L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Shut Down the camp

Lu sur : CeMAB « En parallèle à la manifestation officielle du 25 octobre contre l’existence de l’exécrable centre de rétention de Sandholm (Danemark), s'en est tenue une autre, comparable par sa forme de protestation.

Notamment, par la constatation joyeuse de l’action directe, de la mauvaise qualité du matériel qui sert à l’enferment d’« illégaux. »

Info globale : indymedia.dk / luklejren.dk (fr)

Photos : CeMAB.be / modkraft.dk (Voir aussi l’actualité sur Christiania 1 / 2)

Ca, c'est moi qui le rajoute à la publication de l'article ci-présenté ; Léo Ferré déclamait que : « La poésie est une clameur, toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie,

Elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche… »

P.s : J’aurai aussi aimé écrire quelque chose sur un squat & jardin autogéré en plein cœur d’Amsterdam, ou sur feu l’anarcho-psychédélique peintre Melle, mais ce sera pour une prochaine, et si j’en ai la nocturne inclinaison :-)

Ecrit par Mirobir, à 03:47 dans la rubrique "International".

Commentaires :

  satya
30-10-08
à 10:52

t'as des insomnies vraiment intéressantes et sympa :)
Répondre à ce commentaire

  Mirobir
01-11-08
à 00:18

‘Soir

Mais je ne souffre d’aucune insomnie moi !? Peut-être n’avons-nous pas les mêmes horaires ?

 

Plus sérieusement, la nuit est une période plus propice à la marche, l’air y est meilleur ;-)

Répondre à ce commentaire

  satya
01-11-08
à 00:32

Re: ‘Soir

très juste ;)

je me balade aussi la nuit avec grand plaisir!!

ps: tu parles le néerlandais et le danois aussi??
j'ai lu qu'à amsterdam il y avait pas mal de squats de fermés en ce moment?

Amsterdam : vague d’expulsions des squatts


Répondre à ce commentaire

  Mirobir
01-11-08
à 03:43

Re: ‘Soir

Le néerlandais, si j’en ai envie, et le danois, sans aucun doute, surtout après une bonne bouteille. Là alors je te parle en ce que tu veux.

Pour les squats, sais pas, en général peu sont stables longtemps. Ca dépend aussi de l’administration (Administration légale hollandaise). Après une année d’inoccupation, l’usage permis veux que l’on puisse accéder à tout bien vacant, mais avec les sociétés du genre Camelot (Lancelot au Pays-Bas), ça devient sport…

Pour l’instant, ce sont des administrations publics pour leurs bâtiments (Pays-Bas, Espagne, France, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Russie, …) qui font appel à ce type de compagnie, en Angleterre c’est plus les particuliers et le privé.

Si tu veux lire quelque chose sur le sujet « squat », il y ici un bon travail de mémoire universitaire en français, contenant pas mal de cliché, mais intéressant du point de vue historicité.

Répondre à ce commentaire

  Mirobir
01-11-08
à 04:35

Juste un point de vue relatif au lien que tu mets dans ton post de 00h32.

De squats, vu l’ancienneté dans la durée d’existence, certains n’en ont plus que l'allure, leurs structures et leurs modes de fonctionnements étaient devenu de type administratif, par nécessité ou obligation (?). N’entre pas qui veux, pour y vivre ou faire quelque chose de son choix, sauf dans la norme.

On retrouve ce type de valeur dans n’importe structure bureaucratique à caractère sociale.
Répondre à ce commentaire

  satya
01-11-08
à 17:32

Re:

et oui, je suppose que les temps ont bien changés aussi, je n'y suis pas allée depuis 1999.
mais je vais faire dans le mode ringard [dans mon temps ahahahahaha] c'était plus stable et j'avais pas mal d'amiEs qui vivaient dans des squats, en fait ils/elles se répartissaient les lieux et il n'y avait plus grand chose de collectif; sauf si des locaux se dégagaient pour discuter avec les personnes qui voulaient les reprendre.
cela rejoint donc ce que tu dis.
par contre, ce qui était intéressant c'est qu'au bout d'un certain moment en fait ils/elles se sont touTEs fait reloger dans des aparts super et en plus dans le coin (le jordaan).
lors de la construction et de l'attribution des nouveaux logements il y avait des rencontres collectives avec l'architecte, mais autrement tout le monde avait retrouvé ses petites habitudes.
mais l'endroit était vraiment sympa à vivre :)

il y avait d'autres squatts plutôt vers la gare, sur le prinsengracht ou herengracht qui étaient plus collectifs et plus colorés, plus d'expulsions aussi peut être parce que c'étaient de grands locaux d'entreprises ou d'administrations?
je pense aussi que les squatteurs étaient plus jeunes et donc plus aptes à vivre en groupe, tandis que dans le jordaan il y avait aussi  pas mal de personnes avec des gosses.

ps: tu fait comment pour mettre de si jolies couleurs à tes liens???
Répondre à ce commentaire

  libertad
01-11-08
à 21:48

Re:

Ca fait plaisir de te revoir ici Miro :-)
Répondre à ce commentaire

  Mirobir
02-11-08
à 03:49

Salut Libertad :-)

Ca me reprend parfois de vouloir communiquer :-)))

Question connexion, c’est pas le top mais je me débrouille ;-)

Répondre à ce commentaire

  Mirobir
02-11-08
à 04:17

Re:

Satya, l’interface de l’éditeur est identique à un traitement de texte classique. Je ne suis pas assez pédagogue pour t’expliquer, mais c’est simple à exécuter, du genre copier/coller.

Sur le sujet squat, je suis allé récemment en Allemagne voir quelqu’un qui vit dans un endroit dit « squat », et où il faut une carte magnétique pour pénétrer dans les lieux... Je ne pouvais y rester loger que max trois jours, et sans animaux.

Cela élimine évidement toute une catégorie d’individu : Mémère et son cador, le punk à chien, Rex ou son maître, et même Lulutje (10 ans) avec son ami le hamster Geronimo.

A mon arrivé, après avoir passé un sas, émotionnellement j’ai demander à un quidam sur place s’il y avait aussi la possibilité d’avoir accès à un distributeur bancaire…

Sinon j’ai vécu dans un squat où lors de crues alentours, l’eau montait sur 40 cm au rez-de-chaussée et je préparai alors mon repas en compagnie d’amicaux alevins de toutes sortes. Un autre où il fallait faire caca par une fenêtre du 1er étage (sans vis-à-vis je précise) à l’arrière du bâtiment.

Les sanitaires ayants étés expressément détruits par le propriétaire pour empêcher toute installation permanente de logeur, j’avais dignement inscris sur le mur au dessus du châssis « E pericolosi sporgersi », histoire d’informer le contemplatif amateur de couché de soleil, de la vue imprenable :-)

Répondre à ce commentaire

  satya
02-11-08
à 09:31

Re:

heuuu.. t'es sûr que tu t'es pas trompé de porte avec l'ambassade ou le consulat américain du coin???
y'avait  pas des mp's dans les parages non plus?
c'est quoi se délire !!
je comprends ton trouble émotionnel, je crois que je n'aurais jamais accepté de passer ce sas, t'es courageux :D :D
j'ai dû le passer une fois justement dans un consulat américain beurk beurk beurk

pour l'histoire de l'eau qui monte, ça j'ai connu mais c'était pas vraiment un squat, c'était l'atelier d'un copain peintre qui nous le prêtait et c'était à venise alors on dormait plutôt sur la table ;)

è péricoloso sporgersi per davvero :D
ma è encora pui pericoloso passare sotto !! :D :D :D
mais, vous n'avez jamais entendu parler d'un seau avec un couvercle??
je n'ai rien contre une paire de fesses par la fenêtre, m'enfin faut pas non plus souffrir de vertiges..ou pire !!

on a beau dire, la vie est vraiment riche :)


Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom