L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Service public des énergies renouvelables : pour la convergence !
Au cours d'une série d'articles signés de Guy Darol puis de Stef@ (Le Monde libertaire 1350, 1355 et 1356 ) les lecteurs de notre journal ont pu prendre connaissance d'une problématique nouvelle à propos de la production d'énergie renouvelable. Il s'agissait pour Guy Darol d'un plaidoyer en faveur d'une implantation des champs de production industrielle d'énergie éolienne respectueuse des populations locales. Les exemples cités de « ratages » (surtout en Bretagne) étaient accompagnés d'une dénonciation des méthodes administratives (enquêtes d'utilité, informations incombant aux élus, etc.) et d'une mise en valeur d'une nouvelle filière de bénéfices pour des opérateurs privés, EDF leur rachetant l'énergie produite:

De son côté, Stef@, militant antinucléaire, mettait en avant l'ensemble des qualités (auditives, visuelles, techniques, écologiques, etc.) dont on peut parer les éoliennes. Elles sont incontestablement une partie de la réponse alternative à l'électronucléaire.

Mais la polémique entamée tourna court, sans doute par souci de ne pas lasser les fidèles du Monde Libertaire. Doit-on en rester à un constat qu'il existe . des clivages entre antinucléaires et anti-éoliens ? ?

Ii est vrai que le combat des antinucléaires est âpre, et ingrat. J'en sais quelque chose. Non contents d'avoir face à nous le pouvoir de l'argent et celui de l'État, l'autisme relatif de nos contemporains nous pousse parfois à nous appuyer sur des alternatives « concrètes » pour tenter de marquer des points contre l'atome civil et militaire. Ce pragmatisme dans l'effort se trouve maintenant enrayé par de nouveaux acteurs du débat que sont les anti-éoliens. Nous n'imaginions pas que des oppositions au développement énergétique renouvelable puissent exister. Et, pourtant, pourquoi ne pas entendre leurs arguments qui souvent recoupent ceux des opposants à l'atome? Mais le débat n'est pas si simple. À partir d'une certaine frustration manifestée par des antinucléaires contre l'opposition à l'éolien, et de certaines aberrations entretenues par les antiéoliens, les positions se durcissent.

Soyons francs: les plaidoyers contre l'éolien sont souvent très ambigus. Ainsi en va-t-il des propos d'un certain Alain Bruguier, responsable -d'une fédération d'opposants, Vent de colère. Dans une récente déclaration' , il affirmait: « En ce qui me concerne, je pense qu'il n'y a pas de procédé alternatif au nucléaire, pour l'instant. [...1 Sérieusement, le caractère aléatoire de l'éolien n'est pas acceptable. » Ce ne sont pas quelques précautions dans son discours qui masqueront ses intentions, pro-nucléaire et anti-éolien, industriel ou pas. Un autre opposant évoque la masse imposante de matériaux nécessaires à l'érection d'une éolienne (sans préciser s'il est opposé à l'industriel ou à l'individuel), encore un autre évoque le coût... Autant d'éléments à rapprocher avec le caractère colossal de la construction d'une tranche de réacteur nucléaire, et avec le coût énorme de l'énergie électronucléaire quand on y intègre le vrai coût, c'est-à-dire les frais du démantèlement des installations en fin de vie, la gestion des déchets pour des centaines d'années, etc. Une partie de cette opposition semble nourrie d'un individualisme libéral bien compris qui ne se mesure pas en termes de rapports égalitaires et complémentaires. entre individu et collectivité. Bref, les mouvements anti-éoliens sont traversés d'humeurs .pas toujours bien inspirées...


S'associer pour gagner

Pourtant, à y bien regarder, bien des analyses se recoupent, dans les deux camps, chacun avec son vécu. Tout d'abord, le caractère démocratique illusoire des enquêtes d'utilité publique; l'opacité des décisions prises par des élus qui se montrent parfois expéditifs dans la consultation, attirés qu'ils sont par la manne de la taxe professionnelle; la dénonciation d'une nouvelle niche de profits engendrés par cette forme de production énergétique et payés par l'État à des opérateurs privés; le refus de la privatisation du service public; la nécessité de développer un bouquet énergétique alternatif aux énergies fossiles qui se raréfient, la volonté de permettre aux populations locales de maîtriser la gestion locale des ressources naturelles et énergétiques... Tous ces arguments ne sont pas déclinés d'un seul bloc par les associations anti-éoliennes, il y a des divergences, aussi. Mais sans doute pas plus que sur l'opinion de privatiser ou non EDF-GDF pour les antinucléaires du Réseau sortir du nucléaire, par exemple.

En réalité, à ne pas vouloir communiquer directement, et à s'affronter par articles interposés, dans le Monde Libertaire, notamment, les seuls à tirer bénéfice de cette polémique sont l'État, le lobby nucléaire et le capital. Le premier continue à privatiser le service des énergies, soit en confiant la filière nucléaire au privé soit en achetant de l'énergie éolienne industrielle à des opérateurs privés, donc en ne produisant pas lui même l'énergie, renouvelable ou pas. Le lobby nucléaire français justifie son développement par les oppositions aux énergies alternatives et au retard accumulé par la France en ce domaine. Et que dire du bonheur du capital qui fait son beurre de l'électronucléaire, et du marché émergent de la production d'énergies renouvelables! Tout cela au détriment de la collectivité, et de la démocratie directe, de l'autogestion énergétique et politique des usagers et des travailleurs de la filière, pour faire court. Triste tableau.

Et si la convergence des luttes, chère aux anarchistes, était la solution à cette situation? Et si ces deux camps retranchés étaient réconciliés autour d'une charte minimale incluant des revendications communes qui remettraient en cause quelques logiques de domination, propres au capital et à l'État: maintien du service public, développement des énergies alternatives, déconcentration de la production, gestion partagée travailleurs-usagers et délocalisée, économies drastiques énergétiques, sortie du nucléaire, etc.

À ce stade, déjà, il convient bien de lier ces revendications au seul objectif valable pour les anarchistes: l'abolition du capitalisme et du règne de la marchandise. À terme, on ne se bat pas seulement contre le nucléaire, donc pour un développement des énergies renouvelables, dans le gaspillage organisé par le capitalisme. La gabegie énergétique, avec ou sans renouvelable, reste une aberration sociale et écologique qui ne se justifie que par le règne de la marchandise. Nos revendications doivent donc toujours rester dans cet axe, même si nous ne sommes pas, à ce jour, dans le cas d'un rapport de force favorable.

Si cette convergence des luttes et des objectifs devait s'opérer, elle pourrait peut-être trouver des alliés parmi les travailleurs d'EDF-GDF, bien isolés eux aussi dans leur lutte contre la privatisation. Car, là aussi, des convergences sont probables, comme celle du refus du démantèlement du service public, ou de la privatisation de la production. Cette démarche pouvant orienter débats et luttes chez les uns et chez les autres aurait aussi l'immense mérite de faire sortir le mouvement antinucléaire de sa difficulté à engranger des progrès dans ses luttes. Il lui faudrait trouver des alliances avec d'autres pseudo-ennemis irréductibles, pourtant eux aussi inefficaces à contrer des agressions que l'État et le capital réalisent conjointement, encore une fois.

Mais il y a urgence, comme toujours. Pour gagner, il faut remettre en cause des cultures d'affrontements contre des groupes sociaux (travailleurs d'EDF, anti-éoliens, etc.) où la division profite à nos maîtres. L'opposition antinucléaire est souvent structurée localement en France; l'impulsion peut partir de là. Et les libertaires ont peut-être là une orientation pour des luttes syndicales et écologiques. Face aux dangers environnementaux et sociaux que le nucléaire et les privatisations nous font courir, ce formidable pari de la convergence des luttes écologiques et ouvrières est-il vraiment hors de portée?


Daniel

(1) Le Midi libre du 18 avril


Daniel est militant du groupe Gard-Vaucluse de la FA

Le Monde libertaire #1362 du 3 au 9 juin 2004

Ecrit par libertad, à 12:45 dans la rubrique "Ecologie".

Commentaires :

  Anonyme
15-06-04
à 15:29

LA VERITE TOUTE LA VERITE SVP

L'article de Daniel me laisse vraiment perplexe. Oui, il est important d'avoir un point de vue rationnel sur la question des énergies renouvelables. Entre la nécessité de développer des pratiques alternatives et celle de tenir compte des populations locales souffrant d'un développement laissé à l'initiative des industriels, une piste doit être choisie. Autant que cette piste soit la bonne.
Or Daniel n'en indique pas le tracé. Guy Darol de son côté dénonce, apparemment in situ, les méthodes employées par les porteurs de projet. Ce n'est pas triste !

En aucune façon, par ailleurs, Guy Darol réfute l'éolien. Il l'inscrit, au contraire, dans l'évantail des ressources énergétiques alternatives et encourage l'éolien d'autoconsommation. Cette piste me semble en adéquation totale avec l'esprit anarchiste.

Il faut savoir, en effet, que les réalisations éoliennes sont aujourd'hui laissées dans les mains d'entreprises telles que TotalFinaElf, Framatome, etc.
C'est-à-dire que la balle est dans le camp du Grand Capital.

Que faire ? La question est ouverte et ne peut être traitée en quelques jours.
Il ne faut pas oublier que le développement de la filière éolienne coïncidera avec une mutation importante du paysage. Il importe donc que cette mutation ne soit pas menée dans le seul intérêt des industriels.

Or, en Allemagne où l'éolien est très présent, on considère aujourd'hui que l'environnement a été endommagé pour un gain énergétique extrêmement faible.
Le Danemark fait marche arrière. Partout où les implantations terrestres ont foisonné ces dernières années (Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne, Danemark), on observe que les populations des pays concernés demandent l'arrêt des réalisations inshore et lui préfèrent l'offshore.

Il y a une raison à cela et elle est importante. Les inconvénients de l'éolien terrestre sont nombreux. Visuellement, il faut bien admettre que les parcs éoliens à proximité des habitations font réellement frissonner. Il suffit de se rendre en Espagne ou simplement dans le département de l'Aude pour prendre la mesure du saccage.

Et puis des riverains se plaignent du bruit provoqué par le fonctionnement des aérogénérateurs. C'est le cas, notamment, à Plougras (Côtes d'Armor) où des riverains situés à 800 mètres d'une Centrale Eolienne ont dû déménager.

Les mesures acoustiques recommandées par l'Ademe ne semblent pas suivies avec rigueur par les bureaux d'études.
Il est vrai que si ce sont les opérateurs qui conduisent eux-mêmes les études acoustiques et paysagères, il y a tout lieu d'être inquiet.
Bref, Guy Darol a tout à fait raison de souligner le caractère hasardeux du système actuel.

Il a tout à fait raison de critiquer l'absence de transparence qui entoure la mise en place par les opérateurs de projets en Bretagne et ailleurs.
Le développement de l'éolien industriel doit être soumis à des règles qui protègent les personnes et qui garantissent la préservation de leur environnement.
Un aérogénérateur de 145 mètres (ou plutôt une succesion d'aérogénérateurs de 145 mètres) dans le paysage, ce n'est décidément pas la même chose qu'un château d'eau ou qu'un pylône de ligne à haute tension.

De nombreuses réflexions menées par d'excellents spécialistes du renouvelable donnent à penser qu'il y a des voies plus douces que le gigantisme au règlement de la question des gaz à effets de serre.
Il serait judicieux de bien connaître toutes les infos avant de se lancer tête baissée dans une machinerie sans garantie de succès.

Une propagande rédigée par des industriels brusquement déguisés en écolo abuse l'opinion. Elle est bien sûr destinée à persuader. Les arguments utilisés sont tournés de manière à exciter la bonne conscience. Il est facile de convaincre en quelques phrases cinglantes que l'éolien c'est bien pour le monde.
Seulement le temps des Colonels ou celui des apparatchiks n'est-il pas achevé?

Ceux qui staliniennement décident de ce qui est bien sont des traîtres à la philosophie anarchiste. Tant de personnes (dont certaines ont le plus souvent été favorables à ce qu'on implante auprès de chez elles des éoliennes) sont aujourd'hui déçues, quand elles ne sont pas simplement fâchées, pour que l'on continue à dire que les méthodes de soumission au règne éolien sont correctes.

L'article de Guy Darol fait ressortir ces errements. Il mériterait d'être suivi de témoignages réalisés par des personnes voisines de réalisations ou concernées par des instructions en cours. Oui son point de vue mériterait cela plutôt que des réactions de sympathie à l'égard de l'éolien industriel mais de sympathie idéologique et non vécue.
Plutôt que les élans du coeur, on voudrait lire les paroles de ceux que touchent de près cette nouvelle et bien inquiétante industrie.
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom