L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Que signifie la victoire de Syriza en Grèce ?
Lu sur Le Monde libertaire : "Depuis la « crise » de 2008, la Grèce vit sous des politiques d’austérité à grande échelle : impôts et taxes supplémentaires, réduction des retraites, réduction du salaire des fonctionnaires, réduction des subventions publiques à la Santé par exemple, non-remplacement des départs à la retraite, licenciement des contractuels, privatisation des biens publics, vente des infrastructures, etc.

Une situation économique et sociale catastrophique
La population s’est révoltée et a manifesté en nombre, dans tout le pays, tout au long de ces années mais, les mobilisations n’ont pas suffi à inverser la tendance. Malgré les milliers de personnes dans les rues, les gouvernements, retranchés derrière les barrages policiers, votaient toutes les lois de casse sociale.
Les émeutes, les affrontements, les grèves n’ont pas été victorieuses. Il y a eu une valse des différents partis politiques et, comme dans chaque crise, les partis d’extrême droite (Aube dorée) ont essayé de canaliser et détourner la colère populaire contre les étrangers. Des attaques ont eu lieu faisant de nombreuses victimes. Des antifascistes ont été tués. Heureusement, la contre-attaque a été à la hauteur et a permis de limiter, voire détruire la menace fasciste. Il faut dire que la Grèce a une histoire marquée par la dictature des colonels, jusque dans les années 1970. La tradition antifasciste est donc encore fortement présente. Le gouvernement avait même pris, tardivement, des mesures condamnant des leaders de ces partis d’extrême droite.
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 09:58 dans la rubrique "International".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom