L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Prostitution: manifestations "contre" et "pour" face à face
Lu sur Yahoo! Actualités : "PARIS (AFP) - Plusieurs centaines de personnes (250 selon la police) ont manifesté mardi soir contre le système prostitutionnel à Paris, tandis qu'une trentaine de prostituées masquées venues défendre leur "métier" les attendaient sur le parcours pour un face-à-face sans violence.Derrière une grande banderole déclarant "les êtres humains ne sont pas des marchandises", le Collectif des droits des femmes, qui avait appelé à la première manifestation, a rassemblé des groupes féministes, des élues de gauche (PS et PCF), des militants d'ATTAC, de la Ligue révolutionnaire et de AC! contre le chômage notamment.

Dans le cortège qui a défilé de la place de la République à la rue Montmartre, des pancartes affirmaient: "si c'est un métier, proposez-le à vos enfants (ou à vos élèves)", "les femmes dans la rue, pas sur les trottoirs", "pas de client, pas de prostitution" ou encore "Sarko, c'est les proxos qu'il faut virer, c'est pas les immigrées, ni les prostituées".

Car le projet de loi Sarkozy sur la sécurité intérieure était la première cible du collectif qui lui reproche de "criminaliser pour la première fois les victimes de la prostitution sans mettre aucun moyen pour la réinsertion des personnes qui voudraient en sortir ni pour la prévention".

La première adjointe à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, qui était dans la rangée de tête, a exposé la politique de sa municipalité comme un contre exemple: comité de pilotage mairie-police-justice-associations pour proposer des solutions, crédits aux associations de terrain portés de 75.000 euros à 600.000 euros en un an, convention d'hébergement avec France Terre d'asile pour accueillir et sécuriser les personnes qui veulent quitter le trottoir...

A son côté, Laura Duchêne présentait la position plus nuancée du parti communiste: dans l'immédiat des droits pour les prostitués et à plus long terme une politique de prévention pour faire reculer le phénomène.

La trentaine de prostituées, pour la plupart masquées, qui les attendaient à mi-parcours, se sont contentées de distribuer aux passants et manifestants un tract signé France prostitution. Elles sont, elles aussi, contre le projet de loi Sarkozy qui les "criminalise au lieu de s'en prendre aux proxénètes", a déclaré Claudia, leur porte-parole, à visage découvert.

Cette association, créée la veille de la manifestation des prostituées devant le Sénat le 5 novembre, rassemble, selon elle, 1.250 adhérentes dans toute la France, qui se définissent comme "traditionnelles et libres". Elles ne revendiquent pas de droits sociaux puisqu'elles sont "déclarées en libérales, avec cotisations sociales volontaires et impôt sur leurs recettes".
Ecrit par libertad, à 21:18 dans la rubrique "Social".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom