L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Forte suspicion d’un sérieux incident à la centrale de Dampierre (Loiret)
Lu sur Politis : Dans la nuit du 8 au 9 juillet, l’un des bâtiments de réacteurs de la centrale nucléaire de Dampierre en Burly, dans le Loiret, aurait été victime d’un dégagement de vapeur ou de gaz radioactifs au cours des travaux de maintenance qui se poursuivent depuis plusieurs semaines ; des travaux qui concernent les réacteurs 4 et 1, ce dernier venant tout juste d’être remis en route. Une maintenance essentiellement assurée par des intérimaires. Un choix d’EDF dont la contestation, ainsi que des questions de salaire, a alimenté une longue grève d’une partie du personnel qui dure depuis le mois d’avril. Ce qui contraint la direction de la centrale à « requérir » les techniciens, technique qui a entraîné un affaiblissement du mouvement mais sans parvenir à empêcher les travaux de maintenance de prendre tellement de retard que les deux réacteurs à l’arrêt ne pourront pas être remis en route comme prévu au cours de l’été. D’autant plus, à en croire les annonces passées dans les agences d’intérim de la région, tendent à prouver que la centrale cherche désespérément des ouvriers et des techniciens jouissant d’une « habilitation nucléaire ».

Malgré les démentis de la direction, l’incident survenu au coeur de la nuit et dont le bruit a été perçu pendant prés de 40 minutes par de nombreux habitants réveillés en sursaut, parait avéré et les effluents gazeux relâchés paraissent bien avoir été radioactifs, même si leur teneur, assure un syndicaliste, n’a pas atteint un niveau élevé. Une affirmation qui, faute de vérifications possibles, ne peut pas être considérée comme suffisante pour écarter un grave incident. Incident que la direction de Dampierre masque en racontant une invraisemblable opération d’essais de soupapes en pleine nuit. L’Autorité de Sûreté Nucléaire ne parait pas avoir été informée alors qu’il ne s’agit pas du premier incident dans cette centrale.


Ecrit par Tolkien, à 12:02 dans la rubrique "Ecologie".
Commenter...

Article précédent -- Article suivant



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom