L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Femmes de mauvaise vie ou femmes perdues ? ( 1 )
La réapparition du mythe « de la traite des blanches » dans les discours contemporains du « trafic des femmes »
Introduction
Il y a une perception commune dans les politiques de développement des années 80 (à la suite de la crise de dette) comme dans les programmes d'ajustement structurels, selon laquelle elles ont amené à une augmentation du « trafic des femmes », ou au transfert forcé des femmes dans l'industrie de sexe. Le raisonnement derrière cette supposition c'est que les femmes, qui supportent le choc de la réforme économique, sont devenue des « proie toutes prêtes » pour des trafiquants les attirant avec de fausses promesses d'un travail outre-mer. Alternativement, les politiques de développement sont dénoncées à cause de l'appauvrissement qui fait vendre des enfants par leurs familles, particulièrement des filles, dans la prostitution. Des politiques de développement sont également critiquées pour encourager le « tourisme du sexe ». Selon cette analyse, les femmes et les enfants appauvris « s'offrent » à de riches occidentaux de sexe masculin, les touristes, qui « développent un goût » pour la sexualité « exotique », de ce fait créant un marché pour le « trafic des femmes » dans le monde développé.

La campagne contre le « trafic des femmes » s'est accélérée dans le monde entier, mais en particulier parmi des féministes en Europe et aux Etats-Unis, dans les deux dernières décennies. Cette campagne n'est pas la première au cours de laquelle la communauté internationale s'intéresse au destin des jeunes femmes. Cette préoccupation actuelle à propos de la prostitution et du « trafic des femmes » ont un précédent historique dans les campagnes contre la "traite des blanches" qui se sont produites à la fin du siècle passé. Les organisations féministes ont joué un rôle principal dans les deux campagnes passées et présentes. Tandis que les analyses sont concentrées actuellement sur l'exploitation de femmes du tiers monde/non-occidental par les hommes non-occidentaux et occidentaux, les soucis étaient alors les enlèvements de femmes européennes pour la prostitution vers l'Amérique du Sud, l'Afrique ou « l'Orient » par des hommes non-occidentaux ou d'autres subalternes. Cependant, bien que la direction géographique du trafic ai changé, une grande partie de la rhétorique accompagnant les campagnes reste presque totalement la même. Alors et encore maintenant, le paradigme est celui d'une jeune et naïve innocente leurrée ou trompée par les mauvais trafiquants la conduisant à une vie d'horreur sordide où l'évasion est presque impossible.
La nature mythique de ce paradigme « de la traite des blanches » a été démontrée par des historiens. De même, la recherche récente montre que « la victime de trafic » stéréotypée d'aujourd'hui a peu de ressemblance avec les femmes émigrant pour le travail dans l'industrie de sexe tout comme sa contre-partie historique, « l'esclave blanche ». La majorité « des victimes de trafic » savent que le travail qui leur est proposé est dans l'industrie de sexe, mais sont trompées concernant les conditions de fonctionnement. Pourtant des politiques pour supprimer le trafic continuent d'être basées sur la notion de la victime « innocente » et peu disposée, et souvent les efforts des organisations sont conçus pour protéger les femmes « innocentes » et distinguées des moyens pour punir les « mauvaises » femmes : c.-à-d. les prostituées.
Dans cet article, j'examine comment les récits « de la traite des blanches » et du « trafic des femmes » fonctionnent comme des mythes culturels, construisant des conceptions particulières de la question des migrations pour l'industrie de sexe. Les mythes autour « de la traite des blanches » ont été basés sur la nécessité de réguler la sexualité féminine sous l'apparence de la protection des femmes. Ils étaient l'indication des craintes et des incertitudes plus profondes au sujet d'identité nationale, du désir croissant des femmes pour l'autonomie, femmes étrangères, immigrées et de peuples coloniaux. Dans une certaine mesure, ces craintes et inquiétudes sont reflétées dans les descriptions contemporaines du trafic chez les femmes. Mon intention est de présenter les deux ensembles de discours et de les comparer, pour évaluer dans quelle mesure le « trafic des femmes » peut être vu en tant que récit nouveau du mythe « de la traite des blanches » sous une forme moderne.

Jusque récemment, il y a eu très peu d'étude du discours du mouvement anti-trafic moderne : c'est-à-dire, un examen critique de l'idéologie, de l'organisation, et des stratégies du mouvement de anti-trafic. [1] La campagne contre « la traite des blanches », en revanche, a été étudiée par les historiens féministes et non-féministes (Bristow 1977, 1982 ; Connelly 1980, Walkowitz 1980, Rosen 1982, Gibson 1986, Corbin 1990, Grittner 1990, type 1991, Fisher 1997, Haveman 1998).
La quantité de travaux, sous formes de rapports, de livres, d'études universitaires, d'articles de journaux, de videos, de sites Internet, et de législation nationale et internationale, au sujet du « trafic des femmes » est vaste, et les essais de les synthétiser ou analyser sont presque inexistants. Cet article n'est pas prévu pour clore la discussion ou fournir des conclusions définitives, à l'analyse du « trafic des femmes » en tant que mythe culturel, mais plutôt pour commencer la discussion. En raison des limitations de temps et d'espace de cet article, j'ai dû me concentrer sur un nombre limité de documents principaux. J'emploie des rapports des organismes d'anti-trafic et de droits de l'homme, un certain nombre d'articles de journaux et des documents nationaux et internationaux récents. Il y a un certain danger en basant une analyse sur une quantité limitée de matériel. Néanmoins, j'ai choisi les documents qui je crois donnent une bonne image de l'état de la discussion et reflètent les différentes perceptions de la question.
Dans le premier chapitre, une brève histoire du mouvement contre la traite des blanches est donnée, et les éléments constituant le noyau du mythe « de l'esclave blanche » sont présentés. La réapparition de ce noyau dans le discours sur le « trafic des femmes » sont examinés en chapitre deux. Ces deux chapitres sont en grande partie descriptifs de l'histoire et de la construction de « la traite des blanches » et des récits de « trafic des femmes ». Dans le chapitre final, une analyse des craintes et des inquiétudes plus profondes au sujet de la sexualité, du rôle des femmes, de la nation, et de « l'autre » sous-jacente au mythe est faite.


Le mythe culturel de la traite des blanches

Il est difficile de définir «la traite des blanches », l'expression signifiant des choses différentes selon les acteurs sociaux, selon leur « lieu » géographique et leur idéologie. Le discours sur « la traite des blanches » n'est jamais monolithique. Pour quelques réformateurs, « la traite des blanches» est équivalente à la prostitution, d'autres ont vu « la traite des blanches » et la prostitution en tant que phénomènes distincts mais apparentés (Malvery et Willis 1912). D'autres ont distingué le mouvement à l'intérieur d'un pays vers la prostitution (traite non blanche) et le commerce international (traite des blanches) (Corbin 1990:294). Néanmoins, il est possible d'établir quelques éléments dans les perceptions de la traite des blanches qui étaient communes à presque tous les interprètes du phénomène (examiné ci-dessous). « La traite des blanches » signifie la fourniture, par la force, la duperie, ou les drogues, d'une femme ou d'une fille blanche [2] contre sa volonté, pour la prostitution. [3]

Les historiens contemporains sont presque unanimes pour considérer que le nombre réel de cas « de traite des blanches », défini ci-dessus, fut très faible (Walkowitz 1980, Bristow 1982, Rosen 1982 [4], Corbin 1990, type 1991). Les histoires « de traite des blanches », en fait ont été déclenchées par l'augmentation réelle du nombre de femmes, y compris des prostituées, émigrant de l'Europe à la recherche de travail (type 1991:7).

Si le nombre réel de cas de de traite des blanches était très petit, comment se fait-il que ce sujet soit devenu une question tellement mise en avant ? L'ampleur « de la panique de la traite des blanches » en Europe et aux Etats-Unis a été largement documentée (Bristow 1977, 1982 ; Connelly 1980, Walkowitz 1980, Rosen 1982, Gibson 1986, Corbin 1990, Grittner 1990, type 1991, Fisher 1997, Haveman 1998). Il y avait des organismes dans le monde entier consacrés à son extinction; cette question a reçu une couverture étendue dans les médias du monde entier ; c'était le sujet de nombreux romans, pièces de théâtre et films ; et cela à conduit à un certain nombre de conférences internationales, de nouvelles lois nationales et à des séries d'accords internationaux. [5]
La vision de la traite des blanches comme étant un mythe, explique sa persistance et sa puissance malgré le fait que très peu de cas réels ont existé. Selon Grittner, dans son examen de la version américaine de la panique de la traite des blanches, le mythe ne signifie pas simplement quelque chose qui est « faux », mais plutôt une croyance collective qui simplifie la réalité (1990 : 7). Grittner explique sa conception du mythe comme suit :
Comme croyance collective admise et non critiquée, un mythe peut aider à expliquer le monde et à justifier des institutions sociales et des actions….Quand on le répète sous la même forme de génération en génération, un mythe révèle un contenu moral, portant sa propre signification, sécrétant ses propres valeurs. La puissance du mythe se situe dans la totalité de l'explication. Des angles assez approximatifs de l'expérience peuvent être arrondis. Regardé structurellement, un mythe culturel est un discours, « un ensemble de formules narratives qui acquièrent par l'action historique spécifique une charge idéologique significative » (Slokin cité dans Grittner 1990:7).

Règlementation, abolition et féminisme

La campagne contre la traite des blanches doit être vue dans le contexte des discours européens et américain du dix-neuvième de siècle sur la prostitution. Deux points de vues en concurrence peuvent être distingués : celui des « réglementaristes » et celui des « abolitionnistes.
Le « règlementarisme » se rapporte au système d'Etat des bordels autorisés, dans lesquels des prostituées ont été soumises à de diverses formes de règlements, tels que les examens et les restrictions médicales à la mobilité. L'idéologie derrière le « règlement » était celle de la prostitution comme «mal nécessaire ». La réglementation pré-Victorienne de la prostitution était basé sur la notion religieuse/morale de la prostituée comme « une femme tombée dans le péché » ( Guy 1991:13). Durant la période victorienne, le raisonnement a été élaboré au sein d'une nouvelle «science de la sexualité» (Foucault cité dans Walkowitz 1980:40) selon laquelle l'image de la prostituée a été construite comme déviante et propagatrice de maladies sexuelles (Walkowitz 1980:40).
« L'abolitionnisme » est apparu comme une réponse spécifique aux Lois sur les maladies contagieuses (MC) décrétées en Angleterre en 1864, 1866, et 1869, qui incarnaient l'approche règlementariste du contrôle de la prostitution par la surveillance médicale. Avec ces lois, n'importe quelle femme qui a été suspectée de prostitution pouvait être détenue par la police et être forcée à subir un examen gynécologique. Josephine Butler a mené une célèbre campagne féministe durant 16 ans pour supprimer ces lois, qui ont été abrogés en 1886. Les féministes butleristes se sont opposées aux images alors courantes de la prostituée comme « la femme tombée dans le péché » ou « déviante sexuelle » ; plaçant le blâme de la prostitution carrément sur le désir sexuel débridé des hommes. Les prostituées ont été considérées comme victimes, qui devraient être sauvées ou réhabilitées, plutôt que ramenées à l'ordre et punies. Les féministes dans le mouvement pour l'abrogation de Butler se sont opposés aux Lois sur les Maladies Contagieuses (MC) car elles y ont vu une reconnaissance officielle du «double standard » entre le comportement sexuel des hommes et celui des femmes. Elles se sont également opposées à la manière dont ces lois donnaient à l'Etat des moyens supplémentaires de maintenir l'ordre et de surveiller la vies des femmes, particulièrement femmes de la classe ouvrière. [6]
Les militantes féministes abolitionniste ont été rejointes dans la campagne contre les lois des MC par des réformateurs « de pureté sociale ». Ces réformateurs de pureté sociale, dont un bon nombre étaient des hommes, ont voulu non seulement supprimer la prostitution, mais ont également visé à nettoyer la société du vice par un programme répressif se focalisant, en particulier, sur le comportement sexuel des jeunes (Coote 1910:5).

De l'abolition « de la traite des blanches »

Dès que les femmes ont commencé à émigrer en grand nombre (voir ci-dessus), les histoires « de traite des blanches » ont commencé à circuler (Guy 1992:203). Un certain nombre d'« exposés » sur le trafic servent à attirer l'attention du public sur la question (Grittner 1990:41). Comme Grittner le remarque, les réformateurs de pureté sociale découvrent bientôt la puissance rhétorique que « la traite des blanches » a sur leur public des classe moyenne » (Grittner 1990:41).
Les féministes butleristes ont soutenu la campagne de pureté sociale contre « la traite des blanches», car elles ont cru que le système des bordels autorisés à l'étranger favorisait le trafic des femmes (Walkowitz 1980, Gibson 1986). Elles ont également soutenu les mots d'ordres des partisans de la pureté sociale d'un seul niveau de chasteté pour les deux sexes et ont partagé leur souci sur la sexualité des jeunes (Bristow 1977, Walkowitz 1980). Par la suite, la campagne abolitionniste a été éclipsée par la campagne pour la pureté sociale, comme la question « de la traite des blanches » avait réussi à faire vibrer la corde sensible et à galvaniser le public.
La nature répressive de la campagne de pureté sociale a été identifiée et condamnée par quelques féministes de l'époque. Theresa Billington-Grieg a écit un article dans English review en 1913 où elle a argumenté le fait que les activistes féministes contre la traite des blanches se sont « fournis les armes et les munitions chez les ennemis de l'émancipation des femmes » (p.446).Josephine Butler a publiquement condamné les aspects les plus répressifs du mouvement de pureté sociale, mais plusieurs de ses anciens disciples ont rejoint les rangs des puristes sociaux (Walkowitz 1980:252).
Dans d'autres pays européens et aux Etats-Unis de la même façon, les féministes sont à l'origine ou sont impliqués dans la campagne pour supprimer la prostitution et « la traite des blanches ». Et, comme en Angleterre, ces campagnes ont été de plus en plus dominées par les moralistes répressifs, car des alliances ont été forgées avec des organismes religieux et de pureté sociale (Gibson 1986, Grittner 1990, Haveman 1998).

« De la femme tombée dans le péché » « à la traite des blanches » : perceptions de la «victime»

Un aspect essentiel de la campagne abolitionniste contre la traite des blanches a surgi avec la sympathie publique pour les victimes. Ni « les femmes tombées dans le péché » pré-victoriennes ni « la déviante sexuelle » victorienne n'étaient des constructions idéales pour obtenir la sympathie publique. C'est seulement en lui enlevant toute la responsabilité de son propre état de prostituée qu'elle pouvait être construite en tant que victime et faire appel aux sympathies des réformateurs de classe moyenne, et au soutien public dans le but que l'abolition soit réalisée. » L'image d'esclave « blanche employée par des abolitionnistes a décomposé la vieille séparation entre les prostituées pêcheuses et/ou déviantes « volontaires » et les prostituées « involontaires », analysant toutes les prostituées comme victimes, et enlevant la justification au règlementarisme.
L'« innocence » de la victime a été établie par une variété de dispositifs rhétoriques : en soumettant à une contrainte sa jeunesse/virginité ; sa blancheur ; et sa réticence d'être une prostituée. L'«innocence » de la victime a également servi de repoussoir « au mauvais trafiquant » ; simplification de la réalité de la prostitution et de la migration des femmes vers la formule mélodramatique de la victime et du bandit (Gibson 1986, Corbin 1990, Grittner 1990).

La jeune fille sacrifiée

Duperie, force et/ou drogue sont fortement mis en avant dans les descriptions « de la traite des blanches. » Quelques récits ont parlé des femmes et filles enlevées, d'autres se sont concentrées sur la « duperie », avec la violence en plus après que la « victime » se soit rendue compte de ce qui a était prévu pour elle, pour s'assurer sa docilité et pour empêcher son évasion. Ce processus est désigné sous le nom « rodage » (NVA 1910:15).
L'horreur des échanges supposés « d' esclaves blanches » a été magnifiée en insistant sur la jeunesse de la victime. Comme Walkowitz (1980 : 246) le précise, lorsque les abolitionnistes anglais se sont emparés de « la traite des blanches » comme question, l'image de la « victime » fut rajeunie de plusieurs années par rapport aux décennies précédentes. Les deux questions extrêmement sensibles de la « traite des blanches » et de la « prostitution des enfants » furent liées, avec comme illustration « le tribut de la jeune fille à la Babylone moderne » de W.T. Stead, publié dans Pall mall gazette en 1885. Dans cet article d'une manière fantastique et sensationnelle, il a prétendu fournir l'évidence de centaines de jeunes filles anglaises trompées, contraintes et/ou droguées pour être prostituées et il a accusé de pauvres parents de vendre leurs filles à des « trafiquants de la traite des blanches» (Stead cité dans Fisher 1997:130 - 2).
Dans d'autres pays, aussi, la jeunesse extrême de la victime a été soulignée dans les campagnes contre « la traite des blanches ». Selon Corbin, dans des récits français,
la victime est toujours jeune même très jeune, à peine après l'enfance, considérée comme une vierge même lorsque son innocence n'est pas évidente en soi (1990 : 291).
Aux USA, le motif narratif principal était celui « de la fille innocente du pays » leurrée dans une ville dangereuse et corrompue (Grittner 1990:62), un thème avec la même résonance en Europe (Bristow 1982:24).
Liées à la jeunesse de la victime ont trouve sa « pureté » et sa virginité. L'image de l'« innocence débauchée » a un contenu particulièrement fort et malsain. Comme Corbin le note :
[c'était] le martyre de la virginité… pas le fait des femmes vendues, mais l'idée de la vierge violentée qui réveille une désapprobation plutôt salace (1990 : 277).
Les titres des livres et des articles de journaux témoignent de la fascination de la pureté juvénile dépouillée : Stead dans « le tribut de la jeune fille à la Babylone moderne » (voir ci-dessus) crée des images de sacrifice de vierge, de même que les comparaisons sont constantes dans les journaux français avec le mythe des jeunes filles grecques sacrifiées au Minotaure (Corbin 1990:291).
Un autre motif se reproduisant, lié aux dispositifs narratifs du sacrifice, de la jeunesse et de la virginité était celui de la maladie, en particulier de la syphilis, et de la mort. Un membre de la Société Argentine de Protection et de Secours aux Femmes l'a exprimé :
Et quelle est la fin de leur carrière ? Quand leur santé est décomposée, leurs corps tout à fait ruiné, leur esprit empoisonné et émoussé, elles sont poussés dehors, dans les rues pour périr là, à moins qu'une salle d'hôpital leur ouvre sa porte. Que peut-il leur arriver d'autre ? (NVA 1910:18)
Comme Grittner le remarque cette répétition est rhétorique :
L'emphase sur l'inévitabilité de la maladie, la dégradation, la mort, et la totalité de l'expérience, mène à la conclusion que les femmes étaient des victimes délaissées (1990 : 68).

Noirs, étrangers, immigrés et juifs : perceptions « de la traite des blanches »

L'image de la prostituée migratrice comme « esclave blanche » s'est adaptée aux conceptions racistes des Américains et des Européens. Pour beaucoup d'européens, comme Guy le précise,
il était inconcevable que leurs compatriotes féminines se soumettent volontairement au commerce sexuel avec les hommes étrangers d'autres races . Ces femmes doivent avoir été emprisonnées et sont des victimes d'une manière ou d'une autre. Les femmes européennes dans des bordels étrangers ont donc été décrites en tant qu' « esclaves blanches » plutôt que prostituées communes (1992 : 203).
Des analyses récentes ont souligné que la « blancheur »était assimilée à la pureté de la victime :
La connotation occidentale traditionnelle que la blancheur est équivalente à la pureté et que la noirceur est signe de dépravation s'est épanouie dans un mythe qui a fait appel aux natures morales et malsaines du public (Grittner 1990 : 131).
Seules « les femmes blanches » ont été considérées comme des « victimes » ; [7] par exemple, des militants en Grande-Bretagne contre « la traite des blanches » vers l'Argentine ne se sont pas préoccupés de la situation des prostituées nées indigènes (type 1991:24) et les réformateurs américains ne se sont pas intéressés aux prostituées non anglo-saxonnes (Grittner 1990:56).

« L'esclave blanche » a eu comme nécessaire vis-à-vis « l'esclave non blanche ». La « non-blancheur» a été représentée habituellement, mais comme un marqueur de l'altérité de n'importe quel groupe social . « La traite des blanches » ainsi nommée est raciste, impliquant qu'elle était de nature différente, et plus mauvaise, que celle des « noires ». En Amérique, en particulier, ce contraste a été explicitement employé pour minimiser la valeur de l'esclavage noir (Grittner 1990). En l'Europe et aux Etats-Unis des « étrangers »,des immigrés, ont été visés comme responsables du trafic. Des juifs, en particulier, ont été désignés comme les responsables [8] (NVA 1910, Bristow 1982, Grittner 1990, le type 1991). Selon Bristow, le terme « esclavage blanc » est apparu la première fois en 1839, dans un contexte anti-sémite (1982 : 34).

Conséquences de la campagne

L'impulsion première et émancipatrice du mouvement abolitionniste, qui devait conduire à diminuer le contrôle de l'Etat sur les femmes des milieux populaires, évolua d'une manière ironique en soutenant un mot d'ordre « de pureté sociale » qui donnait à l'Etat une nouvelle puissance répressive contre les femmes et les hommes des classes populaires. La campagne contre la traite des blanches a amené l'adoption d'un amendement au projet de loi du droit pénal de 1921 (la Loi de la traite des blanches) en Grande-Bretagne qui a été employé contre les prostituées et les femmes de la classe ouvrière, plutôt que contre « la traite des blanches » (Walkowitz 1980). Aux USA, le Mann Act de 1910 a été utilisé par la police comme excuse pour arrêter des prostituées et pour persécuter les hommes noirs (Grittner 1990:96 - 102). La Grèce a combattu « la traite des blanches » en faisant passer une loi en 1912 qui interdisait aux femmes de moins de 21 ans de voyager à l'étranger sans laisser-passer spécial (Bristow 1977:178).
Après 1914, quand l'émigration a effectivement stoppé, la campagne contre la traite des blanches a perdu son élan. Après une période de presque 70 ans de silence relatif, la question des femmes transportées de force dans l'industrie du sexe est de nouveau le sujet d'une campagne internationale massive. Dans le prochain chapitre, j'examinerai l'apparition de la nouvelle campagne contre «la traite des blanches », maintenant appelée « trafic des femmes », et comparerai la structure de son discours à celui « de la traite des blanches ».

Jo Doezema
Institute of Development Studies
University of Sussex, Brighton, UK

International Studies Convention
Washington, DC, February 16 - 20, 1999

Gender Issues, Vol. 18, no. 1, Winter 2000, pp. 23-50.

Traduction par Gast d'un texte en anglais publié sur cette page :

http://www.walnet.org/csis/papers/doezema-loose.html

Deuxième partie : Femmes de mauvaise vie ou femmes perdues ? ( 2 )


Ecrit par libertad, à 15:45 dans la rubrique "Le privé est politique".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom