L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Le Monde libertaire » du 14 au 20 février 2008

«Ceux qui prétendent défendre la liberté et déprécient l’agitation sont des hommes qui veulent les récoltes sans labourer le sol. » Frédérick Douglass (Sur les murs en 68)

Sommaire du « Monde libertaire », hebdo de la Fédération anarchiste, du 14 au 20 février 2008.

- Nouvelles des fronts /
- Les brèves /
- Bac hamburger /
- Soleil vert ferroviaire /
- Échos de presse /
- Interviou de J.-M. Rouillan /
- La police se rapproche /
- Le Gandhi masqué /
- Les Universités populaires /
- Jean Grave à l’honneur /
- La vie du mouvement /
- La radio sans dieu ni maître /
- L’agenda
Édito

La vue d’un kiosque à journaux ou d’un centre de presse rend, en ces jours, dubitatif, voire mélancolique, dans le sens premier du terme. D’un côté on voit le président de la République avec sa nouvelle épousée. De l’autre, des magazines plus sérieux ( ?) affichent la même bobine élyséenne, en solo, et parlent de « déception », de « ce qui cloche », ça branlerait-il dans le manche ?

Ça gamberge dur pour expliquer pourquoi nombre d’électrices et d’électeurs du propriétaire des rênes de l’État se mordent les doigts devant l’étendue du désastre. Il n’est pas besoin d’être anarchiste pour faire la liste des promesses non tenues. Et d’affirmer, encore une fois, que le miroir aux alouettes a fonctionné à merveille et même plus. Villepin et les autres, qui déclaraient urbi et orbi il y a quelque temps qu’ils ne céderaient jamais à la rue, doivent faire leurs choux gras des reculades médiatisées de leur successeur.

Taxis, buralistes, fonctionnaires (ma non troppo !), le hamster de l’Élysée veut réparer une partie des bévues commises par son gouvernement. On se demande même pourquoi les syndicats représentatifs ne remettent pas le couvert. Il est vrai que, dernièrement, ils ont à la quasi-unanimité relu La Boëtie !

La baisse de popularité dans les sondages, une « branlée » annoncée pour l’UMP aux prochaines municipales, des dissensions internes, tout ça commence à faire beaucoup de pierres dans le jardin du pouvoir en place. Et, cerise sur le gâteau, le chef de l’État mettant dans l’Est français un masque de syndicaliste !

Qu’on se rassure, ils et elles n’ont pas lâché l’essentiel. Le Code du travail poursuit sa descente dans les oubliettes, la reconnaissance juridique du foetus menace directement le droit à l’avortement… et la ratification du traité de Lisbonne se fait à la nuit tombée. Autant de raisons pour continuer tous nos combats sans attendre que l’espoir sorte des urnes !

Ceux qui prétendent défendre la liberté et déprécient l’agitation sont des hommes qui veulent les récoltes sans labourer le sol. » Frédérick Douglass (Sur les murs en 68)

Sommaire du « Monde libertaire », hebdo de la Fédération anarchiste, du 14 au 20 février 2008.

- Nouvelles des fronts /
- Les brèves /
- Bac hamburger /
- Soleil vert ferroviaire /
- Échos de presse /
- Interviou de J.-M. Rouillan /
- La police se rapproche /
- Le Gandhi masqué /
- Les Universités populaires /
- Jean Grave à l’honneur /
- La vie du mouvement /
- La radio sans dieu ni maître /
- L’agenda

Édito

La vue d’un kiosque à journaux ou d’un centre de presse rend, en ces jours, dubitatif, voire mélancolique, dans le sens premier du terme. D’un côté on voit le président de la République avec sa nouvelle épousée. De l’autre, des magazines plus sérieux ( ?) affichent la même bobine élyséenne, en solo, et parlent de « déception », de « ce qui cloche », ça branlerait-il dans le manche ?

Ça gamberge dur pour expliquer pourquoi nombre d’électrices et d’électeurs du propriétaire des rênes de l’État se mordent les doigts devant l’étendue du désastre. Il n’est pas besoin d’être anarchiste pour faire la liste des promesses non tenues. Et d’affirmer, encore une fois, que le miroir aux alouettes a fonctionné à merveille et même plus. Villepin et les autres, qui déclaraient urbi et orbi il y a quelque temps qu’ils ne céderaient jamais à la rue, doivent faire leurs choux gras des reculades médiatisées de leur successeur.

Taxis, buralistes, fonctionnaires (ma non troppo !), le hamster de l’Élysée veut réparer une partie des bévues commises par son gouvernement. On se demande même pourquoi les syndicats représentatifs ne remettent pas le couvert. Il est vrai que, dernièrement, ils ont à la quasi-unanimité relu La Boëtie !

La baisse de popularité dans les sondages, une « branlée » annoncée pour l’UMP aux prochaines municipales, des dissensions internes, tout ça commence à faire beaucoup de pierres dans le jardin du pouvoir en place. Et, cerise sur le gâteau, le chef de l’État mettant dans l’Est français un masque de syndicaliste !

Qu’on se rassure, ils et elles n’ont pas lâché l’essentiel. Le Code du travail poursuit sa descente dans les oubliettes, la reconnaissance juridique du foetus menace directement le droit à l’avortement… et la ratification du traité de Lisbonne se fait à la nuit tombée. Autant de raisons pour continuer tous nos combats sans attendre que l’espoir sorte des urnes !

Ecrit par , à 18:14 dans la rubrique "Actualité".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom