L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Un Anarchorète en père Peinard
Lu sur Vivre libre : "Je suis le PROLO D'LA NUIT, le vagabond, le déclassé, le hobo, le trimardeur. Celui qui marche hors des clous sociaux. Je suis le Prolo d'la Nuit qui se fait ermite, anachorète ou plutôt Anarchorète. Qui viatique dans les marges. Je suis le Prolo d'la Nuit qui se fout des commandements, des théories poussiéreuses. Je crache sur l'Église Anarchie et ses Saints Pères. Je suis le Prolo d'la Nuit qui cherche sa propre voie anarchiste. Je ne veux pas être le sauveur de l'Humanité. Je ne suis pas comme l'anarchiste qui obéit au commandement Aime ton prochain. L'anarchiste qui prend tous les malheurs sur son compte se confond avec son ami de Bethléem. Il finira clouté sur deux planches aux côtés d'un Barabas. C'est bien ce qu'il mérite ! Je dis à mon prochain Prends ton destin en main, ne t'empare pas de l'usine et de la machine. Fuis, exile-toi de ce monde ! Fuis l'atelier, le petit chef, méfie-toi comme de la peste des congressistes, des beaux parleurs promettant des lendemains meilleurs dans un au-delà libertaire illusoire. Du tribun comme du doctrinaire, du syndicat, du parti, de tout groupement. L'anarchie est un leurre, est un luxe si elle reste parlotage, commérage de bas étage. Agis comme bon te semble à l'image d'un Ravachol ou d'un Casério.
Mon cœur ne bat pas la chamade à l'écoute de l'Internationale et des chants révolutionnaires. Le Grand Soir réalisé a en lui le camp sibérien, la geôle et la paillasse humide. Je hais les slogans sans effets immédiats. Je déteste les assemblées générales souveraines où la main levée est prédisposée à l'Ave ! Je hais les Associations libertaires décrétant qui est ou n'est pas anarchiste. Qui exclut à qui mieux mieux. Voilà pourquoi je suis un " En dehors " à l'image d'un Zo d'Axa, d'un Libertad. Je ne troquerai pas ma liberté au détriment d'un groupe. Je garde mon opinion pour moi-même. Je n'attends l'avis de personne. J'essaie, je tente autant que faire se peut, d'agir en anarchiste d'abord sur moi-même. Je suis le Prolo d'la Nuit qui au gré de ses divagations nocturnes, de ses périples de porteur de presse est fatigué d'écouter l'Oracle professant la bonne parole anarchiste. Je suis le Prolo d'la Nuit, né de basse extraction, devenu au fil du temps, au cours des nuits glaciales, neigeuses, étoilées, pluvieuses, un anachorète ou mieux encore un Anarchorète. Une personne décidée à suivre par elle-même son chemin vers la République d'Anarchie.
L'Anarchorète rejette les autels des bien-pensants, des adorateurs de vieilles théories, les slogans et mots d'ordre pourris. Nous avons besoin d'épaisseur que diable. Et où allons-nous la dénicher cette épaisseur ? Dans les livres, les discours, les prises de paroles, dans les tracts ? Que nenni camarade, tu la débusqueras, si le cœur lui en dit à la belle, dans la pratique quotidienne, car ce qui vaut son pesant d'or ce sont les actes et non les verbiages inutiles, les motions de gratte-papiers ! Oh oui, je paye ma cotis' à l'orga. Néanmoins cela n'empêche pas de dire et contredire le groupe, les collectifs et les rassemblements, le fond d'ma réflectance, mille bombes ! Anarchiste de ce siècle, fais table rase du passé, milliard de dieu. N'attends pas l'unanimisme de ton groupe. Ou alors retourne aux calendes grecques. Deviens une marmite à renversement, un poignard, un pistolet, un écrit. Que ton quotidien soit la propagande par le fait. Tu as le choix des armes. Choisis ce qui t'apparaît la meilleure des voies. Tu es libre comme doit l'être tout anarchiste.

Ben l'Peinard
(Prolo d'la Nuit et Anarchorète)
Monde libertaire n° 1507 du 6 au 12 mars 2008

Ecrit par Cossery, à 23:48 dans la rubrique "colonies et communautés anarchistes".

Commentaires :

  Cossery
04-08-09
à 00:27


Je mets ce texte pour exprimer mon état d'esprit. Je ne suis pas certain de revenir commenter des articles sur ce site, les commentaires assez agressifs de certains ici m'ont refroidi autant qu'ils m'ont ouvert les yeux. En tout cas, j'ai été ravi d'échanger avec Satyre malgré nos désaccords, avec Satya et d'autres aussi.
Répondre à ce commentaire

  Louiscypher
04-08-09
à 09:20

Re:

Excellent texte
Je me retrouve totalement là dedans.
AH! Ce Gallaud de la Pérouse.....
Répondre à ce commentaire

  jmj
05-08-09
à 13:42

Re:

Salut cossery,

Je ne suis pas anarchiste mais je m'intéresse à eux, elles, enfin aux personnes qui le revendiquent. Je reste dubitatif sur le résultat dans le monde réel.

Je connais quelque anars en live (soit de la FA, soit des libertaires qui ne sont pas de la FA mais qui pensent comme eux, elles sauf qu'ils ou elles ne sont pas de la FA mais je ne suis pas certain d'avoir bien saisi la différence).

A titre personnel, je viens me ressourcer sur l'en-dehors parce que le, les esprits qui animent ce site sont un peu plus ouvert-s...

Les points positifs, ils m'ont appris à mieux cerner ma manière de dire, à mieux formuler certaines phrases. Ils m'ont appris à mieux défendre mes droits, à mieux comprendre certaines luttes, certaines de leurs idées, etc. Leur engagement politique est sans faille. De ce côté-là, rien à dire.

Mais dans la vie de tous les jours, ce sont des gens invivables et c'est là où je bloque, où le truc ne passe pas du tout.

Avec les personnes que je connais, il y aussi une forme d'agressivité. Je vis mal cette forme d'agressivité permanente qui, selon moi, ressort de cette impossibilité à mettre en application dans le réel certaines théories lues et relues dans l'idéel (le monde des idées), l'idéal anar. Mais pas d'inquiétude, le problème ne vient pas d'eux mais de moi...

En tout cas les quelques anars que je connais ne veulent pas accepter cette confrontation au réel ou s'ils le font, c'est avec moult et moult circonvolutions pour justifier leur attitude et, deux fois sur trois c'est mal vécu par eux, elles mais ils, elles refuseront de l'accepter juste pour justifier leur pensée anar sans parler de ceux, celles qui rejettent toute forme d'aide de type psychologique alors qu'ils en auraient besoin (j'en ai entendu des bêtises et j'en ai lu d'autres sur le sujet ici même dans ce site mais je n'y réponds pas parce que je passerai mon temps à reprendre toutes les formulations mal exprimées qui affirment plus une crainte, une peur qu'autre chose qu'une véritable libération. Le prisonnier veut toujours se libérer de quelque chose mais le vrai prisonnier ne sait pas dans quelle prison il vit).

Ah ! Et un grand truc que je ne veux pas oublier : lire des textes anars ou cultiver une pensée anar cela ne fera jamais d'une personne un génie de la pensée ou de la politique ni même un parfait orateur quand bien même la plupart des propos tenus sont justifiables et compréhensibles. Ce qui n'empêche pas certainEs d'y croire lorsqu'ils ou elles se mettent à faire.  

Ces idées mal vécues se traduisent en séparation de la séparation. Chacun dans son coin, un peu à la manière de Bentham où chaque chose utile est dans sa case (les anars de la FA dans la case FA, les anars libertaires dans la case libertaires sans parler des sous-groupes). Une chose est sûre, il y a des groupes mais il n'y a pas d'ensemble (enfin si dans les manifs...)

Mais la vie, ce n'est pas une boîte avec des cases dedans où tout est bien rangé et selon ce rangement en vient un jugement clair, net et propre.

La vie vie c'est le bordel, le chaos, l'incohérence, l'accident, la porosité , le flou, le trouble, le changement constant. Il y aurait tout un chapitre à faire sur l'étanchéité prétendue de ce type de classification et de rangement. C'est amusant de savoir qui est qui et cela peut servir mais dans le réel ce type de rangement est impossible à mettre en pratique sauf dans le cas d'une étude de type scientifique (par exemple la classification des éléments ou des espèces).

Je ne désespère pas trouver des ponts, il doit y en avoir parce que je ne connais pas un mur, pas une forteresse qui ne possède pas sa porte ou sa fenêtre. Les anars peuvent ouvrir facilement la porte de leur maison mais, en fait, ce n'est qu'une illusion. La fermeture est ailleurs.

Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom