L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Greenpeace protège les baleiniers japonais de Sea Shepherd
Lu sur seashepherd : "L’Esperanza de Greenpeace vient d’arrêter de poursuivre le navire usine japonais Nisshin Maru et retourne en Nouvelle Zélande.

Le second du Steve Irwin, Peter Hammarstedt a appelé le chef de la campagne de Greenpeace, Karli Thomas, à bord de l’Esperanza pour demander la position du Nisshin Maru. Elle a répondu qu’il n’était pas nécessaire que Sea Shepherd ait les coordonnées du Nisshin Maru parce que l’Oceanic Viking continuerait de filmer les activités du navire usine pour continuer le travail que Greenpeace avait fait.

En d’autres termes, M. Hammarstedt demanda, « Vous ne vous souciez guère que Sea Shepherd empêche le massacre des baleines maintenant que vous partez ? », Mademoiselle Thomas répondit que Greenpeace n’avait aucune intention de coopérer avec Sea Shepherd et raccrocha.

Depuis le début de cette campagne, Sea Shepherd a essayé de coopérer avec Greenpeace. Sea Shepherd a donné les coordonnées des baleiniers à Greenpeace l’an dernier, et celles des vaisseaux harponneurs cette année. Sea Shepherd a aussi offert à Greenpeace de partager notre hélicoptère avec Greenpeace. Toute tentative pour coopérer et montrer un front uni a été repoussée par Greenpeace.

« Je me demande vraiment quelle motivation a Greenpeace de venir ici année après année, » a déclaré le Capitaine Paul Watson. « Leurs campagnes consistent toujours à se montrer dans des canots pneumatiques, tendre des banderoles, et filmer des baleines en train de mourir. Les choses ont changé de façon spectaculaire depuis que Sea Shepherd intervient. Les baleines ne meurent pas quand nous sommes là. A la place, les baleiniers fuient et continuent de fuir. Les baleiniers ne se sont jamais enfuit devant Greenpeace, et ils ne fuyaient pas devant eux cette année non plus. Même les baleiniers ont admis qu’ils fuyaient le Steve Irwin de Sea Shepherd. »

Ce que le public ne sait pas, c’est que Greenpeace lance une énorme campagne de récolte de fonds chaque année pour lever des millions de dollars pour une campagne où ils n’en dépensent qu’une fraction. En plus de publicité télévisée, Greenpeace a acheté des droits pour faire de la publicité en ligne sur des sites de journaux majeurs, Google, et autres media. Chaque fois que quelqu’un clique dessus, une histoire de baleine s’affiche et on demande à faire des dons pour Greenpeace.

« Tout cela est très bien, » a dit le Capitaine Paul Watson. « Mais avec le montant des revenus que Greenpeace récolte, pourquoi repartent-ils déjà ? Ils devraient aller au port le plus proche, refaire le plein, et redescendre pour continuer leur campagne. Les baleiniers y sont pour encore deux mois. Assez de temps pour refaire le plein et repartir. Mais ils ne le feront pas. Ils ont leurs photos et ils ont leurs histoires, et c’est suffisant pour générer un programme d’appel de fonds pour le restant de l’année. »

Si Sea Shepherd en avait les ressources, le Steve Irwin referait le plein et repartirait, mais le budget annuel de Sea Shepherd de 2 millions de dollars est très faible comparé au budget de Greenpeace qui excède 100 millions de dollars.

« Nous ferons tout ce que nous pourrons avec les ressources dont nous disposons, mais je peux vous dire ceci, » a déclaré le Capitaine Paul Watson. « Si nous avions une fraction du budget de Greenpeace, nous aurions deux navires ici du début de la saison de chasse à la fin. »

Le Steve Irwin de Sea Shepherd continue de poursuivre les vaisseaux harponneurs dans le sanctuaire baleinier de l’Océan Austral. Le navire japonais Fukuyoshi Maru 68 continue de suivre le Steve Irwin pour tenir la flotte au courant de la position du Steve Irwin.

« Du fait de la présence de ce navire espion, nous ne pourrons pas rattraper les baleiniers, mais nous pouvons continuer de les poursuivre et les garder en fuite, et s’ils fuient, ils ne pourront pas chasser, » a dit le Capitaine Paul Watson.

27/01/2008

Ecrit par baccata, à 23:25 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom