L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Utopies pirates
Lu sur FTP : "L'image des boucaniers et autres écumeurs des mers que nous avons en tête relève plus du folklore que de la véritable histoire.Car malgré toutes les recherches effectuées au cours des siècles, il faut bien se rendre à l'évidence que l'on en sait relativement peu sur la vie quotidienne de ces flibustiers. Mais on en connaît suffisamment sur leurs îles-repaires, - où ils jouissaient d'une existence libre et peu austère -, pour comprendre que des zones d'autonomie temporaires existaient dès le XVème siècle. Ces enclaves pirates cherchaient essentiellement à échapper à toutes formes de contrôle et d'autorité étatiques, et pour y parvenir à long terme, les individus qui s'y installèrent créèrent de nouvelles formes expérimentales de société. Des endroits (régions entières, citadelles, îles, ports...) se trouvèrent ainsi dénués de toutes contraintes hiérarchiques, et beaucoup adoptèrent même des fonctionnements relativement démocratiques, voire quasi libertaire, en tout cas pour l'époque. Grâce à une relative clandestinité, les pirates réussirent à établir au fil des siècles un réseau d'échanges totalement mouvant et (plus ou moins) solidaire, dont les multiples enclaves servaient aussi bien de lieux de repos et de plaisirs que de lieux de troc/commerce, ou même de port de réparation pour les bateaux. Ainsi, entre le XVème et le XIXème siècle, la piraterie connue une période d'apogée. Principalement, parce que la navigation s'était considérablement développée, tout comme les cartes et les instruments de navigation, l'armement, les conquêtes coloniales... Mais la piraterie de haute mer s'est depuis largement évaporée, pour prendre de nouvelles formes, comme par exemple en Asie, où le transport par voies fluviales d'opiacés, d'alcool, de tabac, de prostituées, d'armes et d'autres choses encore font les beaux jours des "pirates du Mekong".



ORGANISATION DES PIRATES

Les activités maritimes des pirates se résumaient essentiellement à l'abordage et au pillage des bateaux transportants des cargaisons toujours précieuses : pierres et métaux rares, bijoux, tissus, armes, esclaves, personnes rançonnables, épices, alcools, nourriture... Mais bien évidemment, l'aventure en mer à toujours ses revers : tempêtes, scorbut, dérive, abordage, coulage... Et la vie à bord pouvant parfois devenir monotone lors des longs voyages sans saccages ni pillages, - ce qui était relativement rare - , les pirates veillaient toujours à satisfaire leurs plaisirs. C'est pourquoi certains bateaux, surtout mauresques, ressemblaient à de véritables palais des délices (alcools, musique, sexualité libre, cuisiniers...).

Mais, soyons clairs, les bateaux pirates, vaisseaux de guerre voués à des abordages brutaux et sanglants, n'étaient ni des Club Merde ®, ni des havres pacifiques. Leurs équipages se soustrayant à l'autorité royale par leurs actes, ceux-ci savaient pertinemment que s'ils étaient vaincus par des équipages corsaires ou royaux, ils risquaient la pendaison, les galères, les culs de basses fosses ou autres délices du genre, et avaient donc tous intérêts à s'organiser de manière efficace. Pour la plupart des pirates, l'organisation se différenciait justement de celles des corsaires, (ces mercenaires mandatés, grâce à une "lettre de course", par les états et royaumes). En effet, il semble qu'au sein de l'organisation pirate (qui était évidemment spécifique à chaque équipage ou "bastion pirate"), régnait un minimum d'égalité. Certains "capitaines" d'ailleurs, comme Misson, fondateur de Libertalia, proposait aux équipages des bateaux abordés de le rejoindre dans la piraterie ou d'être déposés sur une île avec des vivre, dans l'attente du passage - hypothétique - d'un navire. (Il va sans dire que beaucoup de marins le rejoignaient). L'absence de châtiments corporels à bord de nombreux bateaux est également un fait notable pour l'époque. Mais l'aspect non négligeable pour ces aventuriers restait le partage du butin. Les capitaines pirates touchaient généralement jusqu'à deux parts, les hommes d'équipages, une part, et tout non-combattant (cuisinier, musicien…) une demie part ou trois quarts de parts. A titre indicatif, un capitaine corsaire pouvait percevoir 40 fois la part d'un homme d'équipage. Hormis Mary Read ou Anne Bonny, il y eut semble-t-il assez peu de femmes pirates. D'une part dans les enclaves musulmanes cela était absolument impossible, d'autre part en Europe catholique cela ne l'était
guère plus. A cette période les femmes constituaient surtout une "marchandise" très enrichissante en tant qu'esclave, prostituée...

Les principales enclaves étaient soit tenues par des pirates musulmans et des renegados 2 (Tunis, Alger, Tripoli), soit par des marins de toutes nationalités et religions (la Tortue, Hispaniola, Libertalia). Mais un seul état pirate fut recensé, la république du Bou Regreg dont l'apogée s'acheva au XVIIème siècle. Ce port marocain s'appelait aussi Salé (ou Rabat-Salé). Il était morcelé en trois zones de tensions et de commerces distinctes, et ne constituait pas à proprement dit une enclave pirate, mais bel et bien un "état pirate". Ce qui implique que la flotte appartenait au divan (gouvernement qui prélevait environ 10% du butin), mais n'empêchait nullement l'équipage de percevoir 45% du butin à se partager. Les impôts prélevés à Salé restaient dans la ville, alors que ceux prélevés à Alger par exemple, étaient destinés aux caisses de l'Empire Ottoman. Autre point intéressant, le divan et le gouverneur-amiral étaient élus, et pouvaient être révoqués chaque année dès qu'ils cessaient de défendre les intérêts du peuple. Quelque chose d'inimaginable en Europe à la même époque.

2 Les rénégados, ainsi nommait-on les chrétiens européens convertis à l'islam, de gré (aventuriers, marins, anciens corsaires...) ou de force (esclave affranchis, enfants ou adultes rançonnés, marins captifs..).


Libertalia
L'écrivain William Burroughs, notamment dans Les Cités de la Nuit Ecarlate, décrit lui aussi ces enclaves autonomes et particulièrement celle de Libertalia, rendue célèbre par Daniel Defoe, l'auteur de Robinson Crusoé. Bien sûr Libertalia, comme d'autres enclaves pirates, est entourée de mystère et de doute. Defoe l'a t'il inventé, a-t-il romancé l'histoire dans son récit, qui ne serait peut-être même qu'une métaphore ? L'enclave Libertalia aurait pourtant vraisemblablement existé, quelque part vers l'île de Madagascar, durant quelques années avant que ses habitantEs ne finissent exterminés par les indigènes. Et son fonctionnement, axé autour de la personnalité du capitaine français Misson et de celle de son acolyte, le prêtre défroqué, Carracoli, reposait sur l'égalité entre individu, le partage du butin, la mise en commun des biens et l'abolition de la propriété comme le précise cet extrait : "Le lendemain, tout le monde se rassembla et les trois capitaines proposèrent d'instituer une espèce de gouvernement, comme l'exigeait leur sécurité. Où il n'existe pas de lois coercitives, les plus faibles sont toujours les victimes et tout tend nécessairement à la confusion. Les hommes sont les jouets de passions qui leur cachent la justice et les rendent toujours partiaux en faveur de leurs intérêts : il leur fallait soumettre les conflits possibles à des personnes calmes et indépendantes capables d'examiner avec sang-froid et de juger selon la raison et l'équité ; ils avaient en vue un régime démocratique : quand le peuple édicte et juge à la fois ses propres lois, on a affaire au régime le plus convenable. En conséquence, ils demandaient aux hommes de se répartir par dix et d'élire, par groupe, un représentant à l'assemblée constituante chargée de voter des lois saines dans l’intérêt public ; le trésor et le bétail qu'ils détenaient devaient être équitablement répartis et les terres annexées dorénavant seraient tenues pour propriété inaliénable, sinon aux clauses et conditions d'une vente." Libertalia, utopie pirate, Daniel Defoe (1724). ".
Ecrit par libertad, à 00:27 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom