L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Coup d'oeil sur la participation anarchiste dans le mouvement espérantiste

Lu sur Actualité de l'anarcho-syndicalisme : "Les anarchistes furent parmi les pionniers du mouvement ouvrier espérantiste à Stockholm en 1905, puis à Paris en 1906, lorsque furent formés les tout premiers groupes. Le cercle parisien Paco-Libereco (Paix - Liberté) entreprit un intéressant travail d'édition. A Shanghai, le grand écrivain Pa Chin (Ba Jin) étudia l'espéranto et un dictionnaire des écrivains chinois et étrangers le rangeait parmi les intellectuels espérantistes.

Lentement mais progressivement, l'espéranto fut introduit dans les cerclers révolutionnaires et ouvriers. Les anarchistes et les anarcho-syndicalistes, qui avant la première guerre mondiale représentaient les membres les plus nombreux au sein des groupes ouvriers, se rassemblèrent dans l'association internationale "Paco Libereco", qui publiait la revue Internacia Socio Revuo (Revue sociale et internationale). Le 10° Congrès universel, qui devait se tenir à Paris en 1914, apparut comme le moment choisi pour créer, sur la frange du mouvement pacifiste, une organisation d'espérantistes révolutionnaires. Mais le Congrès fut annulé du fait de la guerre.

Ce n'est qu'en 1921, à Prague, que le premier congrès des ouvriers espérantistes put se tenir ; il donna naissance à la SAT (Sennacieca Asocio Tutmonda - Association Anationale et mondiale). La SAT n'était pas un parti politique mais une organisation culturelle et éducative. Son objectif était de susciter une approche rationelle, permettant de comprendre, de comparer et de juger les diverses idées et tendances. Les membres devaient recevoir le plus d'information possible afin de choisir les moyens les plus honnêtes et fiables pour l'émancipation de leur classe sociale.

Le principe de la neutralité aveugle fut abandonné au bénéfice de l'idée que l'espéranto pouvait constituer une aide dans la lutte pour l'émancipation de la classe ouvrière. Trois objectifs furent indiqués :

-  La pratique de l'Esperanto pour aider la classe ouvrière internationale.

-  La facilitation des relations entre les membres de la SAT et le développement de la solidarité humaine.

-  L'information et l'éducation des membres en vue d'en faire les personnes les plus aptes et les plus accomplies au sein des anationalistes.

La SAT fut créée à une époque où beaucoup d'ouvriers de toutes tendances avaient les yeux tournés vers la Révolution soviétique, considérée comme une première étape du triomphe de l'idée socialiste. Mais comme le mythe de la Révolution se dissipait, les espérantistes révolutionnaires qui avaient été influencés par les événements russes commencèrent à déchanter. De plus, les communistes se montraient de plus en plus intransigeants et cherchaient à mettre la SAT à l'usage exclusif de Moscou. Un conflit interne éclata et dura dix années, entre les communistes et leurs opposants, qui voulaient que la SAT demeure, au service de la classe ouvrière, une organisation culturelle et éducative politiquement indépendante, ainsi qu'il avait été décidé à Prague. Finalement, en 1931, le 11e congrès, dans la ville d'Amsterdam, refusa majoritairement l'hégémonie des communistes et ceux-ci quittèrent l'organisation pour former leur propre association distincte.

Deux Russes et un Français créèrent le noyau de la TLES (Tutmonda Ligo de Esperantisja Seustatano - Ligue mondiale des anarchistes espérantistes) qui recruta dans une quinzaine de pays en l'espace de quelques mois. Après la disparition de ses deux amis, le français, Julien Migny, avec l'aide de son amie Juliette, assuma l'administration de la TLES. La nouvelle organisation espérantiste rallia aussi des membres en Belgique, en Chine et au Japon.

En 1923, les anarchistes russes A. Levandowsky et J. Zilberfarb fondèrent l'ISAB (Internacilingua Scienca Anarkiusm Biblioteka - Bibliothèque scientifique anarchiste en langue internationale). Ils invitèrent les autres espérantistes dans le monde en vue de créer une organisation mondiale.

En août 1925, la TLES commença à Berlin la publication de sa revue mensuelle, Libero Laboristo (L'ouvrier libre) et elle édita en 1933 un bulletin au service du mouvement anarcho-syndicaliste international en collaboration avec les Etats-Unis. Mais ce courant fut très vite réprimé dans les deux pays.

Durant la guerre d'Espagne, les activités espérantistes furent systématiquement persécutées dans la zone franquiste. A Malaga, en février 1937, le groupe espérantiste fut fusillé pour la seule raison qu'il était espérantiste. Il est ironique de constater que l'homme responsable de ce crime fut nommé, 31 ans plus tard, président honoraire d'un Congrès espérantiste.

La répression du mouvement espérantiste libertaire en Allemagne, en Union soviétique et en Espagne finit par mettre un terme à l'existence de la TLES.

Après la Seconde Guerre mondiale, les anarchistes espérantistes renouèrent avec la TLES. En 1946, à Paris, Senstatano apparut d'abord en tant que section du Comité international des jeunes anarchistes. Il exprima aussi le point de vue du mouvement anarchiste espérantiste, continuant ainsi le travail inauguré par la TLES. Entretemps, le groupe libertaire espérantiste parisien travaillait en relation étroite avec la Commission des relations internationales anarchistes, traduisant les bulletins. Ils correspondaient aussi en esperanto avec les camarades des autres pays.

Finalement, en 1969, la section anarchiste de la SAT prit un nouveau départ en publiant un mensuel, "Libericana ligilo", en vue de répandre l'idéal anarchiste dans les cercles espérantistes et de développer l'espéranto dans les sections anarchistes, un des lieux les plus propices au développement de cette langue.

http://melior.univ-montp3.fr/ra_for...

Bibl.

-  Libera Laboristo. Oficiala organo de Tutmonda Ligo de Esperantistaj Senstatanoj (TLES).

Organismes : Tutmondo Ligo du Esperantistaj Senstatenoj - TLES (fédération mondiale des espérantistes anarchistes) ; FAUD(AS), Berlin (Allemagne).

Direction éditoriale : Rédacteur responsable : Arthur Bolle, w de Berlin 57ème Hochkirchstr.8 ; Josef enrichit ; K. Admin. Rédacteurs : Faure, Sébastien ; Rocker, Rudolf ; Souchy, Augustin

Langue : Esperanto

Secteur de date de publication : Jg.1 (1925/26) - Jg.6 (1932)

Manière d'apparition : deux fois par mois (1925) ; tous les mois (à partir de 1927)

Typographie : Lettre d'appareil hektogr. (en 1926, Nr.2)

Successeur : L'esperanto revuo DE la Internacia Laborista Asocia (I.L.A./A.I.T.)

Remarques : La fédération mondiale des anarchistes espérantistes, branche composée d'anarchistes, de syndicalistes et d'antiautoritaires, s'est désignée comme TLES à partir de 1924. Des membres des AAU-E du TLES ont également été représentés. Des groupes de TLES se sont trouvés entre autres à Kassel, Krefeld, Duesseldorf, Mannheim, Riesa, Gera, Erfurt et Berlin. Le centre d'information anarchiste espérantiste du TLES en Allemagne se situait à Leipzig. Le siège de l'organisation mondiale a été déplacé en septembre 1929 de Mannheim à Berlin. En 1932, le journal a été arrêté. (Voir la communication dans le Syndikalist, du14.Jg.1932, Nr.18.)

-  Ruebner : Pain et Liberté, P. 199, Anm. 133, P. 291 ; Seywald, No 1183

-  Faure, Sébastien · La krimoj de Dio / El la franca trad. Luis Carlos kaj F. Buokin. - Paris : Librejo "Paco-libereco", 1911. - 32 p.

-  Grav, Johano · En anarkista socio, kiel kondutos la individuo ?. - Laroque Timbaut : La Juna Penso, 1972. - 8 p. - ( Brosura Serio de LJP ; 82B )

-  Kropotkin, Petr · Etiko / El la rusa trad. I.S.A.B. - Leipzig : SAT, 1924.

-  Kropotkin, Petr · La salajro / Trad. D.J. - Amsterdam : Nutters, 1914. - 22 p. - ( Internaca Socia Revuo ; 8 )

-  Kropotkin, Petr · Al la junuloj : Biografio (pri Kropotkin) / (de M.Orseti, el la pola trad. Duo). - Paris : SAT, 1938. - 44 p.

-  Lanty, E. La langue internationale. Ce que tout militant ouvrier doit connaître de la question. 1925. Lanti, E. · El verkoj de E. Lanti. - Laroque Timbaut : Bros^urservo de SAT, 1982. - 140 p.

-  Lanti, E. · Arbeiter-Esperantismus. - Frankfurt : Socialista E-Asocio, 1928. - 335.7 Lanti, E. · For la neu^tralismon !  : 2a eld. - Leipzig : SAT, 1924. - 23 p. 335.7 Lanti, E. · For la neu^tralismon ! : 3a eld. - Leipzig : SAT, 1928. - 32 p. 335.7 Lanti, E. · La laborista esperantismo : Antau^rimarkigo /por la stencilita reeldono/ N. Bartelmes. - Laroque Timbaut : La Juna Penso, 1971. - 16 p. 335.7 Lanti, E. · La laborista esperantismo. - Leipzig : SAT, 1928. - 38 p. 335.7 Lanti, E. · Manifesto de la sennaciistoj kaj dokumentoj pri Sennaciismo  : 2a eldono reviziita kaj kompletigita. - Paris : SAT, 1951. - 83 p. 335.7 Lanti, E. · Manifesto de la Sennaciistoj kaj Dokumentoj pri Sennaciismo : 3a eldono. (fotoreproduktis Zavod...Beograd). - Paris : SAT, 1970. - 83 p. 335.7 Lanti, E. · Sennaciulo : For la neu^tralismon ! : (unua eldono). - Paris : Sennacieca Asocio Tutmonda, 1922. - 14 p. - ( (Sennaciulo. Volumo 2) ) 335.7 Manifesto de la sennaciistoj. - Nov-Jorko : Sennaciista frakcio el membroj de SAT, 1931. - 32 p.

-  Domela Nieuwenhuis, F. · La piramido de l'tirano / El la nederlanda trad. D.J. - Amsterdam : W. Nutters, 1913. - 31 p. - ( Serio de "Internacia Socia Revuo", No. 4 )

-  Most, Johann · La Dia pesto / El la germana trad. Seman Tarano. - Detroit : Tobias Sigel, 1932. - 23 p.

-  Nieuwenhuis, F. Domela · La piramido de l'tiranismo / Tradukis D.J. . - Laroque Timbaut : La Juna Penso, 1974. - 30 p. - ( (La Juna Penso - suplemento de Jun. 1974 - n-ro 98B) )

-  Sennacieca Asocio Tutmonda · Jarlibro 1924 de SAT  : 3a jaro. - Paris-Leipzig : SAT, 1924

-  Vivancos, Eduardo "Une langue pour tous : l'Esperanto," in Volonté anarchiste

Ecrit par libertad, à 23:26 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom