L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Religion: libertine ou la chair comme tapis de prières
Lu sur Les dessous de Coronis : "Je suis un peu libertine, je l’élime, je m’élime…Je suis une libertine poly-sensuelle ( néologisme de moi même ) qui se drape dans ce qualificatif élogieux comme le dévot dans la vertu… Ne vous y trompez pas… je ne prône pas les dévotions permanentes à Eros et je ne suis pas un objet de concupiscence qui se vautre voluptueusement dans la luxure… Quoi ? Il y a bien des catho qui ne se rendent aux offices que pour les grandes occasions. Alors, j’ai bien le droit d’être une libertine non-pratiquante ! De toute façon, je ne suis pas non plus charnellement déconnectée !


Je suis une libertine dans le symbole, l’esprit et aussi pour opposer une résistance assidue à la monogamite environnante. Car pour être un(e) libertin(e) véritablement actif (ve), il faut associer la diversité de partenaires avec une diversité d’expériences. En gros, il ne faudrait se consacrer qu’à cela !
Tous les libertins du 18 ème siècle ne travaillaient pas et vivaient de leurs rentes.
Je ne suis pas, pour ma part, rentière ( au combien, je le déplore ) et je manque cruellement de temps !
Et puis, j’ai trop de centres d’interêts différents et les journées ne font que 24 heures…


« Comment tu en es arrivée là ? »
Ça c’est la question stupide et non-avenue que j’ai entendu un jour de la bouche du fondamentaliste musulman qui tient lieu de mari à mon ex-meilleure amie.
Aladin, elle, me demande souvent : « pourquoi tu fais ça ? »
Comme s’il fallait justifier d’une attitude qui nous caractérise.
Viendrait-il à l’idée de quelqu’un de demander au petit français moyen pourquoi il est marié et monogame ? Ceci dit, peu le sont vraiment, c’est rassurant ! Ce qui l’est moins c’est l’hypocrisie que la toute puissante monogamie impose à ses adeptes : on est marié, on a une ou plusieurs aventures extra-conjuguales mais on ne mélange pas tout ! On aime sa femme même si on ne la baise plus ( non, baiser n’est pas grossier, c’est dans le dictionnaire ! ), on a une maitresse mais c’est juste une histoire de cul. Chacun sait que la chair est faible…
Bref, on contourne la morale judéo-chrétienne mais on ne la dénie pas…Ah, les liens sacrés du mariage !
Les musulmans, eux sont plus intelligents mais il ne faut pas naître dans la peau d’une femme…
Bon, je m’égare là, ou en étais-je ?


Ah oui, comment en suis-je arrivée là ?
Eh bien, c’est très simple en réalité…Un matin réveillée en sursaut par un rêve érotique et des fourmillements dans la partie inférieure de mon anatomie, je me suis rendu chez mon médecin traitant qui a établi un diagnostic implacable : Vous êtes atteinte de nymphomanite aiguë !
Non, plus sérieusement, comment devient-on libertine ?
Car il s’agit d’un apprentissage en même temps que d’une volonté. On ne s’improvise pas libertine du jour au lendemain. Et ce n’est pas, à proprement parler, une démarche facile, compte tenu de ma légendaire timidité ( ceux qui me connaissent savent de quoi je parle ), du lourd patrimoine culturel débile que l’on m’a inculqué, des 2000 ans de christianisme occidental qui peuplent l’inconscient collectif et ont baigné mes vies antérieures…


Au départ, peut-être, un potentiel, certes… « le terrain est tout »( Pasteur). Enfin presque tout…
Il semblerait pourtant que cet état de fait ne ce soit pas manifesté très tôt ( deux ans, tout au plus, que j’y pense, un an que je l’assume véritablement ).
Et mon terrain à moi n’attendait que le « fertilisant » pour reprendre l’image au combien évocatrice d’un texte lu dans les archives du blogs d’Amorgen :« l’ouverture de la porte ».
Le fertilisant en l’occurrence, c’est l’expérience ( les expériences ), la maturité, la réflexion ( théorisation ?).


Alors au départ :
_Un potentiel généreux en sensualité
_Une imagination débordante, envahissante et propre à faire pâlir les scénaristes de films pornos ( quoi de plus ennuyeux qu’un porno, avec ses gros plans et ses enchaînements de scènes sans originalité qui finissent par donner la nausée à force de prendre une tournure trop systématique )
_Quelques heureuses rencontres… Là on touche un point essentiel.
Il y a toujours plusieurs rencontres déterminantes ( une ne suffit pas ) dans le cheminement d’une libertine sur le point de s’accomplir.
Lorsque l’élève est prêt le maître arrive…
La première fois on imprime sans trop saisir. Une certaine souffrance greffée à cette nouvelle expérience peut même rendre les choses plus pénibles qu’agréables.
Le sexe n’est pas forcément anodin de prime abord ( il le devrait mais…) lorsque l’on se trouve être une jeune fille sensible, fragile et encore engluée dans un puritanisme inhibiteur…
S’ensuit une période de réflexion sur les tenants et les aboutissements de telle ou telle attitude et une scrupuleuse introspection.
On s’interroge sur l’intérêt des jugements de valeur et le comportementalisme purement arbitraires, assujettis à la culture occidentale et sur la morale d’origine judéo-chrétienne.
Pour peu, évidemment que l’on soit doté de neurones et d’un cerveau qui ne révèle pas un encéphalogramme plat.
Je pourrais dire, à l’instar de Rabelais « libertinage sans conscience n’est que… »
Et c’est là qu’intervient la deuxième rencontre, celle qui va donner tout son sens à la première. Le couronnement, en quelque sorte…
Les murs tombent. Plus de cloisons étanches entre les différentes sensations, les différents sentiments… Restent les nuances de plus en plus précises mais plus de catégories, plus de moule, plus de cadre rigide. Les horizons s’élargissent.


Le libertinage n’est pas seulement une affaire de corps. C’est d’abord une conception mentale qui implique davantage que le seul assouvissement de vices pervers. D'ailleurs la perversité est aussi d'abord une vue de l'esprit...
Pas de bestialité dans le libertinage, de l’animalité, oui, une liberté de mouvement et plus aucun tabous. Ah si, il m'en reste un: je ne baise pas avec les crétins analphabetes, incultes ou vénals...
Il y a liberté et surtout libertaire ( les libertins du 18ème siècle se définissaient comme des libre-penseurs ) dans libertinage.
La LIBERTE d’être, de penser et de ressentir…


Voilà, j’ai mal au bout des doigts et je dois faire manger ma petite princesse… Le débat ( euh plutôt le monologue ) est clos pour ce soir.

Coronis Coronis
Ecrit par libertad, à 19:19 dans la rubrique "Le privé est politique".

Commentaires :

  Iona
05-04-06
à 15:10

Merci

Merci d'apporter enfin des mots sur quelque chose qui me remue. Merci d'apporter un rayon de lumière sur une situation, comme vous l'avez dit, pas toujours facile à vivre dans notre société formatée par des pseudos valeurs inébranlables. Malheureusement ce genre d'écrits sont trop rares où sont difficilement accessible quand une autorité veille sur votre épaule pour controler vos faits et gestes (et dérives intimes). Alors je vous demande conseil, où chercher ce savoir théorique qui pourrait augmenter nos capitaaux sensualité de sensations, de mots, de vocabulaire pour décrire ces micro-frémissements qui font palpiter nos vies, comment amener cette devise, cette philosophie au devant d'un partenaire frustre et pataud? Comment faire comprendre ce besoin d'animalité mais aussi de liberté et de volupté intense? Comment tenir toujours frémissantes nos vies de libertines quand la société avale notre temps?

Merci d'apporter enfin des mots sur quelque chose qui me remue.

Iona

Répondre à ce commentaire

  libertad
05-04-06
à 18:46

Re: Merci

Sur la page Nos références, tu devrais trouver aux rubriques "amour libre" et "sexualité", d'autres textes qui t'intéresseront.
Répondre à ce commentaire

  Luc Nemeth
05-04-06
à 20:18

Oui , Merci

Mais il faut plus que des mots pour convaincre ma femme, elle est très vieille France voyez vous.
Répondre à ce commentaire

  Papy de Cajart
05-04-06
à 21:00

Iona

La théorie m'a séduit moi aussi , quand tu veux pour un rencart !!!
Répondre à ce commentaire

  les marques
05-04-06
à 22:47

Re: Merci

Iona, crois en ma vieille expérience ...

cherche plutôt le bon partenaire , il est des éducations libertines qui s'apparentent aux 12 travaux d"hercule , et la vie est si courte ....

Il est des "passés" qui ont produit un tel conditionnement à la balourdise ( dans le meilleur des cas ... ) et au refoulement q'une vie ne suffirait pas à déjà déconstruire ce qu'il n'a fallu que quelques années "d'élevage" dans l'enfance pour ériger ....

la sensualité libertine s'accomode bien mal de toute forme de théorisation ...

tu trouveras, ici et là quelques écrits intelligents et sensibles mais fuit les théoriciens du libertinage ... ce ne sont souvent que des curés déguisés ....( et parfois des bonnes soeurs .... même sans la cornette ... ) .....

Répondre à ce commentaire

  les marques
05-04-06
à 22:49

Libertad, merci de cette mise en ligne ....
Répondre à ce commentaire

  Iona
25-04-06
à 20:25

Re:

C'est vrai. Je le constate ces derniers temps en effet. A travers des livres, à travers des discussions... je me rends compte que l'essence sensuelle que je chercher à définir est le plus souvent noyée dans des théories bancales, soit disant philosophiques, ou dans des conceptions de la vie totalement différentes des miennes. Ainsi, je ne trouve pas ce que je cherche.

J'ai donc suivit ton conseil. Je glane ici et là les idées qui me plaisent, celles auxquelles j'adhère, mais trop rares sont encore les sources d'informations succeptibles de m'apporter quoique ce soit.

Je pense en effet, que c'est à travers des relations et des échanges que j'établierai ma propre théorie libertine, mais les personnes qui font du plaisir un art, sophistiqué, raffiné et voluptueux se cachent ou n'apparaissent pas en ma présence. 

Que faire?

Je me laisse glisser attendant une réponse venue d'ailleurs...

Répondre à ce commentaire

  LucNemeth
12-12-07
à 12:29

(message personnel)

Au hasard d'une recherche sur Internet je tombe sur cette page et sur un post du 05-04-06 à 18:18 qui n'était évidemment pas de moi.
Le "brave" imbécile qui s'est amusé à çà est prié de laisser son adresse afin que "ma femme", comme il l'écrit non sans vulgarité, puisse lui répondre.
Répondre à ce commentaire

  LucNemeth
12-12-07
à 12:32

Re: (message personnel) ; suite

lire 20:18 (l'heure a été modifiée par le logiciel que j'utilise ici)
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom