L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Lascaux
--> traduction (provisoire) d'un texte d'Hakim Bey
Toute culture (ou en tout cas toute culture urbaine/paysanne importante) entretient deux mythes qui en apparence se contredisent l’un l’autre : le mythe de la Dégénérescence & le mythe du Progrès. René Guénon & les néo-traditionnalistes aiment à prétendre qu’aucune culture ancienne ne crut jamais au Progrès, mais bien sûr elles y croyaient toutes.

L’une des versions du mythe de la Dégénérescence dans la culture indo-européenne tourne autour de l’image des métaux : or, argent, bronze, fer. Mais qu’en est-il du mythe dans lequel Chronos & les Titans sont détruits afin de faire place à Zeus & aux Olympiens ? — une histoire parallèle à celle de Tiamat & Marduk, ou de Léviathan & Jéhovah. Dans ces mythes du «Progrès», un panthéon primitif «féminin», chtonien, chaotique, attaché à la terre (ou à l’eau), est remplacé (détrôné) par un panthéon tardif «mâle», spiritualisé, ordonné, céleste. N’est-ce pas là un pas en avant dans le temps ? Et le bouddhisme, la chrétienté & l’islam n’ont-ils pas tous clamé être meilleurs que le paganisme ?

En vérité, bien sûr, ces deux mythes — celui de la Dégénérescence comme celui du Progrès — servent l’intention du Contrôle & de la Société du Contrôle. Tous deux admettent qu’avant l’état actuel des affaires, quelque chose d’autre existait, une forme différente du social. Dans les deux cas, il semble que nous ayons une vision du Paléolithique, cette grande et longue et immuable préhistoire de l’humanité, vision issue de notre «mémoire d'espèce». Dans un cas, cette ère est vue comme un vaste désordre, sale et brutal : le 18ème siècle ne découvrit pas ce point de vue mais le trouva déjà exprimé dans la culture classique & chrétienne. Dans l’autre cas, les temps primordiaux sont vus comme précieux, innocents, plus heureux & plus faciles que le présent, plus numineux {1} que le présent — mais irrévocablement disparus, impossibles à retrouver si ce n’est dans la mort.

Ainsi pour tous les dévots loyaux et enthousiastes de l’Ordre, l’Ordre se présente comme incomparablement plus parfait qu’aucun Chaos originel ; tandis que pour les ennemis potentiels et rebelles de l’Ordre, l’Ordre se présente comme cruel & oppressif («de fer») mais totalement & fatalement inévitable — en fait, tout-puissant.

Ni dans un cas ni dans l’autre, les poètes du mythe de l’Ordre n’admettent que le «Chaos» ou l’«Âge d’Or» pourraient encore exister dans le présent, ou qu’ils existent dans le présent, ici & maintenant en fait — mais qu’ils sont réprimés par la totalité illusoire de la Société de l’Ordre. Pourtant nous croyons que le «paléolithique» (qui est un mythe, comme le «Chaos» ou «l’Âge d’Or», ni plus ni moins) existe bel et bien, même maintenant, comme une sorte d’inconscient dans le social. Nous croyons également que l’Âge de l’Industrie touche à sa fin, entraînant avec lui la décadence des dernières religions de l’Ordre, qu’un jour, ce «matériau réprimé» sera de nouveau découvert. Que pouvions-nous bien vouloir dire d’autre quand nous parlions de «nomadisme psychique» ou de la «disparition du social» ?

La fin du Moderne ne signifie pas un retour AU paléolithique mais un retour DU paléolithique.

L’anthropologie post-classique (ou post-académique) nous a préparé à ce retour du réprimé, car ce n’est que très récemment que nous avons pu comprendre & sympathiser avec les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Les grottes de Lascaux furent redécouvertes précisément quand il fallait qu’elles fussent redécouvertes, car aucun Romain de l’Antiquité, aucun Chrétien du Moyen-Âge, aucun rationaliste du 18ème siècle n’aurait jamais pu les trouver belles ou importantes. Dans ces grottes (symboles d’une archéologie de la conscience), nous avons trouvé les artistes qui les ont créées. Nous les avons découverts comme des ancêtres, & aussi comme nous-mêmes, bien vivants & présents.

Un jour, Paul Goodman a défini l’anarchisme comme un «conservatisme néolithique». C’est spirituel, mais ce n’est plus exact. L’anarchisme (ou l’anarchisme ontologique tout au moins) ne sympathise plus avec les paysans agriculteurs mais avec les structures sociales non autoritaires & l’économie des valeurs antérieures au surplus des chasseurs-cueilleurs. De plus nous ne pouvons décrire cette sympathie par le mot «conservatrice». «Radicale» serait un meilleur terme puisque nous avons trouvé nos racines dans le vieil Âge de Pierre, sorte d’éternel présent. Nous ne désirons pas retourner à la technologie matérielle du passé (nous n’avons aucun désir de nous bombarder dans l’Âge de Pierre) ; nous désirons plutôt le retour d’une technologie psychique dont nous avons oublié que nous la possédions.

Le simple fait que nous trouvions Lascaux magnifique signifie que Babylone a commencé sa chute. L’anarchisme est probablement plus un symptôme qu’une cause de cette évaporation. Malgré nos imaginations utopiques, nous ne savons pas à quoi nous attendre. Mais nous, au moins, sommes préparés à ce plongeon dans l’inconnu. Pour nous, c’est une aventure, ce n’est pas la Fin du Monde. Nous avons souhaité la bienvenue au retour du Chaos, car aux côtés du danger arrive — enfin — une chance de créer.

Traduction de Provisoire

Note
{1} Numineux : terme proposé par Rudolph Otto (puis repris par Jung) dans
Le Sacré. Il désigne tout ce qui est sacré et l'impact de ce qui accompagne le sacré chez la personne humaine. Le premier caractère du numineux, selon Otto, c'est qu'il est mystérieux. Le numineux évoque pour l'être humain aussi bien le danger du chaos que la puissance du surnaturel.

Le texte original en anglais se trouve ici : http://hermetic.com/bey/radio_se.html
Note de la traductrice : Lascaux fait partie d'un corpus de 11 courts textes qui constituent THE RADIO SERMONETTES.

Une autre traduction de ce texte se trouve ici : http://endehors.org/news/753.shtml
Ecrit par provisoire, à 15:37 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  Anonyme
11-12-04
à 20:17

Hum hum...

J'ai pas pris le temps de lire l'article, mais :

René Guénon est un des auteurs favoris de l'extrême-droite
http://www.raslfront.org/publications/publi_resist/228.html

Quant au site d'où est tiré l'article, il diffuse des texes d'Aleister Crowley c'est un grand inspirateur des néo-nazis :
http://reflexes.samizdat.net/article.php3?id_article=80
http://www.luckymojo.com/faqs/crowleyracistfaq.html
(ce dernier lien énumère une liste d'assertions racistes et antisémites qu'on trouve sur hermetic.com)

Je trouve assez énervant que vous ne soyez pas plus vigilants sur vos sources. Et ce, d'autant plus que je trouve que l'en dehors est un excellent site (je le consulte tous les jours)...

Enfin, j'en profite pour dire que je trouve que la campagne actuelle de traduction et diffusion de textes "primitivistes" me confirme dans l'idée que ce courant n'a AUCUN intérêt.

Pourquoi tant d'énergie inutilement dépensée ?
Répondre à ce commentaire

  libertad
11-12-04
à 20:36

Re: Hum hum...

Hakim Bey cite Guénon pour le réfuter, je ne vois pas vraiment le problème. Sur le site en anglais dont le texte est tiré, d'après ce que je peux comprendre c'est un site ésotérique et non d'extrème droite, la traductrice l'a certainement choisi parce qu'il est très complet sur Hakim Bey, il semble recencer tous ses écrits.
Sur Aleister Crowley, il est évident qu'on ne trouvera pas sur l'En dehors de texte sur ce type dont les théories tournaient principalement sur la domination de ses partenaires et qui n'avait évidemment rien d'anarchiste, qu'il ai pu influencer des gens d'extrème-droite n'est pas étonnant.
Quant aux textes primitivistes s'il ne t'intéressent pas tu n'es pas obligé de les lire, il en faut pour tous les goûts.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
12-12-04
à 15:59

Re: Re: Hum hum...

OK, j'ai peut-être réagi un peu vite, et j'ai pas le temps de regarder le site hermetic.com en détail.

Mais il n'en reste pas moins que :

- Le site hermetic.com contient des textes racistes de Crowley

- Il convient toujours d'être méfiant sur ce sujet car l'ésotérisme sert souvent de paravent à des organisations d'extrême-droite. Surtout lorsqu'il fait référence à des mecs comme Crowley, fondateur de l'OTO (Ordo Templo Orientis), dont le chef actuel est Christian Bouchet.
http://membres.lycos.fr/dnthines/page34M.html
http://reflexes.samizdat.net/article.php3?id_article=80
http://reflexes.samizdat.net/article.php3?id_article=81

- J'espère que le site l'en dehors ne va pas dériver vers un site théorique centré sur des querelles scholastiques entre "traditionalistes", "esoteristes", et "primitivistes" qui sont souvent douteuses.

D'autres initiatives me sembleraient plus utiles : par exemple, traduire les initiatives de ce site :
http://www.labourstart.org/actnow.shtml
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
12-12-04
à 19:31

Re: Re: Re: Hum hum...

Bon, d'accord, je me mets à la traduction.
Je clique sur le lien. Je cherche la page d'accueil. Une animation en haut à gauche attire mon attention : "who's the world's leading trade union website developper ?" (Qui est leader mondial pour aider les syndicats à développer leurs sites web ?). Social Change Online (Transformation Sociale En ligne). Je clique. "About us" (Qui sommes-nous ?). Je clique.

"Global leader
Since 1997 SCO has been the technology partner with Australian and US Government agencies in developing standards for the publishing of geo-spatial information on the internet. SCO now supplies specialist software to numerous US Government organisations - including the Environment Protection Authority, the Army Corps of Engineers and the Federal Geographic Names Board."

Leader global
Depuis 1997 SCO (Social Change Online) a été le partenaire technologique des agences gouvernementales australiennes et états-uniennes dans le développement de standards pour publier l'information géo-spatiale sur internet. SCO procure maintenant du software spécialisé à de nombreuses organisations deu gouvernement US - parmi lesquelles l'Autorité de Protection de l'Environnement, les Corps d'Ingénieurs de l'Armée et le Bureau Fédéral des Noms Géographiques.

Ah ouais, c'est intéressant...

L'Unique (the Only One)

Répondre à ce commentaire

  libertad
12-12-04
à 19:49

Re: Re: Re: Re: Hum hum...

"Le site hermetic.com contient des textes racistes de Crowley" : tu peux me dire quels sont ces textes racistes ? car je ne maitrise pas assez l'anglais
C'est une évidence l'En dehors est antiraciste, Crowley n'a rien à voir avec nous, je l'ai déjà dit mais effectivement si le site hermetic.com reprenait des propos racistes il vaudrait mieux ne plus y faire référence.
Répondre à ce commentaire

  libertad
12-12-04
à 20:55

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Hum hum...

Merci pour tes précisions Provisoire, bien sur tout cela ne remet pas en cause Hakim Bey ni l'intérêt de ses traductions.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
13-12-04
à 16:53

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Hum hum...

Un recueil des assertions racistes de Crowley dans un texte qui se trouve sur le site hermetic.com est analysé ici:
http://www.luckymojo.com/faqs/crowleyracistfaq.html

Pour ce qui est du fond de la question, un texte intéressant est:

Social Anarchism or Lifestyle Anarchism: An Unbridgeable Chasm
by Murray Bookchin
http://dwardmac.pitzer.edu/anarchist_archives/bookchin/soclife.html

Ce texte apparemment n'a pas été traduit sur internet. C'est long, mais ça semble intéressant.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
14-12-04
à 16:58

Re: Message à Hum hum...

Salut Anonyme provisoire,

Ce qui est bien sur ce site c'est qu'on peut discuter réellement sans s'insulter. Une chose rare.

Tu as raison de dire qu'au moins ces traductions m'auront confirmé dans mon parti pris contre l'"anarchisme ontologique", le "primitivisme" etc.

En revanche, lorsque je parle de scholastique, c'est précisément que ces différents courants (contrairement à l'anarchisme social) me dépalaisent par leurs aspects hyper-philosophants et esthetisants (même si c'est de la philosophie qui se veut hérétique). Pour moi, ça plane trop haut, ça manque d'ancrage avec la réalité sociale, avec les pratiques de lutte, avec les individus qui construisent ces luttes.

Dans cette distance, il y a pour moi quelque chose qui me semble très "intellectuel bourgeois" mais version punk (pseudo-punk ?).
Bref, je n'y vois pas vraiment de subversion réelle, c'est à dire qui mette réellement en danger les dominations sociales actuelles pour les dépasser collectivement.

A part ça j'espère que quand tu te dis "libertarianiste aile droite", tu plaisantes. Sinon, je vois vraiment pas ce qu'on fait ensemble sur ce site.

Signé Hum hum...

Répondre à ce commentaire

  marchal
14-12-04
à 19:10

Ben moi, quand ça m'plais pas, j'le dis, j'bois une chtite tisane. Après j'suis zen…
Répondre à ce commentaire

  cercamon
14-12-04
à 19:52

Re: Re: Message à Hum hum...

C'est simplement que ces "courants" s'adressent d'abord à l'individu et à son rapport au monde. Tu parles de "social" de "collectif". C'est précisément parce que ces courants n'adoptent pas ces approches qu'ils séduisent souvent les individualistes.
Répondre à ce commentaire

  libertad
14-12-04
à 21:47

Re: Re: Re: Message à Hum hum...

"Hum, hum" dire que les anarcho-primitivistes sont des philosophes qui ne font rien me semble être une méconnaissance de ce mouvement qu'on pourrait plutôt qualifier d'activiste. Je rappelle les actions d'Unabomber qu'on peut certes critiquer sur les moyens employés et il y a bien d'autres prisonniers politiques anars aux USA qui ont participé à d'autres actions ( voir la liste en dessous ) :
Earth liberation actions : http://greenanarchy.org/zine/GA17/earthliberation.php
Prisonniers politiques ( eco-defense and animal liberation ) : http://greenanarchy.org/zine/politicalprisoners.php

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
15-12-04
à 01:01

Re: Re: Re: Re: Message à Hum hum...

Réponse à Cercamon :

Oui, je concoit très bien que ces mouvements séduisent les anarchistes individualistes. J'avoue aussi que Hakim Bey par son érudition et son inventivité ne me laisse pas totalement froid.

Mais il me semble que tout individualiste qui serait aussi ANARCHISTE (donc qui prône l'abolition de toutes formes de gouvernement et de domination) ne peut que souscrire à ce qu'écrit Bakounine :
"Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m'entourent, hommes et femmes, sont également libres. La liberté d'autrui loin d'être une limite ou la négation de ma liberté, en est au contraire, la condition nécessaire et la confirmation. " (l’Empire knouto-germanique [Dieu et l’État]).
Et donc que la libération individuelle passe par une libération collective.

Réponse à Libertad :

Je ne pense pas que les "primitivistes" n'aient RIEN fait. Mais il me semble que quand ils font quelque chose, leurs actions s'inspirent de considérations essentiellement philosophiques et esthetiques. N'ayant pas de base sociale et pratique leur réflexion mène fatalement à des actions sans réel potentiel de transformation du monde social. Flop !

Remarques :

- Je comprend qu'on s'intéresse à la remise en cause des technosciences. Mais il me semble qu'il est plus intéressant de le faire dans une optique différente. Les situationnistes, par exemple mettaient en avant la question de la réappropriation des savoirs et techniques (plutôt que la simple critique de la technologie comme un mal en soi).

Par exemple, ils critiquaient l'utilisation des technosciences pour isoler les individus entre eux, et les éloigner des lieux de décision : "De l'automobile à la télévision, tous les biens sélectionnés par le système spectaculaire sont aussi ses armes pour le renforcement constant des conditions d'isolement des « foules solitaires »." Debord (la société du spectacle).

Il y aurait donc un problème d'individualisation forcée par la technique, qui conduit à une impuissance sociale, donc à plus de domination. Qu'en pense un "individualiste" orthodoxe ?

- Par ailleurs, si le but du site est de faire vivre un débat. Pour l'alimenter, il me semblerait bien de contrebalancer les contributions de tendance "indvidualistes" par d'autres du courant "social" (comme Murray Bookchin) ou des "conseillistes" (comme les situationnistes).

Parce que sinon, les débats de "primitivistes" qui critiquent des "gnostiques" ou qui s'engueulent avec des "taoistes", ben moi ça me parle autant que d'assister à un débat philosophique entre l'Abbé Pierre et Jean-Pierre Chevénement.
Bon, OK j'exagère un tout petit peu...

Signé Hum hum...
Répondre à ce commentaire

  ibubolo
15-12-04
à 12:44

Re: Re: Re: Re: Re: Message à Hum hum...

je suis d'accord que les primitivistes ont de la peine, ou du dédain à participer aux luttes sociales directes ; syndicalisme par exemple...
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
15-12-04
à 22:03

Yvan Tripotant

"Et donc que la libération individuelle passe par une libération collective."
Et réciproquement... L'intérêt n'est-il pas justement de multiplier les approches? De synthétiser des pensées apparemment antithétiques (et tac)?

Pourquoi une approche qui se rapprocherait au "dédain"?
Parce que "la pensée mise en commun est une pensée commune".
Parce qu'aussi, nombre de valeureux militants anars viennent apporter de l'eau au moulin du réformisme en se greffant à des luttes qui seront tôt ou tard récupérées (car d'avance récupérables) par la gauche capitaliste ou les sectes trotskystes (on évoquait notamment le syndicalisme). Donc pas de quoi mouiller sa culotte non plus, même si ceux-ci ont au moins la noblesse d'âme d'essayer de "faire" quelque chose.

Le plus drôle dans l'histoire, c'est que ce que reprochent les socialistes forcenés aux individualistes & assimilés est parfaitement analogue à ce que reprochent les neurasténiques de la realpolitik de gauche/droite aux "utopistes" dans notre genre: "t'as de belles idées, mais tu ne fais que pisser dans un violon". On est toujours le con de quelqu'un, parait-il...

Bon, puisqu'on parle de "faire" des choses avec comme perspective un "réel potentiel de transformation du monde social", quel constat s'impose? Qu'ont fait, à ce niveau d'exigence, les mouvements anarchistes depuis 150 ans?
Réellement, la seule chose qui compte pour le moment, c'est le développement de pensées critiques et constructives se donnant comme objectif le dépérissement irrémédiable des rapports de domination. C'est le préalable à tout "faisage" de choses. Pour le reste, nous sommes bien loin d'un monde libertaire (le monde, pas le canard); et seule cette mise à distance, ce décalage, cette apparente déconnexion, nous permet d'imaginer ce qu'on pourrait considérer comme le prologue d'actions concrêtes et significatives que nous n'avons jamais ou rarement eu les moyens de mener.
En conclusion, au jour d'aujourd'hui, nos options oscillent entre le presque rien et le pas grand chose, et c'est pas prêt de s'arranger. Alors, on peut réfuter les thèses primitivistes, mais peut-on décemment reprocher aux primitivistes de n'avoir rien fait?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
16-12-04
à 01:30

Re: Yvan Tripotant

""Et donc que la libération individuelle passe par une libération collective."
Et réciproquement... L'intérêt n'est-il pas justement de multiplier les approches? De synthétiser des pensées apparemment antithétiques (et tac)?"

-> On est d'accord

"Pourquoi une approche qui se rapprocherait au "dédain"?
Parce que "la pensée mise en commun est une pensée commune"."

-> On est encore d'accord pour ta deuxième phrase (mais je vois pas en quoi elle justifie la première).

"Parce qu'aussi, nombre de valeureux militants anars viennent apporter de l'eau au moulin du réformisme en se greffant à des luttes qui seront tôt ou tard récupérées (car d'avance récupérables) par la gauche capitaliste ou les sectes trotskystes (on évoquait notamment le syndicalisme). Donc pas de quoi mouiller sa culotte non plus, même si ceux-ci ont au moins la noblesse d'âme d'essayer de "faire" quelque chose."

-> Non pas d'accord. Des mouvements comme Act Up (ou Warning si tu préfères), le réseau Stop précarité, le mouvement des sans-papiers, et d'autres ne sont pas prêts de se faire récupérer. On peut aussi faire des choses très efficaces en aidant à la création de collectifs de base antiautoritaires pour des actions directes.

"Le plus drôle dans l'histoire, c'est que ce que reprochent les socialistes forcenés aux individualistes & assimilés est parfaitement analogue à ce que reprochent les neurasténiques de la realpolitik de gauche/droite aux "utopistes" dans notre genre: "t'as de belles idées, mais tu ne fais que pisser dans un violon". On est toujours le con de quelqu'un, parait-il..."

-> Non, t'as rien compris.
- On peut être un anarchiste social sans être un "socialiste forcené".
- Il y a une différence entre ne rien faire (ce que tu sembles assimiler à la plus haute distinction révolutionnaire, alors que les anarchistes individualistes ont TOUJOURS fait des choses) et faire des choses qui paraissent inutiles aux autres courants politiques (ce qui est toujours le cas. Si d'autres ont une autre méthode c'est évidement qu'ils croient que c'est la leur qu est la bonne : pour moi ce sont les réformistes qui sont les naïfs qui pissent dans un violon: à quoi sert-il de faire un parti ou de voter ? A rien !)
- Des types qui ne viennent jamais au contact des salariés en grève, des sans-papiers, qui ne se soucient pas des problèmes de leurs propres collègues avec la hiérarchie, ni de leurs voisins avec la police. Ben je vois pas trop ce que ces beaux esprits peuvent comprendre de la réalité sociale la plus prosaïque. De là, même si ce sont des génies, je vois pas non plus comment ils peuvent inventer des solutions pratiques qui peuvent changer cette réalité (et, au delà des phantasmes, j'ai aussi du mal à me convaincre qu'ils en aient même la volonté. Mais ça eux seuls peuvent le savoir...).

"Bon, puisqu'on parle de "faire" des choses avec comme perspective un "réel potentiel de transformation du monde social", quel constat s'impose? Qu'ont fait, à ce niveau d'exigence, les mouvements anarchistes depuis 150 ans?
Réellement, la seule chose qui compte pour le moment, c'est le développement de pensées critiques et constructives se donnant comme objectif le dépérissement irrémédiable des rapports de domination. C'est le préalable à tout "faisage" de choses. Pour le reste, nous sommes bien loin d'un monde libertaire (le monde, pas le canard); et seule cette mise à distance, ce décalage, cette apparente déconnexion, nous permet d'imaginer ce qu'on pourrait considérer comme le prologue d'actions concrêtes et significatives que nous n'avons jamais ou rarement eu les moyens de mener."

-> Oui il faut "développement de pensées critiques et constructives"...
"se donnant comme objectif le dépérissement irrémédiable des rapports de domination"
-> Là t'es dans le phantasme. même une révolution sociale et libertaire ne parviendrait pas à ça d'un coup.
"C'est le préalable à tout "faisage" de choses. "
-> Non car c'est aussi en faisant des choses, même partielles, qu'on comprend en pratique, et avec ceux qui les subissent, les ressorts des dominations. C'est aussi comme ça qu'on comprend et qu'on organise les inventions qui permettent de défaire les dominations.

Mais bon, on sait jamais. Si un jour en revenant d'un séjour au Club Med, ou terminant quelques lectures romanesques d'étudiant en littérature, tu as l'illumination géniale du protocole pour les prémisses de la révolution globale, tu peux toujours nous en parler.

Signé Hum hum...

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
16-12-04
à 07:53

Re: Re: Yvan Tripotant

Ha! Ca tourne toujours ainsi ici! lol.
Hum hum, sans volonté de te retourner tes petiits piques, ton commentaire est en partie lamentable.
Pour ta gouverne, je ne suis pas étudiant en littérature (d'ailleurs, tu as quoi contre les étudiants en lettres?), mais agent de production en équipe de nuit dans l'industrie. Alors pour tes sarcasmes truffés d'a priori grossiers, tu t'es trompé de client. Je n'avais pas l'intention de sombrer dans le personnel, mais en ce qui concerne, je peux affirmer sans mentir que je ne suis pas venu à l'anarchisme pour découvrir une misère que nous vivons à peu près tous chacun dans nos contextes.
Je vais toutefois tenter de te répondre simplement et sans animosité.

""Pourquoi une approche qui se rapprocherait au "dédain"?
Parce que "la pensée mise en commun est une pensée commune"."
-> On est encore d'accord pour ta deuxième phrase (mais je vois pas en quoi elle justifie la première)."
J'entendais simplement par là qu'une plateforme politique, un système politique, une idéologie -ou quoi que ce soit d'autre organise fonctionnellement le social-, même le meilleur, n'est par essence qu'un nivellement par le bas visant à s'entendre et fonctionner massivement sur la base d'us et d'éthiques communs. L'expression "pensée commune" était donc à entendre péjorativement.

"- Il y a une différence entre ne rien faire (ce que tu sembles assimiler à la plus haute distinction révolutionnaire, alors que les anarchistes individualistes ont TOUJOURS fait des choses) et faire des choses qui paraissent inutiles aux autres courants politiques (ce qui est toujours le cas. Si d'autres ont une autre méthode c'est évidement qu'ils croient que c'est la leur qu est la bonne : pour moi ce sont les réformistes qui sont les naïfs qui pissent dans un violon: à quoi sert-il de faire un parti ou de voter ? A rien !)"
OK. Tu m'as mal compris. Tout ça ne contredit en rien ma phrase, au contraire.

"Des mouvements comme Act Up (ou Warning si tu préfères), le réseau Stop précarité, le mouvement des sans-papiers, et d'autres ne sont pas prêts de se faire récupérer. On peut aussi faire des choses très efficaces en aidant à la création de collectifs de base antiautoritaires pour des actions directes."
Bon, sans rentrer dans le détail des mouvements que tu cites (vaccination Hépatite B chez Act Up...), je sais que des mouvements ne seront pas complétement récupérés. Ca ne veut pas dire que c'est toujours le cas, car sur le terrain de la lutte, les anars, malgré eux, servent parfois/souvent involontairement la soupe aux gauchos (la question s'était par exemple posée à Tours au début du mouvement des sans-papiers, avant que la Ligue ne se déconnecte un peu du mouvement).

"- Des types qui ne viennent jamais au contact des salariés en grève, des sans-papiers..."
Tu parles de qui, là? Des étudiants en Lettres? Des primitivistes? Ni l'un ni l'autre?

""se donnant comme objectif le dépérissement irrémédiable des rapports de domination"
-> Là t'es dans le phantasme. même une révolution sociale et libertaire ne parviendrait pas à ça d'un coup."
Justement, c'est pour ça que je parle de "dépérissement irrémédiable" (ojectif dans la durée: idéal vers lequel on doit tendre même s'il est inaccessible) et non pas d'"abolition" ou de "suppression immédiate" (mythe de la révolution brève).

""C'est le préalable à tout "faisage" de choses. "
-> Non car c'est aussi en faisant des choses, même partielles, qu'on comprend en pratique, et avec ceux qui les subissent, les ressorts des dominations. C'est aussi comme ça qu'on comprend et qu'on organise les inventions qui permettent de défaire les dominations."
Tout le monde est d'accord là-dessus. Je ne pense pas qu'il y ait tant de lecteurs de l'En-Dehors qui ne sachent pas ce que sait qu'une lutte sociale. Et aucun qui ne sache pas ce que sait que l'exploitation et la soumission à un pouvoir coercitif. So?
Simplement, je suis très méfiants à l'égard des activistes professionnels.

Au passage, tu me pardonneras, je l'espère, de savoir lire et écrire, et de n'avoir guère d'illuminations inventives et révolutionnaires. Mais qui en a ici? Seul un "gourou" (pour citer Cercamon) croierait en avoir.

PS: ce genre de taquinage à la con, on sait où ça mène, HumHum, tu peux t'abstenir la prochaine fois. Merci d'avance.
Répondre à ce commentaire

  ibubolo
16-12-04
à 11:25

Re: Re: Re: Yvan Tripotant

franchement, je trouve que vous noyez vos réflexions dans une soupe d'ego des plus fades...

sinon, je trouve intéressant de continuer au sujet de l'implication sociale directe des belles idées

Répondre à ce commentaire

  Bouchet
06-04-06
à 21:22

Re: Re: Re: Re: Yvan Tripotant

J'avoue ne pas voir l'intérêt de ce fil, sinon pour révéler le manque d'information et l'étroitesse d'esprit de quelques uns.

Puisque je suis cité, je rectifie une chose : je ne suis pas le chef de l'OTO avec lequel je n'ai aucun lien, sinon d'en avoir traité dans un doctorat, en 1994 !.

Depuis, je n'ai jamais eu de relations avec ce groupe...

Donc c'est le genre d'info qui disqualifie celui qui les donne et l'on peut juger toutes ses autres contributions à l'aune de celle-ci...

Répondre à ce commentaire

  Spartakus FreeMann
27-08-06
à 00:32

Re: Re: Re: Re: Re: Yvan Tripotant

Deux remarques :

1- C. Bouchet n'a, effectivement, jamais été le "chef" de l'OTO français. D'abord parce que l'OTO se résume à une myriade de groupes et sous-groupes perpétuellement en "guerilla" les uns avec les autres. Ensuite par ce que le groupe OTO, dit OTO Caliphal, dans lequel il fut "initié" l'en "démissionna" début des années 90 pour diverses raisons dont les activités politiques de C. Bouchet. Il semble, selon les papiers que j'ai, que l'OTO Caliphal avait jugé alors les actions politiques contraire à ses principes. D'ailleurs, l'OTO francophone n'a jamais eu de "chef" même dans la branche dite "caliphale". Par contre, on les retrouve bien dans le rapport parleMENTaire sur les sectes.

2- Le site Hermetic.com et l'ésotérisme en général dans sa relation avec l'anarchisme. Hermetic.com est issu de la sensibilité crowleyenne de l'occultisme contemporain. Publier des textes de Crowley ne signifie pas automatiquement que l'on approuve toutes les idées du bonhomme. Ainsi, j'ai étudié, traduit, détruit certains textes de Crowley, sans pour autant accepter sa vision des relations humaines, ni sa vision du monde en tant qu'homme et en tant qu'ésotériste. Il en va de même pour Hakim Bey dont certains textes frisent la pédophilie (ceux où il parle de ses fantasmes concernant un "très jeune adolescent se masturbant", par exemple). Vais-je m'arrêter de traduire certains textes politiques qu'il est bon de diffuser dans le paysage anarchiste francophone sous prétexte qu'un versant de la personnalité du bonhomme me semble pour le moins sujette à forte caution ?

Amitiés

Spartakus FreeMann
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom