L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

En quoi l'athéisme ne peut pas ne pas être militant (lui aussi)
Lu sur le blog de Laurent Galley : "Lorsqu’on lit les œuvres critiques des sciences sociales du XIXème siècle, plus généralement marxistes, on s’aperçoit très vite que la question des religions est une problématique lancinante ; elle revient sans cesse, perpétuellement. En anarchiste, Bakounine renvoie dos à dos l’Eglise et l’Etat, ces deux auxiliaires de l’oppression des peuples, alliant généralement d’ailleurs leurs intérêts dans le sens des élites et des nobles au détriment de ces mêmes peuples. Mais Bakounine ne se contente pas de la défense de la société libertaire et égalitaire (laïque, dirait-on aujourd’hui), il traque la pensée religieuse jusque dans son esprit, il use de sa rationalité libre et critique jusque dans la déconstruction de tout type d’irrationalité et d’Absolu. Il milite pour l’athéisme avec les armes de la raison des Lumières. Il mène son combat d’idée antireligieuse et athée de la même manière qu’il mène son combat anarcho-marxiste pour une société libre et solidaire. Combattre, ça n’est pas offenser ; c’est s’opposer. La démocratie se fait avant tout par la contradiction. On a tort je pense de considérer que la démocratie serait une forme de paix universelle ; elle l’est sur le plan pacifique, ou elle devrait l’être sur ce plan-là, contre toute violence directe, toute intolérance manifeste ; mais en réalité, la démocratie est la guerre permanente des idées. La liberté pour tout un chacun de débattre et de se confronter à ses adversaires légitimes. La démocratie se définit donc moins par la paix consensuelle que par la libéralité des débats.
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 09:59 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom