L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

A propos de l'en-dehors
--> Une vieille discussion sans doute...
« INTERVENTION : - Si on doit foutre en l'air l'Université, ce sera de l'extérieur avec les autres qui sont dehors.


INTERVENTION : - Alors pourquoi es-tu dedans ?


INTERVENTION : - Je suis dedans, camarade, parce que si je veux que les gens en sortent, il faut bien que je vienne leur dire.


Vous voyez. C'est que tout est là, mon vieux. Pour arriver à ce qu'ils en sortent, vous y entrez.


[...]


INTERVENTION : - Si nous pensons que c'est en écoutant le discours de Lacan, de Foucault, ou d'un autre, que nous auront les moyens de critiquer l'idéologie qu'ils nous font avaler, nous nous foutons le doigt dans l'oeil. Je prétends que c'est dehors qu'il faut aller chercher les moyens de foutre l'Université en l'air.


Mais le dehors de quoi ? Parce que quand vous sortez d'ici, vous devenez aphasiques ? Quand vous sortez, vous continuez à parler, par conséquent vous continuez à être dedans. »


Lire la suite in l'Envers de la psychanalyse, Jacques Lacan, Seuil, pages 236-237. Analyticon 3 décembre 1969.


Oui bon d'accord c'est un peu facile et un peu ramassé au niveau de la compréhension et de la référence pas toujours bien connue ou vite balayée. Mais voyez-vous peu familière (sans y être étrangère) avec le mouvement anarchiste et moins néophyte concernant l'orientation analytique, ce nom de l'en-dehors m'a tout de suite interpellée sur une question, que je me posais récemment, en dehors de quoi ?

Peut-être est-ce la place d'une certaine liberté de s'extirper d'un contexte ; d'en dénoncer la logique...

La place et la fonction en somme ; ce serait bien mais ce n'est pas sûr du tout que ça marche comme ça. Mais il me semble qu'il ne faut pas passer trop vite sur certaines questions. Et notamment celles de l'amour, de la liberté, de la loi et de l'éthique... ni sur la conception de l'humain et de son rapport au langage. Or je trouve qu'on y passe un peu vite ici comme ailleurs, ici comme toujours d'ailleurs :)


Or le traitement de la jalousie par exemple proposé par E.Armand in « L'En Dehors n°196-197 du 15 décembre 1930 » (http://pagesperso-orange.fr/Tresors.Oublies/EnDehors/Armand-Jalousie.htm), apparaît délicieusement naïf pour être pris en référence. Tout est à reprendre d'une conception de l'anarchie et de la société qui ne soit pas fourre-tout, et notamment sur un espace d'échange comme celui-ci, qui se veut en dehors, au coeur même du réseau étouffant.


Mais ça n'empêche pas de continuer à causer :) et il y a quand même de gens qui essaient de dire quelque chose, et qui au fond témoignent.


de ma tour de Babel...


Ecrit par Babel, à 19:20 dans la rubrique "L'En Dehors d'Armand".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom