L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

La route à suivre
--> par John Zerzan
Sans nouvelles perspectives, au-delà des tentatives limitées et ratées du passé, on ne pourra pas confronter l'écocide universel, la perte de notre humanité ou le chaos généralisé. Chacun sait que les flammes de nos bougies tremblent et risquent de s'éteindre, que la crise continue de s'étendre et de s'approfondir. Certains membres de ma famille – des conservateurs – réalisent que tout s'effondre. Cette situation effrayante et sans précédent doit être confrontée dans sa globalité et depuis les fondements. L'intérêt pour les analyses partielles s'estompe, et avec raison : elles ne font que certifier que les choses vont continuer à empirer.

Un nombre croissant de gens commencent à réaliser qu'une issue ne pourra être découverte que si l'on s'attaque aux fondements de notre société. Pas seulement au capitalisme, mais à la société de masse et à ses modalités toujours plus technicisées, à la base de notre civilisation. Certains prônent ostensiblement un discours anti-civilisation, sans en accepter la substance. J'ai lu ainsi, récemment, un article internet qui commençait par : « Je suis anti-civ,, mais ... ». Cette personne a ensuite énuméré des choses qu'elle condamnait, mais aucune ne concernait des éléments essentiels de notre civilisation (la domestication ou l'urbanisation, par exemple). Dans ces conditions, le discours change, mais pas la substance. De cette manière, on peut continuer d'accepter le marxisme, et ses limitations, tout en décidant d'y accoler une étiquette anti-civ. Cette façon de jouer avec les mots est trop courante ; ainsi, Chomsky, un progressiste modéré, est qualifié d'anarchiste.
Bien sûr, le marxisme, en général, reste le refuge de ceux qui ne peuvent accepter la réalité, tout en affirmant s'opposer radicalement à cette réalité, le marxisme qui n'a rien inspiré de nouveau depuis le début du XX siècle. Le marxisme qui fournit une vision optimiste mais déformée du monde, optimiste pour quelqu'un qui continue de vivre au XIX siècle (même inadaptée à cette époque-là).

Il est possible de commencer à parler de perspective libératrice quand on évoque la fin de la gauche, certainement. Bien qu'elle soit très largement, mais pas universellement, discréditée, la gauche s'efforce de raisonner à courte vue. Des oeillères l'empêchent de remettre en question la production de masse et la technique. Quand ceux qui s'identifient comme post-gauche le justifieront en s'attaquant à de tels éléments normalement considérés comme essentiels à gauche, alors cette identification commencera à faire sens.

Les généralités, comme les belles phrases, servent à masquer le manque de substance. Heidegger parlait toujours d'authenticité, et c'était un nazi ; Sartre s'intéressait particulièrement à la liberté, mais il était stalinien. Si la philosophie traite du général, la politique commet la même erreur, et souvent pour des raisons plus graves. Seuls le spécifique et le concret introduisent une signification réelle, en permettant de gérer les conséquences des intentions et responsabilités personnelles. Le refus d'être précis trahit le politicien. « Anti-civilisation » et « post-gauche » doivent être plus que des étiquettes vides et ronflantes.

Si l'une de nos tâches principales doit être d'effacer ce qui reste de la gauche, une autre, tout aussi essentielle, sera de développer largement les pratiques d'exploration et de remise en question. Il faut interpeller et non pas accepter ou endosser chaque élément ou institution de notre civilisation agonisante.

Il ne suffit pas de se débarrasser des obstacles ; il faut aussi aller de l'avant, découvrir des alternatives, des moyens d'abandonner le navire qui sombre. Toutes les 'autres' manières de vivre doivent être considérées comme essentielles, si des termes comme 'autonomie' ou 'retour à la terre' doivent s'accorder avec notre proche destin. Avec des compétences qui ne répondent pas à la permanence d'une modernité infantilisante ou sénile, mais permettent au contraire de s'en éloigner. Des compétences terriennes, des paysages comestibles, tant d'autres façons d'apprendre et d'explorer. Des compétences qui amplifient l'autonomie de chacun et sa plénitude, voilà des moyens de partager une vision anti-civilisation. Une invitation à des mots réels, au-delà des mots. Même si les passagers comprennent que leur avion se précipite vers le sol, il est vraisemblable qu'ils ne vont pas sauter par la fenêtre.
Le royaume du spirituel nous interpelle parce qu'il traite (devrait traiter) de choses élémentaires. Notre mode de vie désincarné a perdu son sens. Nous ne nous considérons plus au coeur du réseau et des cycles de la nature. La fin de notre relation directe avec le monde a signifié l'éclatement de notre unité avec ce monde naturel. Relation et simplicité sont au coeur du savoir indigène : l'intimité traditionnelle avec la terre est le fondement immanent de la spiritualité. Cette compréhension est l'une des bases essentielle et irremplaçable de la santé et du sens que nous donnons aux choses. Une bouée inestimable, évoquée dans des commentaires affirmant que Green Anarchy est à la base un mouvement visionnaire aux répercussions peut-être révolutionnaires. Ils sont attirés par cet aspect, quand je le trouve mystérieux. Je dois reconnaître que je me trouve alors dans un domaine étrange et immense. Mais il est agréable de sentir que quelque chose se passe et d'être ouvert sur ce sujet.

Le Productivisme ou le futur primitif, deux options. L'une est issue de la fermeture de l'esprit, l'autre de l'esprit englobant toute la réalité terrienne. L'abandon volontaire du mode d'existence industriel n'est pas l'auto-renonciation, mais un retour salvateur. Au-delà de l'état et de la direction de ce monde, prenons notre inspiration auprès de ceux qui ont continué à vivre spirituellement avec la nature. Leur exemple nous indique le chemin vers ce qu'il reste de vivant, tout autour de nous.

Les tactiques peuvent se trouver en tous lieux. L'essentiel est de refuser le chaos absolu qui nous menace, et de résister à tous ceux qui voudraient nous engloutir avec eux.

John Zerzan


Texte traduit de l'anglais par Borogove et paru dans Green anarchy #23 Summer/Fall 2006
Ecrit par libertad, à 13:39 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  toto2
11-11-06
à 21:39

Merci Borogove



Ce texte est intéresant car il donne par comparaison ce qui est occidental et ce qui reste specifiquement amerloque.

D'abord petite precision sur Sartre : notre cousin d'amérique se trompe : c'était un philosophe, pas un politicien.

Sa conférence ( petit ouvrage facile à lire ) intitée " l'existentialisme est un humanisme " montre à que point il s'est coltiné les communistes autant que les religieux.

Son engagement avec les homos et en mai 68 ne le plaçait pas vraiment du coté des stals (ni des religieux) à l'époque.

Et son oeuvre majeure, L'etre et le néant, , meme si on n'y comprend rien, reste quand meme le fondement ontologique de la liberté. Salué par un prix Nobel (que sartre a refusé).

Pas de quoi effaroucher un anarchiste !

là où je suis d'accord avec Zerzan, c'est sur l'écocide en cours ( moi je dis cosmocide), la situation Orwellienne (big brother) et le risque transhumaniste (cyborg), bref la construction d'un enfer technique en lieu et place du Jardin d'Eden terrestre.

Au pays des Hamisch et des amérindiens, je conçois qu'on fasse facilement demi tour et que sans perdre en religiosité, on adore Wakatanka. Mais en Europe ?

Indépendemment des idées anarchistes, il n'y a de "spirituellement " vert que Saint François d'Assise ( l'ami des animaux) , le souvenir des Cathares et la Vierge noire (Sarah) des gitans ( qui est en fait une déesse mère de l'Inde : Kalî ou ses avataras Durga et Tara ).

Les judéo-chrétiens ont rasé tout le reste me semble -t -il.

Et puis il y a l'athéisme et le matérialisme qui sont des legs bourgeois philosophiquement. Doit on jeter bébé avec l'eau du bain ?

Sartre, avec son existentialisme, a tenté une synthèse par delà le matérialisme et l'idéalisme, doit on l'ignorer ?

Au pays d'Unabomber, je conçois qu'on chie sur le technologie et les maths et qu'on vante la vie sauvage. Mais Unabomber lui-même,dans son unique ouvrage (La société post industrielle, aux editions encyclopédie des nuisances) parle de religion de la nature sauvage pour les masses, par calcul politique, stratégique. Mais il réserve à une élite la compréhension profonde du pôurquoi, une justification toute scientifique ( Unabomber était matheux ).

Même s'il a vécu comme un sauvage, il restait capable de produire des explosifs pour ses lettres piégées !

Je suis un partisan de la decroissance à marche forcée ( il y a urgence), du "paysage commestible" par reforestation fruitière massive et jardinage forestier ( permaculture, vegeculture et consorts, voir " retour au paradis", mon article en rubrique écolo sur l'en dehors ou bien appelderaspail.hautetfort.com, mon blog), je suis pour une autonomisation par un retour à la campagne loin des mégapoles (j'y travaille). je suis partisan de l'hypothèse Gaïa de James Lovelock selon laquelle la planète a un comportement éco-climatique rappellant les fonctions homéostatiques des êtres vivants. je suis tres critique envers l'enseignement et l'utilisation théologique des maths et des sciences. je suis contre la recherche privée (entreprises, brevets) et militaire ( secret defense).
Je suis pour l'autorisation du financement des recherches et des projets technologiques par référendum populaire, mais pas n'importe comment.
La décision doit être scientifiquement informée et philosophiquement débatue. Ou bien le projet est repoussé l'abstention valant un refus.

Point de démagogues et de vedettes médiatiques. Ni de textes incompréhensibles. Et on doit pouvoir accéder aux recherches en cours.

Bref, je suis pour "sécuriser" les pratiques technoscientifiques.

Ce qui suppose un moratoire sur la recherche , le boycott collectif et informé des technologies et de mettre le paquet sur la philo, la démocratie directe et les "compétences scientifiques de base" (le "journalisme" du XVIII siècle devrait etre remplacé au XXI siècle par un débat politico-philosophico-scientifique blogosphérique, direct , permanent et ouvert à tous !).

Bref encore, je crois qu'une humanité écolo se doit de désectariser la pratique scientifique en l'intégrant politiquement à l'amitié avec le vivant et au delà avec le cosmos ( pourquoi les planètes seraient- elles seulement appréhendée par les astrophysiciens, les militaires et les industriels et pas aussi d'un point de vue esthétique ou "cosmique " ?).

Vive l'anarchie verte !





Répondre à ce commentaire

  libertad
11-11-06
à 22:42

Re: Merci Borogove

Sur Sartre, je rappelle qu'il ne fut pas qu'un philosophe mais aussi un homme politique et que s'il a subi les foudres des communistes c'est plus comme maoiste et directeur de la Cause du peuple, journal emblématique des maos,  staliniens, il faut tout de même s'en souvenir. Sartre n'était pas du côté des anti-autoritaires mais du côté des staliniens de la Gauche prolétarienne, avec July et autres Bernard Henry Lévy.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
13-11-06
à 10:00

Re: Re: Merci Borogove

Il y a un autre ancien maoiste, Zerzan, dont on sent encore bien les traces de son passé, à travers notamment sa fascination pour les ordres parfaits et à base de retour aux champs, et l'intolerance pour toute dissidence  (accusée  de n'être point vraiment anarchiste, tout  comme autrefois  il devait accuser  les autres de n'être pas de vrais  prolétariens)

C'est étrange comme c'est presque toujours du coté d'ex marxistes-léninistes que l'on trouve les nouveaux gourous 
Répondre à ce commentaire

  toto2
13-11-06
à 11:32

Re: Re: Re: Merci Borogove



décidément , il y a des maos partout !

de toute façon ça n'a pas d'importance.

Zerzan n'est qu'un point sur la ligne le l'anti-industrie. Une ligne qui vient du fond artisanal du peuple et des luttes luddistes. Qui est reprise par les naturiens. Puis les ecolos.
Il est tout au plus une star americaine limitée à son continent. Et encore, je lui préfère Unabomber qui lui savait agir.
D'ailleurs, toujours armé de mon antibiotique large spectre anticapitaliste, le "Payant est mort", je constate que Unabomber ne s'est pas fait payer pour livrer ses infos ( il a fait du chantage terroriste sur les medias pour qu'ils le publient) alors que ZERZAN se vend bien.

Vous connaissez la suite logique : Zerzan descend dans la hiérrchie des idées utiles. Et bien sur pas un cent pour de l'arbre aplati.



Répondre à ce commentaire

  libertad
13-11-06
à 13:57

Re: Re: Re: Re: Merci Borogove

Zerzan ancien maoïste ? c'est possible l'anonyme mais il faudrait tout d'abord en dire plus car lancer ça à la cantonnade tout le monde peut le faire. La différence avec Sartre c'est que lui est mort mao et ne s'est jamais repenti à ma connaissance. Je pense qu'il vaut mieux passer du maoisme à l'anarchisme que du maoisme au libéralisme comme July et consort.
C'est vrai que Zerzan a un côté pénible à vouloir se définir comme le maître étallon de l'anarchisme : il ne supporte pas Chomsky ni Hakim Bey et les considère comme non anarchistes. Il n'est pas le seul à faire cette analyse de Chomsky qui devient le "gourou" ( pas de Corccuf a qui il fait de l'ombre) de la gauche de la gauche. Que Chomsky soit ou non anarchiste m'importe peu, ce qui importe c'est de savoir si ce qu'il écrit est intéressant et peut nous servir.
Il me semble qu'il ne peut y avoir de gourous pour les anars, c'est à dire que toute personne qui se livre à une analyse peut être critiquée et doit l'être. Le problème est que cette critique soit aussi intéressante que l'analyse qu'elle critique, ce qui n'est pas souvent le cas et ce qu'on peut regretter.
Quand j'évoque sur un autre fil l'absence de penseurs anarchistes, je pense à la France, car effectivement je considère Zerzan comme un penseur anarchiste, c'est pourquoi on le traduit sur ce site ( et les autres écrits de Green anarchy, car il n'est pas le seul ). Hakim Bey est aussi un penseur anarchiste mais dans un autre registre qui me semble également important : celui des mythes et de la spiritualité. L'En dehors est certainement le site où l'on trouve le plus de traductions de lui.
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
13-11-06
à 16:46

Re: Re: Re: Re: Re: Merci Borogove

C'est facile : google  avec comme  mots-clés   zerzan  maoist
 
maoiste sans "e" car en francais zerzan est moins répertorié

En réalité il y a quelques mois je ne connaissais pas ce passé de Zerzan, et c'est à force de lire sa prose que  le doute m'est venu - je jure sur la tête de Kropotkine que c'est vrai :-)   Ancien marxiste c'était assez évident mais le petit plus  rural/radical/autoritaire/sectaire pouvait faire penser à un maoiste recyclé

Je suis moins certain que toi sur la nature véritablement anarchiste des propos de Zerzan. Radical c'est certain, anti-capitaliste aussi, pour le reste je ne sais pas. Mon approche n'est pas celle d'un théoricien mais de l'ordre : moi X ai-je envie de vivre dans la société proposée par Zerzan ? L'honneteté m'oblige à dire que non, et même pire : sommé - le couteau sous la gorge - de choisir entre la merde actuelle et le paradis zerzanien, je crains fort, et là je vais choquer tout le monde ici, et je m'en excuse par avance,  que j'opterais pour la merde actuelle (mais pour ma pomme, et tout en laissant à ceux qui le souhaitent  l'autre option - ce qui soit dit en passant ne me semble pas être vraiment le cas de Zerzan, car je me demande quels sont ses projets pour ceux qui ne veulent pas vivre comme lui dit qu'il faut vivre - d'ailleurs il répète tellement qu'après l'apocalypse il n'y aura pas le choix qu'on est bien obligé de le croire sur parole).

Je ne suis pas chomskyste , mais  Chomsky me semble moins autoritaire,  bien que  trop étatiste à mon gout ( Encore que Chomky est vague sur sa conception de l'Etat -  aussi vague que d'autres anarchistes le sont sur leurs conceptions du non-Etat)  

Je vais apparaitre comme un anti-américain des plus primaires, mais je pense que le fait que ces penseurs soient tous américains est pour beaucoup dans leur notoriété planétaire. Et inversement je pense que les anarchistes non-américains (francais ou espagnols ou tout ce qu'on veut) doivent leur anonymat planétaire pour beaucoup au fait qu'ils ne sont pas américains. 

Je n'ai pas trouvé sur google alors je pose la question ici : Zerzan, quelle experience concrète a-t-il de la vie des peuples primitifs ? Combien d'années a-t-il passé à les cotoyer (le peu qui en reste) ? Dans quels pays ? Quels peuples ? Comment vivait-il lui, Zerzan, avec eux ?  Avez-vous  des infos là dessus ? 

Vidéoman :-) (comment on fait les clins d'oeils ?)


 


    


 
Répondre à ce commentaire

  toto2
13-11-06
à 18:00

Revenons à nos moutons



bon OK pour Zerzan. Il est pas clair.

Mais si je suis d'accord avec lui sur les risques d'apocalypse, et meme les capitalistes sont d'accord, ni eux ni moi courrrons apres la fin du monde.

En revanche on pourrait utiliser la vague qui s'annonce pour abolir le Pouvoir. Donc contraindre toutes les tetes qui la ramenent par exemple durant cette campagne plus tous les tyrans qui officient à la Défense ou ailleurs dans les entreprises à capituler devant une revendication simple : La Terre n'est à personne. Les fruits sont à tous. Qui parle de travailler ?

Là dessus, Zerzan sauf preuve du contraire, n'est pas stratége mais plutot prophète. C'est bien. Mais c'est bientot périmé.

beaucoup d'anars en france sont passé avec ares et bagages de la vieille anarchie syndicalo-machiniste au luddisme intellectuel, au vegetarisme , au bio.

Je ne critique pas les syndicalistes. Il font chier le patronat c'est certain. Mais ils sont un peu à coté de la plaque.

Aujourd'hui qu'on voit l'écologie s'imposer comme sujet de campagne dans tous les partis, ils doivent commencer à craquer et à se demander si leurs x camarades disparus des orgas n'étaient pas en avance sur elleux.

Il n'est jamais trop tard pour dévaler le net, visiter les communautés, lire les brochures.

Répondre à ce commentaire

  Una cañaperfavor
13-11-06
à 18:35

Re: Revenons à nos moutons

Moi aussi , je préfère la mouise actuelle au paradis Zerzanien. Son discours est beaucoup trop radical.
Comme toujours je suis pour le compromis tolérant , on ne peut obliger nos semblables à vivre comme on l'entend quand bien même irions nous dans le mur à cent à l'heure....
Perso , je roule en bicyclette (non je ne suis pas un ancien mao) . Ceux qui roulent en 4.4 me font chier , surtout quand il me dépassent comme des dingues sur une route de campagne. Mais que puis je contre eux ? Puis je me permettre de les contraindres à abandonner leur super jeep pour un vélo ?
Je me contente de les dépasser en ville , un petit doigt d'honneur quand ils claxonnent et un dégonflage hypocrite quand la situation le permet. En espérant que ma propagande par les faits porte ses fruits et en convertissent quelques uns. Ma façon de pensée est la suivante , plus le climat ira mal plus l'homme sera inquièt et adoptera des comportements ad hoc. Pour le moment l'alarme sonne , de plus en plus nombreux sont ceux qui s'investissent dans le durable. A force ,je me dis que ça va devenir vivable , l'homme est champion pour l'adaptation. Même si il y aura forcément de la casse , je ne crois pas en l'apocalypse. Tout au plus nous aurons quelques sciècles de vaches maigres. La vie triomphera toujours !
Dans le monde tel que le voit Zerzan , il n'y a plus de 4.4 et plus de vélo.... La technologie peut nous couler mais peut aussi nous sauver. Ce sont des vues de l'esprit , l'avenir sera l'avenir. Après nous les mouches.
Répondre à ce commentaire

  libertad
13-11-06
à 18:35

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Merci Borogove

Effectivment j'avais cherché Zerzan maoïste et donc rien trouvé. Voici ce que j'ai trouvé et qui semble revenir en boucle sur les sites parlant de son maoïsme : "En 1966 Zerzan a été arrêté tout en exécutant la désobéissance civile à une marche de guerre de Berkeley anti-Vietnam et dépensé pendant deux semaines en prison du comté d'Alameda. Il s'est voué après que son dégagement à arrêter jamais encore volontairement. Il a assisté à des événements organisés par Ken Kesey et les joyeux espiègles et a été impliqué de la scène psychédélique de drogue et de musique dans le voisinage de Haight-Ashbury de San Francisco.

Comme un Marxiste-Léniniste-Maoïste vers la fin des années 60 où il a travaillées en tant qu'ouvrier social pour la ville du département d'assistance sociale de San Francisco. Devenant frustré avec la vie mondaine d'un ouvrier de gouvernement de bas-salaire il a aidé à organiser un syndicat social, le SSEU, et a été élu vice-président en 1968, et président en 1969. La contradiction locale de groupe de Situationist l'a dénoncé en tant que bureaucrate de gauche. Il est devenu progressivement plus radical pendant qu'il était exposé à ce qu'il a considéré comme le rôle de counter-revolutionary du sien et d'autres syndicats. Il était également un lecteur vorace du Situationists, étant en particulier influencé par Guy Debord."

Sur un autre site, je lis çà , ce qui est assez différent :

Il a travaillé au début des années 70 en tant qu'ouvrier social pour l'état de la Californie. Devenir a frustré avec la vie mondaine d'un ouvrier de gouvernement de bas-salaire qu'il a aidé à organiser un syndicat social qu'il a été élu président de plusieurs années dans une rangée. Il est devenu progressivement plus radical pendant qu'il était exposé à ce qu'il a considéré comme le rôle de counter-revolutionary du sien et d'autres syndicats. Il était également un lecteur vorace du Situationists, étant en particulier influencé par Guy Debord.

Lorsque ce c'était une plus jeune soeur de Zerzan se produisant, Kathy, était un membre du temps au fond, (traduction par le traducteur automatique de Weathermen ) un groupe de maoïste qui s'était développé hors des étudiants radicaux pour une société démocratique. Tout au long des années 70, le groupe souterrain a planté des bombes dans les douzaines de bâtiments comprenant le Pentagone, le capitol des États-Unis, et le département de la Californie des corrections. Ceci est considéré comme une influence importante sur le radicalisme croissant de John Zerzan.

Là on dit que c'est sa soeur qui aurait fait partie des Weathermen, un groupe qui s'est livré à pas mal d'attentats aux USA et on ne parle plus de son maoïsme mais du fait qu'il aurait été influencé par la radicalité des Weathermen ce qui n'est pas impossible.

Si tu as autre chose de plus fouillé, je suis preneur.
Bon ça me parait un peu léger pour en faire un gourou adepte du stalinisme pur et dur. Il y avait aussi un peu de tout chez les maos, y compris du bon comme en France le groupe VLR et son journal "Tout" ( je sais l'un de ses animateurs a mal tourné ! ) il n'y a pas grand chose de commun entre les mao-spontex et les stals, la" scène psychadélique" que Zerzan a fréquenté semble plus proche de ça que des "purs" marxistes-léninistes qui ne fréquentaient guère la mouvance d'Actuel en France.
Pour te rassurer je ne souhaite pas non plus vivre dans le monde de Zerzan, à peine dans celui d'Hakim Bey.
Zerzan est une des cordes de l'arc anarchiste si la crise écologique nous conduit dans le mur. Que restera-t-il après ? Nous serons bien content de retrouver ce que Zerzan à préparé si le capitalisme et son désastre écologique nous ramène au néolithique : on aura pas choisi, ça sera comme ça. Zerzan ne fait que constater que la capitalisme va nous conduire à cà, je m'étonne que beaucoup d'anarchistes crient que le capitalisme est pour le principe de précaution et qu'il va nous préserver si nous ne l'empêchons pas de nous détruire. L'hypothèse Zerzan ne peut être écartée car elle ne dépend pas de nous, on ne choisira pas. Qui peut prédire jusqu'où l'effet de serre va aller ?
Je ne suis pas un pessimiste et je ne crois pas que ce soit encore inéluctable, si on arrive à foutre le système capitaliste en l'air avant qu'il ne soit trop tard : dans ce cas Hakim Bey et son anarchisme cybernétique sera utile mais je ne crois pas qu'on puisse fonder une société sur les bases d'Hakim Bey. Une troisième voie anarchiste me semble préférable, je la cherche et si tu connais des penseurs non américains qui pronent un tel système, je suis preneur.
Pour le clin d'oeil, pas dur, tu fais ;-)
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
14-11-06
à 15:24

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Merci Borogove

Remarque qu'ancien maoiste n'est pas forcèment un crime dans ma bouche. Encore que je dois dire que je serais intéréssé (je n'ai rien trouvé la dessus) par connaitre les positions de Zerzan -s'il en avait - en 75 76 sur les khmers rouges. Déjà celles de Chomsky étaient un peu limite, sous couvert de lutte contre la propagande impéraliste, et par exemple son coupage de cheveux en 4 dans les échanges avec le curé Ponchaud - que l'on trouve en partie en ligne - laissait et laisse un peu perplexe.

En fait si je comprends bien , personne ici n'a envie de vivre le zerzanisme ?

Même pour l'écologie, le coté messianique de Zerzan me parait pas très productif. Là aussi j'y vois des restes de marxisme (je vois du marxisme partout :-)) encore une science - cette fois l'écologie - qui prouverait que la fin du capitalisme approche. Et puis je me méfie de ceux qui usent du trouillomètre en politique.

Je n'ai pas de certitudes en la matière mais je crains qu'encore une fois la science ne se trompe - du moins dans un avenir "proche" - et que le capitalisme ne soit capable de gérer, avec difficultés et de la casse, la transition. Alors que l'écologie est toute jeune dans les consciences collectives (encore que dans le Sud... ca va plutot mal même dans les consciences..enfin passons) le monde industriel a déjà évolué pas mal en trois décennies à peine.

Miser sur la cata écologique me parait risqué. L'écologie est déjà est sera de plus en plus , et en permanence, un facteur dominant dans la marche du monde. Si cata il y a , elle aura lieu éventuellement dans le Sud, mais les rapports de force - économiques, militaires - joueront : l'Occident capitaliste ne laissera pas les problèmes écologiques hater la fin de son règne. Exemple concret : l'Europe Occidentale, les USA, le Japon, vont finir par prendre de plus en plus le virage écologique, et si à ce moment là il y a des petits malins du coté par exemple de l'Inde, de la Chine, du Brésil, même de la Russie, qui sous pretexte de développement refusent de jouer le jeu, il y aura des tensions. Tiens , je fais un peu d'apocalypse à la Zerzan aussi : imagine la Chine passant au charbon dans 30 ans ... c'est l'embargo presque assurré, voire la guerre. On défendra notre ciel "bleu" à coups de canons

Même l'hypothèse zerzanianne d'armaguedon comme prélude au paradis, je n'y crois pas, car un éventuel armaguedon écologique je le vois déboucher sur plein de choses , mais surement pas sur un paradis primitif (ni même un paradis tout court)

Du coté anar je ne m'inquiète pas de ce coté. L'époque de la croyance en la toute puissance de la science et de la technologie est quand même un peu révolue, et tous les anars aujourd'hui sont, enfin je crois, tout à fait conscients de ces questions. S'ils en parlent peu c'est peut-être parce que c'est une évidence, ca fait partie du plan d'ensemble

Quel plan ? Ah ben ca ;-) C'est de ce coté qu'il faudrait creuser.

Pour la pensée , je cherche aussi. Je suis toujours au stade du patchwork, dans lequel je dois dire que je n'inclus pas Zerzan car le seul point avec lequel je suis en accord avec lui, à savoir les dangers pour l'écologie, est trop faible (et trop courant aussi - il le dit lui-même) pour compenser tous les désaccords y compris le principal qui en résulte - et qui est de mon point de vue absolument déterminant dès que je me coltine une pensée : ai -je envie de vivre dans le cadre des perspectives esquissées ? (quand il y en a évidemment , car bien des penseurs prenent le plus grand soin à cacher la partie propositionelle de leur pensée, ce qui n'est pas vraiment le cas de Zerzan , ce qui est un point en sa faveur)

Donc c'est le patchwork. Incluants morts et aussi vivants, anarchistes pour la plupart. Je n'en suis pas du tout satisfait mais je fais avec. Il a des trous énormes dont j'attend avec impatience qu'ils soient comblés. Ils le seront je crois, mais je crains que ce ne soit après ma mort... d'autres en profiteront :-)

Même Chomsky fait partie de ce Patchwork, dans un champ limité, la géopolitique, mais il ne me satisfait pas non plus (principalement : sa juste concentration, que je partage assez, sur l'Occident, et surtout les USA, nuisent à sa lucidité sur le reste du monde, le Sud surtout)

Alors je pourrais continuer à décliner mon patchwork à moi, un tel pour ci (avec telle ou telle reserve) un tel pour ca (idem) mais le résultat final n'est pas du tout satisfaisant pour un mouvement politique, il n'arrive déjà même pas à satisfaire un seul individu (moi :-)), et puis les trous sont trop gros, et certains recèlent de lourdes ambiguités et incertitudes, et donc des dangers potentiels. Et je me refuse catégoriquement a laisser à la pratique le soin d'éclaircir ces zones d'ombres. Je suis conscient que cela fait de moi plus un contre-révolutionnaire qu'un révolutionnaire, mais c'est plus fort que moi, d'une par humanisme (souvent mal vu de nos jours je sais) et deux parce que les échecs produisent parfois des avancées ( encore faut-il savoir tirer les lecons, ce qui n'est pas toujours le cas) mais trop souvent des reculs pénibles.


Pour revenir à Zerzan , ma position n'aurait rien d'original si je l'exposait vu qu'en gros dans les débats qui ont lieu aux USA entre primitivistes et anarchistes, je suis invariablement du coté des non primitivistes. Et pour ne rien te cacher je fait partie - et aux USA il semble y en avoir quelques-uns, - de ceux qui ont quelques grosses inquiètudes , d'ordre humanitaire dirons-nous, quand à la réalité du projet primitiviste, et ces inquiètudes sont très difficiles à dissiper dans la mesure ou j'ai découvert aussi en lisant soigneusement les échanges , toujours aux USA, entre primitivistes et non primitivistes que les primitivistes ont pour particularité de ne JAMAIS répondre clairement à certaines questions, et en règle générale de se défiler le plus possible dès qu'il s'agit d'élucider certains points délicats (phénomène que l'on remarque d'ailleurs parfois à petite échelle sur l'ED avec d'épisodiques intervenants).

Le gros point étant évidemment les questions de population...:-)
Anecdote ; j'ai appris que dans la vieille garde primitive, qui pronent depuis des années la réduction drastique de la population par des moyens divers (jamais clairement définis :-)) certains avaient.... des enfants ! (c'est anecdotique mais ca me fait rire, un peu comme Kim Jong Il qui fourgue de la daube sur la télé coréenne et qui lui regarde dans son salon des vidéos pornos occidentales.)

La seule chose qui pourra me redonner un interet - mais qui sera toujours très faible- pour le primitivisme sera le jour ou Zerzan et les autres pontes du primitivisme (je tiens beaucoup à ce que les chefs partagent le sort des troupes :-)) auront passé quelques années de vraie pratique primitiviste avec au grand minimum une bonne centaine de leurs fidèles, et qu'ils présenteront le résultat de leur pratique.

Ah si , quand j'aurais le temps, et si les dieux de Google me sont favorables, j'ai l'intention de proceder à une dernière recherche : savoir combien parmi les papes, petits et grands, du primitivisme, viennent de l'anarchisme, et combien viennent de sectes marxistes -léninistes variées.
(je suis pas sur de trouver)

C'est vrai que l'anarchisme a fait des erreurs, mais pas de grosses conneries (Mais le peu d'occasions historiques joue peut-être aussi , je ne sais pas). Toutes les conneries sur le dos des autres (léninistes/ stals), je suis aussi prudent avec ca. Je suis par contre certain d'une chose : une grosse connerie anarchiste (ou si tu préfères, et pour parler cru : des rangées de cadavres) et l'anarchisme mettrait des décenies, voire beaucoup plus, à s'en remettre.

Merde on dirait du Glucksmann, il est grand temps de me taire :-)

Videoman

Répondre à ce commentaire

  Miro
14-11-06
à 18:09

No merci [Sans pitié]

La "constellation" du groupe, à partir de l'énonciation d'évènements, qui touchent et se détachent de tout jugement moral et sans idéologie éthique, sans harmonie avec soi même, rende impossible de continuer à étudier une culture en ignorant des évènements écologiques. Certains parmi nous pensent pouvoir résoudre des problèmes auxquels les sciences se sont arrêtées, ou qu'elles ne veulent parfois plus voir. Ce n'est pas le cas Zerzan ;-)

Répondre à ce commentaire

  toto2
14-11-06
à 20:33

Re: No merci [Sans pitié]



Miro,
j'ai pas compris .

tu peux le reformuler ?

merci
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
14-11-06
à 22:45

Re: Re: No merci [Sans pitié]

Je ne comprends pas pourquoi le primitivisme séduit tant d'anarchiste. Je m'en étonne même. Les idéaux développés par Zerzan sont loin des miens (nôtres???). Pour moi ce Zerzan est un farfelu. Il est clair pour lui et les primitivistes que ces idées de retour strict à la nature ne sont applicables que pour un nombre limités d'humains... Dans la tête de Zerzan que la densité de population mondiale désirée se stabilisera toute seule après sa prétendue "apocalypse". Takpi nous parlait de naufrage sociétaire digne du Titanic . Pour d'autres cette diminution radicale de l'espèce sera obtenue par la limitation des naissances... Pour d'autres encore , par d'autre procédés sous entendus mais tout aussi terribles...
Comment peut on être anarchiste et souhaiter une "disparition" de la majorité de l'humanité ?
Mes frères , seriez vous devenus génocidaires ?
Je trouve ce type de réflexion complètement démagogique , en tant qu'anarchiste , mon idéal est le bien être et l'émancipation de toute l'humanité. Non pas la survie paradisiaque d'une minorité d'élus...
Mon idéal anarchiste ne s'oppose absolument pas à la technologie. Si nos conditions de vies se sont améliorées ces deux derniers sciècles c'est grace au progrès technologique ! Selon certain d'entre vous l'anarchisme et avancées technologiques sont incompatible. Je voudrais savoir pourquoi ? Réfléchissez y , c'est abérrant.
Le fait d'être contre l'exploitation d'un ouvrier chinois n'a rien avoir avec le fait que l'ordinateur qu'il produit soit une merveille technologique utile à l'humanité . Si cet ouvrier chinois peut s'émanciper , obtenir un toit décent , un salaire décent , de la nourriture en suffisance , un accès à la santé , l'éducation pour ses mômes , la justice , la liberté... et si en plus il produit mon PC je serais très content.
Je suis d'accord sur le fait que la polulation est un danger sérieux pour notre survie à long terme. Mais ces problèmes pourront être résolus par la technologie. Et si toto n'est pas d'accord , tant pis pour lui . Il n'a qu'a aller vivre en ardèche à boire de la soupe d'ortille





Répondre à ce commentaire

  toto2
15-11-06
à 06:12

sois logique



Ce que tu dis est truffé d'incohérences, anonyme.
l'émancipation de l'ouvrier chinois que tu decris est non pas l'ideal anarchiste que tu pretends mais l'ideal syndicaliste de goche qu'on se frappe depuis l'écrasement de la Commune.

si je me trompes et que tu souhaites vraiment l'anarchie, alors pourquoi les chinois produiraient des PC pour toi ?

Si tu relies les posts precedents, tu constateras que je ne suis pas sur les positions de ZERZAN, notamment vis à vis de la demarche scientifique et de la spiritualité.

Ensuite ton credo pour la technologie te place plutot sur la vague du XIX qui portait TOUS les courants de pensée, de st simon à marx et kropotkine.

Auchwitz, Hiroshima, Tchernobyl le rechauffement climatique et les pestes animales ( humanité incluse) sont passées par là.

Réveil !

Le génocide et mêmê le cosmocide sont déjà ici.
Il ne s'agit pas d'un fantasme zerzanien. Mais d'une réalité tangible.

Le controle demographique est une necessité. Il est entre les mains des femmes
si on veut bien leur donner les moyens de leur choix.
Du reste, meme à l'échelle planétaire, on a dépassé le point d'inflexion, c'est à dire qu'on commence à ralentir dans la croissance démographique.

Toi qui est contre le genocide (moi aussi) ça te derangerait de diminuer ton empreinte écologique histoire de permettre à d'autres de survivre ? Ne vois tu pas que ton style de vie est indirectement responsable de leur mort ?

Ecoutes P Watkins sur un autre fil : il t'expliques que les ricains, rien qu'eux depensent annuellement 50 milliards de dollards en divertissement techno du style audiovisuel. Alors que 30 millions d'humains sont privés d'antiviraux par les industriels et crevent chaque année. sois 2000 dollards par tete de pauvre qui partent en illusion et manipulation mentale de 10 riches.

Moi je ne dis rien d'autre sur ce chapitre. Oublies un peu Zerzan. Il ne s'agit pas (pas encore) de revenir aux dieux, il s'agit de maitriser d'en bas les ressorts de nos vies.

Par ailleurs, je goutte fort mal ta plaisanerie sur l'ortie, non que j'en consomme, mais à cause du fait que ceux qui lui veulent u mal sont ceux-là même que nous combattons ou plutot qui nous combattent : les capitalistes et leurs laquais electoraux.

Répondre à ce commentaire

  Takpi
26-04-07
à 00:08

Mon expérience de la vie primitive a été un plaisir

bien dit, ToTo2, il faut dénoncer les technolâtres naifs qui traînent encore sur ce site, en véhiculant les vieux rêves de bonheur du 19 e siècle, à coup d´usines et de vision ethnocentrique de l´Histoire !

Je t ´ai pas oublié depuis Action Mondiale des Peuples, Dijon et Creuse , l´été 2006 ...

Demain, je vais revoir à Heidelberg le militant primitiviste Shankar découvert à Dijon. Avant, il avait fait sensation à Frayssinous .Il vient de passer 6 mois en Inde à défendre des Adivasis du Cachipour menacés par l´industrie minière . Je trouve formidable que des militants issus du Tiers Monde comme Shankar critiquent radicalement la civilisation et diffusent les idées de Zerzan...Tu sais que les anars qui savent que le Titanic coule et cherchent à se regrouper pour échapper au naufrage et réapprendre à vivre dans et de la nature, vont se retrouver fin juillet en Suède et en septembre en Espagne ...

Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom