L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Les dérives d’ATTAC . Nikonoff, sous marin du PCF fait surface…

On a pu s’interroger sur les raisons qui ont poussé B.Cassen, le premier président d’ATTAC, à coopter J.Nikonoff pour prendre sa succession.Bien sûr, il est de bon aloi au sein d’ATTAC, de ne pas faire état publiquement de son affiliation à tel ou tel parti politique. Mais lorsqu’il s’agit de présider une association comme ATTAC qui se veut transversale aux partis politiques, il n’est pas indifférent de savoir que celui qui est mis en place à une telle fonction est précisément membre de tel parti. Surtout lorsqu’il n’accède pas à cette fonction par la voie démocratique de l’élection par l’ensemble des adhérents. Une telle mise en place n’avait pas été d’ailleurs sans susciter alors bon nombre de réactions dubitatives voire négatives.

Il semble qu’on y voit un peu plus clair maintenant dans la stratégie qui devait conduire à la Présidence d’ATTAC , J.Nikonnoff, membre du parti communiste français. Chacun le sait, un certain nombre de groupes ATTAC départementaux se trouvent noyautés et pratiquement dirigés par des militants de la LCR.. Ne fallait-il pas enrayer de façon ou d’une autre un tel entrisme tellement contraire à l’esprit d’ATTAC ?


Qui mieux qu’un militant communiste du PCF était à même de le faire ? L’aversion phobique et récurrente du PCF pour tout ce qui le menace sur sa gauche et qu’il dénonce pêle-mêle comme « gauchiste » lui redonnerait à la fois une certaine crédibilité institutionnelle dans le petit microcosme politicien et le présenterait comme un élément incontournable et responsable d’une recomposition d’une gauche exsangue. Par ailleurs n’était-il pas dangereux de laisser croire qu’un mouvement comme ATTAC se trouvait peu ou prou noyauté par un parti s’affichant comme « révolutionnaire » sans s’être jamais confronté à la gestion des affaires publiques ? ATTAC ne s’en trouverait-il pas à terme gravement décrédibilisé ?


Le « pompage » par un parti irresponsable de ses meilleurs analyses concernant la mondialisation libérale n’introduirait-il pas à gauche une certaine confusion entre les partis à vocation de gouvernement et les partis à seule vocation contestataire… ?


D’autant que dans la débandade des partis « de la gauche plurielle » compromis avec la politique sociale libérale de Jospin, la déconfiture du PS et les atermoiements des Verts, on pouvait penser que même s’il s’était lui-même gravement compromis dans la politique mondialiste de l’ultra libéralisme dénoncé par ATTAC, le PCF, malgré ses scores électoraux désastreux (de l’ordre de 3% aux présidentielles) restait sans doute néanmoins le seul susceptible de rebondir.


Ayant touché le fond, n’était-il pas le mieux placé pour remonter à la surface jurant ses grands dieux qu’on ne l’y reprendrait plus ? ! On peut se tromper, non ? même si cela devient récurrent au PCF !… Cependant, doté d’infrastructures locales encore solides, encore honorablement représenté dans certaines collectivités territoriales, reconnaissant ses erreurs gouvernementales, proclamant haut et fort qu’il restait le seul garant et le héraut d’une vraie transformation sociale (sans pour autant dire, il est vrai, comment et avec qui il s’y prendrait, ni proposer, lors d’une prochaine alternance, ne serait-ce que les grandes options d’une véritable politique alternative), le PCF pouvait espérer devenir le fer de lance d’une reconstruction d’une gauche multipolaire et rendre l’espoir aux millions d’hommes et de femmes déçus par une « sociale démocratie » acquise au capitalisme et à l’économie de marché ultra libérale mondialiste.


Le PCF, fort de ses increvables militants, pouvait toujours rêver… ou du moins toujours « faire rêver » les « gens » ! Parti politique reconnu au sein du microcosme politicien, même s’il est de plus en plus rejeté et ignoré de ceux qu’il se dit avoir mission de regrouper, les petits, les pauvres, les ouvriers, les classes défavorisées et ghettoïsées des « banlieues », bref, ce que le chanoine Raffarin appelle la « France d’en bas », le PCF reste un parti respectable dans la course au pouvoir, même s’il n’est plus guère respecté par les « gens ». Il faudra encore compter avec lui lorsque les Français, épuisés et lessivés par quelques années de gouvernement-MEDEF, voudront émerger du marasme social dans lequel l’aura plongé la girouette Chirac pour qui tous les partis de gouvernement avaient appelé à voter en avril 2002. Et en prévision d’échéances qui ne manqueront pas de survenir, le PCF a des cartes à jouer. N’ayant constitué qu’un force d’appoint dans la sociale démocratie du PS, il peut, plus aisément que ce dernier, toute honte bue et relevant la tête pour la nième fois, se dédouaner des raisons de l’échec de la « gauche ».


Mais dans la perspective d’une refondation d’une nouvelle gauche, les partis de l’ancienne « gauche plurielle » doivent désormais compter avec la montée en puissance d’une « extrême gauche » qui a ravi aux partis de gouvernement plusieurs millions d’électeurs désabusés et déçus. Or ces partis, essentiellement le LCR et LO constituent un vrai danger pour les partis représentés à l’Assemble Nationale. L’un d’entre eux, la LCR s’est mis en tête d’investir une association qui refuse d’entrer dans le jeu politicien mais dont les analyses économiques et sociétales constituent des outils de qualité pour mettre en cause le système néo-libéral capitaliste mondialiste. En l’absence de tout programme crédible de gouvernement, de telles analyses, mêmes si elles sont souvent dévoyées au profit d’une démagogie révolutionnaire irresponsable, donnent à la LCR un semblant de crédibilité même si ses cadres sont davantage issus du secteur tertiaire ou du secteur public que des « masses laborieuses ».


Le style et les objectifs « révolutionnaires » affichés de ces partis qui, bien qu’ils disent se situer à la gauche du PCF, sont constitués selon les mêmes principes que les partis politiques traditionnels (structure pyramidale, hiérarchique, corpus de « doctrine » défini au sommet par un Organe central, centralisme « démocratique », discipline de parti etc.) représentent des concurrents non négligeables dans la course au pouvoir, ne serait-ce que par les voix qu’ils prennent à la « gauche respectable ». Parce qu’ils fonctionnent comme lui, parce qu’ils se proclament « communistes », ils ne peuvent pas ne pas être des adversaires redoutables pour le PCF. Parce qu’ils acquièrent une audience certaine dans les couches « populaires », ils constituent la cible première d’un Parti Communiste Français.


Or, que de tels militants investissent durablement un mouvement comme ATTAC est aussi dangereux pour ATTAC que pour le PCF. Le noyautage de la LCR, programmé au sommet, est redoutable pour ATTAC qui continue d’affirmer son refus de s’engager politiquement et sa vocation d’éducation citoyenne. Mais il l’est aussi pour le PCF qui paraît rester à la traîne de la critique altermondialiste.


On comprendra qu’il était difficile à un universitaire comme B.Cassen qui se refusait à entrer dans quelque jeu politicien que ce soit et qui affirmait bien haut qu’ATTAC est un mouvement ouvert à tous, de s’engager dans une lutte frontale contre des « gauchistes » ou des « extrémistes » en dénonçant l’entrisme d’un parti politique qui par ailleurs trouvait dans ATTAC des outils pertinents d’analyse économique, ce dont on ne pouvait d’ailleurs que se réjouir. Mais se servir d’ATTAC comme d’un tremplin d’attrape gogos ou comme une plate forme de propagande pour son propre développement devenait inacceptable et décrédibiliserait le mouvement. Conscient de la difficulté, B.Cassen préférait faire faire le ménage par un autre que lui. C’est ainsi que fut coopté J Nikonoff.


Qu’hier Nikonoff réponde à l’invitation de Chirac pour bavarder avec lui à l’Elysée sur la mondialisation libérale, on peut le comprendre, lui qui en avril dernier avait voté et appelé à voter pour lui ; il s’agissait alors pour une gauche plurielle sonnée et défaite de mettre en scène le psychodrame nécessaire pour que les apparatchiks de tous les partis, du PS à la LCR, gardent leur troupes en main, ou ce qui l’en restait, en vue d’une alternance qui finirait bien par se produire un jour. Avouons cependant qu’on était déjà là au début d’une dérive politicienne qui s’accroît de jour en jour. ATTAC est un mouvement qui regroupe une majorité d’hommes et de femmes qui, bien qu’ayant une conscience politique personnelle, n’ont jamais adhéré à un parti politique ou bien l’ont quitté par refus d’embrigadement institutionnel ou idéologique, mais aussi parc qu’ils ont conscience que l’ère de « Partis » touche à sa fin. ATTAC est composé de citoyens adultes qui n’ont que faire de mises en garde ou de consigne de vote émanant de « dirigeants » et dont la majorité recherche et explore de nouvelles voies permettant de « changer  la société » sans forcément « prendre le pouvoir », du moins tel qu’il s’exerce aujourd’hui.


Or, donner des consignes de vote à des gens qui considèrent la démocratie représentative, telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée, comme une démission citoyenne, entrer dans un jeu de tactique politicienne totalement inefficace quant à la naissance d’une « autre façon de faire de la politique », proférer des « mise en garde » envers des groupes qui ont l’ambition de fonctionner « autrement » en instaurant des nouvelles structures de participations responsables, constituent des régressions majeures dans la volonté affichée d’instaurer un « autre monde » et une « autre société ».


Quoi d’étonnant qu’ATTAC soit ainsi invité en rentrer dans le rang du conformisme politique par un membre d’un Parti qui n’a rien appris de ses échecs ni rien oublié de ses compromissions avec le pouvoir étatique en plus de cinquante années d’Histoire !


Que Jacques Nikonoff fustige aujourd’hui, les éternels « gauchistes » (entendez des groupes ou des individus « irresponsables » qui ont le tort de cheminer et de penser librement dans l’exploration de nouvelles voies sociétales et bien dont les idées ne sont pas moulées dans un cadre idéologique bien repérable ou pré mâchées par des idéologues patentés ) dans les mêmes termes et pour les mêmes raisons que tous les communistes l’ont fait depuis toujours, cela devient intolérable.


Le sous-marin du PCF Nikonoff est en train de faire surface, lui qui m’écrivait dernièrement que son appartenance du PC ne regardait que lui, au même titre que ses convictions religieuses, confirmant par là, si besoin en était, que le communisme peut toujours être assimilé à une religion et le PCF à une Eglise … Mais de cette église et de cette religion, les Français n’en veulent plus. Les partis politique, écuries de la course au pouvoir, ont fait faillite. Il faut trouver d'autres façon de « faire de la politique », de faire participer les citoyens au choix de société qui commandent leur destin et l’avenir du monde. Inversant la course folle d’une croissance délétère destructrice de l’Homme et de la nature, ceux qui ne désespèrent par de l’Homme doivent explorer de nouvelles voies de vie en société, tant au plan économique qu’au plan politique.


Lorsque J.Nikonoff m’écrivait dernièrement qu’il fallait se méfier du noyautage d’ATTAC par les partis politiques (entendez la LCR), je comprends mieux aujourd’hui que c’était une façon comme une autre de donner le change. Mieux vaut sans doute pour lui bien évidemment qu’ATTAC contribue à constituer la nouvelle plate forme idéologique d’un PCF relooké et à apporter du sang neuf à un parti exsangue. Mais peut-on ressusciter un cadavre, même s’il bouge encore. Peut-on mettre du vin nouveau dans de vieilles outres ?


On vous remercie de vos conseils, Monsieur Nikonoff. Mais nous n’avons pas besoin de vos consignes tacticiennes et n’avons que faire de vos conseils institutionnels. Nous sommes de grands garçons et de grandes filles. Nous avons passé notre vie à lutter contre l’injustice d’une société » fondée sur le Fric.


Certes, il ne faut pas opposer les « forces sociales » au politique, mais aujourd’hui il faut prendre acte que les forces sociales s’opposent bel et bien à LA politique, j’entends celle des partis politiques qui se sont tous discrédités et prostitués avec un capitalisme ultra-libéral vis à vis de qui ils ne proposent aucune alternative crédible.


Or, sachez le bien ce sont bien ces forces sociales, dégoûtées de la politique politicienne et que vous stigmatisez comme « gauchistes » qui sont le fer de lance de cette véritable alter mondialisation que vous appelez de vos vœux pieux. Comme l’étaient les forces sociales de mai 68 que vous avez obligé de rentrer dans le rang ! Ce sont bien ces forces sociales qui veulent changer le monde sans prendre le pouvoir, bref, créer un nouvelle société.


Je persiste à penser (ou à espérer) que la grande majorité des adhérents d’ATTAC n’adhère à aucun parti politique et ont de bonnes raisons pour cela. Il ne faudrait pas que tel ou tel parti en « profite » pour y « faire son beurre » et se refaire, au delà de décennies d’erreurs et de compromissions, une sorte de virginité politique aux yeux des millions de « gens » qui ont de bonnes raisons eux aussi de se détourner de tout engagement au sein d’un parti, quelqu’il soit.

André Monjardet septembre 2003

Ecrit par libertad, à 16:55 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  Anonyme
25-08-05
à 22:13

 

Cher monsieur André MONJARDET,
votre article est apparu dans l'année 2003 , moi je le lis aujourd'hui 24.08.2005 et je dis que vos affirmations sont très ambiguës et déformatrices.
Vous êtes un DIVISEUR.
Que croyez-vous que les gens attendent d'ATTAC, sinon une politique qui les éclairera et les aidera à suivre une vie digne.
J'espère que vous n'avez pas été trop lu par LE PEUPLE "manipulé" par J. NIKONOFF pour qu'il n'arrive pas être dévié dans ses orientations, les plus salutaires et honorantes de partage, de fraternité et de justice universelles.
Votre discours peut tromper "les innocents" mais pas tout le monde.
La renaissance du PCF serait souhaitable, puisqu’elle est celle(et la seule) basée sur le "SYSTEME ECONOMIQUE SCIENTIFIQUE seul EXISTANT"= LE MARXISME (qui avait - Marx - un cerveau naturel, qui fonctionnait naturellement, avec des visions naturelles, sur des données naturelles)
(mais peut -être vous avez des difficultés a comprendre, cela ne m'étonnerait pas).
Le naturel de MARX n'a pas été compris par beaucoup de gens, même par ceux qui ont vécu un système conforme à sa vision (parce que des FAUX libérateurs ont saboté le système, tout comme vous).
Ils ne l’ont compris qu'après le renversement de ce système, quand ils sont tombés dans les mécanismes pervers de l’économie " capitaliste " dite aujourd’hui " liberale " comme celui de la "diminution des coûts" qui a apporté le "chômage", quand ils voient que "l'école est devenue une caricature" donc ils n'ont plus d'éducation, pas de culture, pas de santé, pas de paix , plus RIEN, mais plus de dettes donc des charges à la place des droits (extorqués, spoliés, exploités = crime contre l'humanité = ultra-libéralisme) ce que Marx avait prévu.
Marx est le SEUL analyste et chercheur économique réaliste. Puisque tout ce qu’il a conçu est le NATUREL même, de "l'analyse et de l'étude" de la société et de l'évolution de notre civilisation, et pour un parcours de "conscience de paix et de bien-être UNIVERSELS" que les gens auraient dû COMPRENDRE, mais que des infiltrés (comme vous qui êtes un anarchiste?!?! ou ultra-libéral avec un discours "caméléonicien" particulier à tous ceux de votre espèce).
Heureusement qu'il y a un MARX, un NIKONOFF.
NOUS LES FRANCAIS (et toute la planète avec nous)AVONS BESOIN D'EUX. Quand vous parlez, ne prenez plus la place de tout un peuple... VOUS N'ETES PAS LE PEUPLE FRANCAIS.

Mes cordiales salutations,

une COMMUNISTE D'ATTAC.

(j'ai déjà déniché plusieurs ultra-libéraux à ATTAC -pas si difficile que cela- pour cela vous ne voulez pas de politique et de drapeau rouge, et de PC et de Nikonoff, et vous n'êtes pas le seul, mais les choses se décanteront d'elles-mêmes et resteront ceux qui sont DES VRAIS, le temps parlera).

Répondre à ce commentaire

  moustache anti-stale
25-06-06
à 11:36

Re:



EN REPONSE A L’ARTICLE D’UNE COMMUNISTE D’ATTAC (25-08-05
à 22:13 ), Voici un lettre récente dernière AG d’ATTAC qui confirme le danger que représente les couillons staliniens pour notre mouvement d’éducation populaire !

 




Une crise sans précédent traverse notre association. En effet des soupçons graves sur la validité de l'élection des représentants des adhérents ont pesé sur nos débats. Nous avons été avertis par plusieurs statisticiens du conseil scientifique et des bénévoles qui ont participé au dépouillement des conditions peu rigoureuses du dépouillement du scrutin par correspondance et d'anomalies graves ayant entraîné l'éviction de 5 candidats désignés par Susan George, dont 2 d'Attac Pays d'Aix, Les procédures elles-mêmes nous paraissent contestables, notamment la divulgation avant la clôture du scrutin global non seulement du vote pour la liste des fondateurs (66 % des suffrages), mais aussi des totaux partiels pour les candidats membres actifs dès le 13 juin, l'ouverture des plis non suivie de dépouillement (le 13 juin) et le stockage de bulletins sans surveillance pendant la nuit du 13 au 14 juin, le dispositif des votes par procuration, etc.

Devant les sérieux doutes pesant sur l'élection des représentants des adhérents, par souci d'éthique, de démocratie et de transparence, et afin de ne pas légitimer un CA dont l'élection était entachée de graves soupçons d'irrégularité, les 11 élus fondateurs et les 9 élus membres actifs ayant soutenu la liste des fondateurs – dont Christelle Baunez (13) et Isabelle Mercier (04) ont fait une déclaration commune samedi après-midi, après la proclamation des résultats par Susan George. Ils ont annoncé qu'ils suspendaient leur participation au CA tant qu'une expertise indépendante n'aurait pas rendu son verdict sur la sincérité du scrutin ; ils ont demandé la mise en place d'une commission provisoire paritaire remplaçant le CA ; et ont indiqué que leur travail de militants se poursuivait tant dans les comités locaux, que les commissions ou le conseil scientifique.

Si les soupçons sont confirmés, de nouvelles élections seront inévitables et devront être organisées au plus vite. Des tableaux chiffrés mettant en évidence les anomalies de dépouillement ont été distribués en AG. Mais ils ont été refusés par bon nombre de participants, qui déniaient toute éventualité d'anomalie dans le brouhaha le plus complet. Bernard Cassen a pourtant reconnu lui-même que les conditions de dépouillement n'avaient pas été optimales. Il a indiqué que nous en portions tous la responsabilité et a proposé une motion  adoptée sur le champ à une grande majorité  permettant notamment d'engager des études statistiques sur le scrutin et d"'informer les adhérents. Malgré cela, il a déclaré légal et légitime le nouveau CA et le maintien de sa convocation pour le soir même, tout en négligeant d'appliquer la clause de parité, un engagement qu'avaient pourtant pris certaines élues, à présent en surnombre (17 femmes pour 7 hommes). Il faut savoir que le respect de cet engagement aurait entraîné l'éviction du CA de 4 femmes « pro-Nikonoff » sur 5, au profit de 3 hommes soutenus par Susan George sur les 5 « repêchés pour parité ». Cette hypothèse n'a donc jamais été soulevée. De la même façon, toute idée de coprésidence a été écartée, une résolution qu'avait pourtant votée la dernière AG de La-Roche-sur-Foron.

Le nouveau CA est donc réuni le samedi soir à 22 membres  au lieu de 42 et les 15 votants présents ont réélu Jacques Nikonoff président et Cécile Guillerme trésorière. Il a aussi été décidé de modifier l'ordre du jour de l'AG du dimanche et programmé une réunion des adhérents "de base" présents, en excluant les adhérents appartenant au conseil d'administration, au conseil scientifique ou au collège des fondateurs, ainsi que la presse. Cette dernière réunion a sollicité la rédaction de 4 pages explicatives quant à la position politique des deux "clans": 2 pages pour le "clan Nikonoff" et 2 pages pour le "clan des fondateurs".

Enfin, une nouvelle réunion du CA a été convoquée pour le samedi 24 juin avec, entre autres, à l'ordre du jour ce qui s'est appelé pudiquement « les suites de l'AG », en référence à la demande d'expertise sur les élections.



Devant la volonté évidente du nouveau CA restreint de ne pas répondre aux demandes légitimes de presque la moitié de ses membres élus, dont une majorité de membres fondateurs, et de nombreux adhérents présents;

Devant la crise d'une gravité extrême que traverse Attac, dont les positions se radicalisent en deux tendances, celle des « pro-fondateurs » pour une Attac ouverte et pluraliste, et celle des « pro-Nikonoff / Cassen / Dessenne » pour une Attac « identitaire », constituée seulement de ses adhérents individuels ;


-Nous appelons tous les adhérents, quelle que soit leur fonction dans l'association, à s'informer, à se concerter, pour demander des explications au CA sur la transparence et l'honnêteté des élections, ainsi que sur les engagements non tenus.

-De la même manière, le collège des fondateurs et le conseil scientifique vont se réunir tout prochainement pour analyser ce qui s'est passé et tenter de trouver une solution.

-Nous nous tenons, quant à nous, à votre disposition pour tout éclairage supplémentaire et pour réfléchir ensemble aux propositions que nous pourrions faire. Vous trouverez ci-joint le texte de déclaration des élus au CA suspendant leur participation, ainsi qu'un tableau chiffré indiquant les anomalies relevées.

- Signataires : Christelle Baunez (Marseille), Claudine Blasco (Aix-en-Provence), Isabelle Bourboulon (Forcalquier), Valérie Brulant (Aix-en-Provence), Isabelle Mercier (Forcalquier), Raphaël Pradeau (Aix-en-Provence), Henri Saint-Jean (Marseille), Marcel Siguret (Marseille)

Répondre à ce commentaire

  moustache anti-stale
25-06-06
à 11:39

Re:



EN REPONSE A L’ARTICLE D’UNE COMMUNISTE D’ATTAC (25-08-05
à 22:13 ), Voici un lettre récente dernière AG d’ATTAC qui confirme le danger que représente les couillons staliniens pour notre mouvement d’éducation populaire !

- Assemblée générale d'Attac-France 2006:

- Nous y étions et nous sommes en colère!

Une crise sans précédent traverse notre association. En effet des soupçons graves sur la validité de l'élection des représentants des adhérents ont pesé sur nos débats. Nous avons été avertis par plusieurs statisticiens du conseil scientifique et des bénévoles qui ont participé au dépouillement des conditions peu rigoureuses du dépouillement du scrutin par correspondance et d'anomalies graves ayant entraîné l'éviction de 5 candidats désignés par Susan George, dont 2 d'Attac Pays d'Aix, Les procédures elles-mêmes nous paraissent contestables, notamment la divulgation avant la clôture du scrutin global non seulement du vote pour la liste des fondateurs (66 % des suffrages), mais aussi des totaux partiels pour les candidats membres actifs dès le 13 juin, l'ouverture des plis non suivie de dépouillement (le 13 juin) et le stockage de bulletins sans surveillance pendant la nuit du 13 au 14 juin, le dispositif des votes par procuration, etc.

Devant les sérieux doutes pesant sur l'élection des représentants des adhérents, par souci d'éthique, de démocratie et de transparence, et afin de ne pas légitimer un CA dont l'élection était entachée de graves soupçons d'irrégularité, les 11 élus fondateurs et les 9 élus membres actifs ayant soutenu la liste des fondateurs – dont Christelle Baunez (13) et Isabelle Mercier (04) ont fait une déclaration commune samedi après-midi, après la proclamation des résultats par Susan George. Ils ont annoncé qu'ils suspendaient leur participation au CA tant qu'une expertise indépendante n'aurait pas rendu son verdict sur la sincérité du scrutin ; ils ont demandé la mise en place d'une commission provisoire paritaire remplaçant le CA ; et ont indiqué que leur travail de militants se poursuivait tant dans les comités locaux, que les commissions ou le conseil scientifique.

Si les soupçons sont confirmés, de nouvelles élections seront inévitables et devront être organisées au plus vite. Des tableaux chiffrés mettant en évidence les anomalies de dépouillement ont été distribués en AG. Mais ils ont été refusés par bon nombre de participants, qui déniaient toute éventualité d'anomalie dans le brouhaha le plus complet. Bernard Cassen a pourtant reconnu lui-même que les conditions de dépouillement n'avaient pas été optimales. Il a indiqué que nous en portions tous la responsabilité et a proposé une motion  adoptée sur le champ à une grande majorité  permettant notamment d'engager des études statistiques sur le scrutin et d"'informer les adhérents. Malgré cela, il a déclaré légal et légitime le nouveau CA et le maintien de sa convocation pour le soir même, tout en négligeant d'appliquer la clause de parité, un engagement qu'avaient pourtant pris certaines élues, à présent en surnombre (17 femmes pour 7 hommes). Il faut savoir que le respect de cet engagement aurait entraîné l'éviction du CA de 4 femmes « pro-Nikonoff » sur 5, au profit de 3 hommes soutenus par Susan George sur les 5 « repêchés pour parité ». Cette hypothèse n'a donc jamais été soulevée. De la même façon, toute idée de coprésidence a été écartée, une résolution qu'avait pourtant votée la dernière AG de La-Roche-sur-Foron.

Le nouveau CA est donc réuni le samedi soir à 22 membres  au lieu de 42 et les 15 votants présents ont réélu Jacques Nikonoff président et Cécile Guillerme trésorière. Il a aussi été décidé de modifier l'ordre du jour de l'AG du dimanche et programmé une réunion des adhérents "de base" présents, en excluant les adhérents appartenant au conseil d'administration, au conseil scientifique ou au collège des fondateurs, ainsi que la presse. Cette dernière réunion a sollicité la rédaction de 4 pages explicatives quant à la position politique des deux "clans": 2 pages pour le "clan Nikonoff" et 2 pages pour le "clan des fondateurs".

Enfin, une nouvelle réunion du CA a été convoquée pour le samedi 24 juin avec, entre autres, à l'ordre du jour ce qui s'est appelé pudiquement « les suites de l'AG », en référence à la demande d'expertise sur les élections.

Devant de telles pratiques, les engagements non tenus, les résolutions non appliquées et les graves soupçons de dérives antidémocratiques et irrégulières qui mettent en péril la crédibilité, la cohésion et les objectifs mêmes de notre association ;

Devant la volonté évidente du nouveau CA restreint de ne pas répondre aux demandes légitimes de presque la moitié de ses membres élus, dont une majorité de membres fondateurs, et de nombreux adhérents présents;

Devant la crise d'une gravité extrême que traverse Attac, dont les positions se radicalisent en deux tendances, celle des « pro-fondateurs » pour une Attac ouverte et pluraliste, et celle des « pro-Nikonoff / Cassen / Dessenne » pour une Attac « identitaire », constituée seulement de ses adhérents individuels ;

-Nous appelons tous les adhérents, quelle que soit leur fonction dans l'association, à s'informer, à se concerter, pour demander des explications au CA sur la transparence et l'honnêteté des élections, ainsi que sur les engagements non tenus.

-De la même manière, le collège des fondateurs et le conseil scientifique vont se réunir tout prochainement pour analyser ce qui s'est passé et tenter de trouver une solution.

-Nous nous tenons, quant à nous, à votre disposition pour tout éclairage supplémentaire et pour réfléchir ensemble aux propositions que nous pourrions faire. Vous trouverez ci-joint le texte de déclaration des élus au CA suspendant leur participation, ainsi qu'un tableau chiffré indiquant les anomalies relevées.

- Signataires : Christelle Baunez (Marseille), Claudine Blasco (Aix-en-Provence), Isabelle Bourboulon (Forcalquier), Valérie Brulant (Aix-en-Provence), Isabelle Mercier (Forcalquier), Raphaël Pradeau (Aix-en-Provence), Henri Saint-Jean (Marseille), Marcel Siguret (Marseille)
Répondre à ce commentaire

  flippy
27-06-06
à 14:07

Re: Re:

mais....
que vient faire cette association réformiste ici ???

Répondre à ce commentaire

  satya
27-06-06
à 20:29

Re: Re: Re:

c'est pas moi !! promis :D
Répondre à ce commentaire

  LordPepper
28-06-06
à 00:46

Re: Re: Re:

C'est Libertad qui fait du prosélytisme !

Oh, c'est bon, si on peut plus plaisanter... ;)

Répondre à ce commentaire

  satya
28-06-06
à 14:06

Re: Re: Re: Re:

moi j'aime bien plaisanter, mais bon en général tu sais ce que l'on dit, pas sur le dos des autres; on a tous notre histoire et on fait tous de notre mieux avec ce qu'on est et ce que l'on a. restons réalistes et humains, non ;)

en attendant, c'est pénible de voir qu'il n'y a encore qu'un son de cloche, ce qui démontre bien l'aggressivité de certains qui n'hésitent pas à s'étaler dans toutes les presses !!!

d'ailleurs ces derniers temps on n'entends plus personne des travailleurs/ses du sexe se "révolter" contre les lois de sarko et les abolitionistes, sont trop occupéEs à bosser, le fric mène vraiment les gens par le bout du nez !!!

je dis toujours que les gens qui se contentent d'un seul son de cloche sont responsables , autoriser la manipulation est une responsabilité de chacun amha !! et je trouve que c'est dingue le nombre de personnes qui semblent avoir perdu la faculté de poser des questions simples, je suppose que c'est l'effet de la pensée unique institutionalisée qui fonctionne, pas évident d'être "différentE" dans nos sociétés actuellement, on finit par crever misérable dans un trou, faut déjà oser le vivre ;)
Répondre à ce commentaire

  Didier DORNEL
30-09-06
à 14:01

Re: Démission !!

Bonjour,

J'ai lu quelque part : "je trouve que c'est dingue le nombre de personnes qui semblent avoir perdu la faculté de poser des questions simples".

C'est vrai, et c'est pourquoi je pose une question claire : Après la fraude avérée, quand le (encore) président NIKONOFF démissionnera-t-il de la présidence d'ATTAC-France ?

Cordialement.

Répondre à ce commentaire

  satya
30-09-06
à 16:09

Re: Re: Démission !!

il a déjà annoncé qu'il ne se représentera pas lors des prochaines élections.
de toutes façons cela fait un moment qu'il n'y a plus ni ca ni bureau mais un comité et on peut sérieusement se demander combien d'adhréents en réalité sont restés !

c'est la fin de toutes façons, ceux qui veulent le pouvoir (et ils sont plusieurs) continuent de se déchirer et s'acharnent sur les restes de la proie (je parle de l'asso) !!


Répondre à ce commentaire

  Patrick MIGNARD
30-09-06
à 19:43

Je trouve cet article particulièrement clairvoyant et pertinent. Je partage tout à fait l'analyse d'André MONJARDET.

Quant au commentaire qui suit, que dire ?  Il est affligeant d'obscurantisme et de bêtise et apporte par là même de l'eau au moulin de MONJARDET. 

Répondre à ce commentaire

  satya
01-10-06
à 11:27

Re:

en effet, mais en attendant, il est "intéressant" de constater que deux assos comme attac et ac qui avaient un réseau large et actif sont juste en ce moment toutes deux en pleine explosion !

ça en arrange plus d'unE !
Répondre à ce commentaire

  Patrick MIGNARD
01-10-06
à 22:14

Re: Re:

Et oui ! C'est exact, mais alors profitons de l'occasion pour en tirer des leçons... Comment se fait-il que de telles associations, qui ont soulevé tant d'espoir dégénèrent aussi rapidement ? Que valent réellement leur engagement, aussi sérieux et crédible soit-il au début ? Que valent les réseaux qui les entourent ? Sur quelles pratiques fondent-elles leur "légitimité" au regard de leurs engagements et de leurs objectifs ?

Tant que nous ne nous poserons pas ces questions, tant que nous aurons une démarche purement organisationnelle, les mêmes causes produiront les mêmes effets.

Répondre à ce commentaire

  satya
01-10-06
à 22:33

Re: Re: Re:

oui, je suis d'accord et en ce qui me concerne, quand j'ai lu les statuts et vu les modes de fonctionnements, je savais qu'une lutte de pouvoirs serait inévitable et également une porte ouverte pour toutes les manipulations à n'importe quel moment.
j'ai voulu voir cela de plus près de l'intérieur.

je pense qu'attac contenait dans ses structures mêmes sa propre perte.
il y a eu une reproduction de méthodologies qui enferment et détruisent, totalement identiques aux mêmes utilisées par des partis ou les syndicats.
d'ailleurs une autre conséquence directe de cela et qui exprime ses échecs est très certainement avoir fait preuve d'un manque total de démocratie et une inabilité importante à savoir communiquer avec la population.

en fin de parcours, je ne me suis pas trompée, mais de plus j'ai pu vérifier que mes conceptions de la démocratie et d'éducation populaire, du partage des savoirs; ne correspondent pas à l'organisation installée.
je sais que certaines organisations et méthodologies sont importantes à mettre en place à la base pour conserver ce genre de fonctionnements: elles n'y étaient aucunement dans attac.




Répondre à ce commentaire

  delphine314
09-04-07
à 01:00

Re: Re:

Certains groupes ne 'sen sortent pas si mal ( révision des statuts) et ont bien compris leur nécessité d'indépendance surtout en ce moment, y compris des militants de la LCR et de LO, et se construisent autour d'études rassembleuses( en cette période), reste la perte de militants.... Attac Orne semble assez forte, non?
Répondre à ce commentaire

  Daniel Charlier
07-05-07
à 01:35

Quelle tristesse!

N'y a-t-il pas autre chose à faire que de se diviser sur ces gamineries?

Sans être membre d'un parti, je suis sympathisant de la LCR belge. Je ne m'adresse pas uniquement ici à l'auteur de l'article (très instructif) mais à tous les protagonistes de cette gueguèrre.

J'ai eu le coup de foudre pour Monsieur Jacques Nikonoff en lisant ses articles sur la Charte de la Havane, dont l'application devrait selon moi devenir la revendication prioritaire de tout le mouvement social. Je n'ai que faire qu'il appartienne au "camp adverse", ça me parraît même tellement absurde de l'écrire. J'airais du utiliser davantage de guillemets.

Si votre priorité est de faire monter vos couleurs dirigez-vous vers les groupes de suporters d'équipes de foot, en attendant d'avoir un jour la maturité suffisante pour contribuer à l'amélioration de la société.

Répondre à ce commentaire

  Anonyme
07-05-07
à 12:54

Re: Quelle tristesse!

En fait, ils ont choisi la politique car ils ne comprenaient rien à la règle du hors-jeu. Et puis, le foot, c'est bien connu, c'est pas pour les bobo...
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom