L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

LES FRAYEURS DE MADAME PARISOT
Je n’ai aucune sympathie pour Mélenchon, pas plus que pour un quelconque autre candidat,… au point d’ailleurs que je ne me déplacerai même pas pour voter. Mon acte citoyen est de refuser la mystification qu’est l’élection.

 

Cela devait être dit pour éviter tout malentendu partisan, mais la dernière déclaration (I-télé/Europe1 le 1er avril) de la présidente du MEDEF mérite que l’on s’y arrête,… elle en dit long sur le cynisme du patronal et ces temps de crise.

"Le programme de Jean-Luc Mélenchon est un programme qui installerait une modalité de contrôle de l'économie et pas seulement de l'économie, peut-être comme on n'en a jamais vu".

Madame Parisot craint un « contrôle de l’économie ». Quand on voit les intérêts qu’elle défend on comprend sa crainte. Il est certainement mieux, pour les acteurs économiques qu’elle représente de pouvoir, sans aucun contrôle, de leurs victimes faire leurs petites et grandes affaires. En effet :

Que serait l’économie sans la liberté de licencier, d’exclure du travail, de réduire à la misère celle est ceux qui par leur travail créent la richesse ?

Que serait l’économie si les fabricants ne pouvaient plus fabriquer n’importe quoi avec n’importe quoi ? S’il fallait toujours faire attention aux composés des produits, en vérifier la toxicité, mettre en garde le consommateur sur d’éventuels dangers ?

Que serait l’économie si l’on ne pouvait pas polluer sans limite notre environnement, l’air, la mer, la campagne, les villes ?

Que serait l’économie si les possesseurs du capital ne pouvaient plus toucher des rémunérations dépassant l’imagination du citoyen moyen ?

 

Bref, que serait l’économie si celle-ci sans tenait simplement à satisfaire les besoins des hommes et des femmes de cette planète dans le respect de l’environnement.

"Il y a aussi des phases dans les révolutions qui sont terribles. Je trouve que Mélenchon est beaucoup plus l'héritier d'une forme de Terreur que l'héritier des plus belles valeurs de la Révolution".

Madame Parisot fait dans la peur. La Révolution,… le mot est lâché. Mais faut-il rappeler à cette dame que s’il y a eu des révolutions dans l’Histoire, c’est justement parce qu’il y avait des personnages comme elle qui s’acharnaient à exploiter, à spolier, à diviser, à exclure des populations entières, les réduire à la misère. Que les exploités ne se révoltent pas et ne font pas des révolutions pour s’amuser, mais acculés à des situations impossibles à vivre.

 

Or, et cela n’a pas échappé à cette dame, aujourd’hui, c’est exactement le cas qui produit révolte, voire révolution. On comprend qu’elle soit inquiète.

Quand aux « belles valeurs de la Révolution », ces mots dans sa bouche prennent une étrange sonorité.

Pour elle, quel sens peut avoir le mot « LIBERTE »,

sinon celui de s’accaparer d’un maximum de biens, liberté de licencier, liberté d’agir dans l’intérêt de quelque uns au mépris de tous les autres.

Pour elle, quel sens peut avoir le mot « EGALITE »

quand elle défend les intérêts de cumulards qui touchent autant en un mois qu’un salarié moyen touche en trois siècles.

Pour elle, quel sens peut avoir le mot « FRATERNITE »

quand elle évolue dans une société, et dans un monde, dans laquelle il y a de plus en plus de pauvres, d’exclus, de personnes qui ne peuvent plus se soigner, se loger…

 °

"Il y a des moments où la démagogie flatte des choses tout-à-fait détestables et c'est comme ça que les choses deviennent ensuite incontrôlables, non maîtrisables".

On comprendra désormais que parler de contrôle collectif de l’économie, de sécurité alimentaire, de réduction des inégalités, de salaires et de retraites décents, de

respect de l’environnement
,… constituent pour Madame Parisot des « choses tout à fait détestables ».

Et bien sûr si le contrôle collectif s’exerce, tout devient incontrôlable,,… beaucoup plus incontrôlable que le fonctionnement des marchés financiers, que la crise monétaire, de la dette, de l’énergie nucléaire, des OGM… qui comme nous le constatons tous les jours sont parfaitement contrôlés.

Cette dame trouve Jean Luc Mélenchon « vulgaire ». Il est vrai que comparé à la finesse et la culture de Nicolas Sarkozy, le candidat du Front de Gauche fait pâle figure, sans parler de quelques uns de ses ministres comme Nadine Morano ou Frédéric Lefèvre.

Elle trouve qu’il « oppose les personnes les unes aux autres ». Qui est visé, les salariés et les patrons ? Mais cette opposition n’a pas eu besoin de Jean Luc Mélenchon pour exister avant même sa naissance à lui et à elle.

Elle trouve enfin que la présence des ministres communistes au gouvernement serait « ringarde ». Ca nous change de la crainte des chars soviétiques sur les Champs Elysées.

 

Cette déclaration manquait dans cette morne campagne. C’est désormais chose faite. La quantité de sottises débitée est telle que l’on peut espérer que madame Parisot mettra ça sur le compte du 1er Avril… C’est le seul espoir qui lui reste pour être crédible.

 Avril 2012 Patrick MIGNARD

Ecrit par libertad, à 21:08 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom