L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

TRISTE BILAN D’UN MORNE 1er MAI
--> POUR NE PAS EN RESTER A CE SINISTRE CONSTAT
Inutile d’entrer dans la ridicule comptabilité des chiffres, probablement tous faux, des uns (les syndicats) et des autres (les policiers). La conscience et l’écoeurement ne se mesurent pas avec un compteur.

 

Ce 1er Mai de la soit disante mobilisation populaire, très nettement en baisse depuis l’année dernière, a été un fiasco, ce qui peut paraître paradoxal au regard des difficultés accrues qui s’accumulent.

 

 

UNE STRATEGIE A BOUT DE SOUFFLE

 

 

Les syndicats n’ont quand même pas eu le ridicule de tenir pour responsable les conditions météorologiques… Si la conscience et la mobilisation sont fonction de ces motivations, il n’y a plus d’espoir. Laissons donc de côté ce faux prétexte.

 

Que s’est-il donc passé ?

 

Ce n’est certainement pas non plus, du moins pour l’essentiel, la « division syndicale » qui a fait déserter les manifestations, quoique celle-ci est significative de la médiocrité des bureaucraties syndicales qui expriment par là les rapports de pouvoirs entre elles qui, sous de faux prétextes, défendent leurs privilèges… et puis, de cette division, on en a l’habitude. Demandez aux dirigeants syndicaux s’ils sont d’accord pour abandonner voiture de fonction, salaires confortables et réceptions officielles, pour « retourner à la base » !

 

En fait, plus grand monde ne croit aux sempiternelles actions qui aujourd’hui n’apportent plus rien. Depuis plus de dix ans, nous allons d’insuccès en défaites.

 

 

Le Capital, et ses représentants politiques ne répondent même plus aux mobilisations des salariés,… Non seulement ils n’en ont plus peur, mais ils s’en moquent ouvertement : « Ces manifestations et grèves que l’on ne voit même plus»,…D’une certaine manière ils ont raison… elles font partie du paysage, de la tradition,…Elles servent simplement à maintenir l’espoir de celles et ceux qui y croient encore et surtout la crédibilité d’organisations syndicales totalement impuissantes mais qui font office de relais, de tampon, de modérateurs entre les salariés et ceux qui les exploitent. Patrons et gouvernement ne veulent-t-ils pas des « syndicats responsables » ? Autrement dit des syndicats qui font juste ce qu’il faut pour que rien ne change dans le système et que rien ne bouge à la base…. Ce que font parfaitement les syndicats aujourd’hui.

 

L’illusion peut persister un certain temps,… mais à force, la lassitude gagne et le sentiment de l’inutile, comme pour les élections, aboutit à l’abstention.

 

Dans les défilés ils y avait aussi celles et ceux, qui, s’en trop y croire (à l’utilité de telles démonstrations), y vont par habitude, par réflexe, « parce qu’il faut bien y aller », « parce que ça ne peut pas faire de mal »,… Une sorte de « Pari de Pascal ».

 

Les organisations syndicales, probablement surprises (mais elles ne disent rien) par ce « taux d’abstention », n’ont rien trouvé de mieux de dire que « c’est une première étape pour de grandes mobilisations »,… faisant ainsi preuve d’un cynisme, ou d’un bêtise, pas ordinaire.

 

 

ET MAINTENANT ?

 

 

Pas besoin d’être devin ou de « lire dans le marc de café » pour savoir à quelle sauce nous allons être mangé… surtout quand on voit la situation internationale.

 

Concernant les retraites, la réforme va se faire dans le sens du gouvernement et du patronat avec la désapprobation impuissante des syndicats et organisations politiques. Oh ils vont protester,… mais ne vont que protester. Pourquoi ?

 

Parce que le vrai débat, celui de la répartition des richesses produites, personne ne veut véritablement le poser et ce pour une raison simple : il faut mettre en œuvre un changement de rapports sociaux ce que ni syndicats, ni politiciens ne veulent,… d’ailleurs ils ne sauraient absolument pas comment s’y prendre… il suffit de lire leurs discours et voir leur attitude lorsqu’ils sont au gouvernement. Remarquons qu’en Grèce, ce sont les « socialistes » qui sont au pouvoir. Les nouvelles générations vont payer un lourd tribu à cette incapacité et opportunisme politique. Notons au passage que le Parti Socialiste, et celles et ceux (des noms ?) qui lui feront alors allégeance, quand il reviendra au pouvoir, pourra éviter de faire cette réforme avec laquelle il est bien sûr d’accord, à quelques détails prêts.

 

Pour ce qui est du pouvoir d’achat, la crise tient désormais lieu d’alibi… il va continuer à se dégrader, le fossé des inégalités à se creuser. A noter qu’il y a toujours eu une « crise » ou un « retour de conjoncture », aussi bien avec la Droite qu’avec la Gauche pour justifier la baisse du pouvoir d’achat.

 

Quant aux emplois, là, c’est la mondialisation qui tient lieu d’alibi… les emplois vont diminuer, l’exclusion s’étendre, la désindustrialisation se poursuivre.

 

Nous sommes aujourd’hui en fin de cycle du capital qui n’est plus capable d’assurer la reproduction du lien social,… le système se délite, entre en décadence.

 

Face à ça, politiquement, rien,… des discours, des proclamations, des promesses en vue des prochaines échéance des salaires, des menaces de mobilisations sans lendemain,…

 

L’avenir n’est donc absolument pas assumé par les salariés, les exclus, les victimes du capital qui se reposent, par excès ou par défaut, sur les vieilles lunes syndicales et politiques : manifestations, élections, pétitions, délégations dans les préfectures,…

 

Le risque est l’explosion sociale, qui sera de toute manière écrasée,… dans le sang s’il le faut. Le système marchand a toujours su se donner les moyens de sa politique en fonction des circonstances et des rapports de force. Quant à la grève générale, c’est un concept un peu mythique, magique, dont on ne sait pas trop comment il peut se lancer (la preuve !), ce qu’il peut permettre, et ce sur quoi il pourrait déboucher. La grève générale est peut-être nécessaire, mais certainement pas du tout suffisante.

 

De plus, la situation n’est pas du tout explosive ou insurrectionnelle,… les suicides de salariés, d’agriculteurs, d’enseignants, sont d’ailleurs des signes significatifs de l’impasse dans laquelle nous sommes. Le suicide est le dernier stade de la capitulation.

 

 

QUELLES PERSPECTIVES ?

 

 

Elles ne sont bien sûr inscrites nulle part. Pourtant, la décadence du système marchand ne produit pas que des désespérés et des candidats au suicide. Comme dans tout système en déliquescence, des initiatives sont prises pour créer et suppléer à la faillite du rapport social dominant. De nouvelles pratiques, solidarités voient le jour, certaines originales, d’autres plus anciennes et remise au goût du jour. L’esprit de la mutualité, de la coopération prend une nouvelle dimension

 

Bien sûr, les institutions, les politiciens méprisent ces initiatives, ou s’y intéressent si ça peut aider à leur carrière, mais sur le fond, ils n’en ont rien à faire. Pourtant, c’est au sein de ces structures, de ces initiatives que se crée le rapport social de demain, celui qui pourra se substituer au rapport marchand fondé sur l’égoïsme, l’exploitation, le profit et l’exclusion.

 

C’est un mouvement de fond, essentiel, pour certain existentiel, un moyen de vivre autrement, de produire autrement, de consommer autrement.

 

Mouvement marginal, minoritaire, dispersé, pas coordonné diront les pessimistes ! Oui, comme tout mouvement à sa naissance. Son originalité c’est qu’il se fonde sur une pratique très concrète, qu’il crée du social, contrairement aux discours fumeux et toujours mensongers et démagogiques des politiciens qui veulent, bien sûr, notre bonheur.

 

Son originalité c’est aussi et surtout qu’il implique tout un chacun dans sa vie, son quotidien, ses relations à l’autre, qu’il crée de la solidarité et de la responsabilité, contrairement aux pratiques politiques officielles qui confisquent les pouvoirs et les met entre les mains de démagogues et profiteurs.

 

L’avenir n’est pas dans les promesses des politiciens et des élus… ce ne sont que les gestionnaires d’un système qui nous conduit à la catastrophe,… on le vérifie tous les jours.

 

L’avenir n’est pas non plus dans une insurrection qui sera écrasée par les mercenaires militaires et policiers des états garants de la pérennité du système marchand.

 

L’avenir est dans les initiatives multiples et multiformes qui contournent et finiront par affaiblir ce système en décomposition. Tout ne se fera pas spontanément.

 

 

La destruction de rapport sociaux dominant doit-être compensée par la mise en place de nouveaux rapports sociaux,… là est toute la question…que personne ne se pose actuellement.

 

 

 mai 2010 Patrick MIGNARD

 

 

Voir aussi :  « MORNE 1er MAI » et ses liens annexes.
Ecrit par libertad, à 00:33 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom