L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

« JUSTES » D’HIER, « JUSTES » D’AUJOUR’HUI ?... ET DEMAIN ?
Dans son infinie bonté, et après mure réflexion, c’est le moins que l’on puisse dire, la République, bonne fille, soixante ans après ( ?), honore les « Justes ». Il n’est jamais trop tard pour « bien faire » !

La cérémonie est quand même présidée par celui qui cautionne aujourd’hui, par l’intermédiaire de son gouvernement, rafles, rétention et expulsions de sans papiers ! Le cynisme n’a pas de limites.

Ce 18 janvier 2007, celles et ceux qui, durant la période noire de l’occupation (1940-1944) ont, au péril de leur vie sauvé des Juifs en les abritant et les soustrayant aux autorités légales… passent de « mauvais français » à « héros », comme quoi les qualificatifs sont, dans l’Histoire tout à fait relatifs.

 

Une telle relativité devrait nous amener à nous interroger… et ce d’autant plus que les criminels officiels qui auraient pu condamner ces Justes ont, pour certains, eu tous les honneurs après la guerre, et ont même repris du service dans l’administration… n’est ce pas Monsieur Papon ?

Que dit-on aujourd’hui de celles et ceux s’opposent aux expulsions de « sans papiers », celles et ceux qui refusent que ces hommes, femmes et enfants soient considérés comme des « arguments électoraux » et de simples produits utiles ou inutiles à l’économie française ?


Les justes ne deviennent des « justes » que dans le futur, une fois qu’a été démontrée l’ignominie de l’action, des actes à auxquels ils se sont opposés.

A l’époque où ils agissent ils sont dénoncés, traînés dans la boue, voire condamnés par ceux la même qui se retrouveront plus tard devant des tribunaux pour rendre des comptes… Ces « mauvais français » seront alors des « témoins », des « héros », des « exemples à suivre »… Et celles et ceux qui les auront persécuté auront à rendre leurs breloques officielles (Légion d’Honneur et autres médailles)… seront condamnés.

Qui aurait pu imaginer à l’époque, il y a soixante ans, que les évènements auraient tourné de la sorte ? Personne évidemment. Et pourtant !

Projetons nous dans soixante ans.

Imaginons que l’on condamne les expulsions de sans papiers, les déscolarisations sauvages d’enfants qui fréquentaient régulièrement l’Ecole, la détention de familles entières, dans ce que l’on appelle pudiquement les « centres de rétention », qui sont renvoyés, dans le plus complet dénuement, dans un pays qu’ils ne connaissent plus, dans lequel ils n’ont plus aucune attache ?…

Ils auront bonne mine celles et ceux qui auront voté pour le/les responsable/s de rafles, d’expulsions, de chasses aux enfants dans les classes,…

Les mercenaires, pardon les policiers républicains, qui les arrêtent, en toute légalité, sont sûrs de leur bon droit, de même que les « préfets Papon » qui ordonnent et couvrent ces rafles… Tous ont la Déclaration des Droits de l’Homme dans leurs bureaux, tous connaissent sur le bout du doigt leur « code de déontologie ». Tous sont de « bons citoyens » qui sont pour l’ « ordre et la sécurité »… comme Papon et ses semblables, comme une grande partie de nos parents et grands parents… à l’époque où l’on arrêtait les Juifs.

Le « bon droit », l’Histoire l’a maintes fois montré, justifie toutes les saloperies…

Oh bien sûr va-t-on rétorquer ce n’est pas la même chose ! Ce n’est pas comparable !

Mais qui savait exactement durant l’occupation ce qui se jouait ?

Dans l’Histoire, ce n’est jamais la « même chose »… et c’est pour cela que l’on se permet de commettre, en toute bonne fois, les mêmes ignominies, en disant que « l’on ne savait pas »,… en disant plus tard « Plus jamais ça ».

L’ignorance, surtout quand on sait, est la meilleure alliée des lâches !


  Patrick MIGNARD
Ecrit par Patrick MIGNARD, à 18:25 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires :

  sarah-k
18-01-07
à 18:55

C'est surtout, Simone Veil, qui est à l'origine de cette cérémonie, que Chirac préside, c'est une tautologie, il est président.
Bien que ne portant pas Chirac dans mon coeur, il faut remarquer que c'est le seul président qui a reconnu la responsabilité de l'état français pour les 75.000 déportations de femmes et d'enfants.
Les Justes à ma connaissance sont honorés depuis 1953.
Si l'on retrouve Papon et d'autres sinistres après guerre dans le gouvernement, c'est que l'on met le couvercle sur la période antérieure et que l'air du temps est à la réconciliation et à la reconstruction du pays, on les retrouvera aussi pour les rafles pendant la guerre d'Algérie.
Il faut savoir que l'histoire de la France de Vichy ne sera faite sérieusement qu'en 1975 et encore par Tom Paxton (un historien américain), d'autres jeunes historiens suivront.

Ce qui se passe aujourd'hui pour les enfants sans papiers et leurs familles est une véritable honte, moi ce que j'aimerais, c'est qu'il y ait plus de monde dans les réseaux R.E.S.F, qq fois, on se sent bien seul!
Répondre à ce commentaire

  sarah-k
18-01-07
à 18:58

Excusez-moi, je n'ai pas mis le lien R.E.S.F
Répondre à ce commentaire

  libertad
18-01-07
à 19:02

Re:


Bonjour Sarah, tout à fait d'accord avec toi sur l'importance du RESF, nous l'avons d'ailleurs mis en lien permanent sur le site dans le bloc "coup de pouce" dans la colonne de droite de la page d'accueil. On va mettre aussi en ligne un bon texte de présentation du réseau fait par un militant du RESF qui en plus de son but tout à fait important a une pratique aussi qui mérite intérêt
Répondre à ce commentaire

  Patrick MIGNARD
18-01-07
à 22:40

Re: Re:

Dans l'article il faut lire bien sûr18 janvier 2007 et non 2006
Répondre à ce commentaire

  libertad
18-01-07
à 22:51

Re: Re: Re:

C'est corrigé
Répondre à ce commentaire

  Patrick MIGNARD
18-01-07
à 22:58

Re: Re: Re: Re:

Merci
Répondre à ce commentaire

  sarah-k
19-01-07
à 08:55

Tout à fait d'accord avec la description de Jean-Pierre Fournier pour le R.E.S.F, mais on se sent qq fois un peu seul sur le terrain à 8 heures du matin devant la préfecture avec un dossier, ce n'est peut-être pas grave puisqu'il y a déja une personne.
En tout cas, le R.E.S.F a mis au point qq chose d'intéressant.
Répondre à ce commentaire

  Caspar
19-01-07
à 13:28

Quelle est la position du resf sur l'école de l'Etat et
sur les pédagogies alternatives ?
Répondre à ce commentaire

  Patrick MIGNARD
19-01-07
à 14:13

Re:

A ma connaissance il n'en n'a aucune pour une raison simple: il n'est pas fait pour cela. Ce type de question, quoique tout à fait intéressant ne fait pas partie de la raison d'être du RESF.
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom