L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Vive la Première Internationale !
Lu sur revue Ballast : "Nous l'avons déjà écrit : notre revue porte un intérêt particulier à la Première Internationale, fondée en 1864, en ce qu'elle permettait, en dépit des querelles, l'expression d'un socialisme pluraliste : proudhoniens, , utopistes, collectivistes, communistes, libertaires, etc. Pour raviver son souvenir, nous nous sommes entretenus avec Mathieu Léonard, auteur de l'essai L'émancipation des travailleurs, travail historique entièrement consacré à la Première Internationale (aussi appellée AIT). Nous le retrouvons dans l'arrière-salle sans éclairage d'un café. Il porte une gavroche. Au mur, derrière lui, une photographie de Marylin Monroe. 

 


leonard


Avec Éric Hazan, des éditions La Fabrique, vous vous êtes étonnés du peu d’ouvrages sur le sujet. Comment l’expliquez-vous ?

C’est en effet le constat qui a motivé la rédaction de mon livre. Il y avait un relatif oubli, de la part des historiens, qui pensaient que tout avait été dit, qu’il n’y avait plus grand-chose à découvrir, en terme historiographique, et qu’il s’agissait là de débats politiques qui n’intéressaient plus le milieu universitaire¹. Oubli, aussi, de la part des militants. Peut-être lié à une forme de décomposition de la gauche radicale... L’AIT constitue une référence un peu mythologique du mouvement ouvrier et révolutionnaire, mais, curieusement, on trouvait peu de livres synthétiques sur la question. Les éditions La Fabrique, qui ont à cœur de restituer les mémoires révolutionnaires – même si je ne partage pas toujours leurs choix –, ont jugé que l’histoire de l’AIT y avait toute sa place. Éric Hazan m’a donné l’opportunité de le faire. De discussions en discussions, il m’a mis le pied à l’étrier et m’a proposé de m’éditer si je me lançais dans ce projet. Au début, je ne savais pas encore sous quel angle l’aborder ; c’était assez vertigineux et, en même temps, très stimulant.

Lire la suite ici

Ecrit par libertad, à 09:09 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom