L'En Dehors et vous

Soutien
Vous pouvez aider à régler les frais d'hébergement sur le serveur, en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors


Rubriques

Liens

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Archives par rubriques

L'En Dehors


Violences conjugales : des violences faites aux femmes ?
Lu sur Acontrario : "Jugée fin mars 2012 par la cour d’assises du Nord pour le meurtre de son mari, une femme a été acquittée parce qu’elle subissait des violences conjugales, dont des violences sexuelles, depuis plusieurs années, et que le meurtre – un coup de couteau à la gorge – s’est produit lors d’une énième scène de violence au cours de laquelle son mari l’a étranglée, giflée à plusieurs reprises, mordue.

La légitime défense a été retenue, dans un contexte où les services de police auprès desquels la victime avait voulu porter plainte auparavant sont restés inactifs, l’invitant à ne déposer qu’une main courante, alors qu’elle avait l’œil tuméfié, mais qui ne saignait pas…

Le terrorisme conjugal et la mise en accusation du mâle

Cette histoire sordide est un exemple de plus non seulement des violences conjugales, mais des violences les plus graves, dans une relation de « terrorisme conjugal » pour reprendre les termes de Denis Laroche, qui, à partir de travaux réalisés par le sociologue américain Michael P. Johnson, effectue des études sur les violences conjugales à l’Institut de la Statistique du Québec.

Il s’agit en effet d’une relation de contrôle et d’emprise qui s’appuie sur la peur et les fragilités de la victime pour la maintenir dans la relation destructrice. Et contrairement à ce que laisse entendre la question naïve souvent posée par des personnes extérieures à ces relations et qui n’ont pas idée des mécanismes d’emprise et de dépendance à l’œuvre, il n’est pas si facile d’en sortir et de fuir. Et ceci est vrai aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, le Lundi 2 Avril 2012, 19:50 dans la rubrique "Le privé est politique".
Repondre à cet article