L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Les murs en botte de paille et la toiture en bardeaux (3ème partie )

Lu sur Passerelle Eco : "Une fois la charpente montée, reste à la remplir et à la couvrir. Pour ce faire, Olivier utilise des bottes de paille bio, et des bardeaux de bois. Les murs : Comme préparatifs j'ai creusé les arrivées d'air entre le foyer central et l'extérieur de l'enceinte, mis en place les passages des tuyaux d'eau et des fils du téléphone et de l'électricité, et coulé une semelle de mortier de la largeur du futur mur, servant en éloigner la base du sol. Une feuille de feutre bitumé isole ensuite la paille de la semelle. (En fait, en raison de l'humidité, il aurait mieux valu monter un muret en pierres et mortier de 30 ou 40 cm de haut.)

Les bottes de paille ont été achetées (environ 12F la botte) chez un producteur bio de la région, à qui j'avais demandé de les serrer plus fort que d'habitude, ce qui fait qu'elles étaient lourdes (15 à 20kg) et bien tassées. Pour monter le mur, les bottes de paille ont été empilées à sec, deux par deux et bloquées entre les poteaux périphériques verticaux. Les poteaux se retrouvent donc au cœur du mur, ce qui donne une pièce d'un diamètre utile de 6m50, et d'une surface de 33m². Les creux entre les bottes sont comblés par des faisceaux de paille serrés par de la ficelle.

Un enduit a ensuite recouvert la paille. La composition des trois couches en a été :
-  1ère couche : 2 volumes de sable + 1 de chaux hydraulique + 1 de chaux aérienne + eau
-  2ème couche : 4 sable plus fin + 1 chaux hydraulique + 1 chaux aérienne + eau
-  3ème couche intérieure : 3 sable blanc fin + 1 chaux aérienne + eau ; extérieure : 3 sable jaune + colorant + 1 chaux aérienne + eau

La première couche peut s'accrocher directement sur la paille, sans aucun grillage. Il suffit d'y aller franchement avec la truelle (ou avec un compresseur). Des coups de main sont vraiment bienvenus !

Le mur extérieur est protégé au pied par une collerette de croûtes de bois et en haut par l'avancée du toit ...

 

la toiture


Les bardeaux sont des petites tuiles de bois qui peuvent se fabriquer avec quelques outils simples et un peu de temps. Personnellement, je les ai achetés tout faits ce qui revient à un peu plus de 120 F le m². Elles peuvent être soit fendues, comme à la hache, soit coupée-sciée. Une face fendue respecte mieux les lignes du bois, l'eau glisse mieux dessus, il ne se déforme pas, ne se fend pas, et se conserve mieux De plus, étant moins réguliers, ils rendent un trés beau visuel lumineux.

J'ai utilisé du thuya (= red cedar) avec une face fendue et une face resciée en biseau, plus facile à poser. Il existe également des fabricants de bardeaux en châtaignier, en robinier et en mélèze, bois qui ne nécessitent pas de traitements. (voire des exemples de fournisseurs en EcoAnnonce Contacts Construction )

Les douzes perches de la charpente sont reliées par des liteaux traités au sel de bore, chevillés, sur lesquels sont fixés les bardeaux avec des pointes galvanisées. Un recouvrement d'un tiers de chaque bardeau sur son voisin du dessous permet une bonne étanchéité. Des coupes d'angle sont nécessaires aux raccords des douze pans successifs.

Dans les teepee, on essaie toujours de faire dépasser les perches autant que possible, comme des antennes. Dans l'écologis, cela pose des problèmes d'étanchéité au niveau où les perches traversent la toiture, mais ç'aurait été trop dommage de couper les perches ... je les ai donc laissé pointer vers le ciel !

La toiture se termine juste au dessous du plexus, là où les six perches la traversent, par une coupole formée par une poterie en forme de grand plat rond renversé, supporté par une jante de moto posée sur des liteaux. Un solin, sortie de cheminée, est inclus à la toiture.

Pour la gouttière, des bambous de gros diamètre ont été utilisés.

 

Les ouvertures


Deux fenêtres de toit ont été incluses lors de la pose des bardeaux, une à l'Est et une à l'Ouest, pour éclairer l'étage et même le rez de "chaussée" grâce à des ouvertures vitrées dans le sol de l'étage. Au rez-de-vallée, des encadrements de planches ont été prévus dans la paille pour y placer des fenêtres aux points cardinaux. Celles-ci ont été soit récupérées, soit faites sur mesure.

Il y a une grande baie vitrée au Sud à laquelle il est encore prévu d'ajouter une véranda sur un socle de pierres accumulatrices de chaleur, afin de bénéficier de quelques m² supplémentaires et d'avoir un espace agréable à vivre en Hiver.

Une porte a été installée au Nord-Ouest vers les toilettes, et la porte d'entrée, à l'Est, a été faite sur mesure par Hugues, installé également à Carapa.

Article publié dans Passerelle Eco n°8 - Photos par Jean Luc Girard

 

le 9 décembre 2003, par JLuc

Ecrit par libertad, à 22:47 dans la rubrique "Ecologie".

Commentaires :

  sarah-k
06-01-04
à 17:25

Je suis avec une grande attention la construction de la maison,on ne sait jamais si mon toit s'écroule, j'essaierai de faire la même.
Répondre à ce commentaire

  libertad
07-01-04
à 13:54

Re:

La suite est arrivée mais gare au grand méchant loup s'il se met à souffler !
Répondre à ce commentaire

  sarah-k
08-01-04
à 10:00

Ah zut!

J'avais pas pensé au grand méchant loup!
Ben, on n'a qu'a mettre des briques .
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom