L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

MAGISTRATS : L'EXCEPTION SANS LA REGLE

Après les syndicats policiers qui trouvaient toutes les circonstances atténuantes à leurs collègues cogneurs - voir l'article « EXCUSES »- les magistrats, pris en flagrant délit d'incompétence dans l' « affaire Outreau » nous refont à quelques semaines d'intervalles, le même coup de «C'est pas nous, c'est le contexte ! ».

Dans une interview à Libération (2 décembre 2005), Denis SALAS, magistrat, enseignant à l'Ecole nationale de la magistrature nous refait la même démonstration que les policiers pour expliquer le désastre judiciaire.

DELIRIUM

Le dérapage des magistrats ? Il s'explique par le «contexte de l'affaire Dutroux» et la « pression concernant la poursuite des pédophiles ». Et il ajoute une phrase extraordinaire, à savourer lentement «Tout cela crée un contexte, la prudence dans une affaire de ce type peut paraître, dans l'imaginaire, dans la réaction populaire, comme une forme de faiblesse ».

Autrement dit, la force du juge et ce qui fonde sa décision ne résident donc pas dans sa manière de mener une enquête mais dans l'interprétation de l'imaginaire du public. Quel aveu !... et quelle angoisse pour tous les justiciables.

Mais ce n'est pas tout...

Sur le fonctionnement de la machine judiciaire, il nous précise : «Dans ce système, chacun valide la décision prise par le précédent magistrat. Ainsi, le juge d'instruction prend une décision d'incarcération qui est presque systématiquement validée par la chambre d'instruction. La tendance est à la validation, plutôt qu'à la critique. Le système fonctionne en vase clos, sans le regard du public, sans audience contradictoire. Donc, nous avons une vérité produite par des juges, pour des juges et qui verrouille le dossier ».

Et il s'empresse de préciser «C'est là-dessus qu'il faut aujourd'hui travailler plutôt que dans le sens de la recherche d'un coupable à l'origine de tous les dysfonctionnement dans cette affaire ».

Enfin dans les propositions qu'il préconise : « D'abord éviter de mettre l'accent sur la faute des uns et des autres, de chercher des boucs émissaires mais plutôt repenser le système. Il faudrait introduire des audiences réellement publiques et contradictoires pour que les magistrats ne soient pas uniquement entre eux durant l'instruction ».

Résumons nous : nous avons affaire à une machine judiciaire complètement délirante, bureaucratisée à l'extrême et irresponsable dans laquelle oeuvrent, au nom du peuple français, des individus irresponsables qui fondent leurs décisions, non pas sur des preuves, mais en fonction des pressions extérieures et de l'imaginaire de l'opinion publique.

Et c'est cette Justice que l'on nous dit de respecter ? C'est cette Justice qui se rend en notre nom ?. C'est cette Justice que l'on présente aux jeunes comme la garante des valeurs de la République ?...

LES MAGISTRATS VICTIMES DE LEUR METIER

Au-delà des problèmes de fonctionnements de l'appareil judiciaire, il y a la responsabilité des magistrats. D'ailleurs, Monsieur Denis SALAS a l'air de craindre particulièrement pour eux en la matière.
Les magistrats font un métier difficile. La belle affaire ! Ils sont évidemment les seuls dans cette société à être dans une telle situation.

L'enseignant, le chirurgien, l'éducateur, le démineur, le pilote de ligne,... et même la mère de famille, font des métiers ou ont des activités tout ce qu'il y a de facile et exempt de responsabilité.
On comprend alors que ces métiers d'irresponsables aient des comptes à rendre à la société. Seules les décisions des magistrats méritent d'être prises en considération. Ce sont des décisions tellement difficiles à prendre qu'il est tout à fait logique et naturel qu'ils puissent se tromper... et qu'ils n'aient aucun compte à rendre. Et puis rendre des compte à qui, à des magistrats ?...

D'ailleurs, comme le dit Monsieur SALAS, il y a le contexte qui explique tout, ou du moins l'essentiel. Seuls les magistrats travaillent dans un contexte, les autres citoyens n'ont pas ce poids sur leurs épaules et donc ont des responsabilités personnelles dans leurs actes et doivent les assumer. Les magistrats ne s'y trompent pas et tiennent rarement compte, dans leurs décisions, du contexte (puisqu'il n'y en a pas) dans lequel a agit le justiciable. Le seul contexte, comme dit Monsieur SALAS qui compte, c'est l'imaginaire de l'opinion publique. Nous voilà rassurés.

Mais il y a encore plus convainquant.

Dans l'affaire Outreau, c'est toute une chaîne de responsabilité (un des aspects du fameux contexte) qui est impliquée dans la décision... apparemment presque une centaine de magistrats. Comment pourrait-on sanctionner, exclure de la fonction publique, autant de personnages aussi respectables et importants ? C'est bon pour de vulgaires salariés de se faire virer, parfois par centaines, de l'entreprise quand on n'a plus besoin d'eux, mais des magistrats, vous n'y pensez pas !.. Sans parler des policiers, pseudo expert psychologues (« payés comme des femmes de ménages ») et services sociaux... Tout ce joli monde fait le gros dos en attendant que l'orage passe... et continue à « travailler » comme si de rien n'était.

Le nombre des personnes impliquées dans l'énormité et la monstruosité de la faute protège ses auteurs... Voilà de la bonne et efficace Justice. ! Voilà un excellent exemple de fonctionnement citoyen ! Voilà une excellente leçon pratique d'instruction civique pour les jeunes que l'on emmerde quand, en mobylette, ils ne mettent pas leur casque !


Bien évidemment tout le monde a tiré les leçons de cette lamentable affaire. Comme pour les banlieues,,...toutes les garanties sont, seront, assurées... C'est juré !

Demain on rase gratis !

Dormez en paix braves gens...On va réformer... On va affecter des crédits,... On va réhabiliter la Justice aux yeux des citoyens,... Bref... Comme on dit chaque fois après une catastrophe « Plus jamais ça »... Jusqu'à la prochaine.

Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 23:15 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  Hello
16-04-07
à 12:09

Pourriez-vous jeter un oeil à la vidéo des enfants roche sur
dailymotion ?

http://www.dailymotion.com/visited/search/roche/video/xbz4_affaire-al

C'est une video qui buzze pas mal sur le web et dans les forums, et si
vous voulez mon avis, le dossier de ces deux là est assez explosif
pour que le système judiciaire judiciaire français aie pas mal de
soucis à se faire.

Jetez donc un oeil, c'est édifiant et je suis sûr que ça peut donner
de sacrées idées à TOUTES sortes de personnes ou d'organisations ...

Amicalement,

Hulloh

Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom