L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Maison de paille : la charpente (2ème partie )

Lu sur Passerelle Eco : "Dès les premières semaines de mon arrivée sur place, j'avais repéré dans la châtaigneraie les arbres à abattre pour les perches, les poutres et les poteaux de la charpente et de l'ossature. C'est en automne, quand la sève descend, qu'il faut couper les arbres pour faire du bon bois, et le meilleur moment, indiqué dans le calendrier lunaire, est en lune descendante, lorsque la constellation du lion est supersposée avec le signe du lion. J'ai donc scié les arbres au moment indiqué, puis les ai débardés à la main dans la pente, écorcés et lissés à la machette et à la râpe, et laissés à sécher quelques mois ...

Habituellement, les perches d'un teepee formant un triangle équilatéral. Comme je désirais obtenir un cercle de 7 m de diamètre au sol à l'intérieur du mur d'enceinte, j'ai du allonger les perches Pour pouvoir glisser les murs verticaux, j'ai du rallonger les perches et ouvrir l'angle. Pour cela, j'ai utilisé 6 perches de 9 m de long, afin d'obtenir une distance de 8,50 m du pied au plexus (= le croisement des perches).

Pour les hisser en position, nous étions 2. Les trois lourdes perches de base ont été levées une par une, à l'aide d'un treuil (tire-fort) fixé dans un arbre voisin, et appuyées côte à côte sur une branche horizontale à 7-8 m de hauteur. A 8,5O m du pied, une encoche avait été faite sur chacune, et les trois perches ont alors été liées à l'aide d'une corde solide. Le tripode est alors écarté de l'arbre, perche après perche, avec prudence vu le poids important de l'ensemble. Lorsque les perches sont assez écartées et stables, on les amène à leur emplacement définitif en les déplaçant une par une. Ensuite, nous avons fixé un treuil au plexus du tripode, ce qui nous permis d'ériger 3 autres perches.

Ces six perches en place ont alors été reliées, à 1 m sous le plexus, par une étoile à 6 branches. Une seconde étoile à 6 branches est fixée sur la première, décalée de 30°, et formant ainsi une étoile à 12 branches. Celle-ci sert de maintien à la charpente, de plate-forme pour travailler et de fixation des six dernières perches. En effet, sur les six pointes d'étoile libres viennent maintenant se fixer les extrémités des six autres perches, plus courtes que les précédentes et qui, s'arrêtant avant la toiture, ne la traversent pas. ( Illustration : l'étoile à 6 branches à l'intérieur d'un tipi. )

Douze poteaux verticaux ont ensuite été plantés en terre sur la périphérie du cercle de 7 m de diamètre, fixées par des chevilles sous chacune des douze perches, et deux supplémentaires à l'emplacement des portes. Puis, un deuxième cercle de 6 poteaux a été planté à 1,50 m du centre, pour supporter les poutres horizontales et radiales de l'étage, chevillées elles aussi.

Article publié dans Passerelle Eco n°8 - Photos par Jean Luc Girard

le 9 décembre 2003, par JLuc

Ecrit par libertad, à 18:30 dans la rubrique "Ecologie".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom