L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

EXCUSES

Désormais faudra le savoir, il y a ceux qui ont des excuses et ceux qui n'en ont pas.
Le 7 novembre à la Courneuve, un jeune qui est vient de se faire arrêter est passé à tabac par des policiers. L' « incident » serait certainement resté dans l'ombre en temps ordinaire. Manque de chance pour les policiers une équipe de télévision filme toute la scène et diffuse les images sur toutes les chaînes de télévision. Pour une fois les policiers sont pris la « main dans le sac » et ne peuvent nier.

Le Ministre de l'Intérieur sanctionne les huit policiers concernés, les deux cogneurs et les six autres qui présents ont laissé faire. Jusque là rien à dire !

Le représentant du syndicat ALLIANCE POLICE fait une déclaration dans les médias à propos de cette affaire et reconnaît les faits (on ne voit pas comment il aurait pu faire autrement !) et déclare qu'il s'agit « d'une entorse à la déontologie policière et que ce sont des faits inacceptables ». Soit, c'est bien de le reconnaître. Il ajoute cependant « Qu'il faut comprendre le contexte dans lequel ce sont déroulés les faits et en particulier le climat d'extrême tension et d'agressivité à l'égard de la police ». Sans le justifier (il est inadmissible que des professionnels, comme ils se prétendent être, et ce qu'ils sont, perdent leur sang froid), on peut arriver à le comprendre.

Mais alors, si l'on tient le même raisonnement pour les jeunes qui se sont livrés à des violences dans les cités, on peut dire que ce sont des « comportements inadmissibles » (brûler des voitures, des écoles, ...), « mais qu'il faut comprendre le contexte dans lequel elles se sont déroulées et en particulier le climat d'exclusion sociale,.... ». Or, curieusement cette « excuse du contexte » si elle est valable pour la police, ne l'est pas pour les jeunes. Les jeunes commettent des délits et non pas d'excuses mais les policiers eux en ont une : le « contexte ».

Autrement dit certains citoyens vivent dans un « contexte » et d'autres non.

Curieuse vision de notre société.

Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 12:38 dans la rubrique "Actualité".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom