L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Manoeuvres à gauche: danger pour le mouvement social

Lu sur le militant.org : "Un spectre hante le mouvement social, le spectre de la récupération politique. Désavoués par leur pratique gestionnaires, débordés par un mouvement social de plus en plus offensif, et en panne de programme alternatif pour leur retour au gouvernement, les partis «de gauche» tentent désespérément de se refaire une virginité politique aux travers d’initiatives qui leurs sont, dans le principe et dans leurs objectifs, totalement étrangères.

La lamentable tentative de participation du PS aux manifestations d’Evian contre la tenue du G8, montre, même si la forme est contestable et l’action minoritaire, que l’illusion entretenue parle PS de vouloir «être du mouvement social» ne marche plus. Plutôt que de condamner la forme, il s’agirait d’examiner le fond, c'est-à-dire se poser désormais, et sérieusement, la question de savoir si cette gauche «gestionnaire» qui n’a qu‚une seule ambition, revenir au pouvoir, à place parmi nous. Cette question, si nous n’y répondons pas clairement «plombera» dans l’avenir tout mouvement, toute initiative et ce de manière d’autant plus importante que les élections se rapprocheront.

Manoeuvres tous azimut

Cette question nous gêne car elle remet en question bien des acquis des luttes politiques en France, et ailleurs, en particulier,  le fait que la Gauche a été depuis des décennies au côté des mouvement sociaux et a représenté une soit disante alternative politique. Les faits nous ont montré le contraire quant à «l’alternative».

La mondialisation marchande aidant et la gestion du système marchand par cette même gauche qui s’est parfaitement, et sans état d’âme, coulé dans les habits du gestionnaire, nous obligent à revoir ce qui pour nombre d’entre nous était une évidence : la crédibilité de la Gauche pour ce qui est du «changement» et donc, par voie de conséquence, notre attitude à son égard dans les mobilisations. 

Si nous ne réagissons pas rapidement nous allons être pris de court, car les grandes manoeuvres ont commencé. Le PS et les Verts préparent les prochaines échéances électorales en se rencontrant régulièrement avec l’objectif avoué de «reconstruire une alternative à gauche», autrement dit la mise en place d’un «programme de gouvernement» suffisamment séduisant pour capturer l’électeur(trice). Dans cette optique un «forum» est prévu en octobre et devrait être consacré aux «relations entre les partis politiques et les mouvements et associations». Ca a au moins le mérite d‚être clair. Côté Verts, M. Lemaire reconnaît d’ailleurs, sans complexe, qu’il a «deux fers au feux», un vers le PS, l’autre «vers la gauche plus radicale». Ben voyons !!! Le rythme de ces forums sera alors régulier et y sont invités «toutes les familles politiques de la gauche qui souhaitent participer à l’alternative politique» : il va être intéressant d’observer qui va se bousculer au portillon d’entrée!

Côté PCF c’est encore plus croustillant : à l‚occasion du Conseil National du 24 mai il appelle de ses voeux une «construction politique à la hauteur» et précise «celle-ci ne peut plus se faire dans le jardin secret des formations politiques mais sur la place publique» : quel aveu !!! Il parait même qu’à cette occasion, le représentant de la LCR a été acclamé (la LCR est donc invitée à ce genre de truc et y va?) et le PS sifflé (Le Monde du 6/06/03) : quand on sait comment M.G. Buffet a remis aux postes stratégiques les vieux bureaucrates «Marchaiistes», on peut craindre quant à la qualité politique de ce nouveau souffle. La LCR feraient bien de se méfier et de ne pas être obnubilée par les déclarations d’amour des vieux chevaux de retour staliniens (même si la plupart se sont coupé les moustaches) et son obsession à rafler son électorat au PC.

Bref, tout cela pour dire qu‚on a intérêt à faire gaffe.

Le mouvement social est une chose trop sérieuse pour être laissé à la gauche.

Il est évident que la Gauche va nous refaire le coup classique de «en dehors de nous point de salut» : que pourrait-elle d‚ailleurs faire d’autre?

Allons nous une nième fois tomber dans le piège et/ou nous démerder de telle sorte que l’on soit obligé de voter pour elle, voire pour la droite pour éviter le FN ? Ce petit jeu ne va certainement pas fonctionner indéfiniment. Le problème de l’alternative politique ne se pose pas «avec la Gauche», mais bien «en dehors d’elle» sinon contre elle. Pourquoi? Parce qu’il est de notoriété publique, et l’expérience l’a montré, la Gauche (PC, PS, Verts, MRG) n’a rien à proposer d’alternatif : ses composantes ne sont que des gestionnaires du système marchand et ils se débrouillent pas mal dans cette fonction (au regard des principes de ce système évidemment !). La seule problématique qu’ils proposent est une démarche électorale d’alternance au pouvoir, comme si le changement des rapports sociaux était le changement de majorité à l’ Assemblée Nationale (???).

Notre radicalité dans l’analyse des contradictions et des limites du système marchand, ne peut pas faire aujourd‚hui l’économie d’une radicalité à l’égard des faux amis et autres récupérateurs de tout poils qui tournent autour du mouvement social pour en capter sa dynamique et la dévoyer dans des aventures sans lendemains (qui déchantent). Il ne s’agit pas ici d’ostracisme ou de sectarisme, il s’agit tout simplement de tirer les conséquences de ce que nous avons vécu.

Débattre avec ces gens représente un triple handicap:

- on se fatigue inutilement et on perd son temps

- on leur sert de caution aux yeux de l’opinion publique

- on entretien la confusion dans l’esprit de celles et ceux qui observent.

Ils ont le droit d’exister mais on a le devoir de les ignorer : je dirais même plus il faut les isoler et les réduire finalement à ce qu’ils sont, des gestionnaires d’un système qui nous conduit à notre perte.  Il vaut mieux pêcher par prudence plutôt que par confiance, à l’égard de bureaucrates qui nous ont trahis depuis plus d’un demi siècle.

Nous n’avons à avoir aucun contact avec les politiciens professionnels de ces partis, nous n’avons pas à les inviter à nos manifestations, pas plus que nous ne devons aller aux leurs. On ne joue pas dans le même champ. D’ailleurs une telle attitude permettra à leurs militants de base de prendre la mesure de leur erreur et de déserter ces organisations (les réduisant à quelques notables et bureaucrates) qui ne leur apporteront rien, sinon l’illusion de faire quelque chose en collant des affiches... et encore !!!

Il est par exemple ahurissant qu’ATTAC accepte de dialoguer, à Evian, dans un forum PS (qui ne s’est finalement pas tenu pour les raisons que l’on sait) : ceci montre le degrés de l’entrisme dont les organisations du mouvement social sont victimes de la part de la Gauche. Dans le même sens, mais à contrario, le refus par ces mêmes organisations de condamner formellement les incidents dont a fait les frais le PS à Evian, montre l’ambivalence, la gêne qui s’installent peu à peu quant à l’attitude à adopter vis-à-vis des partis de Gauche. Ne pas trancher sérieusement cette question (des rapports entre Gauche et mouvement social) aboutira inéluctablement à un assombrissement des objectifs du mouvement social, à sa stérilisation, son piétinement et à une cassure irrémédiable en son sein.

Croire que l’on fera évoluer ces partis c’est se bercer d’illusion. La croûte de bureaucratie qui les protège les met à l’abri de toute contamination progressiste. Ils représentent d’ailleurs une des solutions de rechange que ressort régulièrement le système marchand quand il est menacé ; en ce sens leur existence est parfaitement logique au même titre d’ailleurs que la plupart des syndicats qui ne sont là que pour «canaliser la colère des salariés» (ils le reconnaissent au demeurant) et éviter le pire pour le système marchand (voir le dernier mouvement social  mai-juin 2003).

Et alors?

Une fois dit tout cela, le plus dur reste à faire : présenter et préparer une alternative en dehors des canaux traditionnels de la politique politicienne.

D’abord s’entendre sur ce que l’on appelle le «changement». Il ne s’agit pas d’un changement de majorité au parlement, mais d’un changement de «rapports sociaux», autrement dit de la manière de produire et de distribuer les richesses. Ceci est généralement laissé dans le flou des exposés et discussions au profit d’une analyse sommaire de la situation politico-sociale et d’un discours sur les alliances politiques (?) en ce sens la plupart des «Forums» n’ont aucun intérêt stratégique et sont plus des«défilés de mode» pour les organisations qui s’y produisent que de réels lieux d’élaboration.

Ensuite initier, développer, soutenir, populariser les initiatives qui vont dans le sens du changement des rapports sociaux. De multiples initiatives existent, locales, nationalement et internationalement, inconnues pour la plupart et pourtant fort intéressantes, impliquants des citoyens-nes de base. Qui soutien ce genre d’initiatives? Personne. Qui en parle? Quasiment personne. C’est vrai que ce n’est pas médiatique, ce sont pourtant ces actions qui peuvent constituer le socle d’une prise de conscience et le matériau à un changement des rapports sociaux.   

Il est urgent enfin de fédérer les luttes, les luttes où l‚on se bat «contre» mais aussi où l‚on se bat «pour» (voir point précédent). Or l’organisation des luttes est laissée aux organisations syndicales traditionnelles dont on sait ce qu’elles en font. Mais que foutent encore des gens qui sont pour le changement dans des organisations comme la CFDT, FO ou la CGT ? vieux fantasmes de l’entrisme dont on peut aujourd‚hui apprécier l’efficacité, vieux relents d’ouvriérisme du siècle passé dont il est difficile de se débarrasser ? faut pas confondre «fidélité» avec «routine».

C’est dans cette problématique, et dans celle-ci seulement, que l’on peut parler d’une organisation (au sens large) politique du mouvement social. Si c’est pour construire une organisation politique avec quelques leaders d’organisations d‚extrême gauche qui «savent tout» (pléonasme), au côté de quelques bureaucrates de partis de gauche en manque de reconnaissance et de popularité ça n’a aucun intérêt.

C’est dans cette problématique que les «Forums» (c’est la mode aujourd’hui) prendront leur véritable sens et susciteront un intérêt autre que de curiosité ou de volontarisme militant, sympathique mais pas forcément efficace.

C’est tout pour cette fois. La lutte actuelle n’est pas encore terminée, consacrons nous y : mais il va être intéressant de voir comment elle va être habilement sabotée par les bureaucraties. L’été arrive profitons en pour faire le point et réfléchir.

 

Patrick MIGNARD

Toulouse le 9 juin 2003

 

Ecrit par libertad, à 23:24 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  10
23-02-06
à 03:46

blog123@yahoo.com

Very useful blog. Thank you.
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom