L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

ET MAINTENANT ?...

Cette fois c’est fait, le NON est passé… qu’allons nous faire de cette nouvelle situation. Le fonctionnement marchand de l’Europe ne va pas s’arrêter pour autant, pas plus que les affaires…. Désormais « la balle est dans notre camp ». Nous avons, à juste titre refusé l’Europe que nous promettait le TCE… reste, et ce n’est pas le plus facile, à dire, et surtout à faire, ce que l’on veut.

Interpréter ce succès du NON comme une victoire n’est pas exempt d’ambiguïté. Une lecture non sectaire et lucide est nécessaire et surtout la mise en place d’une stratégie politique qui évite les erreurs du passé et se fonde sur une pratique sociale nouvelle fondement d’une autre vision de la société et de la politique. Ceci va nécessiter des révisions et réajustement douloureux, mais également un esprit et une volonté d’initiative nouveaux.

VICTOIRE , VOUS AVEZ DIT VICTOIRE ?…


Mais au fait, c’est la victoire de qui et pour quoi ? C’est la victoire, va-t-on me répondre (en résumé) de toutes celles et ceux qui veulent défendre une conception sociale de l’Europe et faire en sorte que l’économique n’écrase pas le politique, c'est-à-dire les citoyens.

Ca c’est ce qu’ont dit les « NON de gauche ». Il est vrai que les « NON de droite » ne se sont pas gênés pour reprendre les arguments sociaux de la « gauche », mais en arrière pensée il n’en demeurent pas moins des libéraux, fervents partisans de l’économie de marché. Et même si les « NON de droite » sont minoritaires au regard de ceux de « gauche », il n’existe pas de « camps du NON » homogène… le NON ne représente pas un projet.

Si l’on reste dans le champ de la politique traditionnelle, le NON est simplement une accumulation de bulletins de l’extrême droite à l’extrême gauche, du PCF. Certains socialistes et même certains bons réactionnaires de droite… peuvent revendiquer le résultat du référendum. L’expression sociale du refus du libéralisme ;, si elle commence par un NON, ne se résume certainement pas à lui. Autrement dit, après le NON, quoi ?

Toutes celles et tous ceux qui ont appelé à voter NON peuvent se revendiquer de cette « victoire »… d’ailleurs, l’extrême droite, sur la fin de la campagne a hautement fait « valoir ses droits » sur le résultat. Or, pour la droite et l’extrême droite il s’agit de maintenir un statu quo nationaliste et/ou nationalitaire… ce qui n’est évidemment pas le cas pour le « NON de gauche ».

La suite des évènements ne peut donc se dérouler dans le champ politique, mais prioritairement dans le champ social. Mais là se pose un problème : comment ?


LE VRAI/FAUX DEBAT SUR LE LIBERALISME


Cette question de la critique du libéralisme, non seulement a plombé la campagne du référendum, mais a empoisonné, et empoisonne, tous les débats du mouvement social depuis des décennies et altermondialiste depuis sa création. En effet, faire du « libéralisme » un « système » aboutit à fonder la critique sociale sur un faux débat. On critique le libéralisme sans jamais ne remettre en question le fondement marchand de la société, sinon dans de vagues discours sans conséquence. Or, le libéralisme n’est qu’une conception du fonctionnement du système marchand et ne s’en tenir qu’à sa critique revient à légitimer de fait le système marchand dans ses fondements en préconisant des mesures dont l’Histoire nous a montré qu’elles n’étaient que de fausses alternatives.

Ce faux débat est bien entendu entretenu par une classe politique qui trouve tout son intérêt dans la perpétuation d’un système économique et politique dont elle profite et dans des politiques de réformes qui ne font qu’ajouter de la dorure sur les parties les plus sombres du système marchand. Lorsque ces politiques peuvent se glorifier d’une légitimité populaire c’est la voie toute tracée à une continuité sans changement… c’est ce qu’a essayé de faire le TCE… le processus a été momentanément stoppé, mais le problème de fond demeure.

La gauche en particulier a usé et abusé jusqu’à la corde de cette stratégie au point que toute politique qu’elle préconise est devenue caduque, au point qu’il n’y a plus de différence entre une politique économique de droite et une politique économique de gauche.


DANGER : CONFISCATION DE LA POLITIQUE


Le référendum passé, les bureaucraties politiques vont rapidement se réorganiser. Les prétentions et les ambitions vont se concrétiser en marginalisant les « vaincus » et promotionnant les «vainqueurs ». Tout va se passer dans le cercle étroit de la classe politique qui va s’emparer, à son seul profit, des résultats du référendum.

Les médias qui ont un besoin impérieux de « personnalités », de « responsables politiques » (les citoyens ne l’étant pas comme chacun sait…), vont surdéterminer et accélérer le processus en réduisant le « débat politique » aux seules stratégies personnelles, aux ragots et magouilles d’appareils dans les organisations traditionnelles, à réduire la politique à ce qu’elle a de plus vulgaire : les conflits d’intérêts entre politiciens professionnels.

Les citoyens-électeurs auront joué le rôle qui leur est dévolu dans la démocratie marchande : voter… et ils vont être renvoyés à leurs occupations et difficultés quotidiennes. La classe politique n’a plus besoin d’eux, de nous, jusqu’en 2007.

La gauche va se recomposer, de nouvelles alliances vont se nouer, des places et des rôles vont se distribuer en vue d’une nouvelle accession au pouvoir. Des promesses faramineuses vont être faites, des programmes d‘« union» s’élaborer, des stratégies électorales s’échafauder, tout cela en vue… des prochaines élections.

Ce scénario, la classe politique nous le joue chaque fois… et ne sait d’ailleurs jouer que celui là. Allons nous une fois de plus tomber dans le panneau ?

Manifestement ce scénario n’est pas le bon pour sortir de la situation bloquée dans laquelle nous sommes.

Pourquoi ?

Parce qu’il cantonne l’action politique exclusivement dans la sphère du politique. Le changement, l’Histoire, se fait dans la sphère de l’économique et du social. Même le système marchand, aujourd’hui dominant, a acquis ses fondements dans l’organisation sociale de la société avant d’abattre politiquement l’ancien régime. Or le système de démocratie marchande a réussi l’extraordinaire exploit de faire croire, d’inscrire dans le marbre, le fait qu’il était la dernière, et meilleure étape de l’évolution de l’humanité et que son système électoral était le seul à même d’améliorer les situations. L’Histoire nous montre en fait qu’il n’en est rien, les choses ne se passent pas comme cela.

L’escroquerie, la mystification, la confiscation de la politique n’ont que trop duré


NE PLUS FAIRE LES ERREURS DU PASSE…


Il s’agit donc de dépasser cette situation bloquée dans laquelle nous maintiennent les politiciens.

Nous ne pouvons faire aucune confiance aux déclarations, projets, programmes des politiciens en place, de celles et ceux qui sont des femmes et hommes de pouvoir, et en particulier de celles et ceux qui, sans état d’âmes, ont géré (responsables de partis au pouvoir, députés, sénateurs, ministre, voire Premier ministre) le système marchand et ne découvrent que très opportunément le social.

Nous ne pouvons faire aucune confiance dans les organisations politiques qui ne conçoivent l’action politique qu’en terme de stratégie électorale et en terme de places à prendre dans les palais dorés de la République.

Nous ne pouvons faire aucune confiance dans une renégociation du TCE, en effet, comment se pourrait-il que, dans le cadre de la libéralisation internationale du système marchand, le social soit sauvegardé ? (voir l’article « LOGIQUE MARCHANDE-LOGIQUE SOCIALE : FAUT CHOISIR »).

Le monde que nous voulons construire n’est ni dans les programmes des technocrates de la politique, ni dans les promesses des candidats, ni dans une éventuelle évolution du système marchand qui accroît la pauvreté et les inégalités.

Si ce monde de liberté et de solidarité existe il nous faut le construire, concrètement.

Comment ?

Par une pratique politique et sociale nouvelle. En développant dans les secteurs ou cela est dés à présent possible (l’agriculture par exemple) des relations entre producteurs et consommateurs, en organisant la défense du service publique en associant salariés et usagers, en informant sur les formes alternatives et solidaires d’activités économiques, en les fédérant dans une stratégie d’organisation économique et sociale, en développant les circuits courts de distribution, en favorisant les structures fondées sur la solidarité, en contactant à l’échelle internationale, et en premier lieu en Europe, celles et ceux qui s’inscrivent dans la même dynamique et en se faisant les propagandistes d’une telle évolution. Autrement dit faire ce qu’aucun parti actuel n’est capable de faire, qui n’en a pas d’ailleurs la moindre idée, et qui est pourtant absolument indispensable si l’on veut sortir de l’impasse mortelle dans laquelle nous accule le système marchand.

C’est de cette organisation et de ces initiatives que nous devant discuter, pas des promesses et programmes démagogiques des politiciens professionnels.

Alors la politique reprendra tous ses droits.
Alors la représentation politique par des délégué-e-s responsables, révocables et non rééligibles prendra tout son sens.
Alors nous montrerons que ce que nous voulons, les valeurs que nous défendons ne sont pas qu’un slogan lancé lors de « grandes messes » sans lendemains.

C’est ce défi qui se pose à nous dés maintenant. Saurons nous y répondre ?… là est toute la question.


Patrick MIGNARD

Voir également les articles :

« DECADENCE »
« TRANSITIONS »
« DROIT DE GREVE ET SERVICE PUBLIC »
« DUALITE SOCIALE/DUALITE DE POUVOIR »
« SUR LES STRUCTURES ALTERNATIVES »

mai 2005

Ecrit par , à 10:57 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  Anonyme
30-05-05
à 12:59


"La suite des évènements ne peut donc se dérouler dans le champ politique, mais prioritairement dans le champ social."

Il y a cependant un point très important que l'on ne doit pas négliger dans les semaines et les mois à venir : expliquer le non en Europe (Ailleurs aussi si possible)

Tout le monde doit participer à cette opération,et les anarchistes aussi.

La manipulation a déjà commençé: la presse européenne se répand en mensonges. Tout est centré sur un objectif : passer le plus possible sous silence la dimension anti-libérale du vote français. Au risque meme d'exacerber les poussées nationalistes !. (Au niveau local -La France- l'édito de July est inoui, jettez-y un coup d'oeil)

Les anarchistes ne sont pas trop mal placés pour oeuvrer au niveau européen, mais encore faudrait-il qu'ils le veuillent vraiment. (Pour l'explication du non + perspectives possibles)

Je crois que dès fois il ne faut pas avoir honte ,d'ailleurs les pères de l'anarchisme et du socialisme n'ont-ils pas toujours (enfin presque) ancré leurs discours sur des situations concrètes ? Il se trouve (c'est comme ça, on y est pour rien) que depuis deux siècles la France est parfois assez bien plaçée comme port d'ancrage, et il serait débile, et très contre-productif, de refuser de voir qu'il s'est passé quelque chose d'assez important en France, et par voie de conséquence de le faire partager.

Tout ce qui tourne autour d'eventuelles pulsions nationalistes et surtout de réorganisation/adapatation à vitesse grand V des bureacraties libérales, n'a temporairement pas grand interet, l'étalage de pessimisme, on est pas mal à s'y connaitre,c'est une science bien partagée. L'éternel appel aux luttes sociales et aux alternatives ne suffit pas.

Internationalistes, nous n'avons pas le droit d'ignorer, voir parfois de mépriser, tous ceux qui en Europe (et ailleurs aussi) regardent avec le plus grand interet ce qui se passe en France.                 
Répondre à ce commentaire

  lagrimilla
02-06-05
à 23:27

Re:

mais que faire?? des chaine-mails? des prospectus?? quel poid on a?
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom