L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

LA NAUSEE
Il est des fois où se taire c’est être complice. En tant qu’enseignant, au contact depuis trente années avec les étudiants je ne puis accepter les propos et la méthode de dénonciation calomnieuse d’un Ministre qui d’une certaine manière parle au nom de la collectivité qu’il représente et dont je fais partie : l’Education Nationale.

"Quand on voit des jeunes, des étudiants ou des gens qui se prétendent étudiants, qui commencent à détruire le patrimoine national accumulé là depuis des siècles et des siècles, qui déchirent des livres anciens, cassent le matériel, abîment le bâtiment, je crois que c'est une bonne chose que la Sorbonne soit évacuée", a déclaré Gilles de Robien sur France Info le samedi 11 mars. Et ce Monsieur en a « rajouté une louche » accusant les étudiants de s’en être pris à une handicapée ( ?).

Que Monsieur De Robien se déclare satisfait de l’évacuation de la Sorbonne, on ne pouvait pas attendre autre chose de la part du Ministre de l’Education nationale, logiquement solidaire des décisions gouvernementales. Mais qu’il traîne dans la boue et calomnie les étudiants qui occupaient les locaux, est indigne de sa fonction. Dans la déclaration qu’il a faite à France Info, il a décrit les étudiants comme une bande de voyous, de barbares qui carrément s’en prenaient à notre civilisation ( ?) La disproportion du propos en dit long sur le manque d’arguments du personnage. De tels propos, de telles allusions disqualifient celui qui les tient.

Monsieur de Robien qui brille par sa clarté et pertinence politique (UDF les jours pairs et UMP les jours impairs) est beaucoup moins prolixe quand il s’agit de porter un jugement de valeur sur les multiples « affaires » dans lesquelles baignent certains de ses amis politiques. Ministre de l’Education Nationale, il donne une bien piètre image non seulement aux enseignants et personnels, mais aussi aux élèves et étudiants.

En enseignant soucieux de la parole du Ministre de l’Education Nationale, je vais me faire un devoir dès lundi d’informer mes étudiants des propos tenus par notre ministre… ils pourront, en tant que citoyennes et citoyens juger sur pièce.

Patrick MIGNARD

IUT Toulouse –Université Paul Sabatier
Ecrit par libertad, à 22:10 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires :

  Stenine
12-03-06
à 12:15

Après l'assimilation des jeunes de banlieues en tant que racailles à karchériser on à le droit à celle des étudiants en tant que barbares incultes assoifés de violence et de destruction bête et méchante... Et après on voudrait nous faire croire qu'il n'y a pas de climat anti-jeunes en France?
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
12-03-06
à 18:38

Jusqu'où va-t-on descendre?

Non, tu te trompes, ce n'est pas un climat "anti-jeune", mais tout simplement un climat "anti-intelligence". Les jeunes imbéciles ne sont pas inquiétés (d'ailleurs, ils n'étaient pas à la Sorbonne).

Ils parlaient il y a 4 ans de "tolérance zéro". Celle-ci suppose de facto l'"intelligence zéro".

Espérons que tout ça ira bien + loin que mai 68 (sinon, à quoi bon?).

Quant à Sarko, il ne lui manquera bientôt plus que les double moustaches et les bottes.

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
02-04-06
à 17:02

Il y a des fois ou se taire vaut mieux que de passer pour un gros gros con !

Quand on bosse au chaud 18 heures par semaine, il y a des combats que l'on a pas de droit de mener ! Surtout pas celui du travail ! On a meme pas le droit d'en parler parce que quand on est entrer à l'école à 3 ans et qu'on y passe sa vie.. On ne connait pas grand chose du reste !

Il y a des fois ou se taire vaut mieux que de passer pour un gros gros con !

Un responsable de production d'une société de 600 personnes.

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
14-12-06
à 16:02

Re: Il y a des fois ou se taire vaut mieux que de passer pour un gros gros con !

Je suppose que ce patron de 600 personnes parlait du lui à propos de se taire !
Il devrait faire un stage non pas en entreprise, mais au coté d'un prof, il découvrira le monde du travail
parce que c'en est un !

Un ancien employé d'un gros con de patron qui apprend à devenir prof !

Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom