L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Les coulisses de la grande distribution

Lu sur Indymédia Paris : "Expert comptable, délégué consulaire à la Chambre de Commerce de Paris, Christian Jacquiau prend sa plume pour nous entraîner dans " les coulisses de la grande distribution " . Le livre : La France est le pays d'Europe qui compte le plus grand nombre d'hyper et de supermarchés par habitant. Les richissimes groupes qui contrôlent la grande distribution ont prospéré dans un cadre législatif bâti sur mesure, avec la complicité d'élus trop souvent corrompus. Au nom du mythe des prix bas, les pousseurs de chariots à roulettes ont laissé se mettre en place une machine infernale. Largement responsable du règne de la mal bouffe, de la standardisation de la consommation et de l'appauvrissement économique, la grande distribution s'attaque à présent à de nouveaux secteurs comme la santé, la parfumerie, la beauté, le voyage, l'informatique, la téléphonie et même l'automobile, la banque et les assurances, menaçant de détruire à nouveau des milliers d'emplois. Christian Jacquiau raconte par le menu les pratiques, légales et illégales, de ces nouveaux commerçants et dénonce, dans un style clair et très accessible, les méfaits d'un capitalisme purement financier qui menace gravement les économies européennes. Un livre sans concession que les commerçants devraient, après l'avoir lu, recommander à leurs clients. A consommer sans modération…

Questions à l'auteur :

1. Vous avez écrit un livre paru chez Albin Michel en mars 2000, sur "les coulisses de la grande distribution". Quelles sont vos motivations pour traiter un tel sujet largement sous les feux de l'actualité depuis plus d'un an ?

La France est le pays d'Europe qui compte le plus grand nombre d'hyper et de supermarchés par habitant. Au nom du mythe des prix bas, les consommateurs ont laissé se mettre en place une machine infernale, largement responsable du règne de la mal bouffe, de la standardisation de la consommation et de l'appauvrissement économique. Tous ceux qui approchent le monde de la grande distribution connaissent ces mécanismes destructeurs pour l'économie, pour l'homme et pour son environnement. Les hommes politiques savent, mais trop nombreux sont ceux qui ont eu à bénéficier des largesses de la grande distribution, de près ou de loin. Tous se taisent par confort, lâcheté, faiblesse ou indifférence.

Expert-Comptable, conseillant des PME/PMI fournissant la grande distribution depuis de nombreuses années, je ne peux me résigner à voir cette machine infernale détruire notre économie sans que personne ne réagisse. Le plus dur n'a pas été d'écrire mais de trouver un éditeur courageux car les hypermarchés sont aussi de puissants libraires…

2. Vous dénoncez dans votre livre de façon précise et particulièrement bien renseignée un certain nombre de pratiques de la grande distribution en France. Quelles sont ces pratiques et pourquoi selon vous se développent elles ?

A l'origine du système, il ne semblait pas anormal de consentir de meilleures conditions à un supermarché qui achetait trois palettes de pêches qu'à un commerçant de proximité qui n'en prenait que cinq kilos. La taille des magasins a augmenté très rapidement. Les hypermarchés sont apparus, exigeant davantage de remises pour des volumes toujours plus importants. Les magasins se sont regroupés en réseaux, puis au sein de centrales d'achats très puissantes permettant de peser davantage encore, dans un rapport de force inégal, face à des fournisseurs isolés et le plus souvent désarmés. Concentrés, regroupés, les grands réseaux de distribution ont bien compris tout l'intérêt qu'ils pouvaient tirer de la disparition du commerce de proximité. Aux remises sur quantités sont venues s'ajouter des facturations de prestations parfois réelles, le plus souvent fictives, permettant aux distributeurs d'exiger toujours plus de leurs fournisseurs dans la plus parfaite illégalité. Ainsi, les fournisseurs doivent-ils non seulement consentir des prix, mais aussi payer un droit d'entrée pour être référencé, offrir à l'ensemble des magasins du réseau des marchandises gratuites lors des premières livraisons, payer pour voir leurs produits exposés à un emplacement privilégié ou en têtes de gondoles, payer pour financer dans leur intégralité les campagnes promotionnelles, payer pour figurer dans les catalogues, payer lors de l'implantation de nouveaux magasins, payer lors de la réfection ou de l'amélioration des plus anciens, payer même pour se faire payer leurs propres factures, payer et payer encore… Il a été recensé près de 500 motifs utilisés par la grande distribution pour justifier d'avantages supplémentaires, sans contrepartie ! Ces remises en tous genres, plus connues sous le nom de marges arrières, arrivent à atteindre des taux cumulés de 40 à 45%. Elles s'ajoutent bien entendu aux remises sur quantité… De concentrations en regroupements, les centrales d'achats françaises sont en situation de quasi-monopole. Elles imposent désormais leur loi à leurs fournisseurs qui n'ont d'autres choix que de se soumettre ou de disparaître. L'impact au plan économique, humain, social, environnemental est énorme.

3. Quelles sont pour vous les effets de ces pratiques sur le tissu économique national ainsi que leurs conséquences économiques, humaines, sociales… ?

Pour contenir les prix et réaliser de confortables marges, les super et hypermarchés ont comprimé les revenus des agriculteurs et des industriels. Cette spirale infernale a conduit à un appauvrissement de la qualité des produits que nous consommons. Manger sain devient alors un luxe qui n'est plus accessible à tous. Des prix bas ? On trompe le consommateur. Loin d'être bon marché, les produits sont dans le panier de la ménagère extrêmement chers. Peut-on encore parler sérieusement de prix écrasé lorsqu'un kilo de tomates acheté 1,50 franc à l'agriculteur est revendu 8,45 francs au consommateur ? Sur 140 000 références présentes dans les grandes surfaces, seulement 500 peuvent être considérées comme vendues à prix maîtrisés. Quant au reste… Cinq centrales d'achats se partagent aujourd'hui le marché français. Ces grands réseaux ont anéanti le commerce de proximité, ruiné l'artisanat, écrasé l'agriculture à taille humaine, désertifié nos campagnes, poussé l'industrie à délocaliser et favorisé les importations massives entraînant chômage, misère et précarité. La concurrence disparaît et le choix du consommateur se restreint au fur et à mesure que de nouvelles concentrations s'opèrent.

4. Ce constat étant dressé, quels moyens (législatifs, réglementaires, professionnels…) peut-on préconiser pour corriger ces dérives ? Que pensez vous du projet de loi sur les nouvelles régulations économiques et à quelles conditions cette nouvelle loi sera t elle efficace ?

Les moyens existent. Ils sont dans les textes que le pouvoir politique s'évertue de ne pas faire appliquer. Alors, pour gagner du temps et faire illusion, on légifère, encore et encore… La loi sur les nouvelles régulations économiques s'articule autour de deux axes principaux : la création d'une nouvelle commission et l'apport de précisions aux textes actuels permettant de réprimer les pratiques les plus graves ou l'abus de dépendance économique. C'est la théorie. Quel député, quel ministre peut croire sérieusement que les fournisseurs pourront saisir la justice alors que la loi du silence leur est imposée par les centrales d'achats ? Oseraient-ils le faire qu'ils seraient immédiatement sanctionnés, comme ces courageux industriels qui ont osé s'exprimer lors des Assises de la grande distribution en janvier dernier et qui ont instantanément perdu plusieurs millions de francs de chiffre d'affaires lors de déréférencements sanction parfaitement ignorés du législateur... En son temps, Alain Juppé avait créé l'Observatoire national de l'équipement commercial. Il fut remplacé par Lionel Jospin qui mit en place l'Observatoire du commerce, tout aussi inefficace que le précèdent. Aujourd'hui, le gouvernement Jospin II propose la création d'une Commission des pratiques commerciales et des relations entre fournisseurs et distributeurs. Ces commissions succédant aux observatoires sont une spécificité française, permettant de ne pas prendre de décision. Un ministre crée une commission. Le temps qu'elle rende ses conclusions, le ministre décideur n'est déjà plus en poste. Son successeur dans l'inaction ne se sent pas engagé par les non-travaux de son prédécesseur. Il crée alors un observatoire, histoire de faire le point. Pendant ce temps, les grands distributeurs se constituent de véritables empires financiers sur l'exploitation des agriculteurs dont les difficultés demeurent et s'amplifient. Cette loi ne sera pas appliquée. En l'absence d'une véritable volonté européenne, elle n'empêchera pas les centrales d'achats d'importer massivement, voire de s'approvisionner depuis l'Espagne, le Portugal ou la Grèce et de réimporter vers la France des produits provenant de l'hexagone. Ce n'est pas un hasard si les conseillers des hypermarchés qualifient eux-mêmes ces mesures en trompe l'œil de programme minimum ! A combien de milliers d'emplois détruits, à quel niveau de délocalisations, le personnel politique a-t-il fixé le seuil à partir duquel il prendra les mesures qui s'imposent ? Anesthésié par de vilaines affaires de corruption, il ne pourra indéfiniment continuer à soutenir abusivement ses amis de toujours au détriment de l'intérêt collectif. Il lui faudra un jour se résigner à légiférer au niveau européen, avant que de licenciements en plans sociaux, de délocalisations en importations massives, l'Europe ne deviennent une friche agricole et industrielle à la française…

5. Que pensez vous des discours sur le commerce équitable, l'entreprise citoyenne et l'investissement éthique ? Pensez vous possible le développement en France et en Europe, de tels comportements, à quelles conditions ?

Depuis la chute du communisme, la machine capitaliste s'est emballée sans que plus personne n'en ait véritablement la maîtrise. L'économie en se mondialisant est en train de se développer en oubliant l'une de ses composantes essentielles : l'être humain. Les excès constatés, alliés à l'insécurité alimentaire grandissante (conséquences de la maladie de la vache folle, OGM, et bien d'autres…) vont amener le consommateur, maintenu trop longtemps éloigné du producteur, à se rapprocher de ses sources d'approvisionnement et à exiger de connaître la véritable traçabilité des produits qu'il achète. Il y a encore de gros efforts d'éducation et d'information à faire mais le moment n'est plus très loin où les consommateurs voudront savoir ce qui se passe réellement en coulisse, à quoi sert leur argent et ce qu'il rémunère réellement. Le commerce équitable, l'entreprise citoyenne, et l'investissement éthique trouveront leur juste place dans un phénomène de balancier devenu inéluctable. Il faut pour cela que les producteurs jouent la carte de la transparence, en sachant accompagner voire anticiper le développement d'une agriculture respectueuse de l'être humain et de l'environnement. Les agriculteurs doivent faire évoluer leurs revendications, trop souvent perçues comme catégorielles voire poujadistes, en apprenant à y associer le consommateur-citoyen, trop longtemps négligé. Les circuits courts permettront de restaurer une relation de confiance aujourd'hui disparue entre le monde agricole et le consommateur. Si les agriculteurs et les consommateurs s'entendaient, le prix pour les producteurs pourrait être largement revu à la hausse sans que cette juste rémunération n'ait d'incidence dans le panier de la ménagère. La compensation se ferait aisément sur les gigantesques marges que s'approprie indûment la grande distribution et que plus personne ne peut ignorer. Compliqué ? Utopique ? Si les agriculteurs et les consommateurs le voulaient…

-  source : www.transnationale.org


-  Pour en savoir plus : http://www.capitaclysme.org/...

-  Racket dans la grande distribution « à la française » (Le Monde Diplomatique)

-  "Les coulisses de la grande distribution", de JACQUIAU Christian, Ed. Albin Michel.

Ecrit par libertad, à 21:23 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom