L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

LES « AVANTAGES » COLLATERAUX DU TERRORISME

La pratique politique du terrorisme est non seulement éthiquement condamnable mais aussi, en soi, politiquement absurde. Une fois que l’on a dit cela, on a dit l’essentiel, mais on n’a pas tout dit.

 

Le terrorisme est une pratique politique qui, si elle ne peut historiquement atteindre, seule, ses fins, n’en est pas moins un élément sur l’échiquier politique de la société qu’elle frappe. A son action la société réagit d’une manière qu’il est intéressant d’examiner car elle est un révélateur de ce qu’elle est réellement.

 

 

L’ATTITUDE AMBIVALENTE DE L’ETAT

 

 

Passons sur la vision naïve de l’Etat qui se fonde sur la croyance en sa neutralité à l’égard des structures économiques et sociales de la collectivité.

 

L’Etat n’est évidemment pas neutre et est le garant de la structure existante, aujourd’hui le système marchand fondé sur le salariat. Il est donc dans sa fonction de faire en sorte que ce système fonctionne. Le problème c’est que ce système est essentiellement fondé sur l’instrumentalisation de l’individu (voir les articles « LE TRAVAIL EN QUESTION »), ce qui inévitablement crée une situation conflictuelle. C’est cette situation conflictuelle que l’Etat doit gérer afin qu’elle ne soit en aucun cas un obstacle à ce qui constitue le fondement du salariat : la valorisation du capital.

 

L’Etat est donc tiraillé entre deux attitudes : l’une qui consiste à favoriser la valorisation du capital, l’autre à gérer les contradictions (conflits sociaux) que cette action génère. Ce que l’on appelle la politique de l’Etat c’est cette double action qui évolue au fil des évènements, des rapports de forces, des nuances dans l’idéologie du personnel politique.

 

La tendance logique de l’Etat est de se donner les moyens politiques, juridiques, administratifs et idéologiques de contrôler la situation afin que le système fonctionne avec le minimum d’accrocs et de conflits et ce d’autant plus que ses marges de manœuvres s’amenuisent et les contradictions s’accroissent.

 

Paradoxalement la présence du terrorisme peut lui faciliter la tâche.

 

 

L’EXTENSION (INESPEREE) DE LA CRIMINALISATION

 

 

Tout le monde sait qu’une période de tension est propice au renforcement de la législation, de même qu’après une série de catastrophes, on renforce les mesures de protection… ce qui n’est d’ailleurs pas forcément la meilleure solution, en effet on agit souvent plus sur la conséquence que la cause. En matière de terrorisme on procède exactement de la même manière

 

Le maître mot est le « <i>consensus </i>», mot magique qui fait rêver tous les dirigeants, mot qui matérialise leurs rêves les plus fous, celui d’une société où tous les conflits sont aplanis, disparus, où la population fait bloc avec ses dirigeants, bref, la société « idéale » où le salarié, et celui qui l’embauche quand il en a besoin, et le licencie quand il n’en a plus besoin, marchent la main dans la main.

 

Or, le terrorisme, par sa brutalité, l’irrationalité qu’il véhicule, l’aveuglement qui le caractérise, le nihilisme qu’il inspire, fait fusionner dans la même crainte, mais aussi la même détermination, les catégories sociales qui ont des intérêts opposés. C’est cette fameuse « union sacré » que sait si bien exploiter le nationalisme aux époques de tension internationale.

 

L’Etat n’a même plus à faire de gros efforts pour réaliser ce qui, en temps « normal », lui est quasiment impossible de réaliser : l’union nationale. Toutes et tous font bloc avec lui, lui demandant protection et détermination dans la lutte contre le nouveau fléau.

 

Le terrorisme jette aujourd’hui les citoyens dans les bras de l’Etat, comme au Moyen Age, la peste faisait se précipiter les fidèles dans les églises.

 

L’Etat n’en demande pas tant, mais il va sauter sur une occasion aussi exceptionnelle et répondre au besoin de protection au-delà de tous les espoirs mis en lui. «Vous voulez, du contrôle ? Vous allez en avoir ! »

 

La réponse au terrorisme nous est présentée comme essentiellement technique « plus de… ». Plus de contrôles, plus de fichages, plus de policiers,… Ce « plus de … » est bien entendu une contrainte supplémentaire (financière et en terme de libertés) pour le citoyen qui non seulement ne peut pas s’y opposer, mais encore fini par l’accepter « <i>faut bien en passer par là </i>», « c’est une contrainte nécessaire», «comment faire autrement ? ».entraînant ainsi, de manière générale, une soumission librement acceptée… ce qui encourage l’Etat à en rajouter.

 

On comprendra que cette situation est tout bénéfice pour l’Etat qui bien entendu en profite pour étendre son contrôle, porter atteinte aux libertés publiques et individuelles, ficher, contrôler… car l’arsenal juridique, policier, administratif, mis en place « contre le terrorisme » est acquis une fois pour toute et pourra servir pour tout autre chose que la « chasse aux terroristes » : par exemple le fichage des militants, des syndicalistes, des opposants aux OGM,… Car qui garanti les limites des dispositifs mis en place ? L’Etat et lui seul.

 

Ainsi la boucle est bouclée.

 

 

LES MEDIAS, INSTRUMENTS DE LA MISE EN CONDITION

 

 

Dans ce véritable conditionnement des citoyens, les médias jouent un rôle fondamental, faisant, soit dit en passant, une publicité tout à fait conforme aux objectifs des auteurs de tels actes… mais l’information est une marchandise et en tant que telle doit être servie bien emballée au consommateur.

 

De même que les feux de forêt, les tsunamis, le Tour de France ou les Jeux Olympiques sont d’extraordinaires points de fixation et d’abrutissement de l’opinion publique, les actes terroristes mobilisent cette même opinion au point de lui faire oublier sa situation. Dit plus brutalement : « Pendant les actes terroristes, les affaires continuent »… je veux dire par là, on continue à faire des profits, à privatiser, à licencier, à délocaliser, à porter atteinte aux acquis sociaux, à criminaliser les conflits sociaux, à exclure, à faire proliférer les OGM, à détruire la planète,… Mais ces actions passent au second plan, « détrônées » par la nouvelle qui « fait la une », répétée jusqu’à plus soif pendant des jours et des semaines, supprimant toute autre information, faisant l’impasse sur les doutes et les craintes des dispositifs mis en place. Comme pour les Jeux olympiques : «la nation est unanime ! »(sic)… A la limite, toute restriction, contestation, voire critique est qualifiée au mieux d’irresponsable, au pire de « complicité avec les terroristes »… Même pas besoin de censure, l’autocensure suffit.

 

L’information, dramatique en elle-même, est médiatiquement démultipliée au point de faire perdre à la majorité l’esprit critique, bref l’esprit citoyen pour se fondre dans une unanimité qui annihile toute réflexion, tout recul par rapport à l’évènement et qui fait prendre la rumeur pour vérité et le discours officiel pour certitude.

 

Exagération ? Pourtant, nous ne pouvons que constater les succès médiatiques des dirigeants qui « ont eu » des actes terroristes alors qu’ils étaient au pouvoir, et alors qu’ils ont su gérer intelligemment la situation… le maire de New York et son président en particulier, le premier ministre britannique, ainsi que le président russe qui a parfaitement intégré le « terrorisme » dans sa stratégie de pouvoir et en fait la clef de voûte de sa gouvernance. Rien de tel pour « ressouder » une société qui se délite… un peu comme autrefois où l’on faisait une « bonne guerre » pour réaliser l’unité nationale.

 

Le terrorisme réussi ce qu’aucun Etat ne peut faire : détruire tout esprit critique avec l’accord volontaire du plus grand nombre et redonner du crédit au plus minable des dirigeants.

 

 

TERRORISME « NON OFFICIEL » ET TERRORISME « OFFICIEL »

 

 

Dans « terrorisme », il y a « terreur », mais la terreur n’est pas le monopole des groupes non officiels, les Etats, même ceux qui se prétendent démocratiques et républicains,  pratiquent aussi ce genre d’action…. avec des modalités différentes, évidemment.

 

Comment qualifier les pratiques de la grande démocratie américaine qui a exterminé les Indiens d’Amérique ? de l’armée française pendant la Bataille d’Alger ?

le coup d’état militaire, et ce qui a suivi, de Pinochet (soutenu par les USA) au Chili en 1973 ? Comment qualifier les pratiques de l’Etat russe en Tchétchénie ? de l’Etat d’Israël en Palestine ?... pour ne citer que ces quelques cas. La seule différence avec le terrorisme « classique » c’est que ces Etats détiennent le pouvoir et l’utilisent comme instrument de la terreur.

 

Les Etats ont d’ailleurs une sélectivité particulière en ce qui concerne les terroristes : en France les terroristes de l’OAS ont eu globalement un destin différent de ceux d’Action Directe. En Italie les terroristes d’extrême gauche ont été traités différemment que ceux d’extrême droite. Idem en Espagne. Les terroristes juifs d’avant l’Etat d’Israël sont devenus fréquentables une fois au pouvoir, de même pour le FLN algérien, sans parler des « terroristes » de la Résistance condamnés puis reconnus héros.

 

On ne peux donc pas ne pas se poser la question : y aurait-il des bons et des mauvais terrorismes ? Réfléchissez bien avant de répondre…

 

On ne peux pas non plus ne pas se poser la question : où commence le terrorisme et où fini-t-il ?

 

 

C’est difficile à admettre, et pour cause, mais le terrorisme nous interroge sur nos certitudes. Pas toujours sur nos valeurs, mais toujours sur la manière de les mettre en œuvre.

 

 

A moins de croire qu’il existe des « terroriste-nés », ce qui est une absurdité, le terrorisme a des raisons qui plongent dans une situation politique, économique et sociale, autrement dit au cœur même de notre société. Il est le produit de la société dans laquelle nous vivons. Il pose des revendications (justifiées ou pas), avec des méthodes contestables et condamnables, pour lesquelles il n’y a aucun espace social pour les traiter. Il est le produit d’une surdité politique généralisée. Continuer à fonctionner comme nous le faisons, c’est à terme se cloîtrer dans un blockhaus sécurisé… belle perspective d’avenir !

 

 

 

Si le terrorisme ne peut pas apporter une réponse sérieuse au problème qu’il pose, la riposte que l’on apporte aujourd’hui au terrorisme ne peut pas répondre sérieusement aux raisons qui font qu’il existe.

 

Le traitement administrativo-policier du terrorisme loin de l’éradiquer ne peut que le raviver en ne le considérant pas comme un phénomène social. Mais nous le savons désormais : les politiciens ont une vue à très court terme, leur horizon est borné par les échéances électorales pour lesquelles ils doivent fournir un spectacle… le terrorisme leur offre le théâtre.

 

 

 Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 13:12 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom