L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Le Sabotage Artistique - Hakim Bey

Lu sur la Revue des ressources : "Le Sabotage Artistique cherche à être parfaitement exemplaire mais en même temps garde une certaine forme d'opacité - pas de la propagande mais un choc esthétique - directement attirant tout en étant subtilement présenté - l'action comme métaphore. Le Sabotage Artistique est le côté obscur du Terrorisme Poétique - la création par la destruction - mais il ne peut servir aucun Parti, ni aucune forme de nihilisme, ni même l'art. Tout comme le bannissement de l'illusion amplifie la conscience, la démolition du fléau esthétique adoucit l'air du monde du discours, de l'Autre. Le Sabotage Artistique sert uniquement la conscience, l'attention, l'éveil. Le Sabotage Artistique transcende la paranoïa, la deconstruction - la critique ultime - l'attaque physique sur l'art nausébond - le djihad esthétique. La moindre trace du plus insignifiant égoïsme ou même de goût personnel abîme sa pureté et vicie sa force. Le Sabotage Artistique ne cherche jamais le pouvoir - il ne fait que le libérer.

Les réalisations artistiques individuelles (même les pires) sont largement hors de propos - le Sabotage Artistique cherche à détruire les institutions qui utilisent l'art afin de diminuer la conscience et le profit par l'illusion. Tel ou tel poète ou peintre ne peut être condamné pour manque de vision - mais les Idées pernicieuses peuvent être combattues par les objets qu'elles génèrent. La musique de supermarché est destinée à hypnotiser et à contrôler - on peut détruire son mécanisme.

Les autodafés de livres - pourquoi les rednecks et les Douaniers devraient-ils avoir le monopole de cette arme ? Les histoires d'enfants possédés par le diable ; la liste des bestsellers du New York Times ; les tracts féministes contre la pornographie ; les livres scolaires (plus particulièrement les livres d'études sociales, civiques, de Santé) ; des piles de New York Post, Village Voice et autres journaux de supermarché ; un choix de glanures de publications chrétiennes ; quelques romans de la collection « Arlequins » - une atmosphère festive, du vin des joints passant de mains en mains par un bel après-midi d'automne.

Jetter de l'argent à la Bourse fut un acte intéressant de Terrorisme Poétique - mais détruire l'argent aurait été un excellent acte de Sabotage Artistique. Pirater les émissions TV et y programmer quelques minutes de Chaos incendiaire constituerait un exploit de Terrorisme Poétique - alors que faire exploser la tour de transmission serait un Sabotage Artistique parfaitement adéquat. Si certaines galleries et musées méritent qu'on lance à l'occasion un pavé dans leurs vitrines - pas de destruction, mais une décharge d'autosatisfaction - alors qu'en est-il des banques ? Les galleries transforment la beauté en produit, mais les banques transmutent l'Imagination en déchets et en dettes. Le monde n'y gagnerait-il pas plus en beauté à chaque banque qui tremble...ou s'écroule ? Mais comment y parvenir ? Le Sabotage Artistique devrait probablement se tenir à l'écart de la politique (c'est si ennuyeux) - mais pas des banques.

Ne faites pas grève - pratiquer le vandalisme. Ne protestez pas - défigurez. Lorsque l'on vous impose la laideur, de mauvaises conceptions et un gaspillage stupide, contestez, et lancez votre chaussure dans les oeuvres, ripostez. Brisez les symboles de l'Empire au nom de rien si ce n'est l'envie de grâce du coeur.

Ecrit par libertad, à 22:59 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  caserio
24-05-03
à 17:37

J'ai découvert Hakim Bey il y a peu, et sa theorie m'a fortement interesse: ne pas attendre la revolution, ne pas chercher un combat en face-à-face avec l'Etat, mais vivre une vie d'insurrection (cela peut etre des free party, du vandalisme, ou des refus dans la vie quotidienne: refus de la famille, du travail...) et, ainsi, ne pas sacrifier le present à l'avenir ou au passé, l'essentiel est le present immédiat, l'anarchie dans le quotidien.
Selon Bey la vie est un chaos, dans le sens qu'elle part dans tout les sens de maniere désordonné, et ce caractere chaotique de la vie est ce qui la rend si belle.L'autorité, elle, veut de l'ordre à tout prix, elle veut museler la vie, la faire rentrer dans des structures figées c'est pour cela que l'autorité engendre tout ce mal: elle est anti-vie.Meme le fascisme le plus féroce ne pourra mettre fin au chaos, s'il arrete la délinquance celle-ci réapparatra ailleurs, sous d'autres formes.
Alors quand les anars disent que l'anarchie "c'est l'ordre moins le pouvoir" je ne suis pas d'accord: l'anarchie devrait etre désordonné, pas dans le sens désorganisé (du moins pas trop organisé) mais dans le sens vivant, non-figé, chaotique (mais un chaos de rire, de caresse, de musique...), comme le sont les free party par exemple.
Bien sur ce n'est qu'une question de vocabulaire et je comprends que le mot chaos fassent peur aux non-anarchistes et qu'on ne l'utilise pas trop ouvertement, pâr contre le mot ordre , à mon avis devrait etre bannis (bannis pas censuré) du vocabulaire anarchiste.
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom