L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Un monde où le sexe n'a plus de place
Un monde dans le quel le sexe n'a plus de place ! Voilà bien une pensée à contre-courant, alors que l'on ne cesse de nous répéter que le sexe est partout, qu'il est marchandisé et omniprésent.
Mais ce que l'on oublie de dire c'est que l'image du sexe est partout, que le sexe virtuel envahit l'espace mais l'acte sexuel lui-même, accomplit par deux (ou plus ) personnes, lui, se raréfie et voit sa tarification augmenter, qu'il soit virtuel ou réel. Quand au sexe gratuit, il se réduit à la peau de chagrin.

Il est vrai que rendre un bien ou un service rare présente deux avantages pour le système marchand : organiser la pénurie et l'insatisfaction ce qui a pour conséquence d'accroitre les profits résultants de l'achat de biens virtuels se substituant à l'acte devenu rare, c'est l'essence même du capitalisme.
Mais l'insatisfaction sexuelle présente de nombreux autres avantages pour le système dont celui d'instaurer une névrose collective qui permettra ensuite de contrôler les populations vers des éxutoires biens connus : racisme, violence, sexisme, mythes.
La durée moyenne de l'acte sexuel serait de 14 minutes ! Comment aboutir à la jouissance en si peu de temps ? Or justement le temps est l'ennemi de la jouissance et du sexe. Il faut du temps pour arriver à jouir et c'est ce que nous avons le moins. C'est ce qui explique que l'orgasme soit devenu le mètre étalon du plaisir sexuel. Il est sans doute possible d'arriver à l'orgasme en 14 minutes mais à la jouissance c'est impossible. Ne pouvant atteindre la jouissance il nous reste l'orgasme ! Tout ça pour ça !
Une petite éjaculation, un petit orgasme clitoridien et le tour est joué, on a rempli son devoir, on a fait l'amour. Mais au bout, que reste-il ? L'insatisfaction. Source de toutes les névroses sociales.
Confondre orgasme et jouissance, voilà sans doute l'un des malentendus les plus graves, aux conséquences sociales les plus dramatiques.
Et cette question concerne aussi bien les hommes que les femmes.
Le manque de temps est certainement l'une des causes principales du fait l'acte sexuel aboutit rarement, pour ne pas dire jamais à la jouissance mais il est une autre cause tout aussi déterminante : la jouissance n'est pas très acceptable socialement.
En effet pouvoir conduire l'acte sexuel jusqu'à la jouissance nécessite de pouvoir s'isoler complètement car la jouissance sexuelle provoque l'émission d'une sonorité assez incompatible avec la vie en société. Or il est aujourd'hui difficilement possible d'avoir cette intimité.
Enfin pour arriver à la jouissance, il faut accepter l'autre et les manifestations de sa jouissance. Si notre éducation, y compris pornographique, nous a appris à accepter, et même à valoriser les manifestations de l'orgasme de l'autre, on ne nous a jamais appris à accepter les manifestation de sa jouissance qui peuvent présenter des caractéristiques plus proches de la folie, de l'hystérie ou de l'extase mystique que du petit rictus bien connu de l'orgasme.
Au mieux on acceptera que le partenaire s'endorme après l'acte, oubliant (il vaut mieux oublier ça quand on y arrive pas soi-même )que l'état hypnotique ou océanique, la lévitation de l'esprit est bien proche du sommeil.
Tout cela explique que dans la société actuelle le sexe réel n'a plus sa place.

Fred Aymargues
Ecrit par libertad, à 11:36 dans la rubrique "Le privé est politique".

Commentaires :

  satya
18-07-09
à 12:41

quelle tristesse!!
plus de calins, va falloir organiser des calins gratuits (free hugs) bien vite et partout alors et faire ainsi échouer le commerce dévastateur ;)
(on va vite se faire agresser par les marchandEs de sexe !!)

Répondre à ce commentaire

  Cossery
20-07-09
à 13:04

Re:


Il me laisse assez perplexe cet article... L'acte dure en moyenne 14 minutes ? Comment vous mesurez cela ? En demandant aux gens dans la rue ? Et même si c'était à peu près le cas, quelle importance qu'il dure 14 ou 25 minutes ? Des fois j'ai l'impression qu'on s'excite beaucoup pour pas grand chose. Et puis qu'on parle de la place grandissante du sexe virtuel, de l'accroissement de la solitude, etc etc, m'enfin, il faudrait voir le sujet de l'autre bout de la lorgnette ! Il n'y a pas que ça tout de même, soyons positifs au lieu de voir tout en noir ! Et allons faire des free hugs aux gens, comme dit Satya (que je salue) au lieu de râler dans notre coin. Les marchands de sexe vous laissent à penser que le monde se virtualise et se "solitudise" de plus en plus ? Bien dommage...
Répondre à ce commentaire

  libertad
20-07-09
à 16:50

Reponse de Fred

"14 minutes ça vient des sondages d'opinion sur le sujet. Tu as raison 14 ou 25 minutes ça ne change pas grand chose. Le temps nécessaire à la jouissance n'est pas de cet ordre, d'ailleurs si on peut dire combien de temps c'est qu'il n'y a pas eu de jouissance.
Je te retournerai la question : sur ce site on râle de tout, pourquoi pas sur le sexe ? En plus c'est une question où en tant qu'individu on a tout pouvoir d'agir. Peut-être est-ce plus facile de parler ce sur quoi on n'a pas de pouvoir et râler sur ces sujets ?
"
Répondre à ce commentaire

  Rakshasa
20-07-09
à 18:29

Et si je vous encule, ça règle le problème ?

Je suis d'accord avec Cossery. Je trouve que l'époque est au défaitisme facile mais aussi au mensonge sur des victoires qui n'existent pas, jusqu'à l'autocongratulation sur les stratégies imbéciles et sans effets (on construit son mythe comme on peut me rétorquera-t'on...v'là la gueule du mythe...miteux). Certes on peut déplorer l'état du monde sous bien des angles, mais la militance asphyxiante est toute aussi lamentable et en cela, elle a sa place au côté des autres fléaux à éradiquer. Je vous laisse imaginer comment on peut venir à bout d'une civilisation de soufrance et ses vélléités culturelles à tout envisager sous l'angle de la soufrance.
Je m'en tape le coquillard de la sexualité des autres quand elle n'est pas celle que je partage avec eux !
Ni psys, ni assistantes sociales, ni curés, ni sociologues, ni délégués syndicaux, ni limitants ! Hors de nos vies les fossoyeurs aux bonnes intentions et à la fausse conscience ! Je vous crache à la gueule arpenteurs professionnels des problèmes d'autrui, cafards géniteur/rice/s de dépression, jardiniers du désarroi, gourous "radicaux" invisibles d'un néant qui n'existe pas  !
Hum !!! Haaannn ! ah ! oui ! ça fait un bien fou !
A quand les rencontres libertines libertaires de l'En-dehors pour lutter contre la misère sexuelle ? :)
Répondre à ce commentaire

  Cossery
20-07-09
à 19:29

Re: Et si je vous encule, ça règle le problème ?


Rakshasa rejoint mon point de vue (ça ne veut pas dire que je ne respecte pas les autres), en ce sens qu'au lieu de systématiquement adopter une attitude de défiance mêlée de fatalisme, on pourrait être plus positif et voir le problème sous un autre angle. Dans un précedent commentaire, je déplorais la différence d'attitude entre les "en dehors" ici et ceux que l'on trouve aux USA et au Canada. Sans généraliser, je trouve que outre-Atlantique ils sont plus actifs, plus modernes, plus "optimistes". J'ai côtoyé nombre d'anars américains et québécois, je trouve qu'ils n'ont rien à voir avec ceux d'ici, qui la plupart du temps ne font que théoriser et parler de figures du passé. Bakounine & co c'est bien, mais des fois bon.... Je vais pas me faire des amis en disant ça mais tant pis : théoriser et parler c'est facile, mais des fois il faut agir un peu plus.
Répondre à ce commentaire

  libertad
20-07-09
à 22:25

Faut pas désespérer Billancourt

Rakshasa, dans l'En dehors d'Armand les textes sur le sexe, l'amour libre, la jalousie, sans parler de toutes les particularités sexuelles prenaient certainement pas loin de la moitié du journal. Aujourd'hui on dirait qu'il vaut mieux ne pas causer de ça. Qui parle de souffrance ? ne peut-on faire de constat sur le sexe comme sur n'importe quel autre sujet ? Sur le pouvoir, sur la domination, sur la marchandise il faudrait faire des analyses serrées et sur le sexe, on ne pourrait plus rien dire ? Curieux pour un sujet où justement chacun à un pouvoir de faire bouger.
"A quand les rencontres libertines libertaires de l'En-dehors pour lutter contre la misère sexuelle ? :)"Relis si tu en as l'occasion l'En dehors papier des années 20-30 et tu seras surpris
Bon les petites annonces liberto-libertaires feraient monter le traffic du site c'est une bonne idée ;-)
"Je m'en tape le coquillard de la sexualité des autres quand elle n'est pas celle que je partage avec eux !"
Dommage car les anars, surtout les individualistes étaient au coeur des questions sexuelles au 19ème et nous avons laissé ce terrain aux sexologues, comme nous avons abandonné le terrain de la spiritualité aux sectes, en finissant par se désintéresser de tout, on risque de se dissoudre dans le rien ? On peut aussi se taper le coquillard de tout, du moment qu'on ne le partage pas avec les autres, ça vaut pour tous les sujets.
"Et si je vous encule, ça règle le problème ?" enculer en deux minutes ne règle rien :-)
C'est tout le sujet de l'article !
Répondre à ce commentaire

  Satyre
20-07-09
à 23:35

Et si je vous encule, ça règle le problème ? ça pourrait en effet..


moi j'ai l'impression que tout ça c'est surtout une sacrée perte de temps et un bon moyen pour nous faire oublier les luttes prioritaires sur lesquels nous devrions fixer toute notre attention. Car au final en nous dispersant sur de tels sujets secondaires nous ne faisons en réalité que collaborer au système dominant sans même nous en rendre compte..

parlez donc de toutes ces causeries à l'etat et à votre grande surprise il abondera dans votre sens car pour lui aussi la reconnaissance des particularités sexuelles et l'éradication des conflits individuels d'une manière générale est une de ses nombreuses priorités devenue indispensable à la "pax capistaliste", c'est à dire à la libre circulation rapide et sans frontières des marchandises humaines dont les conflits internes constituent un frein à l'expansion du marché..

Il s'agit seulement d'un constat, après chacun est libre de faire ce qu'il veut, même de perdre son temps dans de vains problémes que l'etat à la botte du marché s'efforce déja de résoudre avec ou sans notre aide...
Répondre à ce commentaire

  libertad
20-07-09
à 23:44

Faut pas désespérer Billancourt

Ah revoilà le bon vieux coup des fronts principaux et secondaires.
Décidément les anarcho communistes tenaient déjà le même discours aux individualistes dans les années 1900, ça nous rajeunit pas !
Qui a parlé de fixer Toute son attention sur le sexe ?
Vu les réactions je crois que je vais inciter l'ami Fred à récidiver :-)
Répondre à ce commentaire

  Satyre
21-07-09
à 00:01


s'il n'y avait que le sexe, ont ne pourrait pas parler de perte de temps.. mais étant donnée la catastrophe technologique en cours et décrite dans l'article "unabomber" qui vient d'être publié sur l'en dehors, je réaffirme qu'aujourd'hui et contrairement au 19éme siècle, il y a bel et bien aujourd'hui des priorités qui concernent l'ensemble des espèces vivantes et pas seulement l'humanité, donc des priorités qui concernent l'individu dont son autonomie dépend directement d'un environnement libre, non pollué et vivant.

il ne s'agit en rien d'un repproche souhaitant couper court à toute discussion sur tel ou tel sujet, mais simplement d'un constat me poussant en effet à dire qu'il y a aujourd'hui urgence à ne plus faire le jeu du pouvoir techno-industriel en l'aidant à résoudre certains conflits sociaux et individuels, ni plus ni moins.




Répondre à ce commentaire

  libertad
21-07-09
à 09:20

Re:

D'accord sur l'urgence de la crise écologique mais curieux que ta remarque ne concerne que le sexe et pas tous les autres sujets abordés par l'En Dehors.C'est ce cas à part qui est fait du sexe qui est intéressant et que l'En Dehors continuera à traiter. En fait la question est aussi : pourquoi ceux qui considèrent que le sexe n'est pas à étudier ici perdent-ils leur temps à lire ce genre de texte et à y répondre. L'attitude logique serait de s'en désintéresser et de laisser ça à ceux que ça intéresse. Mais non !
Répondre à ce commentaire

  satya
21-07-09
à 10:39

Re:

parce que le sexe c'est pas écologique peut être??  ;)

salutation à cossery en passant et aussi à rakhasa qui a toujours de bonnes idées en plus d'avoir des coups de colère vivifiants et quii ne font pas que du bien pour lui mais aussi pour d'autres bibi compris :)

je me demande parfois; libertad si tu ne fais pas un peu trop de mimétisme propret avec l'endehors d'avant, la situation en 2009 a peu à voir avec les années 30, faudrait penser un peu à vivre au présent non?

on revient toujours un peu sur les mêmes choses, ça tourne en rond y compris sur le sexe et pourtant, les anars ont toute leur place en effet, surtout à dénoncer la marchandisation libérale du sexe tout en restant solidaires des putes, cela n'empêche que les anars sont en réalités les premiers opposants à la vente de sexe en affirmant, pronant et actant sa gratuité totale et généreuse :D

mais il semblerait que tout soit codifié par une société gloutonne de spectacles et d'apparences, qu'en est-il du sexe pour les moches, les vieux, les handicapés physiques et de la vie, les obèses; les précaires etc.??
bref, qu'en est-il du plaisir ?



Répondre à ce commentaire

  libertad
21-07-09
à 11:10

Re:

"qu'en est-il du sexe pour les moches, les vieux, les handicapés physiques et de la vie, les obèses; les précaires etc.??"
Effectivement, excellente question et quasi jamais abordée car le sexe avec toutes les bonnes intentions du monde qu'on peut lui prêter ( l'amour et tout et tout... ) est le pire lieu de concurrence qui puisse exister, les handicapés, les les obèses, les précaires peuvent souvent être exlus de la sexualité qui est aussi un droit humain. Ca commence à être posé pour les handicapés mais encore assez peu. Pour les exclus il n'est même plus question de pouvoir recourrir à la sexualité marchande vu les tarifs pratiqués actuellement, causés principalement par la raréfaction de la prostitution de rue, pourchassée par les pouvoirs publics et condamnée par les "bonnes âmes" réactionnaires et par les féministes victimistes.
Il n'y a pas de marché plus inégal que celui du sexe.
"je me demande parfois; libertad si tu ne fais pas un peu trop de mimétisme propret avec l'endehors d'avant, la situation en 2009 a peu à voir avec les années 30, faudrait penser un peu à vivre au présent non?" Satya quand il y a régression de la pensée et de la liberté, il vaut mieux effectivement se référer à une période antérieure, l'évolution humaine n'est pas un lent progrès vers le bonheur mais faite aussi de régression et sur le sexe la régression est nette.
Répondre à ce commentaire

  Satyre
21-07-09
à 12:16

je suis innocent !!!!



Bon, je confesse finalement que mon intervention n'avait en effet strictement aucun interêt ... car au lieu d'inciter à une prise de conscience proche de celle de kaczynski (pour ceux qui ont lu entièrement son livre) celle ci n'à fait qu'engendrer des sous entendus et autres suspicions auquels je ne m'attendais pas et qui s'avèrent êtres complétements à l'opposé de mes intentions.

Donc en conclusion j'ai rééllement l'impression d'avoir encore une fois perdu mon temps en de vains commentaires dont tout le monde se fout, leurs préférant au contraire une mise en accusation complétement absurde et qui pour moi n'avait pas lieu d'être.


Répondre à ce commentaire

  satya
21-07-09
à 14:03

Re: je suis innocent !!!!

heu.. qu'est ce qui t'arrive là?
ton changement de surnom t'a dérouté?
allons, allons tu es bien coupable comme nous touTEs ici, faut pas nous lacher comme ça  ;)
les seuls "innocents" sont au gouvernement voyons :D :D :D

bon je cesse de te taquiner pour te dire que bien sûr que ton opinion est intéressante, déjà rien que par le fait que c'est la tienne !!
juste peut être qu'il te faudrait approfondir la notion d'écologie pour y recadrer le sexe car les humains comme tous les animaux ont bien une vie sexuelle qui n'est pas que reproductive non??
nous sommes une partie de la biodiversité et notre plaisir sexuel capable de se dissocier de la reproduction donc, est une de nos spécificité - que nous partageons avec quelques autres espèces.
Répondre à ce commentaire

  Satyre
21-07-09
à 15:07



je suis tout à fait d'accord avec ton point de vue satya, et je n'avais aucune intention d'emettre une quelconque critique envers le théme de la sexualité en particulier. En effet il faut bien comprendre qu' il m'arrive souvent de poster des commentaires n'ayant en fait aucun lien direct de cause à effet avec le sujet traité  (ce qui est certainement un grand tort créant assez souvent ce genre de quiproquo à n'en plus finir et engendrant la recherche d'intentions cachés n'ayants rien à voir avec mon propos..)

En l'occurence il ne s'agissait pas pour moi d'emettre une quelconque critique ou attaque vis à vis de cet article en particulier, mais seulement d'évoquer les critiques plus généralistes de kaczynski concernant la priorité des luttes chez les anarchistes ou différentes formes de luttes anarchistes sont trâités comme secondaires dans son livre et notamment la sexualité parmis d'autres sujets qui n'ont pas été traîtés récemment ici.

Et manque de bol pour moi, j'ai eu le malheur de poster mes commentaires généralistes dans un sujet dont je n'avais pas mesuré l'importance et la priorité pour certains auteurs de l'en dehors.

Maintenant je suis tout à fait d'accord pour dire qu'en plus de l'anéantissement du système techno-industriel, la lutte pour une sexualité libéré pourrait en effet être considéré comme prioritaire mais j'ai quand même du mal à comprendre en quoi la perte totale d'autonomie individuel et collective ne pourrait pas être considéré comme La priorité absolue chez les anarchistes ? Car sans l'assurance préalable d'une nature toujours libre et vivante comment pourrions nous encore envisager d'élaborer un quelconque projet de société qui ne soit pas que du vent sur une planéte dévasté et ou le système techno industriel se poserait en intermédiaire indispensable dans le cycle de reproduction des espèces ? comme il tente d'ailleurs de le faire actuellement..

Répondre à ce commentaire

  Satyre
21-07-09
à 15:48

Re:



sinon le changement de surnom est le fruit "d'une scission"... d'avec moi même".. ça n'allait plus... d'ou peut être un changement d'humeur dû à la "pan"ique... ?   ; )
Répondre à ce commentaire

  satya
23-07-09
à 11:35

Re:

bonjour satyre :)
aïe faut faire attention avec les scissions internes, faire gaffe à ne pas devenir schizo !!
mais il est vrai qu'il est souvent bien plus difficile de se réconcilier avec soi même qu'avec autrui.


Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom