L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

120.000 hommes et 260 000 femmes victimes de violences de leur conjoint
L’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2011 est la cinquième enquête annuelle de victimation lancée par l’ONDRP et l’INSEE depuis 2007.
Elle a permis d’interroger en France métropolitaine entre janvier et avril 2011, 16 958 ménages sur les atteintes aux biens dont ils ont pu avoir été victimes en 2010. Au sein de chacun de ces ménages, une personne de 14 ans et plus a répondu à des questions de victimation personnelle ou d’opinion sur la sécurité. Les personnes ayant entre 18 et 75 ans ont, de plus, été interrogées sur les violences sexuelles ou intra-ménage subies sur deux ans.

Les violences dans le couple sont ultra-minoritaires : 1,9 % des personnes sont concernées

Les violences conjugales ne concernent qu'une petite minorité de français et ces violences sont en diminution depuis 2007-2008 où elles concernaient 2,3% des personnes.

En 2009 ou 2010, 1,9 % des personnes de 18 à 75 ans ont déclaré avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles intra-ménage, c’est-à-dire de la part d’une personne qui vit dans le même logement qu’elles (au moment de l’enquête). On estime leur nombre à un peu plus de 820 000 sur ces deux années.
Le taux de victimation des violences physiques ou sexuelles intra-ménage avait été significativement plus élevé lors des trois périodes précédentes, de 2006/2007 à 2008/2009.
Notamment, en 2007/2008, il se situait à 2,3 %. On estimait alors à plus de 970 000 le nombre de personnes de 18 à 75 ans ayant déclaré avoir subi des violences physiques ou sexuelles intra-ménage sur deux ans.

Stabilité des violences subies par les hommes et les femmes dans le couple : 120.000 hommes et 260 000 femmes

On estime à un peu moins de 270 000, le nombre d’hommes de 18 à 75 ans ayant déclaré avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de leur ménage en 2009 ou 2010, soit 1,3 %. Environ 120 000 d’entre eux, soit 0,6 %, ont dit avoir subi sur ces deux années, au moins un acte dont l’auteur est leur conjoint. Ces statistiques sont assez stables entre 2006/2007 et 2009/2010.

Un peu plus de 2,5 % des femmes de 18 à 75 ans ont déclaré avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de leur ménage en 2009/2010. Ce taux avait été supérieur à 3 % pour les périodes 2007/2008 et 2008/2009. Il baisse de façon significative, voire très significative en 2009/2010. L’estimation du nombre de femmes se déclarant victimes, qui avait dépassé 700 000 pour la précédente période de deux ans, soit 2008/2009, s’affiche à environ 560 000 en 2009/2010.
Cette évolution récente peut, si elle se confirme lors de la prochaine enquête «Cadre de vie et sécurité», modifier la perception qu’on pouvait avoir, au regard des résultats des enquêtes précédentes, de la fréquence des violences physiques ou sexuelles au sein du ménage subies par les femmes.

La baisse du nombre de femmes de 18 à 75 ans se déclarant victimes de violences physiques ou sexuelles intra-ménage concerne de façon très limitée les actes dont l’auteur est le conjoint. Entre 2008/2009 et 2009/2010, la proportion de femmes de 18 à 75 ans qui ont déclaré avoir subi des violences physiques ou sexuelles dont l’auteur (unique ou principal) est leur conjoint est passée de 1,3 % à 1,2 %, ce qui n’est pas significatif. On estime le nombre de femmes de 18 à 75 ans victimes de violences physiques ou sexuelles de la part du conjoint à près de 260 000 en 2009 ou 2010.

On s'aperçoit ainsi que les campagnes médiatiques contre les violences aux femmes ne servent à rien et n'ont aucune influence sur les statistiques. Il faut en rechercher l'inutilité dans le fait que les violences dans le couple ne sont pas principalement sexuées mais résultent vraisemblablement d'autres facteurs : misère, vieillesse, alcool, drogue. En visant uniquement les hommes comme vecteurs de violence, on passe à la trappe les victimes masculines et toutes les autres causes non sexistes.

Note : les intertitres et les commentaires en italiques sont de l'En Dehors

Source : http://www.inhesj.fr/fichiers/ondrp/rapport_annuel/ra2011/synthese_rapport_2011.pdf
Ecrit par libertad, à 23:07 dans la rubrique "Le privé est politique".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom