L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Régénération humaine et éducation libertaire
Lu sur La Gryffe.net : "Depuis la fin du 19e, de nombreux penseurs anarchistes se sont penchés sur la question de l'enseignement. Si on réduit souvent la pédagogie libertaire à la non-directivité de l'enseignement, celle-ci n'en est pourtant qu'un aspect. Il faut attendre la fin de la période "terroriste" pour que l'éducation reprenne sa place dans les questionnements anarchistes grâce à l'expérience de Paul Robin à Cempuis. Après cette aventure plusieurs personnalités tenteront d'apporter leur pierre au projet : Sébastien Faure et la Ruche ou encore l'Orphelinat de l'Avenir Social animé par Madeleine Vernet.
A la même période une autre idée préoccupe des militants anarchistes, c'est le néo-malthusianisme ou "régénération". Ici encore le rôle de Paul Robin est prépondérant puisque celui-ci va se consacrer à sa diffusion après son exclusion du système éducatif. Il s'agit dans ce cas d'utiliser des méthodes scientifiques afin de réduire les naissances et ainsi offrir les meilleures conditions d'existence et d'éducation aux enfants de la classe ouvrière. Avec lui, il y a une réelle convergence entre l'éducation et la régénération dans le souci de façonner des individus conscients émancipés. Les néo-malthusiens sont d'ailleurs beaucoup plus liés avec les pédagogues libertaires qu'avec les théoriciens anarchistes de l'époque qui ont condamné et combattu leurs doctrines.
L'auteur admet un nombre élevé d'études globales sur l'enseignement de ces écoles "libertaires", cependant peu de recherches sur les aspects particuliers tels que l'hygiène ou l'éducation sexuelle ont été effectuées. L'objet de cette étude est d'analyser l'imbrication du néo-malthusianisme avec l'éducation libertaire. Pour y parvenir, l'auteur s'appuie sur les revues néo-malthusiennes (Régénération, Génération Consciente, Le Malthusien, Rénovation) comme sur les journaux pédagogiques de l'orphelinat de Cempuis ainsi que sur ceux de la Ruche, sans oublier les nombreuses brochures de l'époque.
 

Une certaine vision de l'éducation


Paul Robin débute son travail de propagande d'éducation libertaire dès son adhésion à l'A.I.T. Ses premiers articles préconisent une meilleure éducation physique afin d'améliorer les capacités intellectuelles et avancent également la nécessaire coéducation des deux sexes. Après avoir pris partie à la Commune de Brest, Robin doit s'exiler à Londres. S'il est exclu de l'A.I.T., il fait également sa rencontre décisive avec les néo-malthusiens. Ses amis anarchistes n'acceptant pas la doctrine il la met de côté pour revenir à ses premières préoccupations. Robin écrit alors des articles pour un dictionnaire de l'éducation, commandé par l'Etat et dont la direction est assurée par James Guillaume. De retour en France, Robin devient le directeur de l'orphelinat Prévost à Cempuis dans l'Oise. Certains qualifient l'école de « caserne », pourtant les valeurs de fraternité et de responsabilité y sont tout de même inculquées. La nouveauté réside également dans la coéducation des sexes, précepte qui sera le principal argument de ses détracteurs. L'éducation intellectuelle reste conventionnelle mais s'explique par l'obligation de l'examen du certificat d'études. Quand Paul Robin débute ses tournées pour vanter les mérites de sa pédagogie, il est alors accusé par certains journaux de diffuser de la propagande néo-malthusienne. A la même époque débute le "Procès des Trente" (1893) et l'opinion comme l'Etat ne tolèrent pas les écoles anarchistes. Robin est révoqué en 1894 et peut maintenant consacrer sa vie à la régénération. Il fonde en 1896 la Ligue de Régénération Humaine et son mensuel Régénération. L'organisation et son journal vivotent jusqu'à l'arrivée d'Eugène Humbert qui fait connaître à la pensée néo-malthusienne son heure de gloire. En effet, grâce à celui-ci des militants comme Sébastien Faure, Georges Yvetot ou Gustave Hervé adopteront les théories et pratiques de la L.R.H. Suite à une querelle entre Humbert et Robin, ce dernier abandonne Régénération pour tenter de créer un syndicat de prostituées et une agence d'union libre. De son côté, Humbert fonde Génération Consciente qui paraît jusqu'en 1914 et Le Malthusien poursuit le travail de Régénération. Paul Robin se suicide en septembre 1912 en léguant son matériel à la Ruche et à d'autres écoles libertaires.
L'éducation intégrale selon Paul Robin repose sur trois axes : l'activité physique, intellectuelle et morale. Si Robin s'est tourné vers le néo-malthusianisme quelques années avant Cempuis, ses positions n'ont pas pour autant radicalement variées. Robin fait de l'éducation intégrale la deuxième phase de la régénération humaine après la limitation des naissances. Il insiste sur la notion de « mauvaise naissance » pour justifier le néo-malthusianisme et l'éducation. Une procréation consciente devrait améliorer la qualité des hommes et éviter des générations non-voulues. Ainsi on pense n'avoir qu'a éduquer des individus doués et capables de bénéficier d'une éducation intégrale. Robin a beau attribuer en partie l'échec de Cempuis aux élèves « faibles et dégénérés » imposés par les autorités, l'admission à l'orphelinat n'est pourtant pas simple puisqu'il insiste particulièrement sur les capacités physiques des enfants. Même après Cempuis, Robin poursuit son œuvre en fondant la revue l'Education Intégrale où la pédagogie est mêlée à la limitation des naissances. Avouant l'échec de cette tentative, il reporte son attention sur la diminution de la population afin de constituer une jeunesse "saine". Le néo-malthusianisme ne s'arrête pas à la limitation des naissances et l'éducation n'est pas une propagande annexe de la régénération.
La question de l'éducation est de plus en plus traitée comme n'importe quelle propagande par les néo-malthusiens qui le suivent : Madeleine Pelletier s'en éloigne au profit d'une « procréation consciente », Humbert insiste sur le pacifisme et quand Sébastien Faure se lance dans l'aventure de la Ruche en 1905, les régénérateurs s'intéressent peu à la question de l'école. Faure installe son établissement à Rambouillet en s'inspirant clairement de Paul Robin comme de Francisco Ferrer, même s'il se montre moins préoccupé par la question de l'eugénisme. Le principe d'éducation de Faure, plus libéral que son prédécesseur de Cempuis, repose également sur l'éducation intégrale. Dans le bulletin de la Ruche, des néo-malthusiens écrivent sur l'hygiène scolaire et l'éducation physique. Il s'investit dans l'éducation afin d'assurer aux enfants une « une bonne naissance et une bonne éducation » et ainsi former une avant-garde révolutionnaire digne de ce nom. C'est dans ce même souci que s'inscrit le journal Rénovation, organe de trois organisations régénératrices où les néo-malthusiens ont une importance relative : la fédération des ouvriers néo-malthusiens, la Ligue ouvrière pour la protection de l'enfance, la Fédération des groupes ouvriers antialcooliques. A l'intérieur du comité de rédaction du journal Rénovation, le souci majeur demeure la destruction de la société capitaliste en créant des militants ouvriers sains.  

Le contenu de l'enseignement.


Les néo-malthusiens et les anarchistes formulent les mêmes critiques vis à vis de l'école laïque et prônent la non-directivité de l'enseignement. Ils adoptent également une conception positiviste de l'éducation, hostile à l'autorité et à l'ordre moral. Ces convergences les amènent à annoncer dans leurs bulletins respectifs la création de la Ruche ou d'autres colonies libertaires. Il serait toutefois exagéré de parler d'un réel contact entre eux, tout au plus peut-on évoquer des échanges d'informations. A la lecture des bulletins de la Ruche, il ne semble pas que Sébastien Faure ait profité de son autorité pour diffuser la propagande anarchiste ou néo-malthusienne. Dans la presse de cette dernière, on préconise une « ortografe simplifiée et raizonnable » comme on vante les mérites de la méthode Galin Paris Chevé, une nouvelle pédagogie libertaire. Mais l'intérêt des régénérateurs pour l'éducation est minoritaire dans leur propre groupe qui est traversé par des motivations multiples. Certains rejettent la loi de population quand d'autres ne voient que le caractère individuel ou éducatif du néo-malthusianisme. Pour beaucoup l'intérêt éducatif ne vient pas particulièrement d'une adhésion aux théories de Malthus mais plutôt d'une dilution des propagandes anarchistes après la période des attentats (cf. Maîtron). Il est également à noter que certains régénérateurs se préoccupent de l'école laïque, c'est le cas de ceux qui participent à la revue l'Ecole Emancipée.
Les néo-malthusiens ont plus de chances d'être suivis sur la notion d'éducation sexuelle et c'est grâce à elle qu'ils apportent leur particularité. Pour Régénération, en parler devient impératif dès la puberté des enfants afin de les préserver des grossesses non désirées et des maladies. P. Robin introduit la notion de plaisir féminin, la sexualité ne devant plus demeurer une jouissance uniquement masculine. Si Sébastien Faure s'intéresse davantage à la question, c'est surtout aux articles de Jean Marestan et Manuel Devaldès dans les pages de Génération Consciente que l'on doit une plus profonde réflexion. En 1911 paraît la brochure L'Initiation Sexuelle de Georges Bessede dans laquelle il explique sa méthode différenciée d'éducation à la sexualité. Après 1918, Lorulot introduit les notions de plaisir et de désir dans la problématique régénératrice. Chez les libertaires, on a beau défendre l'éducation sexuelle, elle n'est pas pour autant pratiquée dans leurs écoles. Mais si Robin ne s'y est pas risqué à Cempuis c'est sans doute à cause du risque de fermeture de l'établissement par des autorités acceptant déjà mal la coéducation des sexes.
Cette dernière ne se limite pas à la mixité puisqu'il s'agit de proposer un enseignement identique aux filles et aux garçons. Cette idée divise profondément les enseignants, par exemple ceux de la revue syndicale et pédagogique l'Ecole Emancipée ne sont pas unanimes à ce sujet. Paul Robin estime que la coéducation permet d'éviter la corruption des enfants en favorisant une maternité consciente. De son côté S. Faure y voit un moyen d'accéder à l'égalité et l'harmonie. Les néo-malthusiens reprennent les vues du directeur de Cempuis sur la nécessité d'un enseignement égalitaire pour accéder à une régénération humaine. Les ateliers de Cempuis maintiennent tout de même une division sexuelle puisque la C.G.T. reproche à la Ruche la présence d'une fille dans l'imprimerie de l'établissement. Certes il y a encore un accès inégalitaire au savoir dans les écoles anarchistes, elles sont pourtant les seules à pratiquer une éducation moins genrée, la formation professionnelle maintenant une vision normative du rôle de la femme dans la société.
 

L'Hygiène.


Les néo-malthusiens insistent sur la question de l'hygiène afin de favoriser la procréation d'êtres sains. Ils en développent par contre une vision totalement différente de celle de l'Etat et l'appliquent à tous les domaines de la société : habitation, propreté etc.
D'abord, le sujet préoccupe les enseignants liés au mouvement ouvrier, de nombreux articles du Dr Narisch paraissant dans l'Ecole Emancipée. Madeleine Vernet, qui édite la brochure Le Problème de L'Alcool en 1906, trouve dans les pages de Rénovation le moyen de lutter contre les méfaits de l'alcool au sein de l'institution, là où l'âge des individus rend tout possible. Mais les régénérateurs délèguent le problème de la sobriété ouvrière aux syndicats, préférant se concentrer sur le contrôle des naissances pour prodiguer de meilleurs soins.
Le néo-malthusianisme français subit effectivement à ses débuts l'influence des Naturiens, mouvement à contre courant de l'époque qui s'affirme contre la science et la civilisation, et l'animateur de la revue le Naturien, Henry Zisly, s'ouvre rapidement aux régénérateurs même si ceux-ci proclament au contraire leur confiance envers la science. Paul Robin et Sébastien Faure tissent également des liens avec les végétariens sans pour autant adhérer à leur philosophie ni leur permettre de pouvoir s'exprimer dans leurs organes. L'hygiène n'étant pas dépendante de la bonne naissance, quelques apports naturiens (hygiénisme, végétarisme etc.) permettent aux néo-malthusiens de résoudre en partie le problème de la régénération de l'individu. Ils utilisent cependant les progrès scientifiques pour améliorer la propreté. L'intérêt est alors porté sur les logements insalubres et, dans certains textes, c'est l'urbanisation elle-même qui est rendue responsable du mauvais développement de l'enfant. Ils interviennent également sur la question de l'alimentation et la consommation d'alcool. A propos de celle ci on peut noter une évolution puisqu'on passe en quelques années de la tempérance à l'affirmation d'une abstinence totale. Les néo-malthusiens refusent également la consommation de tabac et prennent des repas sans viande mais pour la plupart, il semble s'agir d'un souci d'économie de production. A ce propos, ils s'éloignent des naturiens en utilisant les progrès techniques pour augmenter les rendements agricoles. On voit ici que les néo-malthusiens sont végétariens moins pour des questions de doctrine que pour des raisons pratiques. Le végétarisme en tant que tel aura plus de succès chez les libertaires après la première guerre mondiale.
Paul Robin est convaincu qu'une bonne hygiène détermine la moralité et le développement des capacités intellectuelles d'un enfant, ses expériences vont d'ailleurs être les plus marquantes. Il proscrit donc l'alcool et le tabac à Cempuis. Dans l'orphelinat, d'après les bulletins, l'hygiène occupe 3 heures des cours quotidiens. La toilette est minutieuse et contrôlée par des élèves plus âgés, on pratique la gymnastique et l'entretien des locaux se fait collectivement. Par peur des représailles, Cempuis n'est pas une école végétarienne cependant peu de viande est servie lors des repas. De son côté, Sébastien Faure qui s'est inspiré de l'orphelinat de l'Oise, augmente le temps de récréation afin d'éviter qu'une position trop longtemps assise ne favorise une dégénérescence. En revanche, la Ruche est moins attentive à la question végétarienne puisque le braconnage est pratiqué dans les bois environnants. Il semble également que Faure ait été moins préoccupé par les questions hygiénistes. L'idée de régénération demeure présente mais il n'y fait pas appel pour justifier les mesures de propreté. L'Avenir Social de Madeleine Vernet prodigue les mêmes mesures bien que l'accent soit mis sur l'antialcoolisme. Pour elle, la régénération peut s'entreprendre dans un établissement laïque et surtout urbain. Dans ces deux écoles, l'influence du mouvement naturien n'est pas non plus à minimiser à une époque où celui ci a commencé à s'ouvrir sur d'autres courants libertaires, notamment grâce à Henry Zisly.

*
La convergence entre l'éducation libertaire et le néo-malthusianisme tient surtout au rôle de Paul Robin. La régénération a contribué à la propagation de l'idée évolutionniste dans l'éducation. Par contre l'influence des néo-malthusianistes dans la pratique de l'hygiène sera plutôt limitée dans les écoles d'Etat, car il semble que leurs liens avec les naturiens n'aient effectivement pas convaincu les autorités, ni même certains libertaires. Si la pratique de l'hygiène est plus avancée à la Ruche, cela est peut être dû à l'arrivée d'un nouveau moyen d'émancipation -Renaud Violet parle même d'un « Dieu »- chez les anarchistes : la Science. L'éducation intégrale connaît un coup d'arrêt après 1918, et il est impossible pour le moment de dire quelle a été l'attitude des néo-malthusiens. Si on a parlé de l'influence régénératrice dans l'éducation libertaire, il faut également noter que celle ci a été influencée par le mouvement ouvrier, la franc-maçonnerie et par une multiplicité d'autres références. L'auteur invite en conséquence à croiser ses recherches avec les mouvements d'éducation espagnols ou belges

L'influence du néo-malthusianisme français sur les expériences pédagogiques libertaires avant 1914

Renaud Violet, mem. de maîtrise en histoire contemporaine (Nicolas Bourguinat, dir.), université Marc Bloch- Strasbourg 2, 2002, 140 p.
Ecrit par libertad, à 23:25 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  VILAIREF
08-09-04
à 15:16

Influences de GODIN sur ROBIN

Très bien votre article sur Paul Robin, mais il n'est , nulle part , fait mention des visites , des échanges épistolaires concernant l'architecture que pourrait avoir l'orphelinat de CEMPUIS, ni de l'article qu'a rédigé Paul Robin sur le système éducatif du Familistère de GUISE(02)de J.B.A. GODIN, palais"social", qui servit de modèle à tout le système éducatif français,et dont Paul Robin fut l'un des plus fervents admirateurs. Cet article, paru dans le Dictionnaire de pédagogie de F.BUISSON,décrit avec enthousiasme, le cortège des phalanges de la seule représentation existante au monde du PHALANSTERE de Fourier.
Séparation de l'école et de l'église, mixité ,piscine couverte dont l'eau était chauffée écologiquement par la vapeur qui avait servi à faire fonctionner les machines de l'usine,premiers tests psychométriques(dont se servira Robin,
imprimerie,theatre,soins st médicaments gratuits, creche et surtout , seule obligation pour pouvoir habiter le Familistère : obligation de mettre ses enfants à l'école de son choix (celle du Familistère ou de la Commune-gratuites- ou celle du curé-payante- .).
Bien sur, Godin était un patron, mais il a été le premier à léguer son entreprise à ses salariés et bien des "socialistes,ou communistes actuels feraient bien pâle figure à ses côtés!Mais ,il faut remettre tout cela dans l'ordre et accepter les filières qui permettent qu'aujourd'hui nous puissions en parler librement!
Répondre à ce commentaire

  Renaud Violet
16-04-06
à 10:39

Re: Influences de GODIN sur ROBIN

Effectivement, c'est l'un des nombreux manque de ce travail. Il y a un grand nombre de structures plus ou moins libertaires, autogérées ou simplement "avancée" qui ont influencé Paul Robin et seules quelques unes sont mentionnées dans ce travail. Nous pourrions rajouter le familistère de Guise, même si l'essentiel de cette structure n'est pas centré sur l'éducation. De même, il faudrait mentionné, à l'autre bout de l'échelle, les colonies pénitentières alsaciennes (une Alsace alors allemande), dont celle d'Ostwald, qui ont fourni un autre exemple ou modèle pour Paul Robin.

Répondre à ce commentaire

  libertad
16-04-06
à 10:54

Re: Re: Influences de GODIN sur ROBIN


Ce serait intéressant de nous communiquer des sources sur l'influence que Godin a pu avoir sur Robin, c'est peu connu.
Répondre à ce commentaire

  Renaud Violet
21-04-06
à 11:11

Re: Re: Re: Influences de GODIN sur ROBIN

En fait, je ne peux malheureusement pas donner de sources exactes, il faut consulter les périodiques publiées sous la direction de Paul Robin, pour y trouver quelques traces. Il faudrait donc voir l'Education intégrale (bulletin de l'orpheliant Prévost), L'école rénovée, Régénération, etc.

Ici, un site qui cite un passage de l'école rénovée où Paul Robin relate sa visite à Guise:

http://www.freinet.org/icem/archives/benp/benp44/benp44.htm

Répondre à ce commentaire

  Renaud Violet
21-04-06
à 11:18

Re: Re: Re: Re: Influences de GODIN sur ROBIN

Je rajouterai aussi que Paul Robin a écrit un article dans le dictionnaire de Pédagogie de Ferdinand Buisson voulme 1, 1882) sur le familistère de Guise.
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom