L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Vers un capitalisme “  altéré ” ?
“ En ces temps de confusion généralisée, n’est-il pourtant pas essentiel pour les anarchistes de tenter de constituer un pôle de lucidité, de rationalité et d’exigence intellectuelle ? ” Sylvie Picard visait ainsi des libertaires qui avaient pu “ s’enticher ” d’élucubrations propagées par une tenante de la queer theory sur le caractère purement verbal de la différence masculin/féminin1. Une telle mise en garde pourrait revêtir un caractère beaucoup plus général au vu du confusionnisme qui s’est emparé, depuis quelque temps déjà, de quelques esprits, plus nombreux qu’il paraît, se réclamant de l’anarchisme à propos de questions directement politiques.

Le soi-disant “ séisme ” politicien du 21 avril 2002 avait déjà donné lieu, dans certains milieux libertaires, à un “ sursaut ” électoraliste des plus cocasses qui, au nom d’un “ antifascisme ” assez fantasmatique, lui aussi, allait, une fois de plus, porter au pouvoir ces gouvernants que l’on qualifie de “ démocrates ” parce qu’ils dispensent la classe dominante d’avoir à recourir au fascisme pour continuer à dominer. Or, voici que nombre de militants anarchistes, soucieux à juste titre de ne pas se cantonner dans un isolement sectaire, se bousculent maintenant au portillon pour ne pas rater le coche de l’“ altermondialisation ”, sans guère se préoccuper, semble-t-il, de savoir exactement pour qui — et vers quoi — il roule. C’est-à-dire si l’ “ autre monde possible ” qui se profilerait au bout de la route ne serait pas, en définitive, un monde autrement capitaliste, et non un monde autre que capitaliste. Il suffit pourtant de lire ou d’entendre les leaders les plus en vue du mouvement “ altermondialiste ”, à commencer par les caciques d’Attac et leurs “ experts ”, pour s’assurer que l’anticapitalisme, à leurs yeux, n’est absolument plus de saison.

“ Les choses vont sans dire, mais encore mieux en le disant .” Décidés à mettre ce dicton en application, trois d’entre nous2 partirent en expédition, par une belle après-midi d’automne3, au Lounge bar, café branché-bobo de La Bastille, pour distribuer quelques tracts pour le FSL, mais surtout avec la ferme intention de faire dire publiquement au nouveau président d’Attac, Jacques Niconoff, ce que beaucoup, y compris parmi les anars, font semblant de ne pas avoir compris.

Le poulain de Bernard Cassen avait été invité à plancher sur l’“ altermondialisation ” dans le cadre d’un exposé-débat organisé par Génération République, association de jeunes supporters ex-chevènementistes frais émoulus de Sciences Po, HEC et autres fabriques de premiers de la classe de l’encadrement capitaliste. On eut droit, comme à l’ENA, à un topo en deux parties : la raison d’être d’un “ nouveau mouvement émancipateur [sic] , et les grands “ axes ” du “ projet ” de l’une de ses composantes, Attac.

Cette “ association d’éducation populaire ” et le mouvement “ citoyen ” planétaire dans lequel elle s’inscrit serait, selon J. Nikonoff, né de l’“ échec ” des deux précédentes tentatives émancipatrices. Pour expliquer ledit échec, il se contenta de pointer du doigt les partis “ communistes ” des pays du socialisme irréel, économiquement inefficients et politiquement peu regardants à l’égard du respect des “ libertés démocratiques ”, et les partis “ socialistes ” des pays capitalistes, passés de la social-démocratie au “ social-libéralisme ”. En bon apparatchik du P.C.F., le nouveau patron d’Attac se garda bien, toutefois, d’évoquer la part prise par son propre parti dans cette double faillite. Et encore moins d’émettre des doutes sur la nature de classe et les finalités réelles des organisations politiques et syndicales qui en étaient responsables.

Mettant à profit un rapport de forces ainsi redevenu en sa faveur, la bourgeoisie, de plus en plus mondialisée, est donc repartie à l’offensive, offensive économique et politique, mais aussi idéologique. D’où l’objectif d’Attac : “ déconstruire l’idéologie néolibérale ”. Mais, comme chacun sait, la contestation n’a de sens, de nos jours, que si elle s’accompagne de “ propositions ”. Aussi Nikonoff s’employa t-il à énumérer et préciser les “ axes ” principaux autour desquels celles-ci s’ordonnent. Or, si l’on excepte le changement d’échelle — le cadre national cède la place au cadre européen —, elles ne comportent aucune nouveauté, puisqu’elles reviennent à préconiser un retour à une interventionnisme de type keynésien, au plan économique, et à l’“ État providence ”, au plan “ social ”.

C’est précisément sur le sens de ce retour que nous avons choisi d’interroger Nikonoff, après qu’il eut répondu à une série de questions plus insanes les unes que les autres émanant d’un auditoire qui le faisait paraître presque gauchiste4. Compte tenu de la réponse hautement significative de l’intéressé, je retranscris dans leur intégralité les termes dans lesquels la question lui fut oralement adressée. “ On peut être d’accord avec vous sur l’origine du mouvement altermondialiste. Mais, vous avez oublié deux choses [ Ce n’était pas un oubli, et nous n’étions évidemment pas d’accord avec lui, mais, vu le contexte, il fallait faire comme si ]. D’abord, les deux projets émancipateurs auquel vous avez fait allusion étaient portés par le mouvement ouvrier, même si celui-ci a été trompé sinon trahi par les partis qui le représentaient. Ensuite, il en découle que l’alternative réforme ou révolution à laquelle ces deux projets renvoyaient avait quand même pour horizon un au-delà du capitalisme, qu’on l’appelle socialisme ou communisme. Qu’en est-il du projet d’Attac ? S’agit-il d’un retour en arrière défensif vers le keynésianisme et le welfare state, ou est-il conçu comme une étape vers une type de société radicalement différent ? Bref, le capitalisme est-il, pour vous comme pour tant d’autres, l’horizon indépassable de notre temps ? ”

La réponse de Nikonoff a eu le mérite de la clarté : “ Attac ne situe pas son projet dans une perspective de dépassement du capitalisme. Cela relève de l’idéologie [sic]. Nous, nous somme des pragmatiques.” Pour qui ne s’était pas laissé bercer par les sirènes du citoyennisme, ce n’était évidemment pas là un scoop. Mais la phrase qui a suivi mérite à coup sûr réflexion : “ Il n’en demeure pas moins que si les actions d’Attac aboutissent, le capitalisme s’en trouvera profondément altéré ”. “ Altéré ” comme il le fut au cours des trois décennies de l’après-guerre — les trop fameuses “ Trente glorieuses ” — dont Nikonoff venait de nous vanter nostalgiquement les charmes, sorte d’âge d’or du capitalisme où l’intervention de l’État, bien loin de mettre un frein à l’exploitation, l’avait relancée sur des bases nouvelles. Avec pour effet l’avènement d’une société dite de consommation, coup d’envoi à cette “  marchandisation du monde ” ( bagnole, télé, frigo, etc.) dont on se plaît, Nikonoff, Cassen et Ramonet en tête, à dénoncer aujourd’hui la nocivité. Obligés de céder la parole à d’autres intervenants, nous n’avons pu, cependant, relancer la discussion.

Que retenir de cet échange de vues biaisé ? Tout simplement qu’il permet de lever l’ambiguïté attachée au pseudo-concept d’“ altermondialisation ”. L’“ altération ” que devrait subir le capitalisme sous les coups de boutoir des “ altermondialistes ” n’annonce aucunement, en effet, sa destruction. Bien au contraire : il s’agit de le “ rendre autre ” pour l’aider à perdurer, ne serait-ce, au plan idéologique, qu’en le faisant passer pour autre chose que ce qu’il est. On retrouve ici à l’œuvre la dialectique séculaire inhérente à la reproduction des rapports de production. Les partisans cyniques de l’ordre bourgeois en avaient jadis, par une formule, parfaitement résumé la philosophie : “ le changement dans la continuité ”.

 Jean-Pierre Garnier

*altérer : du latin alterare : “ rendre autre ”, de alter (Le Robert)

1 Sylvie Picard, “ Queer theory, la politique fantasmatique ”, Le Monde libertaire, 16-22 oct. 2003

2 L’auteur de ces lignes et deux militants de la FA.

3 le samedi 4 septembre.

4 Ainsi l’accusait-on de ne pas connaître les “ lois du marché ” ou d’en méconnaître les bienfaits. Les prochains invités de Génération République n’encourront pas ces reproches : sur la liste des conférenciers annoncés, figurent, entre autres, Emmanuel Todd, géniteur du “ concept ” chiraquien de “ fracture sociale ”, Pierre Rosanwallon, président de feu la Fondation cédétiste et patronale Saint-Simon, et Dominique Strauss-Kahn qu’il est inutile de présenter.

Ecrit par libertad, à 18:51 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom