L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

LA VIOLENCE ET SES LIMITES
« Avec vos pétitions, manifestations et banderoles vous avez bonne mine,… nous autres avec quelques nuits d’émeutes on a tout de suite obtenu quelque chose !... ».

 

C’est à peu près le seul message « politique » qu’ont voulu faire passer en clair les quelques jeunes des banlieues qui se sont exprimés sur les dernières « violences urbaines ». Quelle/s leçon/s devons nous en tirer ?

 

 

LA VIOLENCE PAIE-T-ELLE ?

 

 

On peut légitimement se poser la question et ce indépendamment de toute considération morale que l’on peut émettre à propos de cette violence.

 

Il est exact que les demandes réitérées des jeunes, des éducateurs, des associations, de toutes celles et tous ceux qui avaient/ont conscience de ce qui se passe dans les cités… sont restées sans réponse et il est non moins exact que pour mettre fin aux violences, en plus des mesures répressives, un effort « social » quoique dérisoire, pour ne pas dire simplement financier, a été fait en direction des banlieues. Cet effort aurait-il été fait en l’absence de violence ? On peut en douter. Alors ?

 

Alors il est exact que de brûler, casser, « passer à la télé » ça fait bouger les gouvernants. La question qui demeure c’est tout de même « qu’obtient –on ?»

 

Quelle est la rançon de la violence ?

 

Si les mesures prises en faveur des banlieues, l’on été sous la contrainte, ce qui est le cas, il est bien évident qu’elles sont purement circonstancielles, autrement dit, ne faisant pas partie d’un plan politique, elles seront remises en question à la première occasion, sinon sur le long terme. Elles n’ont qu’un seul objectif : rétablir le calme.

 

On peut raisonner en disant « C’est toujours ça de pris ! ». C’est vrai, mais c’est aussi faire preuve d’une relative courte vue.

 

On peut aussi raisonner en disant « Plus on fait de dégâts, plus on obtient ». Là on fait un raisonnement faux. Il n’y a pas proportionnalité entre l’intensité de l’action et ses résultats, et ce pour deux raisons :

 

- l’Etat est obligé (politiquement) d’imposer des limites à l’ « insurrection » en particulier lorsqu’elle, volontairement ou non, déstabilise ou risque de déstabiliser le système, ou touche des intérêts vitaux et /ou politiques,

- le désaveu dans la population l’emporte sur la compréhension…. L’effet entraînement, en l’absence de projet politique, ne jouant pas /plus.

 

Dans les deux cas la répression s’abat sans que l’on n’obtienne rien, pas même le soutien de la majorité de la population.

 

Tout compte fait, au sens propre comme au sens figuré, la violence paie peu. C’est cher payer pour les contestataires, pour des mesures conjoncturelles, probablement éphémères qui sur le fond ne changeront rien à la situation.

 

 

UNE VIOLENCE CONTENUE

 

 

Ne nous faisons pas d’illusions, tous les Etats se sont prémunis contre le danger insurrectionnel. Ils ont mis au point toute une panoplie de moyens de plus en plus sophistiqués et efficaces :

 

- sur le plan militaire : les forces de répression sont nombreuses et bien équipées, quadrillent le pays, écoutent, fichent… Même l’armée est aujourd’hui uniquement formée de mercenaires… Finie la possibilité de noyauter, retourner une armée de citoyens.

- sur le plan juridique : un arsenal dissuasif pouvant aller jusqu’au couvre feu partiel ou total

- sur le plan politique : le système électoral qui donne l’illusion du fonctionnement démocratique en jouant habilement de l’alternance et en faisant jouer l’épouvantail au FN… En cas de troubles graves, recours aux élections avec « remise des pendules à l’heure »,… on nous a déjà fait le coup…

- sur le plan idéologique : servie par des médias bien contrôlés par l’Etat et les puissances financières, la pensée unique structure les cerveaux, oriente les réflexions, suggère les réactions, manipule les sondages, crée les craintes « salutaires », indique les « bons choix », …

 

Une telle organisation n’est pas nouvelle, elle a été éprouvée à toutes les époques de l’Histoire avec des variantes et bien sûr des moyens différents.

 

Il nous faut partir du principe que dans un affrontement direct, force restera au système. D’ailleurs un mouvement insurrectionnel, même parfaitement organisé, même avec des objectifs clairs, n’est pas forcément gage de succès, du moins sur le plan historique… l’exemple de la Révolution russe est là pour nous le rappeler.

 

 

AU DELA DE LA FASCINATION DE LA VIOLENCE

 

 

Le spectacle de la violence fascine, c’est bien connu et fait dire, et faire, souvent n’importe quoi, fait prendre la réalité pour ses désirs. La violence d’une révolte peut n’avoir rien à voir avec une stratégie de changement social… la preuve. Cela dit la violence de la révolte a un sens qu’il est nécessaire de décrypter. Exercice difficile car on est toujours tenté de faire dire à l’évènement observé, ce que l’on souhaiterait qu’il dise, souvent plus que ce qu’il signifie réellement. Il peut y avoir un total décalage entre la violence de la révolte et les conditions nécessaires au changement. Croire que, parce qu’une révolte commence, révolte qui peut prendre différentes formes (« violences urbaines », grève générale,…), le processus de changement est engagé s’est s’exposer à de graves déboires et à une grande déception.

 

Il est regrettable, et somme toute symptomatique, que certains de celles et ceux qui dénoncent, à juste titre, le spectacle de la société marchand, tombent dans le piège du spectacle de la violence… le processus est identique même si l’objet est différent…. Attitude à méditer…

 

Ce qui fait le succès d’un processus de changement, ce n’est pas l’acte final, qui peut être ou non violent, pas même la répétition systématique de révoltes violentes, c’est tout ce qui précède, la mise en place de nouveaux rapports sociaux, et qui fonde le nouveau système. Or, nous n’avons comme vision de l’Histoire, à l’image de l’actualité dans les médias, que ce qui marque, ce qui est clinquant et spectaculaire. Cette vision nous donne une fausse impression de ce qu’est réellement la dynamique de l’Histoire. N’en rester qu’à cette vision superficielle nous condamne à reproduire le spectacle de ce qu’est véritablement notre impuissance, et la violence peut être alors le surdéterminant qui nous permet de nous maintenir dans l’illusion de l’efficacité.

 

La stratégie du changement s’élabore à partir d’un autre champ, celui de la praxis, celui qui substitue une alternative concrète, viable et donc crédible aux rapports sociaux qui ont fait leur temps.(voir l’article « TRANSITION »)

 

 

 

L’expérience de la révolte est à double tranchant. L’impossibilité, de dépasser le cadre trompeur de son image empêche d’en saisir sa véritable signification. C’est cette incapacité qui donne à la violence un sens qu’elle n’a pas. C’est cette incapacité qui fait la différence entre révolte et véritable changement social.

 

 Patrick MIGNARD

 

 

Voir également l’ article : « VIOLENCE ET CHANGEMENT SOCIAL »

 

Ecrit par , à 09:27 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires :

  sebiseb
20-11-05
à 11:29

Je partage tout à fait ton avis, mais je ne suis pas sûre que ce soit le cas de beaucoup de monde ici.. Dommage, c'est à partir de ce genre de réflexions que l'on pourrait construire une société vraiment libre !
Répondre à ce commentaire

  ibubolo
20-11-05
à 11:58

Mignardise n°0014324-ah-3602

nomination pour la palme du meilleur auteur indépendant dans la catégorie ethnologie, spécialisation art de la guerre.

nomination également pour la palme d'honneur dans la catégorie orthorévolution.
Répondre à ce commentaire

  ElVirolo
20-11-05
à 12:44

Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Je partage moi aussi l'avis de Mignard sur la question ... Bien sûr, il en est un qui joue le jeu de la pelle et du fourgon, en rabâchant un automatisme déclenché par un quelconque mot-clé (dans ce cas "Patrick Mignard"). C'est assez pratique comme entreprise, puisque ça évite d'avoir à réfléchir...
Répondre à ce commentaire

  sebiseb
20-11-05
à 12:53

Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Bilan..
La force de répression étatique à gagner, les émeutiers sont en prisons..
..et ce qui était à prévoir, sarko et sa politique de répression raciste est plébicitée par une très large majorité de français !

La médaille de la démagogie est attribuée au camarade..
Répondre à ce commentaire

  detred
20-11-05
à 16:17

Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Le jury accorde également un prix spécial aux anars qui ont cru que les émeutes seraient les prémices d'une révolution...loupé!
Répondre à ce commentaire

  libertad
20-11-05
à 17:07

Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Le jury va avoir du boulot : les communards-vaincus, la révolution espagnole-vaincue, Makhno-vaincu, je continue la liste ? Si vous arrêtiez de dire n'importe quoi ça nous ferait des vacances ;-)
Quand je vois le niveau de certains commentaires j'ai un peu la honte par rapport aux auteurs de textes. Je dis celà d'une manière générale.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
20-11-05
à 20:05

Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

sauf que je suis sérieux.

Quand des ouvriers bedonnants cassent leurs outils, on applaudit, quand des jeunes leurs écoles, tout le monde trouve des raisons (même historiques, et nouveauté ethnico-orthorévolutionnaire) de se désolidariser.

Moi aussi je partage les sages analyses des doctes scribes, mais je suis déçu par la quantité énorme d'analyses et de pâtés révolutionnaires au regard de la quasi inexistence d'actions de solidarité.

Cela fait longtemps que je ne crois plus au grand soir ou au petit jésus, mais ce qui s'est passé dans la rue et les réactions des médias, de la doxa et du petit monde libertaire est un évènement en soi.

C'est l'automne, au feu les feuilles mortes !
Répondre à ce commentaire

  anonym3
20-11-05
à 20:55

Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Les insurrections précédent les révolutions. Il y a eu une insurrection, mais je n'ai pas vu de perspectives révolutionnaires dans cette insurrection .
D'autre part, une émeute/insurrection ou une révolution peut aller dans des sens divers, ça dépend de celui qui est donné par les acteurs de ces mouvements.
Par exemple pétain a fait ce qu'il appelait une "révolution nationale", les bourgeois aussi en ont faits dans le genre national.

Detred, peux tu exposer les extraits des écrits d'anars ayant posés la croyance que cette insurrection serait le prémice d'une révolution ? Moi, je n'en connais pas (à part des anars grecs qui se sont solidarisés conrétement). Ça m'intéresse que tu m'éclaires à ce sujet (de maniére sérieuse).
Répondre à ce commentaire

  detred
20-11-05
à 22:56

Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

et si une personne arrivait à dire ne serait-ce qu'une chose intelligente sur les émeutes, et du point de vue anar, ce serait un effet de surprise ;)
Répondre à ce commentaire

  detred
20-11-05
à 23:00

Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

"Detred, peux tu exposer les extraits des écrits d'anars ayant posés la croyance que cette insurrection serait le prémice d'une révolution ? Moi, je n'en connais pas (à part des anars grecs qui se sont solidarisés conrétement). Ça m'intéresse que tu m'éclaires à ce sujet (de maniére sérieuse). "

des écrits disons "officiels" je n'en ai pas, mais des réactions de la part d'anarchistes, il y en a eu pléthor rien que sur l'en dehors, je t'invite à lire les archives et les commentaires au sujet des émeutes, et si, "par hasard", tu "n'en vois pas", je te les mettrai sous le nez ;)

Répondre à ce commentaire

  libertad
20-11-05
à 23:25

Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Detred si quelqu'un a compris ta position sur les émeutes des banlieues, il est fort car dans le débat tu as comparé ironiquement les banlieusards à des singes, tu as donné ton adresse et invité à prendre le RER avec toi, tu as fait une comparaison dont la subtilité m'échappe entre les banlieues et le ghetto de Varsovie, tu as beaucoup cité les autres, sans donner réellement ton point de vue.
Certains comme Patrick Mignard s'efforcent d'avoir une position cohérente de donner des arguments, celà ne semble pas être vraiment ton problème, comme me l'a dit une lectrice, il est "grave" Detred !
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 07:03

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Libertad a parfaitement raison. De passage sur ce site, qui m'a été recommandé pour la qualité de ses articles, je suis effaré par le niveau de débilité de nombre de commentaires qui s'appuient pourtant sur des articles forts intéressants. Je ne suis pas anar mais j'osais espérer que la pensée anarchiste sortait du lot des conneries que l'on entend habituellement, hélas ce n'est pas le cas. Certains croient qu'être anar ou prétendre l'être autorise à dire tout et n'importe quoi. Faites gaffe, à force de décrédibiliser ces idées et le débat il y aura de moins en moins de monde de passage sur le site.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 09:33

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Merci pour ta participation qui apporte beaucoup au débat et qui fait reculer la débilité ambiante !

C'est marrant : le débile c'est toujours l'autre.

Ah si, tout le monde était aussi spirituel, intelligent, perspicace et drôle que moi !

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 11:19

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Je disais ça dans un but purement positif... si tu trouves cela bien, continue. Toi par contre tu vas faire progresser le débat...

Steph
Répondre à ce commentaire

  anonym3
21-11-05
à 12:19

Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

J'ai eu le temps de les lire, mais je n'en ai pas vu. Et ce n'est pas un hasard.
Répondre à ce commentaire

  ibubolo
21-11-05
à 14:39

...flûte alors...

...faut qu'on se tienne, sinon, on va prendre les anars pour des conNEs... ;-)  ça me fait doucement rire ; c'est comme les gens qui espèrent ne pas prendre de coup en s'annonçant non-violentEs...

Sinon, je ne sais pas si beaucoup d'anar ont cru aux prémisses du grand soir, mais ce qui est sûr, c'est que beaucoup ont fait preuve d'une crasse réaction et que les flots de  jugements faciles, distants et définitifs n'a fait qu'enfoncer un peu plus ces indésirables...

Evidemment qu'un feu de voiture dans le parking d'une école n'a pas la portée révolutionnaire d'un feu de tas de pneus devant une usine de saucisses, mais...   ... je ne sais plus quoi dire, je vais à la permanence CGT demander la suite du programme, je verrai après.
Répondre à ce commentaire

  ibubolo
21-11-05
à 14:49

flûte de pandore

sinon, pour revenir sur l'article, je trouve que l'analyse (puisqu'il faut bien définir ce texte) de PM (a-t-il lu bolo'bolo ?) n'est qu'une creuse réponse (ou écho) à la cloche médiatique.

Genre : "casser pour passer à la télé", "casser pour obtenir", "critique du spectacle", etc...

MAIS, dans ce cas, le spectacle, c'est la critique.

Je ne pense pas que le fil conducteur de ces évènements soit un calcul quelconque. Que ce soit par plaisir ou par pure rage, demandons-nous plutôt ce qui pousse des gens à affronter les forces spectaculaires de l'ordre marchand.

Trêve de romantisme, les romantiques sont celles et ceux qui condamnent le présent au regard du passé.

C'est toujours l'automne et y reste plein de feuilles mortes !
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 15:49

Re: ...flûte alors...

‘’c'est comme les gens qui espèrent ne pas prendre de coup en s'annonçant non-violentEs...’’

 

Tout ce qui fô pas lire parfois :-)))

Répondre à ce commentaire

  ibubolo
21-11-05
à 16:14

Re: Re: ...flûte alors...

je faisais référence au contexte d'une manif' où les gentilles orgas "pacifistes" condamnent les individuEs "violentEs" et reprochent à ces dernièrEs d'être l'origine de la violence policière.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 17:45

Re: flûte de pandore

Vous avez été prévenus ; ce n'est pas un hasard si un anonyme de passage parle de votre manque de crédibilité. Libertad a bien raison : c'est effarant de voir la vacuité et l'ambiguïté des commentaires suite à ces émeutes.

Certains, ibubolo en tête, voudraient faire croire qu'il suffit simplement d'opiner du chef pour être conséquent : il n'en est rien. L'opinion n'est pas d'utilité car elle ne fait appelle qu'au sentiment d'être bien ensemble. Le concept de spectacle, lui, reste bien au-delà de vos sentiments et à une force d'articulation des faits qui vous dépasse largement.

Car s'il est certain que "les idées sur le spectacle ne mèneront pas plus loin que le spectacle lui-même", il n'est reste pas moins que PM affirme la necessité d'une praxis (c'est PM qui souligne !), c'est-à-dire qu'il considére qu'il ne suffit pas de tenir un discours mais qu'il est necessaire à ses yeux d'être aussi du côté de la pratique. Mais curieusement Ibubolo refuse de lire cela. Cependant, entre l'opinion personnelle injustifiée et le concept de praxis même s'il reste trop du côté de l'abstrait, il facile de voir ce qui mènera le plus loin...

Il est plus confortable de distribuer les bons et les mauvais points que de s'efforcer de poser objectivement les enjeux de cette révolte et le devoir des révolutionnaires en ces temps troubles. J'insiste lourdement sur le mot devoir, cela fera déjà une rupture avec pas mal de gens qui commentent ici. On ne peut pas s'en laver les mains pour au moins deux raisons :
- les émeutiers ont chassé sur le terrain des anars en s'en prenant aux symboles de la consommation et de l'Etat. Comme lumpenprolétaires ils ne peuvent obtenir un soutient critique que de la part des anarchistes (cf. la CNT-AIT). Ils ne sont rien pour les diverses variantes bolchéviques qui recherchent prioritairement à encadrer des ouvriers déjà disciplinés par l'usine.
- la répression n'est en aucun cas acceptable par des anarchistes.

Botter en touche comme beaucoup le fond c'est se rendre insignifiant.

Enfin, il me semble que c'est l'absence de théorie révolutionnaire chez les anarchistes qui commentent ici qui est à la racine de l'insignifiance des commentaires. Car à quoi sert la théorie si ce n'est donner leurs raisons aux gens qui éprouvent déjà de la colère ? D'ailleurs la plus part ne savent pas lire ou tout simplement jugent la lecture méprisable comparativement à ce qu'ils prétendent être.

PM a plus de mérite que la plus part d'entre vous.

Un anonyme qui a éprouvé bien de la solitude à essayer de soutenir les émeutiers ici dès le début.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 18:40

Re: Re: flûte de pandore

Je pensais que le site de l'en dehors offrait justement la possibilité de croiser les points de vue... Maintenant s'il faut se conformer à la ligne officielle du site sous peine de se voir attribuer des vocable tels que "débilité", "vacuité"...

Désolé Libertad, désolé l'Anonyme, j'ai trouvé de l'intérêt à lire les différents points de vues exposés. L'analyse de PM ne manque pas d'intérêt, les critiques qui ont été proposées non plus.

Je ne pense pas que sur un sujet tel que celui des émeutes de ces dernières semaines on puisse trouver un terrain de consensus absolu. Cela apparaît d'autant plus difficile que, quel que soit le sens dans lequel on prend le problème, on l'a eu dans le c.. Et ça fait mal.

Soutenir les émeutes? C'est être complice de la stratégie de Sarkozy. Ne pas les soutenir? C'est être complice de toutes les crasses que l'on fait subir aux banlieues, aux immigrés etc... Dire qu'on les soutien mais en appelant au calme? Nous sommes des mous et nous faisons le lit du libéralisme...

Dans tous les cas le résultat est le même : le pouvoir sort renforcé et les pauvres... toujours aussi pauvres.

Bilan, les anars s'énervent, se s'insultent mutuellement, s'accusent de tous les maux...

Mais ces anathèmes ne relèvent pas du débat d'idée : ce sont des constats d'impuissance.

Comment sortir de ce cercle vicieux?

Sûrement pas en se traitant de débiles ou autres jolis noms d'oiseaux.

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 18:51

Re: Re: Re: flûte de pandore

On en sort par la théorie ;  ce n'est pas par hasard si la droite tente des explications farfelues du genre "polygamie root of all evils"... C'est le réel qu'il faut comprendre de sorte que l'on puisse distinguer ce qu'il est possible de faire, c'est-à-dire de rendre possible la définition collective de stratégies, ce qui fait cruellement défaut aux émeutiers. Encore faut-il être prêt à faire des choses avec eux, ce que beaucoup ici ne veulent tout simplement pas.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 19:00

Re: Re: Re: Re: flûte de pandore

Encore faut-il être prêt à faire des choses avec eux, ce que beaucoup ici ne veulent tout simplement pas.

A moins que ce ne soient les émeutiers qui ne veulent pas de toi, de ton baratin et de tes tentatives de récupération?

Mais ça, c'est fait mal à l'égo donc, vaut mieux ne pas en parler...

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 19:36

Re: Re: Re: Re: Re: flûte de pandore

Tu as tout a fait raison : mieux vaut ne pas en parler ! À vrai dire, je trouve particulièrement plaisant que les personnes dans ton genre se réduisent d'eux-même au silence, c'est toujours ça d'énergie en moins à dépenser....

Néanmoins, pour te contrer voici une question :

Crois-tu une seule seconde que les émeutiers aient les moyens de dépasser seuls la situation où on les a mis ? Ma réponse est non, ne serait-ce que parce qu'ils sont dans l'incapacité de produire un autre monde, vu qu'on les a démunis de presque tout et qu'on les encadre policièrement de plus en plus. Le soutien est une condition indispensable au dépassement de la situation sordide où ils sont englués.

Répondre à ce commentaire

  ibubolo
21-11-05
à 19:38

les gueux, la charrette et les serfs rebelles

Une divergence sur la théorie n'en signifie pas la négation...


Puis, je préfère distribuer des points provos aux feuilles mortes que de présider sérieusement à la tribune du mérite révolutionnaire.

Je ne participe pas à cette dichotomie pour ou contre les émeutes, mais j'affirme qu'elle aveugle la plupart d'entre nous (à la manière d'un référendum ou d'un deuxième tour...) , au point de se renier et de participer à la lapidation des lanceurs de cailloux.

Se parer de ses atours théoriques et en déposséder l'autre (de la théorie) est une posture esthétique, certes, mais peu à propos.

Plutôt que de faire couler de l'encre pour soutenir les gens qui se font écraser au prétexte des émeutes, les acharnistes enfoncent le clou et, à leur tour, se défont de la  charrette sociale.

On en parle ?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 20:20

Re: Re: Re: Re: Re: Re: flûte de pandore

Crois-tu une seule seconde que les émeutiers aient les moyens de dépasser seuls la situation où on les a mis ? Ma réponse est non

Je suis d'accord

ne serait-ce que parce qu'ils sont dans l'incapacité de produire un autre monde

Là, je ne suis plus d'accord : ils produisent déjà un autre monde, un monde dans lequel tu n'as pour le moment pas de place. Mais ce n'est pas parce que tu n'y a pas de place que ce monde n'existe pas !

Le soutien est une condition indispensable au dépassement de la situation sordide où ils sont englués.

Quel soutien ? Du bla bla sur des forums anars ? D'accord, il n'y a pas de mal à se faire du bien, mais on reste au stade de l'onanisme intellectuel. Vous n'avez que ça à la bouche du "soutien" mais pas un de vous n'est capable de dire en quoi ce soutien consiste.

C'est vrai que pour ma part je suis paumé. Je n'ai pas de réponse à proposer. Je ne vois pas d'issues à cette merde ambiante... Et alors ? Ca ne m'empêche pas d'être assez lucide pour savoir quand mon interlocuteur joue du pipeau...

Et les virtuoses pullulent !

Répondre à ce commentaire

  Anonym3
21-11-05
à 20:21

Re: Re: flûte de pandore

L'anarchisme insurrectionnel est une théorie défendue par divers auteurs anarchistes (dont Alfredo M. Bonanno, dans "la Joie Armée", ou wolfi landstreicher).

Extraits ( http://endehors.org/news/6566.shtml ):
"Anarchiste insurrectionnel Alfredo Bonanno insuffle avec détail et précision le concept de la joie armée. Quelque chose entre le nihilisme et l’anarchisme. La méfiance qu’il a pour toute organisation et schémas sont d’une grande aide pour nous-mêmes en tant qu’anarchistes. Bien qu’il existe une défiance vis-à-vis du projet anarchiste insurrectionnel beaucoup d’entre nous sont proches et apprécient son approche et sa franchise. Bien sûr, les idées, les actions peuvent devenir si ambiguës, si versatiles, qu’elles perdent toute signification et valeur. Il y a encore beaucoup de chemin avant que l’anarchie insurrectionnelle n’atteigne ce point. [...] Pour l’anarchiste insurrectionnel la joie est le moyen et l’objectif, une propagation spontanée des insurrections, l’expérience du jeu vivant et vécu. Le jeu n’est pas vu comme un loisir, un passe temps , une coupure de nos devoirs sociaux , mais l’approche de la vie.Il n’a y a pas de frontières entre les désirs et les responsabilités , aucune structure fixe de connexion , de réseau."
Répondre à ce commentaire

  Steph l'anonyme de passage
21-11-05
à 20:29

Il y va de votre crédibilité !

Il ne s'agit évidemment pas de pratiquer la censure, l'autocensure ou la référence à une "ligne". Evidemment que tout le monde a le droit de tout dire. Je fais cependant une différence entre un échange sur un forum et un défouloir. Ben oui, ce n'est pas la même chose. Or, et je ne suis pas le seul à le constater, sur ce site, et il n'est pas le seul, certains/nes ne viennent pas débattre, argumenter, essayer de comprendre, mais dire souvent n'importe quoi, éructer leur impuissance politique. On a certes le droit de dire n'importe quoi mais alors il ne faut pas s'étonner que celles et ceux qui veulent réfléchir aillent ailleurs.

Les idées anarchistes, et je le reprécise, je ne suis pas anar, sont suffisamment détournées, brocardées, déviées, traînées dansla boue, pour que celles et ceux qui en sont porteurs portent toute leur attention à la clarté du propos et au soucis pédagogique d'être compris. A défaut de cet effort les idées anarchistes resteront marginales et pas prises au sérieux.

Je parais peut-être un peu con et vieillot, mais je suis désolé pour celles et ceux qui ne veulent pas comprendre, les gens à qui vous voulez vous adresser sont ainsi fait qu'il faille de la rigueur quand on s'adresse à eux. A défaut de cet effort de rigueur vous passerez pour des rigolos.

Steph, l'anonyme de passage.

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 20:53

Re: Il y va de votre crédibilité !

certains/nes ne viennent pas débattre, argumenter, essayer de comprendre, mais dire souvent n'importe quoi, éructer leur impuissance politique.

Ah oui? Peut-être... Mais si tu nous donnais quelques exemples de ces propos ineptes qui t'agacent, juste pour voir si ce sont réelement des propos ineptes ou juste des propos qui ne vont pas... dans ton sens !

Quant à l'impuissance politique... vaste débat !

Répondre à ce commentaire

  Steph l'anonyme de passage
21-11-05
à 21:10

Re: Re: Il y va de votre crédibilité !

Désolé mais j'ai autre chose à faire que de regrouper tous ces propos... ils sont du genre de ceux tenus par Ibubolo le 20/11 à 11h58... Mais je ne vois pas pourquoi te les citer vu que tu as du les lire à moins que tu partages tout à fait ce genre de discours... C'est peut-être une nouvelle mode.

D'ailleurs, Libertad en a été le premier à en faire la remarque et il est bien placé pour cela vu qu'il lit tout... et je partage tout à fait son avis.

Steph

Répondre à ce commentaire

  punkcore
21-11-05
à 21:21

mon avis

moi mon avis de province est contre c emeutes debilecar chaque voiture bruler c est un vote pour le fn il n y aura jamais de revolution si elle est pa approuve par le peuple entier
Répondre à ce commentaire

  ibubolo
21-11-05
à 22:10

Chez le tailleur...

bon, force m'est de constater que mon humour est soit trop hermétique soit inexistant.

Ma remarque relève d'un ras-le-bol (à l'instar de celui de la ligue des lecteurs bienveillants à l'image de l'anarchie). Ras-le-bol de lire des analyses qui parlent la langue du système, qui pensent comme le système.

Le problème n'étant pas d'être avec ou contre, à gauche ou à droite, mais en-dehors, n'est-ce pas ?


PS : Puis les gens qui s'offusque pour la bassesse de mon érudition devraient se poser des questions quant à leurs rapports avec ce monde en flammes ;  la théorie a ses limites  dans  sa communication.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 22:11

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

tout l'art de sortir des bouts de phrase de leur contexte, n'est ce pas libertad ;)

Et mon point de vue est pourtant simple, même si je m'exprime surtout par ironie, je vais le donner par points, comme ça ce sera clair  :

1) brûler des voitures, des écoles, des bus etc.... sont des actes lâches

2) il n'y a pas grand chose de politique là-dessous, donc ne pas y voir des actes contre l'état

3)ne pas y voir des actes contre l'état, car les uniques victimes sont les banlieusards

4)certes, apportons malgré tout notre soutien aux émeutiers jugés indignement et expédtivivement, mais surtout, apportons notre soutien aux victimes

5) même si ça n'a rien de politique, les émeutes ont eu le "mérite" (ironie) de faire un grand éclairage de la situation en banlieue, et c'est là je trouve, aux côtés de tous les banlieusards, que doit se situer une action de soutien de la part des anars, soutien il me semble quasi-inexistant, et ce depuis des décennies

6)j'ai trouvé la réaction de beaucoup d'anarchistes déplorable, le point d'orgue revenant à l'édito du monde libertaire n° je ne sais combien, que j'ai qualifias de torchon

7) à un moment, Niakine a écrit une phrase qui m'a à vrai dire choquer : grosso merdo c'est ça "les anarchistes ne devraient pas se couper du reste de la population"

Moi qui penser que les anars en faisait partie, je vois que je me suis lourdement tromper, il y a bien comme je le pense depuis le début, une élite du militantisme anar

J'espère avoir été clair

Detred

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 22:13

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

"J'ai eu le temps de les lire, mais je n'en ai pas vu. Et ce n'est pas un hasard. "
naturellement....
Répondre à ce commentaire

  anonym3
21-11-05
à 22:20

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

je croyais que tu voulais me les mettre sous le nez, tu abandonnes ?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 22:34

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

un anonyme sur

Toi qu'est si fort en réthorique, qu'est ce que tu propose pour changer les banlieues ?
Ou peut être t'écris dans ce site juste parceque ca fait bien , ton énorme égo d'ourang outan t'handicape tellement que tu ne supporte pas d'être considérer comme un francais moyen. Alors comme t'as pas les moyen de  jouer du bifton tu fais l'anar. Au moins comme ca tu te différencies de la masse ? Mais quand ca barde un peu , t'as tellement les pounches que tu finis par dire que sarkonazi c'est un mec bien.
Moi je ne prétend nullement connaitre les solutions collectives au problème de la société , je me considère comme anar individualiste et illégaliste (quand la lois entrave ma liberté) personellement dans la vie je me débrouille: je suis marié à une beurette que j'adore, je suis père , je taffe un peu ,  j'ai ma case à la campagne loin de babylone , je cultive mon jardin trankil,... Bref  je m'en sort plutôt pas mal. J'ajouterais même que de toute ma vie jamais les condés ne m'ont demandé mes papiers ( j'ai 32 ans).
Toujours est il que j'habite très loin de Paris , des HLM j'en ai même jamais vu de près. Il m'arrive d'aller à la ville, c'est très rare , il faut vraiment que ce soit indispensable. Mais quand je constate les conditions de vie inhumaines de nos frères banlieusards , qui vivent dans la mouise , insultés par le nain  , ghettoisés , RMIsés à vie, mal formés , condamnés de vivre à perpette dans ces putains de bulding en bêton , qui ne peuvent même pas se rouler un pti beuz entre potos dans une cage d'escalier, controlés tous les soir par les argousins.... Je les comprends , ca ne peut durer, je suis solidaire. Ce sont pour moi des conditions suffisantes pour se révolter et  foutre la merde. Leur révolte est légitime . Il n'ont plus rien à perdre.
De ta morale politiquement correcte  gauchiste intello de la classe moyenne, je n'en ai rien à battre. J'estime que quand l'homme est privé de liberté c'est sont devoir de se battre pour s'émanciper. Quelqu'en soit les moyens.
Bien que le contexte et l'époque sont différent, ces événement avec un peu d'imagination peuvent être mis en parallèle avec ceux de la commune de 1871. A vous de choisir votre camps, versaillais ou communards...

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 22:36

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

lu sur "quand délinquance rime avec décadence"

"Bien que le contexte et l'époque sont différent, ces événement avec un peu d'imagination peuvent être mis en parallèle avec ceux de la commune de 1871. A vous de choisir votre camps, versaillais ou communards...
"

et je passe les références au grand soir, à mai 68....

Detred

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
21-11-05
à 22:38

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

désolé, je n'ai le droit qu'à 1 seul copié/collé, si tu penses après que j'ai encore tort, autant le dire tout de suite, je ne m'amuserai pas à te dresser une liste de citation

Detred

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
22-11-05
à 01:17

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

"et je passe les références au grand soir, à mai 68....

Detred"

et celle à Ludd aussi...

Répondre à ce commentaire

  Steph l'anonyme de passage
22-11-05
à 08:42

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

Tchaou les mecs, je prend l'article et vais en discuter ailleurs avec d'autres. Je vous laisse à vos jeux.
Répondre à ce commentaire

  Ibubolo
22-11-05
à 09:10

Bon débarras

Nan, mais c'est quoi ?

Franchement, ton attitude est on ne peut plus malhonnête , prendre le public supposé à parti pour rabaisser les autres, c'est petit, tout petit...

Puis Steph, si t'es pas anar', t'es quoi ? Parce que pour nous donner des conseils sur l'image de l'anarchisme, je te trouve bien avenant.

Y en a qui ont l'air de conNEs, ok... mais on est toujours le ou la conNE de quelqu'unE.


Puis voilà, je suis saoulé. On cause, on cause, on cause, on oppose des opinions, et à la première faiblesse réthorique, les moines arrivent avec leurs verges et flagellent les débiles (faibles) en récitant leurs litanies.

J'écris sûrement beaucoup de conneries, mais je les pense par moi-même.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
22-11-05
à 11:05

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

"Tchaou les mecs, je prend l'article et vais en discuter ailleurs avec d'autres. Je vous laisse à vos jeux."

Essaye le blog de Juppé il paraît qu'il est très bien.

ou le forum : www.elite-intellectuelles-de-demain.org...

C'est pas possible de se la pêter comme ça !

Répondre à ce commentaire

  punkcore
23-11-05
à 12:01

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

en tou cas ya un probleme d union et de solidarite chez les anars normal
Répondre à ce commentaire

  tartdanstagueul
23-11-05
à 17:25

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

oh ouaiiis ! génial solidarité union ! c normal.. vive le punk !! ahhahh, qu'est ce que je me marre... je suis libre, yeaaahh !!
Répondre à ce commentaire

  punkcore
23-11-05
à 20:20

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

<p>c a cause de gens (pour bien parler)comme toi que les anar sont pas credibles.tu vois je repond meme pa a tes provocs car ca sert a rien,vu qu un ecran nous separe et c est bien domage.</p>
Répondre à ce commentaire

  tartdanstagueul
23-11-05
à 20:33

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

ouais vaz i, moi je te nike, je suis un rebelz, pa grav pour l'écran on va se foutre sur la gueule entre pauvr'zanars qu'tu hais.
Tu réponds pas, t'es sur ?
Répondre à ce commentaire

  libertad
23-11-05
à 21:22

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

On arrête là je crois que ça vaut mieux !
Répondre à ce commentaire

  anonym3
04-01-06
à 10:24

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Mignardise n°0014324-ah-3602

J'avais hésité à te répondre, car tu tombes bas niveau troll/con, mais je vais répondre puisque t'insistes et que tu te permets de m'insulter sans que le gardien des bonnes moeurs libertad sévisse. étonnant ! n'est-il pas ? mais je sais pourquoi le juge est partial.
"J'estime que quand l'homme est privé de liberté c'est sont devoir de se battre pour s'émanciper. Quelqu'en soit les moyens.
Bien que le contexte et l'époque sont différent, ces événement avec un peu d'imagination peuvent être mis en parallèle avec ceux de la commune de 1871. A vous de choisir votre camps, versaillais ou communards..."
Tu comprends par cela que des anars (il y en a qu'un là) ont cru que les émeutes seraient les prémices d'une révolution??! ah bon? c'est pas ce que je lis !
Moi, ce que j'y lis, c'est qu'une personne exprime le fait qu'elle considére que lorsque quelqu'un veut sa liberté, il doit lutter. Et que même si ce qui se passe n'est pas du même contexte que dans nos livres d'histoire d'anarchie, qu'avec un peu d'imagination (donc du verbe imaginer), ces événements peuvent être mis en paralléle (ce qui ne veut pas dire égalité des deux événements) avec la commune de paris. Et que le choix est simple, soit choisir de soutenir l'État et sa réaction (ceux qui créent cette misére réélle ou imagé ; les versaillais), soit de soutenir les insurgés émeutiers (qui sont victimes et acteurs de cette misére ; les communards). Maintenant, l'auteur de ces phrases a bien précisé d'utiliser son imagination pour faire le parraléle (il aurait pu prendre une situation où il y avait un groupe en prise avec les flics et dire choisis ton camp, telles les gendarmicides de brassens), mais il a bien précisé aussi que le contexte est différent, et donc logiquement que le soutien doit être différent, mais néanmoins tranché dans un camp ou dans un autre.

Au passage, on peut ergoter, mais la commune de paris n'a pas été une révolution, mais une insurrection.

Donc je me demande toujours où tu as pu voir la croyance d'anars que cet événement en un prémice à une révolution, si ce n'est dans tes interprétations simplistes...
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom