L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Peut-on avoir confiance dans les hommes/femmes politiques ?
Cette question devrait être considérée comme saugrenue dans un régime démocratique. Pourtant, elle se pose avec de plus en plus d’acuité et d’insistance à toute citoyenne et citoyen qui regarde avec un minimum d’attention le fonctionnement de notre société. Comment en est-on arrivé là?


Que le pouvoir soit corrupteur est une évidence soulignée et prouvée à toutes les époques de l’Histoire. La mise en place d’un système démocratique pouvait laisser espérer un changement qualitatif quand aux rapports au pouvoir et quant à la forme d’exercice du pouvoir: la République. Il faut se rendre à l’évidence, après deux siècles d’existence le système politique dans lequel nous vivons reproduit bien des tares des systèmes précédents.




DU POLITIQUE AU… «POLITICIEN»


A l’origine, groupes et clubs de réflexion, regroupant des hommes et des femmes (rarement au début) particulièrement engagé-e-s…ont incontestablement fait avancer la réflexion politique. Les «clubs», comme l’on disait, produisaient de la réflexion, discutaient sur les valeurs et faisaient des propositions d’action. La Révolution Française a été particulièrement gourmande de ce genre d’activité… au point de l’institutionnaliser. La condition politique de «citoyen» se développant, l’alphabétisation progressant, et les moyens de communication se perfectionnant (la presse d’abord… puis les médias actuels), la réflexion, l’échange, devinrent une pratique politique largement partagée par toutes les classes sociales.

On a pourtant assisté peu à peu une véritable dérive bureaucratico-totalitaire des partis politiques. De groupes dynamiques, ouverts, pertinents dans leurs analyses, permettant d’ouvrir des perspectives politiques, il sont devenus des officines qui n’ont plus pour objectif que conquérir le pouvoir pour gérer le système marchand et défendre les intérêts de leurs membres.

Aujourd’hui, les partis politiques ne produisent plus rien, ils ne font que gérer, leurs affaires et celles de leurs membres. Ils n’ont aucune intention de changer quoi que ce soit (sinon dans leurs discours) aux principes du système marchand dont ils profitent et font profiter leurs proches. Ils tentent d’accumuler un maximum de fonctions tissant une véritable toile d’araignée dans laquelle ils enserrent et contrôlent l’ensemble de la société. Ils modifient régulièrement et systématiquement les modes d’élections (charcutages des circonscriptions) afin de s’assurer un maximum de postes et éliminer celles et ceux qui les gênent dans leur entreprise.

L’homme politique pédagogue, défenseur d’une cause, de valeurs, l’homme de confiance est devenu souvent un affairiste de la politique. Il est devenu un individu tout disposé à se vendre pour être élu, prêt à promettre tout et n’importe quoi pour séduire l’électeur. Utilisant toutes les techniques du marketing commercial, son seul objectif: le pouvoir et ses privilèges. Il est capable pour cela de braver les lois qu’il a lui-même voté et dont il est le garant, se déconsidérant ainsi aux yeux des citoyens qui voient devant leurs yeux non plus un individu exemplaire, se dévouant, voire se sacrifiant pour le bien commun, mais un arriviste sans scrupule n’hésitant pas à avoir recours au népotisme pour accroître son influence..

Cette situation explique la multitude des scandales politiques, les fameuses «affaires» qui concernent les plus hautes sphères du pouvoir. (voir pour les cas concrets LE CANARD ENCHAINE-journal satirique paraissant le Mercredi).

La situation est aggravée par le fait que, détenant le Pouvoir et en abusant, les «politiciens», ont tout loisir de manipuler et/ou faire pression sur les institutions publiques (la police, la justice, l’administration fiscale,…) pour cacher, étouffer et amnistier leurs pratiques illégales, parfois maffieuses. La soit disante séparation des pouvoirs n’est qu’un leurre pour citoyen naïf.

Il faut cependant noter que ceci touche essentiellement les fonctions électives les plus «prestigieuses», (présidence de la république, députés, sénateurs, conseils municipaux des grandes villes, conseils généraux, régionaux). Toute une multitude de «petits élus» (comme les appellent certains avec un brin de condescendance), souvent au niveau des petites municipalités échappent à cette dérive et remplissent leurs fonctions avec conscience et dévouement. Le problème c’est que ces «petits élus» dépendent, sont dominés, influencés, parfois contraints, par ces grands profiteurs politiques qui font pression sur eux soit par l’intermédiaire des partis politiques, soit des institutions qu’ils phagocytent. De plus aux yeux de l’opinion publique, la méfiance qu’inspirent les «politiciens» rejaillie injustement sur celles et ceux qui font honnêtement leur travail d’élu.

Ainsi le politique, homme respectable et respecté est devenu le «politicien», individu démagogue et qui n’inspire plus la moindre confiance…. C’est souvent «négativement» que l’électeur vote pour quelqu’un… souvenez vous du «Votez escroc, pas facho» lors des présidentielles en mai 2001


DE LA DEMISSION CITOYENNE…


Cette situation extrêmement dégradée du fonctionnement démocratique de la société n’est cependant pas due qu’aux simples acteurs dont il vient d’être question. Si ces acteurs ont pris tout l’espace scénique c’est que le reste de la population s’est prêté à ce petit jeu. D’acteurs les citoyens sont devenu spectateurs . Le spectacle de la politique n’existe que s’il y a des spectateurs.

La responsabilité en incombe incontestablement à l’ensemble des citoyens qui, par paresse civique, étroitesse de compréhension des mécanismes sociaux, naïveté dans les promesses du système marchand, mais aussi souvent par manque de temps, se sont déchargé des affaires publiques sur celles et ceux qui petit à petit sont devenus les spécialistes de la gestion publique. Il faut dire que tout a été fait par la classe politique pour déresponsabiliser le citoyen et, d’un être en principe actif, en faire un assisté.

Cette démission citoyenne est à la source de toutes les dérives. Cette paresse qui consiste à confier, à abandonner le fonctionnement démocratique à quelques personnes cumulardes et manipulatrices a aboutit à la situation actuelle.

La remarque classique et largement partagée par une bonne partie de la population: «Que voulez vous que l’on y fasse?» en dit long sur le degrés de démission citoyenne. On comprend alors comment et pourquoi des margoulins qui ont choisi la politique, comme d’autres choisissent la contrebande, ou le trafic de drogue, se sont engouffrés dans la brèche pour le plus grand bénéfice de leurs petites et grandes affaires.

On est donc en droit de se demander que ce signifie ce fameux«sens civique» dont nous abreuvent les politiciens. Même si cette expression a véritablement un sens honorable, prononcée par certains, elle inspire la méfiance, voire le dégoût ou l’indifférence. Le sens civique dans son expression concrète aurait pour première tâche d’éconduire cette classe politique en grande partie parasite… au lieu de, au fils des scrutins, lui donner une légitimité dont on sait au service de quoi elle l’a met.

Ce que les politiciens craignent par-dessus tout, c’est l’abstention, autrement dit le fait pour le citoyen de signifier que l’acte de voter n’a plus de sens, rendant ainsi caduque celle ou celui qui l’incarne, l’élu-e. On comprend ainsi l’extraordinaire énergie déployée pour la classe politique pour amener le citoyen à l’urne… il y va de sa survie. (voir l’article «ELECTIONS: PARTICIPER OU PAS?» et l’article «VOTER EST UN DROIT MAIS EST-CE VERITABLEMENT UN DEVOIR?»)


… ET DE SES CONSEQUENCES


Ce n’est désormais plus le politicien qui doit respecter le citoyen c’est l’inverse. Le politicien devient une sorte d’intouchable au service duquel sont celles et ceux qui l’ont élu. Ceint de son immunité, qui à l’origine devait le protéger contre les abus de pouvoir et la répression, on en est arrivé au point que certains élus, et pas des moindres, recherchent cette immunité pour échapper à la Justice (???).

Devant le complet verrouillage de l’accès au pouvoir par la classe politique, le citoyen n’a plus qu’une liberté formelle… non plus choisir celui ou celle qu’il souhaite voir élu-e, mais voter pour l’autre afin que le premier ne le soit pas… on inaugure ainsi la «démocratie en creux»… on ne vote plus «pour», mais «contre»… sachant que la classe politique est dans tous les cas gagnante: elle peut asseoir le pouvoir qu’elle détient sur une légitimité exprimée par la participation.

Le plus grave c’est que les politiques ne sont pas là pour trouver des solutions aux problèmes de notre société, mais pour faire en sorte qu’ils soient supportables. Ils n’ont d’ailleurs aucune solution,(voir l’article «DECADENCE») leur seul soucis étant la gestion du système marchand. Les promesses, comme le disait justement un ministre de l’intérieur à la recherche d’une immunité pour éviter les tribunaux, n’engagent que ceux qui y croient et non celles et ceux qui les font. On peut difficilement faire plus cynique.


On ne peut bien entendu faire aucune confiance aux hommes et femmes politiques qui sollicitent nos voix. La séduction a remplacé l’explication. Ils font plus appel à nos sentiments et nos instincts qu’à une réflexion sérieuse sur les problèmes de notre société. Toutes les solutions qu’ils proposent, les promesses qu’ils nous font  ont maintes fois été faites… elles n’ont aboutit à rien. C’est sur d’autres bases qu’il faut poser les problèmes… et ce n’est pas avec eux que nous le ferons.

                                                        Patrick MIGNARD
Ecrit par libertad, à 11:33 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom