L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

SAUVE QUI PEUT... LA CAISSE ! ! !

Plus de 4OO morts dans un supermarché au Paraguay début août. Un fait divers direz vous. Certes une catastrophe, mais un fait divers tout de même ! En êtes vous bien sûr !

Les conditions de sécurité n’étaient certainement pas respectées allez vous préciser, ce qui n’est pas chose exceptionnelle dans ce genre de pays. C’est probablement vrai, mais l’extraordinaire ne se situe pas là.



L’enquête à ses débuts révèle que le directeur du supermarché a ordonné de fermer toutes les portes dès le début de l’incendie pour « empêcher les clients de partir sans payer ». Extraordinaire réaction !

Un fou allez vous dire ! Réfléchissons un peu et nous verrons que ce personnage n’est pas aussi fou que ça.

Un directeur de supermarché c’est fait pour vendre et réaliser des marges commerciales. C’est sa fonction et son unique fonction… tout le reste « satisfaire sa clientèle », « donner le meilleur service », « pratiquer les prix les plus bas », « réaliser le meilleur rapport qualité-prix »… c’est de la pub ou de la psycho-commerciale pour mieux soutier le maximum d’argent au client.

Il est fort probable que ce « brave homme » n’ai pas mesuré l’ampleur de la catastrophe à ses débuts, mais même s’il l’avait mesuré… du fait de sa fonction quelle doit-être sa réaction ? Poser la question c’est y répondre : assurer le chiffre d’affaire de son magasin. Or, si l’on avait ouvert toutes grandes les portes en criant au feu, pensez vous que les clients auraient sagement fait la queue aux caisses pour payer leurs achats ? Evidemment non ! Sauf les aveugles et les sourds comme aurait dit Brassens. Ils se seraient bien évidemment enfuis sans payer.

Une telle attitude présente deux dangers :

- perdre la recette du jour avec des clients indélicats et sauf,
- créer un dangereux précédent qui aurait pu donner des idées à certain-e-s.

La réaction du directeur est évidemment on ne peut plus logique.

Elle est scandaleuse allez vous protester ! Moralement scandaleuse

Mais qui vous parle de morale dans cette affaire. Nous retrouver ici notre bonne vieille logique marchande. Qu’est ce qui prime dans cette logique, la vie ou le chiffre d’affaire ? La vie ou la marge ? La vie ou le profit ? Nous n’avons pas besoin d’aller en Amérique Latine pour avoir une réponse à cette question. Virer des salariés les laissant sans avenir lors d’un licenciement c’est peut-être moins cruel sur un plan physique (et encore) mais tout aussi scandaleux socialement.


Comment ne pas reconnaître, déceler dans le comportement directorial de ce commerçant consciencieux les réflexes purement rationnels loués par les économistes libéraux ? Certes, la logique a été poussée jusqu’au bout mais n’est ce pas ce qu’ils professent. Il est vrai que ce qui s’est passé dans ce cas « fait désordre », mais est ce que ça fait plus désordre que de laisser mourir de faim une partie de l’humanité pour raison de commerce et de profit, ou de détruire l’environnement pour des raisons purement financières ?

La marchandise nous rend tous égaux… dans l’abjection.

Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 21:26 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom