L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

CONTRATTAC
Par crainte d’être criminalisés dans la foulée de la croisade « antiterroriste » lancée en réponse aux attentats commis contre les États-Unis, les leaders d’Attac ont tenu aussitôt à se répandre en dénégations pour ne pas être mis dans le même panier d’opprobe aux côtés des assassins infâmes. Quitte à développer une argumentation lénifiante où le combat contre la « dictature des marchés » cessait d’avoir pour fin ultime la libération supposée des peuples, pour se voir imméditement mis au service de la « lutte contre le terrorisme ». Tirant la leçon des évènements du 11 septembre, la vice-présidente d’Attac, Susan George, y voyait ainsi la confirmation du bien-fondé de la cause défendue par son organisation : au lieu de « laisser se développer de façon dangereuse, le terreau des inégalités, qui produit ressentiment, frustrations et antiaméricanisme », il fallait « éradiquer » ce terreau1.

Pour échapper à l’amalgame que certains s’étaient empressés d’établir entre un mouvement « citoyen » ne visant que la « mondialisation libérale » et une mouvance « extrémiste » cherchant à détruire le capitalisme, les responsables — terme à prendre aussi dans son acception éthique — d’Attac se sont donc employés à se disculper au plus vite. D’abord en donnant de la voix dans le chœur des pleureuses pour exprimer leur « horreur » devant « l’ignominie barbare d’actes que rien ne justifie ». Ensuite, en se dissociant une fois de plus des « éléments violents » qui, au lieu d’aider le capitalisme à s’humaniser pour perdurer, persistent à vouloir le remplacer par on ne sait quel type de société radicalement différente.

Les petits chefs d’Attac n’avaient, en effet, pas attendu le 11 septembre pour se démarquer de toute action violente contre l’ordre « libéral » contre lequel ils sont partis en guerre. Au lendemain des fusillades policières de Göteborg, Susan George s’était chargée de clarifier les choses. « On avait négocié depuis trois mois avec les policiers la manifestation pour qu’ils ne soient pas à ce cheval. En échange, on avait notre service d’ordre2. » Làs! « Pour quelques cons [sic] indésirables, on passe pour des anticapitalistes primaires, antieuropéens violents. » La péroraison résumera on ne peut mieux la position réelle des membres-fondateurs de cette association qui se revendique « à gauche de la gauche ». Elle devrait, en tout cas, achever de rassurer tous ceux qu’aurait pu inquiéter le sigle martial dont cette ONG « citoyenne » est parée. « Ces violences d’anars ou de casseurs sont plus antidémocratiques que les institutions qu’ils combattent soi-disant 3

Les dirigeants européens « de gauche » présents à ce sommet ne disaient pas autre chose. Tandis que le Premier ministre social-démocrate suédois, Gören Person, dont la police venait de tirer à balles réelles contre les manifestants — faisant finalement un mort dont Attacne ne mouftera mot —, vitupérait le « cirque ambulant anarchiste qui se déplace de sommet en sommet pour semer la pagaille », son homologue britannique Tony Blair jugeait « important que nous ne cédions pas un pouce à ces gens. 4» Lionel Jospin lui faisait écho en lançant une véritable déclaration de guerre à ces empêcheurs de mondialiser en rond : « Il faut faire face avec la plus absolue détermination. 5»

« Nous réprouvons totalement les méthodes de certains groupes qui confondent violence et radicalité 6», affirmera à son tour Bernard Cassen, au lendemain des manifestations brutalement réprimées de Gênes. Car, pour le président d’Attac,« la véritable radicalité est celle du contenu et des capacités d’entraînement de couches importantes pour des politiques alternatives. » Le « contenu » des critiques et des propositions du mouvement « citoyen » contre la mondialisation n’a pourtant rien de radical, car l’antilibéralisme qui les inspire ne saurait s’inscrire dans une quelconque lutte contre le capitalisme. Dans la prose d’Attac comme dans celle du Monde diplomatique, la réalité auquel ce terme renvoie n’apparaît d’ailleurs que très rarement sous cette dénomination. « Nous évitons soigneusement d’utiliser les mots en “isme”, capitalisme, par exemple », tient à souligner Bernard Cassen en guise d’explication7. Il n‘est apparemmnet pas à une contradiction près. Les pourfendeurs de la « pensée unique ne dénoncent-ils pas à tire-larigot le « néo-» ou même l’« ultra-libéralisme »? D’autres « mots en isme » existent, en revanche, auxquels ils semblent effectivement allergiques. « Socialisme » ou « communisme », par exemple. Il faut dire qu’avec l’anarchisme honni, ils évoquent une éventualité devenue, pour ces nouveaux bien-pensants, proprement impensable : un au-delà du capitalisme.

C’est pourquoi les « politiques alternatives » auxquelles Bernard Cassen se réfère ne sont pas seulement compatibles avec le maintien de ce système social. À en juger par l’accueil qu’elles commencent à rencontrer auprès de nombre de ses défenseurs avérés, elles semblent même appelées à constituer, dans un un délai plus ou moins proche, une condition sine qua non à sa perpétuation. Tout au plus s’agira t-il de le « réguler », grâce à l’intervention bienfaisante de l’État. Un État préalablement dépouillé, dans les discours sinon dans les faits, de tout caractère de classe pour être présenté comme le garant de « l’intérêt général » et non de l’intérêt bien compris de la bourgeoisie. Au plan national comme au plan international, il serait le deus ex machina appelé à pallier les « abus » du capitalisme, c’est-à-dire l’irrationnalité de son fonctionnement et l’immoralité de ses excès. « Pour combattre les inégalités qui font le lit des conflits, il nous faut un contrat planétaire d’inspiration keynésienne », opine, par exemple, la vice-présidente d’Attac8. Nul doute que ce programme minimum d’humanisation du capital puisse entraîner des « couches importantes ». N’est-il pas en train de séduire jusqu’aux dignitaires du PS? Voilà que Laurent Fabius lui-même, mécano en chef du tournant social-libéral de la gauche au pouvoir opéré au début des années 80, se met maintenant à parler de « gouverner la globalisation »9 !

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin sur la voie de la contestation raisonnable, respectable et responsable, Bernard Cassen renoue avec la bonne vieille tradition stalinienne où les « gauchistes », accusés de dévoyer les mouvements d’opposition, se voyaient suspectés de collusion avec l’État. « Les pouvoirs s’accommodent fort bien de ces groupes qu’ils inflitrent et qu’ils brandissent comme des épouvantails pour empêcher les citoyens de plus en plus nombreux de rejoindre les opposants à la mondialisation libérale.10 » Lesdits pouvoirs, en la personne du Premier ministre Lionel Jospin, du Premier Secrétaire du PS Francis Hollande ou du Commissaire européen Pascal Lamy, encarté lui aussi au PS, pour ne citer qu’eux, paraissent fort bien s’accommoder, quant à eux, de ces opposants bien propres sur eux issus des sérails universitaires. Ne vont-ils pas jusqu’à prendre langue et même des repas en compagnie de certains paladins reconnus de l’antimondialision « libérale »? Avec Bernard Cassen, par exemple, invité à jouer les boîtes à idées par des dirigeants « socialistes » soucieux de redonner quelque lustre au vernis de gauche passablement écaillé dont ils enrobent leur adhésion servile aux impératifs de compétivité et de flexibilité, ou leur participation réitérée aux expéditions guerrières menées sous la houlette de l’impérialisme étasunien.

Facteur aggravant, les trublions d’extrême-gauche ont le tort de faire de l’ombre aux manifestants disciplinés, raflant la vedette aux leaders d’Attac, qui aiment tant parader en tête, sous les flashes ou devant les caméras des journalistes. « On a davantage parlé de quelques centaines d’éléments de la mouvance “Black Block” - et que les carabiniers ont sciemment laissé saccager des rues entières — que des 200 000 autres manifestants », déplorait B. Cassen après le rassemblement de Gênes. Et cela, malgré les efforts de René Passet, ancien président du « conseil scientifique » d’Attac, qui s’était vanté, sur France-Culture, d’avoir, à Gênes, négocié avec les autorités policières la modification du trajet d’une manifestation pour mieux isoler et faire coincer les militants radicaux. Car on a beau vouloir « être au premier rang » comme le proclamait Susan George, «dans la bataille pour instaurer la démocratie dans l’espace internationale »11, sur le terrain, la prudence commandait tout de même de « manifester en retrait de la «ligne rouge» pour ne pas risquer le contact avec les forces de l’ordre »12.

De toute façon, ces champions de la contestation, fût-elle institutionnalisée, devraient quand même savoir que ce qui compte dans une manifestation ce n’est pas tant le nombre que ce que l’on y fait. Mais on préfère recourir, là encore, à la vieille argumentation stalinienne ou, ce qui revient au même, policière, selon laquelle les débordements ne peuvent qu’être le fait d’« éléments », pour reprendre une terminologie également d’inspiration policière, inévitablement « minoritaires».

« Ce qui nous pose problème », précise le Président d’Attac, « c’est que ces groupes, au lieu de manifester pour leur propre compte, avec leurs méthodes spécifiques et en prenant leur responsabilités, viennent toujours se greffer, en vue de les dévoyer, sur des cortèges non violents qu’ils seraient bien incapables de mobiliser.13 » En attendant que ces énergumènes disparaissent du paysage politique, Bernard Cassen suggère une solution : séparer le bon grain «citoyen » de l’ivraie anarchiste. Car il n’est pas question, selon lui, de « renoncer à notre droit constitutionnel de manifester. Nous refusons que ce droit soit pris en otage par les gouvernements et les groupes violents. »

La métaphore de la « prise d’otage », utilisée d’ordinaire par la droite pour fustiger les grévistes, coupables de nuire à « l’usager » ou au « consommateur », est significativement reprise ici pour défendre les bons manifestants contre les mauvais, renvoyés dos à dos avec les gouvernants pour oser contester à ces derniers leur monopole de la violence physique légitime. La conclusion coule, dès lors, d’elle même. Lors des prochaines mobilisations, « nous veillerons, avec tous nos partenaires, à mieux “sécuriser” nos cortèges par des Services d’ordre appropriés. » Autrement dit, le Président d’Attac et le staff d’« experts » qui l’entoure se font fort, dorénavant, de canaliser le troupeau et d’en exclure les moutons noirs, quitte à inclure la police parmi les « partenaires » pour qu’elle s’occupe des plus remuants d’entre eux. Attac va t-elle, dorénavant, se plier au « code de bonne conduite » proposé par Mike Moore, le directeur de l’OMC, aux manifestants anti-mondialisation? Il incluerait le refus de la violence, le maintien à l’écart des fauteurs de troubles. En échange, ceux qui respectent ce code se verraient accorder une place dans le processus de négociation.

On le savait déjà : la cible des mobilisations « citoyennes » n’est pas le capitalisme, mais seulement sa version hard, « sauvage », à laquelle il conviendrait d’en substituer une autre, plus « sociale », plus « environnementale », c’est-à-dire plus amène à l’égard des humbles et de la nature, en un mot : civilisée14. L’horizon des militants ne va pas, en général, au-delà d’un marché mondial tempéré, amendé, maîtrisé, bref « régulé » par l’action bénéfique de l’État. Aussi ce dernier ne fut-il critiqué, dans les tragiques circonstances de septembre 2000, que pour avoir trop longtemps laissé la bride sur le coup aux « marchés » au lieu de les tenir en laisse. L’aggravation des inégalités et des frustrations qui en résultaient ne faisait-elle pas le jeu des extrêmistes islamistes? Il allait évidemment de soi que le « terrorisme » de ces derniers ne saurait-être mis au regard du terrorisme d’État auquel les dirigeants états-uniens ont souvent prêté la main quand ils ne l’ont pas eux-même mis sur pied. En soumettant, par exemple, le peuple irakien à des bombardements répétés et à un embargo mortifère qui s’apparente à un génocide à ciel ouvert.

Le message « citoyen » adressé par les croisés de l’antimondialisation « libérale » aux puissants contre lesquels ils disent lutter est des plus clairs : à ne vouloir rien lâcher, vous risquez de tout perdre. Comme de coutume, la morale fait bon ménage avec l’intérêt bien compris. « On ne peut s’attaquer au fanatisme sans être généreux », affirmera doctement Susan George15. Et de prendre pour exemple le Plan Marshall inspiré, si l’on en croit la vice-présidente d’Attac, par la générosité des Américains à l’égard des Européens, et non, par la hantise des premiers, c’est-à-dire de leur classe dirigeante, de voir les seconds, c’est-à-dire les classes populaires de certains pays d’Europe occidentale, basculer « à l’Est », c’est-à-dire dans dans le mauvais camp.

Ce message sera reçu cinq sur cinq par les dirigeants du PS, horrifiés de surcroît, en cette période tragique, à l’idée de voir les adeptes de la « citoyenneté globale » se réfugier par dizaines de milliers, lors du deuxième tour des élections présidentielles, dans le vote nul ou l’abstention.

Certes, «Attac, ses dirigeants nationaux, ses responsables, à quelque niveau que ce soit, ne roulent pour personne », pouvait-on lire dans le texte soumis aux 30 000 adhérents lors de l’assemblée générale de l’organisation tenue les 3 et 4 novembre 2001. Un démenti qui, cependant, ne fera illusion qu’à ceux qui voulaient bien s’illusionner. Certainement pas, bien sûr, aux parlementaires PS, PC, MDC ou Verts et aux élus locaux qui avaient formé des groupes Attac dans leurs assemblées respectives (Assemblée Nationale, Sénat, Parlement Européen, conseils municipaux...). On peut se montrer audacieux sans être suicidaire! D’autant que parmi ces recrues, souvent de fraîche date, certaines avaient précisément choisi de surfer sur la vague de l’antimondialisation afin d’augmenter leurs chances aux élections!

Il n’en demeure pas moins que, lassés par la politique droitière menée par la « gauche plurielle », nombre de militants de « la gauche de gauche» avaient effectivement manifesté leurs intentions de non-vote en défaveur du candidat, alors non encore déclaré, du PS. Or, interrogée en octobre 2001 à ce propos, Susan George s’était vite chargée de les rappeler à l’ordre électoraliste, hors duquel il n‘est, pour tout adhérent à Attac qui se respecte, point de salut démocratique. Sous prétexte que « la droite serait bien pire », sans préciser d’ailleurs en quoi et pour qui, Madame la vice-présidente les invitait sans plus tarder à « ne pas se tromper d’ennemi  16». Comme le notait avec humour Henri Weber, sénateur fabiusien confortablement installé au palais du Luxemboug après avoir rêvé, dans sa jeunesse trotskyste, à la prise du Palais d’Hiver : « Dans le combat de la mondialisation, ceux que l’on qualifie, à tort, d’antimondialistes, sont nos alliés. 17»

Au fur et à mesure que se rapprochait la date des élections, les contacts, officiel ou, le plus souvent officieux, entre tel ou tel membre de la direction d’Attac et leurs homologues du PS, n’avaient fait que se multiplier. Entre rencontres plus ou moins informelles et dîners-débats plus ou moins médiatisés, des liens se tissaient peu à peu entre les hiérarques du PS, affolés à l’idée d’une défection possible des troupes de l’antimondialisation militante au moment des choix électoraux, et les caciques de ce mouvement « citoyen », avides de se voir reconnus par les premiers comme partenaires à part entière dans la refondation « socialiste ».

D’où l’aide gouvernementale accordée à une association qui, fidèle aux préceptes de la doctrine sociale de l’Église, forme ses adhérents aux rudiments d’une « économie à finalité humaine ». Pour soutenir cette « œuvre éducative », le Secrétariat d’État à l’Économie solidaire signera avec Attac une convention pluriannuelle sur trois ans, avec subvention à l’appui. D’où, aussi, l’arrivée au Conseil d’analyse économique, censé éclairer Lionel Jospin sur la politique à suivre, de Dominique Plihon, président du comité scientifique d’Attac, qui, loin de jouer les foudres de guerre anticapitaliste, se réclame sereinement d’un « radicalisme raisonnable ». D’où, encore, la lettre « très aimable » d’encouragement du Premier Ministre à Attac, dont Bernard Cassen faisait état, non sans fatuité, devant les militants réunis à Tours en novembre 2001.

Ce gage supplémentaire donné à la contestation antilibérale par le représentant suprême de la gauche gouvernante aurait dû convaincre Attac de « procéder aussi à sa propre révolution culturelle », ainsi que le conseillait un journaliste du Monde18. C’est-à-dire à « bâtir — et à défendre — un discours “pro” en lieu et place des slogans “contre” ». Comme si cette « révolution » ne s’était pas déjà accomplie au sommet en dépit des récriminations de la base!

On comprend mieux, dans ce contexte, que Susan George puisse s’irriter de voir certains militants de cette ONG en passe, comme tant d’autres, de se transmuer en organisation para-gouvernementale, confondre dans un même rejet le libéralisme social d’une certaine droite et le social-libéralisme d’une gauche de plus en plus incertaine. « Je crains que toute une partie de la gauche ne fasse pas l’effort de voter au second tour de la présidentielle pour le candidat de gauche le mieux placé », se plaignait-elle19. Sans doute cette « partie de la gauche » et, en particulier les adhérents d’Attac, avaient-ils trop tendance à prendre au pied de la lettre les professions de foi de non compromission politicienne de leurs mandataires, au lieu d’en saisir toutes les subtilités de langage. « Les partis politiques sont sont du côté du pouvoir. Nous, nous somme un contre-pouvoir », réaffirmait crânement, à l’époque, Pierre Khalfa, membre du bureau d’Attac20. Or, il fallait comprendre que l’heure n’était plus à se positionner contre le pouvoir, mais bien à se placer tout contre.

« Le discrédit des politique est précisément à l’origine du développement d’Attac, s’agaçait pourtant un militant marseillais de l’association. Plus il y aura d’élus au sein de l’organisation, plus le discrédit risque de nous retomber dessus. 21». Mais, plutôt que de crier à la manipulation ou à la récupération, les gauchistes de « la gauche de la gauche » auraient dû, au contraire, se féciliter de voir les thèses défendues par Attac être reprises comme thèmes porteurs par les représentants de la gauche officielle. Il est vrai que la radicalisation récente de leurs discours pouvait susciter le scepticisme. Ne portaient-ils pas condamnation de la «culture de gouvernement» qui inspirait leurs pratiques depuis une vingtaine d’année?

Les uns et les autres feront tout cas leur la conclusion de cet autre membre éminent d’Attac qu’est le professeur René Passet, venu plancher devant de non moins éminents membres de l’Internationale Socialiste, inquiets des retombées de la funeste journée du 11 septembre. Certes, aucun d’entre eux n’avaient hésité à se rallier au panache étoilé du président Bush. Tous s’étaient engagés sans barguiner à ses côtés dans cette énième croisade du Bien contre le Mal absolu, symbolisé cette fois-ci, après Hussein et Milosevic, par Ben Laden et les Talibans. Mais cela n’empêcha pas René Passet de faire comme si de rien n’était et d’exhorter tout ce beau monde à « s’attaquer vraiment au terreau de la misère et de l’humiliation sur lequel prospère le terrorisme. 22» Un argumentaire qui fera l’unanimité, sans être pour autant suivi du moindre effet. À moins que, là encore, il faille se livrer à une savante opération de décryptage. Selon une acception toute militaire, « s’attaquer vraiment au terreau de la misère et de l’humiliation » pourrait être interprété comme une invite à faire généreusement pleuvoir bombes et missiles sur le territoire correspondant. Toujours est-il que Jacques Chirac s’empressera à son tour de reprendre presque mot pour mot le propos de René Passet pour prouver, lui aussi, que l’on peut être l’allié inconditionnel des États-Unis sans être aligné pour autant : « La mondialisation doit être absolument maîtrisée et humanisée, car le fanatisme se nourrit de la misère, de la frustration et de la l’humiliation d’une partie de l’humanité.23»

Droite, gauche, “gauche de gauche” : même combat! Niant l’évidence, tous refusent avec un bel ensemble l’hypothèse qu’il puisse exister un lien intrinsèque entre les « horreurs » qu’ils réprouvent et le capitalisme qu’ils approuvent, « moralisé » voir « humanisé » au besoin, selon les vœux pieux de certains. Espèrent-ils, contre toute évidence, que l’on puisse mettre fin au terrorisme sans qu’il soit besoin de mettre un terme au règne — souvent terroriste, lui-même — du capital?

Situation hautement paradoxale. Au moment même où s’actualise de la manière la plus terrifiante l’un des termes de l’alternative formulée par Rosa Luxembourg entre socialisme et barbarie, tous s’accordent à lui dénier la moindre actualité. Refusant non seulement la nécessité, mais l’idée même d’un dépassement du capitalisme, ils auront donc la barbarie. Celle des autres combinée avec la leur. Tant pis pour eux. Et pour nous aussi. À moins que...

Jean-Pierre Garnier

1 Libération, 6-7 octobre 2001.

2 Libération, 18 juin 2001.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Politis, 23 août 2001.

7 Témoignage Chrétien , entretien, 3 auôt 2001.

8 Susan George, entretien, Libération, entretien, 6-7 octobre 2001.

9 Libération, 7 novembre 2001.

10 Politis, entretien cit.

11 Citée par Pierre Barrillon, dans Attac, encore un effort pour régulariser la mondiialisation? ,Climats, 2001.

12 Le Monde , 22-23 juillet 2001.

13 Politis, entretien cit.

14 Cf. Jean-Pierre Garnier, « La ”pensée unique” et son double », in Pensée unique et pensées critiques, L’Harrmattan, juin 2000.

15 Libération, 6-7 octobre 2001.

16 Ibid.

17 Libération, 8 octobre 2001.

18 Serge Marti, «Quand “Porto Alegre” entre à Matignon», Le Monde, 6 novembre 2001.

19 Libération, 6-7 octobre 2001

20 Le Monde, 4-5 novembre 2001.

21 Libération, 5 novembre 2001.

22 Ibid.

23 Libération, 5 octobre 2001.

Ecrit par libertad, à 22:47 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom