L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Quelques infos sur le mouvement anar en Uruguay

Après un texte sur la situation du mouvement social en Argentine, un autre sur celle du mouvement anarchiste dans ce pays, voici un dernier texte sur l’Etat du mouvement anar en Uruguay.Les informations qui s’y trouvent ont été rassemblées par une personne du SIA qui a passé une semaine à Montevideo, capitale de l’Uruguay au début du mois de Mai 2003 et a ainsi pu rencontrer la plupart des orgas anars qui s’y trouvent.

Ce texte peut être librement reproduit, diffusé, publié en partie ou dans son intégralité. Tout ce que nous demandons c’est d’en être informéEs et que la source du texte (Syndicat Intercorporatif Anarchosyndicaliste de Caen, BP 257 14013 Caen Cedex) soit indiquée.

Constatant le peu de documents qui circulent sur l’histoire du mouvement anar uruguayen, un travail de traduction de plusieurs textes collectés là bas a été entrepris. Ils seront compilés dans une brochure qui devrait paraître à la rentrée.

Bonne lecture.

 

LE MOUVEMENT ANAR EN URUGUAY :

Ce fut une surprise pour moi, ce petit pays, peu peuplé, a connu une activité anarchiste assez importante. Les idées libertaires y furent introduites dans le dernier quart du 19ème siècle par des immigrants français, espagnols, italiens. Comme souvent, les anars jouèrent un rôle très important dans l’émergence des premiers syndicats ouvriers et le lancement des premières luttes ouvertes contre l’exploitation capitaliste.

La Fédération Ouvrière Régionale d’Uruguay (FORU), inspirée par la FORA argentine et se réclamant de l’anarchisme, fut la seule centrale syndicale du pays de 1905 à 1923 et continua à avoir une grande influence jusqu’au début des années 30 apparemment. Puis le mouvement connut un « creux » jusque dans les années 50 avant de se redévelopper dans les années 60 et au début des années 70, surtout à travers l’activité de la Fédération Anarchiste Uruguayenne (FAU). La dictature qui s’instaure complètement à partir de 1973 va désarticuler le mouvement. Celui ci, très affaibli, commencera à se réorganiser de nouveau, peu à peu, après la fin de la dictature en 1984.

Le mouvement repose actuellement sur une poignée d’organisations, de groupes ou de publications qui disposent presque toutes de locaux, plus ou moins grands, mais généralement plutôt en bon état. Leur zone d’activité se limite essentiellement à la capitale qui concentre plus de la moitié de la population (1 800 000 habitantEs sur une population totale de 3 200 000 personnes environ).

 

La Fédération Anarchiste Uruguayenne (FAU) :

Commençons par l’organisation la plus structurée et développée, la FAU qui fut créée en 1956 par des ouvriers, des étudiants, des syndicalistes.

C’est une organisation de type plateformiste (elle l’est de fait même si elle ne semble pas considérer comme important de l’afficher) où sont définis, en congrès, des règles de fonctionnement, d’activités, des axes et méthodes de lutte, des revendications qui doivent ensuite être collectivement mises en œuvre.

Elle dispose d’une certaine insertion sociale dans certains quartiers populaires de la capitale, dans certains syndicats. Elle regrouperait une bonne centaine de membres et peut rassembler plusieurs centaines de personnes lors de son meeting public d’avant premier Mai.

C’est une organisation classiste qui m’a semblé marquée par un certain économicisme. Les questions idéologiques et contre-culturelles semblent peu abordées, au moins publiquement.

Cependant, on peut noter que sa pratique dans les quartiers (qui s’appuie parfois sur l’existence d’athénées libertaires) n’exclue pas des préoccupations renvoyant à la culture et à l’éducation populaire, à l’entraide de proximité, au maintien du lien social. Bakounine et surtout Malatesta y sont des références théoriques centrales. La FAI espagnole (jusque dans ces groupes d’action) y est une référence historique importante. Ceci étant dit, la FAU m’a semblé caractérisé surtout par un certain pragmatisme, un certain empirisme qui l’amène à chercher en permanence les manières les plus adaptées pour s’insérer au sein des masses populaires et ce dans le contexte particulier de leur pays. Ils pensent, à juste titre, que les « solutions » à leurs problèmes ne peuvent venir d’expériences étrangères qui seraient ensuite « calquées » sur la situation uruguayenne.

Toujours sur un plan politique, on peut noter chez la FAU un anti-impérialisme virulent (en particulier évidemment en ce qui concerne la politique étrangère US), un fort sentiment de solidarité avec l’ensemble (j’insiste sur ce point précis) des mouvements de lutte révolutionnaire d’Amérique latine (au passage, notons qu’ils travaillent beaucoup avec les anars brésiliens de la Fédération Anarchiste Gaucha, FAG, et des relations régulières apparemment avec AUCA en Argentine). C’est à dire que des mouvements tels que les FARC communistes en Colombie ou le défunt MRTA guévariste péruvien, par exemple, semblent susciter une relative sympathie au sein de la FAU.

L’anti-impérialisme, l’internationalisme, le fait qu’ils s’agissent de mouvements armés (et la FAU en a crée un par le passé et elle continue à admettre le caractère nécessairement violent de tout processus révolutionnaire), un respect pour les formes risquées d’engagement, pour le sacrifice « au nom de la cause » (très enracinés dans la culture révolutionnaire latino-américaine) semblent sous-tendre cette relative sympathie, qui est vraisemblablement liée aussi à un manque d’information critiques vis à vis de ces mouvements autoritaires.

Autre exemple : Cuba. La FAU fut une des premières organisations uruguayennes à créer des comités de solidarité avec la révolution cubaine. A une époque (la fin des années 50 et le tout début des années 60) où la majorité des gauches latino-américaines prônaient la prise du pouvoir par le biais des élections, la révolution cubaine issue d’un soulèvement populaire armé ouvrit des perspectives et des possibilités politiques neuves pour les groupes révolutionnaires. Elle remit à l’ordre du jour l’action directe de masse, auto-organisée et violente. La FAU, comme nombre d’autres organisations, s’est engouffrée dans la brèche politique ouverte par la révolution cubaine et l’a soutenue durant des années…même après qu’il ait été clair que cette révolution tournait à la dictature bureaucratique, même après apparemment que des anarchistes cubains aient été arrêtés et exécutés. Cela provoqua d’ailleurs finalement une scission en son sein. La FAU finit ensuite par se distancier de cette révolution trahie et cessa de la soutenir, ce qui ne signifie pas apparemment qu’elle prennent le risque de critiquer frontalement le régime cubain actuel. Le mythe guévariste et cubain est une réalité vraiment forte dans toute l’Amérique latine et, encore une fois, la FAU ne semble pas vouloir prendre le risque de se « couper des masses » en critiquant trop ouvertement Cuba. Si je m’étends sur ces « particularités » de la FAU, c’est aussi parce qu’en fait on les retrouve, à des degrés divers, partagées par d’autres anars uruguayens

On n’entre pas à la FAU comme dans un moulin. Comme un certain nombre d’autres organisations plateformistes, on doit d’abord passer par des « stages » de formation politique (lectures et discussions sur l’organisation, son fonctionnement, ses buts, activités, méthodes…) avant d’y être intégréE. Il faut ensuite attendre un an pour devenir unE membre vraiment à part entière avec tous les droits qui sont liés à ce statut.

Au delà des références à un anarchisme très organisé, à une conception nettement militante de l’organisation, à la nécessité d’une certaine homogénéité politique de celle-ci, l’expérience de la répression (et de l’action directe armée via son organisation clandestine, l’OPR 33) dans les années 60 et 70 n’est certainement pas non plus étrangère à l’existence de toutes ces procédures progressives d’entrée.

Un fois admis dans l’organisation, la personne doit choisir son « secteur » d’activité (dans un quartier, une entreprise et un syndicat, à l’université…).

La FAU est active au sein du PIT-CNT, LA centrale syndicale uruguayenne (au sens où 90% des syndiqués du pays en sont membres). Le PIT-CNT est une centrale réformiste, où domine l’influence du Parti Communiste, mais où existe également dans certains syndicats des foyers plus radicaux (animés par les militantEs de la FAU souvent alliéEs avec des militantEs de gauche, politiquement indépendantEs, de tendance autogestionnaire et basiste).

Cette présence oppositionnelle, apparemment assez combattive, au sein de la grande centrale réformiste nationale m’a surpris mais il semble que la majorité des travailleurs soient très attachés à l’existence d’une centrale unitaire et de fait apparemment quasi-unique. La FAU, toujours préoccupée par son « insertion » populaire, a donc visiblement fait le choix de ne pas risquer de se couper de l’organisation syndicale où se rassemble « les masses ». Il semble que le syndicat des « Arts Graphiques » soit sous leur influence, des militants de la FAU étant à sa direction.

Dans les quartiers populaires et ouvriers (dont certains, comme celui del Cerro furent de véritables bastions anarchistes pendant plusieurs décennies, ce qui a laissé quelques traces…), la FAU participe à ou

même a carrément mis en place plusieurs projets de radios communautaires, des sortes de radios libres non-commerciales, tournées vers les problèmes sociaux du quartier, pas légales mais aujourd’hui plus ou moins tolérées par le pouvoir (qui a bien cherché, mais en vain, à les fermer). La FAU s’appuie entre autres sur ces radios pour s’insérer dans ces quartiers où elle peut être en contacts avec les très nombreuses personnes au chômage ou sous-employées. Ses militantEs y participent aux réseaux de troc et d’entraide, à l’animation d’athénées ou de centres sociaux disposant de comedores, de bourse aux vêtements pour les plus pauvres et où ont lieu des activités de soutien scolaire ou culturelles. PrésentEs au quotidien parmi les gens du quartier, les membres de la FAU ne cherchent pas à y faire un prosélytisme débridé et voyant mais plutôt un lent et discret travail d’implantation.

Leur local (qui jouxte la petite coopérative d’imprimerie qu’ils ont crée et où ils éditent revues, tracts, autocollants, affiches etc…) n’est pas très grand mais semble adapté à leurs besoins actuels. 2 petites pièces sont en voie de rénovation pour accueillir une toute petite bibliothèque et quelques archives (la bibliothèque apparemment énorme et les volumineuses archives que possédait auparavant la FAU ont été détruites par la dictature). Les dons de bouquins et brochures en espagnol sont les bienvenus.

La FAU publie épisodiquement une revue intitulée « Lucha Libertaria », qui présente bien, format A4. A l’occasion paraît aussi une revue plus théorique intitulée « Rojo y Negro ». Ils ont récemment édité (évidemment en espagnol) un gros livre sur l’histoire (riche en expérience de lutte) de la FAU entre le milieu des années 60 et le début de la dictature en 73 et qui s’intitule « Action directe anarchiste : une histoire de la FAU » (500 pages environ, éditions « Recortes », 2002). Il a été écrit par un de ses vieux militants, Juan Carlos Mechoso, qui fut aussi membre de sa branche armée. On peut, peut-être, se le procurer en passant par les organisations françaises adhérentes à Solidarité Internationale Libertaire (SIL), réseau dont la FAU (et la FAG brésilienne) sont adhérentes.

Quelques pages consacrées aux origines du mouvement ouvrier et anarchiste uruguayen devraient être traduites et intégrée dans la brochure sur l’histoire du mouvement anar en Uruguay qu’on va sortir.

 

Le Groupe d’Etudes et d’Action Libertaire (GEAL) et le Centre Culturel « Luce Fabbri » :

Le GEAL est un petit groupe de militantEs de tous âges qui existe apparemment depuis plus d’une dizaine d’années. Ils animent la petite revue « Opcion Libertaria » (format proche du A5, une vingtaine de page en général) à la parution épisodique. Leur anarchisme semble assez classique, philosophique, pacifiste. Ils publient quelques petites brochures. Un de leur texte sur les origines anarchistes du mouvement ouvrier uruguayen sera aussi traduit et intégré dans la brochure que nous allons éditer.

Ils ont crée l’année passée un petit centre d’archives et une bibliothèque qui porte le nom de Luce Fabbri, la femme de Luigi Fabbri. Celle-ci a vécu longtemps en Uruguay et certainEs membres du GEAL l’ont bien connue. Ce centre d’archives contient une documentation assez abondante (provenant en partie des archives de la famille Fabbri), parfois assez rare et ancienne et même apparemment quelques pièces uniques. Le centre a été inauguré en Septembre 2002, plus de 150 personnes ont participé à la petite cérémonie qui a eu lieu à cette occasion. Le centre accueille des conférences, des débats, les réunions de GEAL etc…

A noter que certainEs des membres les plus âgés du GEAL ont été parmi les fondateurs de la FAU avant d’en partir (voire d’en être virés) au tout début des années 60 si je ne m’abuse vu leur refus de soutenir la révolution cubaine (et donc le régime castriste). Les relations entre la FAU et le GEAL continuent visiblement à s’en ressentir fortement.

Un projet de rencontre de tous les groupes libertaires en Juillet semble néanmoins avoir été lancé par le GEAL. Des réunions préparatoires devaient avoir lieu courant Mai.

Leurs moyens financiers sont assez réduits et l’ouverture du centre culturel représente pour eux un effort important. Une aide matérielle (argent, livres…), même réduite, les soulageraient certainement un peu.

 

L’athénée « Heber Nieto », « el taller anarquista » (l’atelier anarchiste) et la revue « Alter » :

Ce petit athénée libertaire (loué) a été crée par un regroupement informel de libertaires assez récemment. On y trouve une petite buvette, une grande salle, une petite bibliothèque, quelques archives et il devrait bientôt donner l’hospitalité à Indymédia Uruguay. Des conférences, des débats, des réunions de groupes, des ateliers artistiques, de yoga et autres activités y ont lieu. Un couple de squatteurs barcelonais y a animé par exemple, lors de ma présence à Montevideo, un petit débat sur le mouvement des okupas dans leur ville. Une bonne trentaine de personnes y ont assisté. Des buvettes ont lieu régulièrement en fin de semaine pour aider au financement du local. Des petits concerts de soutien sont aussi organisés à l’occasion. Il porte le nom d’un lycéen de 17 ans, sympathisant libertaire, abattu au fusil à lunette par un militaire lors d’une manif qu’a mal tournée en 1971.

Au sein de l’athénée se réunit aussi « El taller anarquista », un petit groupe informel qui ne revendique guère son nom et dont des membres font partie du collectif qui gère l’athénée. C’est plus un groupe de discussion (sur plein de thèmes pas strictement politique) et d’entraide (échange de savoir, troc…) qu’un groupe militant. La majorité est composé de jeunes. On y trouve aussi quelques personnes ayant connu la dictature et/ou l’exil. Des membres de ce collectif et de celui qui gère le local participent à la revue anar « Alter », originale et assez luxueuse, très bien présentée… mais assez chère pour le pays (parution irrégulière). La tendance semble assez nettement « contre-culturelle » (modes de vie, écologie, antimondialisation, radios libre, sexualité, lutte contre le patriarcat, poésie, critique de l’industrialisme, OGM etc…). Un document tiré de cette revue traitant d’un siècle de lutte populaires et ouvrières en Uruguay sera aussi traduit et publié dans le cadre de notre brochure sur l’histoire de l’anarchisme en Uruguay.

La plupart des jeunes (et moins jeunes) qui participent à ces divers projets réunis en un même lieu sont en général bien fauchés. Là encore toute aide est donc la bienvenue.

Le journal « La Barrikada » :

Cette publication a démarré en 1995 et paraît sans interruption depuis 8 ans maintenant. Plusieurs équipes de rédaction se sont succédées. Ce journal semble toujours avoir été animé par des jeunes militantEs. L’équipe actuelle de rédaction paraît être composée d’une poignée de personnes, assurément  bien motivées. 

Le canard est de format standard, comporte de 20 à 24 pages. Il est plutôt bien présenté. Sa parution est irrégulière. Ils en sortent de 2 à 5 par année, suivant les finances, l’actualité etc… Il est diffusé par abonnement, lors des manifs, meetings, tables de presse et dans un certains nombres de kiosques de rue qui ont été directement démarchés par les gens de l’équipe de rédaction. etc… Le journal arrive à s’autofinancer. Le tirage est de 1000 exemplaires dont la plus grande partie se vend apparemment assez rapidement. Sachant que ce journal est diffusé essentiellement sur Montevideo, on peut considérer que c’est un tirage respectable surtout pour une publication radicale. Ils semblent avoir beaucoup de lecteurs hors du mouvement anar, dans la gauche extra-parlementaire, syndicale… Une autre petite équipe de rédaction s’est aussi constituée sur Maldonado, une ville côtière et touristique pas très loin de la capitale. Cette équipe sort un supplément local. Ils diffusent aussi des affiches et des bouquins militants dont ceux du collectif argentins « Situaciones ».

La ligne de Barrikada ne semble pas avoir beaucoup évolué depuis sa création. Elle est rupturiste, classiste, très anti-impérialiste, virulente, attaque la gauche classique, la bureaucratie syndicale du PIT-CNT, soutient les luttes directes des travailleurs en allant les interviewer, en diffusant leurs revendications et en relatant le déroulement des conflits sociaux dans lesquels ils sont engagés. Les expériences d’auto-organisation populaire dans les quartiers pauvres sont aussi mises en avant.

C’est essentiellement un journal d’agitation, qui prône la solidarité à la base, fait l’éloge de la lutte et de son organisation au quotidien dans les quartiers, les entreprises, les facs et les lycées…On y décèle à travers un certain ton, des slogans à l’emporte pièce et l’utilisation fréquente de photos très explicites une certaine attirance pour la violence émeutière, populaire, de masse. Comme ils/elles le disent en couverture de chaque numéro : « La barricade ferme la rue… mais ouvre le chemin ».

On trouve également dans Barrikada des articles « pédagogiques » sur le FMI, la dette, une page culturelle qui met à l’honneur une poétesse, un écrivain, un chanteur. De temps en temps un article historique ou théorique sur l’anarchisme (Makhno et l’organisation, les collectivités espagnoles, Malatesta…) s’y glisse à coté d’assez nombreuses références à Che Guevara (articles sur lui, citations, photos…), à Raoul Sendic (un des fondateurs des Tupamaros, une organisation de guérilla urbaine d’extrème-gauche des années 60), au MRTA guévariste péruvien etc… On y trouve aussi des articles de soutien au mouvement indépendantiste et nationaliste basque. Bref, dans Barrikada (comme dans la FAU), on trouve des positions assez surprenantes pour un anar européen…

Soyons clair, les jeunes de Barrikada n’ont pas de sympathie pour le régime cubain, ils ne sont pas foquistes non plus. Guevara est pour eux une figure importante car il symbolise la rupture avec le réformisme, un volontarisme révolutionnaire, une éthique de l’engagement, un esprit de dévouement à la cause, un courage personnel. En ce sens, oui, il est un exemple pour eux. Comme Sendic, comme le MRTA, Sandino… Là encore, on est confronté à un imaginaire (donc aussi à de l’affect) politique particulier à l’Amérique latine. On rend hommage à ceux qui ont lutté et sont tombés, même s’ils n’étaient pas du même bord que vous. On cultive leur mémoire. Tout ça me paraît très discutable mais bon c’est pas le sujet…

J’ai aussi l’impression que le travail de mémoire qui s’effectue dans les pages de Barrikada renvoie au fait que les jeunes qui l’animent cherchent à rétablir un lien, une continuité avec le mouvement révolutionnaire (en partie idéalisé à mon avis) des années 60 et 70, avec ce mouvement qui fut arrêté net par la dictature de 73. En 73, on a une forte montée en puissance et en radicalité des luttes populaires, des organisations qui pratiquent l’action armée, une situation presque pré-révolutionnaire à ce qu’il me semble. La dictature intervient, liquide des tas de gens qui sont exécutés ou « disparaissent », des dizaines de milliers de personnes passent en taule, parfois pendant de très longues années, et y connaissent souvent la torture. Et quand la dictature cesse, on est au milieu des années 80. Le mouvement révolutionnaire a été liquidé dans son ensemble, toutes tendances confondues, et pas qu’en Uruguay et on a clairement changé de période. La dictature introduit une rupture et laisse un trou, un vide et ça, ça semble être quelque chose de très marquant pour les jeunes de Barrikada (peut-être certainEs d’entre eux ont eu des proches touchés par la répression ?) d’où, à mon avis, ces référence fréquentes aux grandes figures et mouvements du passé, « d’avant la dictature », comme des ponts jetés à travers elle. D’où aussi le fort intérêt porté par l’équipe de Barrikada aux mobilisations contre l’oubli, contre les lois d’impunité pour les militaires, aux expériences d’ « escraches », les manifs surprises et agitées de dénonciation publique d’anciens tortionnaires devant leurs maisons, leurs commissariats ou leurs casernes. Ils se sont beaucoup investis dans toutes ces luttes là, en particulier au sein du groupe « Mémoire et Justice » qui publie une feuille d’info appelée « A contrapalo » .

Concernant le nationalisme basque aussi, le passé peut éclairer en partie les positions présentes. Il y a eu pas mal d’immigration basque en Uruguay et en 1994, le gouvernement accepte d’arrêter et d’extrader  2 basques, membres de l’ETA, qui se trouvent « au vert » sur son territoire. Les types se mettent en grève de la faim et un mouvement très important de solidarité se développe. Quand arrive le moment de leur extradition, des milliers et des milliers de personnes bouchent toutes les rues qui mènent à l’hôpital Del Filtro où se trouvent les 2 prisonniers. Des barricades sont dressées. La police va intervenir sauvagement : 2 morts et des dizaines de blessés par balles, des centaines de blessés suite aux coups reçus. 10 ans après la fin de la dictature, l’Etat démocratique réprime la population dans le sang. C’est un grand choc et, pour beaucoup, la fin de bien des illusions. Un an après, des jeunes, radicalisés, lancent le 1er numéro de Barrikada. On peut penser que le massacre Del Filtro a transformé en soutien politique ce qui n’était peut-être au départ qu’une vague sympathie humaniste. Ce soutien politique s’est transmis d’une équipe de rédaction à l’autre.

Tout cela doit quand même conduire à s’interroger sur l’identité politique de Barrikada, qui se présente comme un journal « libertaire » (tout en revendiquant l’éclectisme de ses références). Peut-être serait-il plus juste et nuancé de parler d’un journal radical indépendant fortement teinté d’anarchisme…

 

L’Organisation Libertaire Cimarron (OLC):

Je suis arrivé carrément à la bourre à leur petit local (qu’ils co-louent avec les gens de Barrikada). Du coup leur réunion était terminée et je les ai loupé. Ils paraît qu’ils sont 15-20. Le noyau qui a lancé cette organisation en 98 constituait la première équipe de rédaction de Barrikada. Ils ont l’air d’attacher pas mal d’importance à l’homogénéité politique de l’organisation, un peu comme la FAU. En fait, j’ai eu un peu l’impression que les lignes politiques de ces 2 organisations étaient assez proches. Ils semblent que des rencontres aient eu lieu entre le groupe qui allait fonder l’OLC et la FAU mais ces contacts n’ont pas débouché sur une intégration dans la FAU pour des raisons que j’ignore. Il semblent qu’ils travaillent au niveau universitaire et dans un quartier populaire où ils participent à une radio communautaire. Ils publient quelques brochures. Ils ont un petit site internet.

Les cimarrones étaient apparemment des groupes d’esclaves noirs en fuite, de marginaux, d’indiens révoltés, des peones soulevés qui se livraient à de la piraterie le long du Rio de La Plata, affrontaient les colons espagnols, pillaient les grandes propriétés terriennes au 18ème siècle.

Je n’en sais malheureusement guère plus sur eux et leurs activités.

 

Je signale aussi un petit fanzine (photocopié, quelques pages) qui s’appelle « Bisagra » (la charnière) et qui paraît depuis 2001 apparemment.

Un groupe informel publie également un journal qui s’appelle « sediciones » (séditions). J’ai eu l’occasion rapidement de le feuilleter. Ils ont l’air sur des bases anarcho-autonomes, anarcho-insurrectionalistes pour autant que j’ai pu en juger. Je n’ai pas eu de contacts avec eux non plus.

Je n’ai pas non plus eu de contacts avec ce qui subsiste de la « Comunidad del sur » (Communauté du sud), un petit groupe libertaire qui possède un grand terrain, des habitations écologiques, des jardins et une imprimerie. De cette expérience militante (elle aussi persécutée par la dictature) initiée à la fin des années 50, entrecoupée par une période d’exil collectif, demeure actuellement essentiellement un travail d’éditions (Editions Nordan) de livres libertaires et surtout alternatifs sur l’écologie, l’éducation, l’auto-construction, le jardinage bio etc… de bonne qualité.

 

EN GUISE DE CONCLUSION…

J’ai été frappé, au delà de la riche histoire du mouvement anar uruguayen, par sa vivacité et sa diversité.

On trouve à Montevideo des groupes très différents les uns des autres, certains centrés sur la réalité sociale de leur pays, d’autres très ouverts sur des tas d’expériences étrangères, certains très classistes, d’autres très contre-culturels. Tous semblent assez actifs.

Le mouvement est, comme un peu partout ailleurs, assez fragmenté, traversé par des fractures et parfois de vieux conflits qui datent d’il y a des décennies. Certains groupes se méfient des tentations hégémoniques dont seraient porteurs d’autres groupes. Néanmoins, la ville étant relativement petite, les infos circulent, les gens se croisent et discutent. A l’occasion de la guerre d’Irak, un petit tract unitaire, signé « Anarchistes contre la guerre », a été diffusé.

Le mouvement a une certaine insertion sociale et il semble qu’il y ait à Montevideo presque autant de militantEs et de sympathisantEs plus ou moins actifs que d’anars organisés dans toute l’Argentine. La plupart des groupes possèdent des locaux. Rien que dans la partie centrale de la capitale, on trouve pas moins de 4 locaux anarchistes, distants au plus les uns des autres d’un kilomètre ou un kilomètre et demi (quand ce n’est pas de quelques centaines de mètres).

 

COMMENT RENCONTRER CES GROUPES ???

 

Là encore, comme en Argentine, si vous voulez rencontrer ces groupes, mieux vaut parler espagnol. Les langues étrangères ne sont pas forcément leur fort. Essayez aussi de ne pas venir les mains vides : tracts, affiches, autocollants, journaux français seront a priori les bienvenus. Plus utiles encore seraient des petits dons de fric ou de livres en espagnol, les moyens financiers de ces groupes étant limités. L’Uruguay, comme l’argentine, connaît une situation économique difficile qui n’épargne pas les anars locaux. Encore une fois, l’idée d’établir des sortes de « jumelages solidaires» entre groupes d’ici et de là-bas pourrait faciliter leurs activités.

Voici les contacts et adresses dont nous disposons. Arrangez vous pour les contacter pas mal de temps à l’avance, les boites E-mail, par exemple, ne sont apparemment pas toujours relevées régulièrement.

 

LA FAU :

Site internet : www.nodo50.org/fau

E-mail : fau@nodo50.org

Adresse : Local situé Calle Magallanes N°1766, Montevideo. S’il y a personne, allez juste à coté voir les gars de l’imprimerie « Aragon » qui sont de l’organisation.

Tel : 924 8160

 

LE GEAL ET LE CENTRE D’ARCHIVE « LUCE FABBRI » :

E-mail du GEAL : opcionlibertaria@yahoo.com

E-mail du centre d’archive : ablucefabbri@yahoo.com

Local du centre d’archive et du GEAL situé  calle Fernandez Crespo N°1813, Montevido.

Adresse postale : Casilla de Correo 141, 11000 Montevideo, Uruguay.

 

 

L’ATHENEE « HEBER NIETO » ET LA REVUE « ALTER » :

Adresse de l’athénée : Calle Maldonado N°1162, Montevideo.

Revue « Alter » : Casilla de correo 6730, 11000 Montevideo, Uruguay.

E-mail : alter@multi.com.uy

 

LE JOURNAL « BARRIKADA » :

Site internet : www.barrikada.org

E-mail : labarrikada@hotmail.com

Local situé calle Yaguaron N°1116, Montevideo.

 

L’OLC :

Site internet: www.nodo50.org/olc

E-mail : olcimarron@hotmail.com, olc@nodo50.org

Local situé à la même adresse que pour le journal Barrikada.

 

FANZINE « BISAGRA » :

E-mail : acracia@netgate.com.uy

Ecrit par libertad, à 23:30 dans la rubrique "International".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom