L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

On construit des barrages sur tous les fleuves de la terre. Est-ce vraiment une bonne idée ?


Le barrage des trois Gorges se vide, lors d'une crue du 8/ juillet 2012 à Hubei, en Chine. TPG/Getty Images

Le soleil et le vent comme sources d’énergie sont au cœur des débats d'aujourd'hui mais la frénésie d'énergie hydroélectrique qui nous emporte actuellement pourrait se révéler tout aussi importante pour la planète – pour le meilleur ou pour le pire.

L'hydro-électricité peut nous fournir de l'énergie renouvelable – mais elle peut aussi semer le chaos et la destruction dans l'environnement de nos rivières.



Les barrages hydro-électriques sont les principales sources d'énergie renouvelables, générant 16 % de l'électricité mondiale. D'après une étude récente de Aquatic Sciences (http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00027-014-0377-0), plus de 620 barrages sont en construction, surtout en Amérique latine et en Asie – plus quelques milliers en programmation.

Au maximum, si la plupart des barrages prévus étaient construits, la production mondiale d'hydro-électricité pourrait doubler, et atteindre 1700 gigawatts, prédit l'auteur de cette étude. Cela réduirait aussi le nombre de fleuves encore sauvages par 20 %

Il y a du pour et du contre. S'ils étaient construits, ces barrages pourraient fournir de l'électricité à des millions de personnes qui n'en ont pas. Mais les barrages sont aussi extrêmement controversés. Certain projets conduisent au déplacement de milliers de personnes et à la destruction d'habitats riverains, une expérience dont les Etats-Unis ont souffert considérablement au cours du siècle dernier. En fait des études récentes ont conduit à se demander si l'énergie hydraulique est si avantageuse que cela (http://www.climatecentral.org/news/hydropower-as-major-methane-emitter-18246).

La frénésie de construction de barrages dans le monde

Barrages en construction (points bleus ; 17%) ou programmés (points rouges ; 83%). D'après : Aquatic Sciences (DOI: 10.1007/s00027-014-0377-0).

Une nouvelle étude, des chercheurs de l'université de Tübingen en Allemagne, a établi une base de 3,700 grands barrages en construction (en bleu) ou en programmation (en rouge). Beaucoup de ces barrages ne seront peut-être jamais construits – surtout si les plans sont mal définis – mais cela laisse au moins 629 grands barrages prévus en ce moment.

Les plus gros projets seront réalisés dans le bassin de l'Amazone et de La Plata, au Brésil, et du Ganges-Brahmaputra en Inde, et dans celui du Yangtze en Chine. (La Chine reste le principal avec 31 % de la capacité hydroélectrique du monde)

La part de l'électricité hydraulique pourrait ainsi passer de 16% à 18%

Si la plupart de ces barrages étaient construits, l'étude de Aquatic Sciences nous indique que la proportion de l'électricité fournie par l'énergie hydraulique pourrait monter jusqu'à 18 %. Cela peut sembler minime, mais il faut se souvenir que la demande d'énergie dans le monde est énorme et que les autres sources d'énergie croissent également. En fait, cela fait beaucoup d'hydro-électricité.

Un grand avantage de ces barrages serait de fournir de l'électricité à quelques uns des 1,2 milliards qui n'en ont pas encore. Un rapport récent (http://www.vox.com/2014/10/13/6970513/africa-electricity-620-million-people-map-gas-coal-solar) de l'International Energy Agency a estimé que l’hydro-énergie devrait croître considérablement en Afrique (en plus du gaz naturel et de l'énergie solaire) d'ici à l'année 2040 pour fournir de l'énergie à ceux qui n'en ont pas.

Qu'en est-il alors du réchauffement mondial (http://www.vox.com/cards/global-warming) ? En théorie, les barrages produisent moins de gaz à effet de serre que les centrales à charbon, par exemple. Mais il y a un autre problème. Des études récentes ont suggéré que la végétation (http://www.eenews.net/stories/1059991386) en décomposition dans les réservoirs de barrages pourrait produire des masses de méthane, c'est à dire, d'un puissant gaz à effet de serre.

Dans beaucoup de cas, cela pourrait annuler bien de avantages climatiques, surtout sous les latitudes (http://www.nature.com/nclimate/journal/v2/n6/full/nclimate1540.html) tropicales, comme au Brésil. Des chercheurs sont actuellement en train de calculer le volume de ces émissions, mais l'énergie hydraulique n'est pas aussi verte que l'on pourrait le croire (il existe d'autres méthodes de construire des barrages moins polluants, mais ces méthodes ne sont pas toujours respectées - http://www.eenews.net/stories/1059991386 ).

Pourquoi les barrages sont souvent controversés

belo monte dam protest

Des protestants brûlent des pneus durant une manifestation contre Norte Energia – la société responsable de la construction de l'usine hydro-électrique de Belo Monte dans le nord du Brésil. (AFP/Getty images)

Comme on l'a signalé, pourtant, il n'est du tout certain que tous les barrages prévus seront effectivement construits. En effet, les usines hydro-électriques coûtent cher et sont souvent enclins à dépasser les coûts. Une étude récente de Energy Policy a trouvé que les grands barrages coûtaient 96 % de plus, en moyenne, que ce qui avait été prévu au départ.

(http://andrewgelman.com/wp-content/uploads/2014/03/140228DamsAnsarFlyvbjergBudzierLunnPRINT.pdf)  

Si tous ces barrages étaient construits, le nombre de fleuves 'sauvages', diminuerait de 20 %.

Les grands barrages provoquent aussi de nombreuses réactions dans le public. Ainsi, le barrage de Belo Monte, au nord du Brésil (http://en.wikipedia.org/wiki/Belo_Monte_Dam), s'est trouvé arrêté depuis les années 1970 à cause de préoccupations diverses. Les opposants ont soutenu que le (http://www.nytimes.com/2011/06/02/world/americas/02brazil.html?_r=2&) barrage perturberait la pêche et beaucoup d’écosystèmes en aval, et qu'il obligerait des milliers d'indigènes à quitter leurs terres. (la présidente récemment réélue Dilma Rousseff, s'est affirmée déterminée de mener à bien la construction de ce barrage).

On peut trouver des controverses similaires un peu partout. Le gargantuesque barrage des trois Gorges a ainsi délogé 1,3 millions de personnes pendant sa construction (http://en.wikipedia.org/wiki/Three_Gorges_Dam). Le laos prévoit de construire plus de 30 (http://www.channelnewsasia.com/news/asiapacific/laos-hydropower-dams-draw/1431720.html) barrages dans les années qui viennent – mais des paysans et des pêcheurs en aval s'y opposent légalement, soutenant que les barrages dégraderont la qualité de l'eau des fleuves et épuiseront les réserves de poissons. L'énorme barrage Renaissance en Ethiopie, présentement en construction, a conduit à une dispute diplomatique avec l'Egypte (http://www.nytimes.com/2014/10/12/world/dam-rising-in-ethiopia-stirs-hope-and-tension.html) à propos de la maîtrise de l'eau du Nil .

Les US apprennent des erreurs passées