÉSOBÉISSANCE
Lu sur Bibliothèque Fahrenheit 451: Jean-Marie Muller propose une véritable généalogie de la désobéissance, depuis Étienne de La Boétie, Henry David Thoreau et Gandhi, jusqu’aux combats les plus actuels.
 
L’homme est un être social mais sa sociabilité est intrinsèquement conflictuelle. Il est à la fois polémique et pacifique. Dans le cycle sans fin des vengeances, la loi du talion a longtemps prévalu mais en emprisonnant l’individu et la société dans la logique de la violence. La fonction de la loi est d’exercer la justice en interdisant aux citoyens d’exercer la vengeance mais trop souvent, la justice de l’État est une vengeance, une justice répressive que Simone Weil jugeait « plus hideuse encore que le crime ». L’obéissance serait moins fondée sur l’obligation de remplir un devoir moral que sur la recherche d’un intérêt personnel. Cette conception utilitariste de l’obéissance efface du pacte social la solidarité et plus encore la fraternité. Face à la loi, l’homme raisonnable  peut être mis en demeure de choisir entre deux possibilités qui engagent l’une comme l’autre sa responsabilité morale. La liberté de désobéir s’impose comme un principe fondamental de la citoyenneté.
Lors d’une élection, l’électeur « donne sa voix » et n’a plus « voix au chapitre » jusqu’au scrutin suivant. « Donner sa voix » c’est abdiquer, démissionner, se démettre. C’est déjà se soumettre. La désobéissance civile s’inscrit dans un conflit. Elle ne le créé pas, mais elle le révèle et l’intensifie:
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 21:32 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 21 Août 2017
les petites mains du caoutchouc
--> 1896, propriété personnelle du roi des Belges, le Congo est le terrain d'expérimentation de méthodes radicales de récolte des ressources naturelles.
Beaucoup d’entre nous en Angleterre considèrent le crime qui a été commis sur les terres congolaises par le roi Léopold de Belgique et ses partisans comme le plus grand crime jamais répertorié dans les annales de l’humanité. Je suis personnellement tout à fait de cette opinion.
Arthur Conan Doyle,1909.
Les petites mains du caoutchouc : http://fr.horrorhumanumest.info/index.php?post/12_congo


Ecrit par Yapatchef, à 22:58 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Mercredi 16 Août 2017
L’ENTRAIDE, UN FACTEUR DE L’ÉVOLUTION

Lu sur Fahrenheit 451 : "Afin de démontrer que l’entraide est un facteur essentiel de la survie des sociétés humaines et pour contredire le discours dominant prônant l’individualisme et la concurrence entre tous, Pierre Kropotkine (1842-1921) recense les différents regroupements de personnes existant.

 
Dès le XVe siècle, en Angleterre, meilleur exemple de la politique industrielle des États modernes, le Parlement commence la destruction des guildes, associations de personnes poursuivant un but commun qui s’étaient considérablement développées au Moyen Âge. Il entreprit bientôt, avec le roi, de réglementer chaque métier et les techniques même de fabrication, fixant le nombre d’apprentis et celui de fils dans chaque mètre d’étoffe, avec plus ou moins de succès. En 1799, suivant l’exemple de la Convention révolutionnaire française, il considéra toute association comme un attentat contre la souveraineté de l’État, achevant ainsi son œuvre de destruction. C’est ainsi que la tendance à l’entraide eut à frayer son chemin. Pendant tout le XVIIIe siècle, les unions d’ouvriers furent continuellement reconstituées. Au XIXe siècle, les grèves furent interdites et réprimées jusqu’à ce que le droit de s’associer fut conquis et qu’un quart des ouvriers, soit 1 500 000, soit syndiqué.
Bien que la grève soit un sacrifice déchirant, avec risque de fusillade, il y en a chaque année des milliers. Les plus longues et les plus terribles sont en général des « grèves de sympathie ». Elles sont toujours l’occasion d’importantes démonstrations de soutien mutuel.
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 16:58 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 14 Août 2017
Misère politique du campisme


Lu sur Les Enragés : "Le mouvement ouvrier et révolutionnaire, le camp de l’émancipation sociale, a historiquement souffert et souffre encore du campisme. De quoi s’agit-il ? De la mise en œuvre, pas forcément explicite ni consciente, de l’un au moins des deux principes suivants. Le premier principe veut que les ennemis de mes ennemis soient mes amis. C’est donc un principe qui délimite mon camp par opposition au camp adverse.
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 10:34 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Mercredi 09 Août 2017
Le candidat des médias
Ecrit par libertad, à 08:17 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom