L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Mon plaisir est à moi
Lu sur Indymédia Paris : "Je me fais plaisir, oui ; tout seul, même, généralement. Mon pauvre, diras-tu peut-être. M'enfin, pourquoi "mon pauvre" ?

Note préliminaire : dans la suite de ce texte, lorsque je parle de "plaisir", il s'agit de plaisir sexuel au sens large du terme : l'orgasme n'en est qu'une forme parmi d'autres.



Une autonomie confortable, mais couramment méprisée



Mon plaisir revêt une dimension toute particulière dès lors que je le maîtrise "entièrement" : le fait qu'il ne pas dépende des envies d'autrui est pour moi un confort certain. Je choisis, égoïstement, le moment, le lieu, et le contenu des situations qui créeront mon plaisir. Hmmm. Qu'est-ce que ça étend le champ des possibles, oulala, irais-je jusqu'à dire si j'étais allé à l'école pour apprendre des grands mots.

Et, rien que ça, c'est si bon.

Et pourtant... s'il est une idée reçue particulièrement intégrée dans ce monde, y compris dans les milieux combattant homophobie et patriarcat, c'est bien celle qui veut que le plaisir ne puisse naître, sous sa forme "idéale", complète, que dans la conjonction des désirs de deux personnes au moins. De ce lieu commun, et de tout ce qui en émane, je souffre régulièrement ; les petites phrases qui font mal sont légion. Cette discrimination n'est pas l'objet de ce texte, mais il me fallait souligner son existence.



Comment tout à commencé



Ah oui, comment je fais. Argh. Je mets au placard, pour l'occasion, ma moue timide, l'heure est à l'exhibitionnisme. Plouf.

Autour de l'âge de 14 ans, j'ai découvert certaines formes de plaisir non réductibles à la masturbation devant des images pornographiques ; c'est le sport qui a été la source de mon éveil corporel. Ben voui, vois par toi-même :

le cyclisme, d'abord, m'a fait aimer la souffrance ; plus globalement, il m'a fait prendre conscience de la violence excitante que je pouvais ressentir dans certaines circonstances ; mieux, j'étais capable de créer ces circonstances SEUL ; un gouffre insondable se révéla sous mes pieds, c'était bon ;
l'aïkido, ensuite, m'a fait découvrir mon corps, son potentiel, et m'a donné une large palette d'outils pour m'y sentir mieux : l'auto-massage des mains, des pieds, et de diverses parties du corps a priori dépourvues de symbolique érotique a joué - et joue toujours - un grand rôle dans ma (re)découverte du plaisir solitaire ; de même que certaines positions de relaxation, il présente l'incomparable avantage de pouvoir être pratiqué en public, hi hi ; ainsi mon corps tout entier et sa position dans l'espace constituent-ils un terrain de jeu fort agréable.

Dans un second temps, et ce bien des années plus tard, lectures et discussions sur les questions de genres et de sexualités ont achevé de me pervertir ; non seulement j'ai entamé un long cycle de réflexions et de déconstructions, ion ion, blabla, mais, aussi et surtout, je me suis mis mon premier doigt dans le cul. Et depuis, j'arrête plus.

Ces différentes prises de conscience m'ont donné accès à une large palette d'outils me permettant de déclencher seul mon plaisir. Grâce leur en soit rendue.



Esquiver, au passage, quelques problèmes politiques...



Aussi, c'est une solution de facilité ; et moi, j'aime bien les solutions de facilité, car je suis lâche et fainéant. Par exemple,

prendre du plaisir seul rend, fort logiquement, mes pratiques sexuelles parfaitement égalitaires, du moins en dehors de mes moments schizophrènes ;
prendre du plaisir seul me rend moins dépendant des autres individuEs ; c'est chouette, l'autonomie, surtout quand on sait ce que la dépendance implique, dans ce domaine, en terme de possessivité, de mensonge à soi-même et à autrui, de rapports oppressants ;
prendre du plaisir seul me rend moins prisonnier de la drague et autres bricolages de séduction ; ça m'arrange bien, d'ailleurs, chuis pas très doué en la matière ;

prendre du plaisir seul me permet d'avoir des pratiques SM ( ?), ou du moins des pratiques dans lesquelles la douleur physique joue un rôle, sans recourir à la bipolarité dominantE/dominéE.

En un mot, sans pour autant être la solution à tout, prendre du plaisir seul, c'est pratique.



Épilogue - où, en retournant la médaille, on voit son revers



À la lecture du tableau reluisant que je viens de brosser, tu pourrais croire que je compte ériger la seule pratique du plaisir solitaire en dogme, ou tout au moins en faire une règle indépassable dans ma vie. Sache qu'il n'en est rien, car :

je ne vois vraiment pas pourquoi je devrais (m')interdire d'autres pratiques créatrices de plaisir, tout en étant conscient que, à plusieurs, réapparaissent les problèmes politiques que j'esquive dans la solitude ;
mon imaginaire du désir est peuplé, entre autres, de sexualité non solitaire ; ce serait donc mentir, à moi même et à toi qui lit ce texte, que de prétendre avoir atteint un idéal dans mes pratiques créatrices de plaisir et ne pas connaître la frustration.

intrigeri
Ecrit par libertad, à 22:47 dans la rubrique "Le privé est politique".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom