L'En Dehors quotidien anarchiste individualiste

Soutien
Vous pouvez aider à régler les frais d'hébergement sur le serveur, en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors


Rubriques

Liens

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Archives par rubriques

L'En Dehors


Samedi (18/07/15)
Non, les hommes n’ont pas toujours fait la guerre
Lu sur Le Monde diplomatique : "La violence humaine est-elle innée ou induite par le contexte ? Les recherches anthropologiques et archéologiques permettent aujourd’hui de répondre un peu mieux à cette question qui divisa les plus grands philosophes. La guerre ne semble apparaître qu’avec la naissance de l’économie de production et le bouleversement des structures sociales du néolithique, il y a environ dix mille ans.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 10:56 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Mardi (14/07/15)
TRAGEDIE GRECQUE
Il y a quelque chose de tragique dans cet épisode qui oppose le peuple grec à une Communauté européenne intransigeante dans les politiques de rigueur qu’elle généralise à tous les peuples européens.
Les contraintes, les mesures de rigueur imposées à la Grèce sont inadmissibles,moralement et contraires aux droits de l’Homme. Aggravation des conditions de vie, destruction des régimes de retraites et des services de santé, liquidation, par privatisation, des services publics,… rien ne justifie aujourd’hui de telles mesures. 
Mis en ligne par Patrick Mignard, a 07:00 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Vendredi (10/07/15)
Namibie: ce génocide que l'Allemagne refuse toujours de reconnaître

Lu sur Slate : "On oublie souvent que l'Allemagne est une ancienne puissance coloniale, d'une part parce qu'elle n'a commencé à occuper des territoires situés hors du continent européen qu'après son unification en 1871, soit plus de trois siècles après la France et l'Angleterre, d'autre part parce son empire colonial, concentré sur le continent africain, était bien moins vaste que ceux de ses rivaux.

La colonisation allemande a été particulièrement sanglante en Namibie, occupée entre 1884 et 1915, où une révolte des peuples héréros et namas a été matée entre 1904 et 1907 par l'armée allemande, faisant plus de 100.000 victimes chez les deux ethnies. Dépêché sur place, le général allemand Lothar von Trotha avait édicté dans son «ordre d’anéantissement» que «chaque Héréro se trouvant sur le sol allemand sera fusillé». Trente ans avant l'avènement du nazisme, plusieurs milliers d'Héréros et Namas furent envoyés dans des camps de concentration où leur geôliers les laissaient mourir de faim, de soif et de maladie. Les crânes des victimes étaient ensuite envoyés en Allemagne, où ils servaient d'objets d'études «scientifiques» aux tenants des théories racistes. Depuis 2011, le gouvernement allemand a remis plusieurs dizaines de ces ossements à la Namibie.

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, a 12:32 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Mardi (23/06/15)
Saint Che : La vérité derrière la légende de l’héroïque guérillero, Ernesto Che Guevara

Lu sur Non-fides : "Une paysanne allume un cierge pour le saint et prie pour que son jeune fils aille bien et que la récolte de patate soit bonne cette année. Ses prières, et celles des autres paysanNEs, ont été entendues auparavant disent les villageoisES. « Il ressemblait vraiment à Notre Seigneur gisant mort, là dans l’école » racontait-elle au journaliste de la télévision. Le nom de ce saint qui fait des miracles ? Ernesto Che Guevara !

Ne rions pas de ces paysanNEs. Ne les regardons pas d’en haut depuis notre arrogance du « monde développé ». Il n’y a pas de doute que le Che intervient dans leurs vies frappées par la pauvreté – comme le font tous/tes les saintEs. Et qui sommes nous pour prétendre avoir une connaissance absolue du monde et de l’esprit humain et de toutes ses œuvres ?

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, a 19:06 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Dimanche (07/06/15)
"C'est possible ! Une femme au cœur de la lutte de LIP (1973-1974)"
Lu sur UtopLib : « En avril 1973, l’entreprise Lip de Besançon, fleuron de l’industrie horlogère française, est rachetée par une multinationale et soumise à un plan de délocalisation entraînant son démantèlement et le licenciement des 1200 employés. Grâce à un Comité d’action qui libère la parole, l’imagination et la créativité de toutes et tous, en lien avec les syndicats, les travailleuses et travailleurs de Lip résistent d’une manière exemplaire, inventant ou réinventant des pratiques de lutte, d’action et de démocratie directes qui trouvent un écho national et international avec le slogan : "On fabrique, on vend, on se paie !" Ils s’emparent du stock de montres, mis en lieu sûr ; celles-ci sont vendues dans toute la France pour leur assurer un salaire. Un restaurant convivial est créé ; des meetings sont organisés, des comités de soutien voient le jour ; une grande marche rassemble 100 000 personnes à Besançon. En janvier 1974, la promesse de reprendre tous les salariés est obtenue et Lip redémarre : c’est la fin du premier conflit. Deux ans plus tard, l’État s’emploie à saborder systématiquement l’entreprise et à briser des vies pour détruire ce symbole de l’autogestion et d’une lutte victorieuse contre les licenciements. Une postface inédite revient sur le second conflit Lip, à partir de 1976. »
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 19:59 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


La religion demeure une imposture morale, intellectuelle et politique
Lu sur le Monde des religions : "Les hommes ont-ils besoin des religions ? Alors que le religieux s’impose dans les débats politiques, le philosophe Yvon Quiniou dénonce une imposture. Tout en respectant la foi des croyants, son livre Critique de la religion* s’attaque aux structures religieuses, dans l’esprit de la philosophie des Lumières et de grands penseurs du XIXe siècle. Pour Yvon Quiniou, les hommes doivent inventer les règles d’une vie collective apaisée à partir de leur raison commune.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 07:22 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Lundi (01/06/15)
Derrière Pazoc, Crevelle le nazbrok
Lu sur La Horde : "Il y a une dizaine  de jours, le site Paris-Luttes info publiait un article d’Ornella Guyet (animatrice du site Confusionnisme.info) mettant en garde contre Pazoc (pour Paris zone de Combat), une revue insurrectionnaliste sortie fort opportunément dans la perspective de la mobilisation contre Cop 21, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Cette revue, plutôt dans l’air du temps, appelle, selon une vieille antienne nationaliste-révolutionnaire, à rapprocher extrême droite et extrême gauche.
Lire la suite ici 
Mis en ligne par endehors, a 19:53 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Vendredi (29/05/15)
Femmes et ouvrières en lutte

Lu sur Zones subversives : "Les ouvrières demeurent délaissées par l'histoire des femmes et surtout du mouvement ouvrier. Elles subissent pourtant une double oppression : de genre et de classe. L’historienne Fanny Gallot se penche sur les ouvrières dans son livre intitulé En découdre. De l’insubordination ouvrière des années 1968 aux plans de licenciement des années 2000, cette étude évoque les mutations du capitalisme et des luttes sociales. Les usines de Chantelle et de Moulinex deviennent un terrain d’observation de cette étude.

Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 21:52 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Vendredi (22/05/15)
La pathologie de la riche famille blanche
Lu sur Le Partage : "La pathologie de la riche famille blanche est la plus dangereuse des pathologies des États-Unis. La riche famille blanche est maudite par trop d’argent et de privilèges. Elle est dénuée d’empathie, conséquence de vies entières de prérogatives. Son sens de loyauté est restreint et elle ne possède pas d’aptitude au sacrifice personnel. Sa définition de l’amitié se réduit à « que pouvez-vous faire pour moi ? » Elle est possédée par un désir insatiable d’accroître sa fortune et son pouvoir. Elle pense que la richesse et les privilèges lui confèrent une intelligence et une vertu supérieures. Elle baigne dans l’hédonisme et le narcissisme effrénés. Et à cause de tout cela, elle interprète la réalité à travers un prisme d’auto-adulation et d’avarice qui la rend délirante. La famille blanche et riche est une menace. Les pathologies des pauvres, lorsqu’on les compare aux pathologies des blancs riches, sont comme une bougie que l’on comparerait au soleil.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 13:47 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Mercredi (20/05/15)
Vive la Première Internationale !
Lu sur revue Ballast : "Nous l'avons déjà écrit : notre revue porte un intérêt particulier à la Première Internationale, fondée en 1864, en ce qu'elle permettait, en dépit des querelles, l'expression d'un socialisme pluraliste : proudhoniens, , utopistes, collectivistes, communistes, libertaires, etc. Pour raviver son souvenir, nous nous sommes entretenus avec Mathieu Léonard, auteur de l'essai L'émancipation des travailleurs, travail historique entièrement consacré à la Première Internationale (aussi appellée AIT). Nous le retrouvons dans l'arrière-salle sans éclairage d'un café. Il porte une gavroche. Au mur, derrière lui, une photographie de Marylin Monroe. 

 


leonard


Avec Éric Hazan, des éditions La Fabrique, vous vous êtes étonnés du peu d’ouvrages sur le sujet. Comment l’expliquez-vous ?

C’est en effet le constat qui a motivé la rédaction de mon livre. Il y avait un relatif oubli, de la part des historiens, qui pensaient que tout avait été dit, qu’il n’y avait plus grand-chose à découvrir, en terme historiographique, et qu’il s’agissait là de débats politiques qui n’intéressaient plus le milieu universitaire¹. Oubli, aussi, de la part des militants. Peut-être lié à une forme de décomposition de la gauche radicale... L’AIT constitue une référence un peu mythologique du mouvement ouvrier et révolutionnaire, mais, curieusement, on trouvait peu de livres synthétiques sur la question. Les éditions La Fabrique, qui ont à cœur de restituer les mémoires révolutionnaires – même si je ne partage pas toujours leurs choix –, ont jugé que l’histoire de l’AIT y avait toute sa place. Éric Hazan m’a donné l’opportunité de le faire. De discussions en discussions, il m’a mis le pied à l’étrier et m’a proposé de m’éditer si je me lançais dans ce projet. Au début, je ne savais pas encore sous quel angle l’aborder ; c’était assez vertigineux et, en même temps, très stimulant.

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, a 08:09 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Mardi (19/05/15)
Luttons contre toutes les religions !
Lu sur Le Monde libertaire : "Une nécessaire critique des religions et de la politique
Une des principales dimensions de la critique anarchiste de l'État chez Proudhon et Bakounine porte sur la sa dimension théologique. L'anarchie s'oppose à tout absolu, qu'il soit métaphysique ou politique. En effet, l'absolutisme théocratique se situe dans toutes les constructions qui attribuent un pouvoir absolu, y compris au peuple, pouvoir comparable à ce que d'aucuns nomment la volonté divine.
Ainsi, nous pouvons dégager une homologie entre l'organisation du pouvoir religieux, celle du pouvoir patriarcal et celle du pouvoir de l'État. Il s'agit dans les trois cas d'une soumission à une volonté et à ses représentants : à la volonté de Dieu par l'intermédiaire de ses représentants, les prêtres ; à la volonté du père dont le pouvoir est jugé naturel, à la volonté de Dieu par l'intermédiaire du monarque absolu ou à celle du peuple par la volonté de ses représentants...
L'État génère son propre système de domination, qui ne se réduit pas à la domination capitaliste. Il existe un rapport social de domination propre à l'État, qui oppose les gouvernés et les gouvernants. Le fédéralisme apparaît comme unique moyen de dissoudre la souveraineté et d'assurer une abolition du pouvoir, empêchant toute tentation absolutiste.
Ce qui en découle, c'est que toutes les définitions de l'anarchisme se retrouvent peu ou prou autour d'un même corpus de principes et de valeurs, et en premier lieu : l'anti-autoritarisme.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 18:43 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


A propos du dernier livre d’Emmanuel Todd : les « anti-Charlie » primaires auraient-ils enfin trouvé leur « Taguieff » ?
Lu sur Mondialisme.org : "Qu’est-ce qu’un « Taguieff » dans le petit monde de l’intelligentsia française ?

 

Un professeur cultivé, intelligent, brillant, qui défend avec passion ses orientations idéologiques en brandissant avec véhémence des travaux et une méthode qu’il considère comme scientifiques... donc incontestables par le commun des mortels, tout en cherchant à tout prix à faire rentrer la réalité dans ses schémas préconçus et en faisant preuve d’une insigne mauvaise foi.

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, a 14:55 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Articles suivants



A l'affiche