L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Ni clochers, Ni minarets !
Lu sur Increvables anarchistes : "NUL n'ignore les descriminations économiques et sociales dont souffrent les jeunes défavorisés des banlieues.Nul n'ignore non plus qu'elles se doublent de discriminations racistes intolérables envers ceux issus de l'immigration, qu'ils soient de la première, deuxième ou troisième génération, naturalisés ou nés français. Dans ces conditions, et vu l'absence de perspectives tangibles d'amélioration de ces dernières, rien d'étonnant à ce qu'il y ait des phénomènes de violences, de casses, de délinquances, mais aussi de révoltes et d'agitations de toutes sortes. Rejetés, montrés du doigt, victimes de vexations policières quand ce n'est pas de bavures, il est clair qu'on ne peut pas demander à tous ces jeunes de se tenir tranquilles et de rester sages comme des images ! Pourtant, c'est ce que voudrait bien ce gouvernement, en digne représentant des intérêts qu'il défend, ceux du Capital. Il a besoin de la paix sociale, y compris dans les cités. Plutôt que de s'attaquer aux racines du mal, et on sait pourquoi, il préfère essayer d'acheter à moindre coût le calme. Alors, après avoir brandi l'épouvantail islamique favorisant ainsi la montée du FN., ce qui l'arrangeait bien, l'État renverse complètement la vapeur.
Il décrète, puisque l'Islam est maintenant en nombre de fidèles la deuxième religion de France, qu'il est temps qu'elle s'organise, qu'elle s'intègre à la république et à la laïcité à la française.
En somme, il s'agit maintenant de concrétiser ce qui relevait jusqu'à présent du fantasme: l'islamisation de la jeunesse immigrée. On croit rêver, et pourtant c'est ce qui est d'une certaine façon recherché.
Le prix à payer pour obtenir la quiétude dans nos cités: livrer les jeunes prolétaires aux imams, comme les chômeurs allemands avaient été livrés en leur temps aux nazis, pour mieux les encadrer et les empêcher de dépasser le stade de la révolte ou de la réaction épidermique.
Alors, on nous bassine avec la bonne influence d'un Islam tolérant et ouvert, c'est tout juste si on n'ajoute pas laïc et républicain. C'est un discours qu'on avait déjà entendu, notamment à Neauphle-le-château, où s'était réfugié l'ayatollah Khomeyni, qui tenait exactement les mêmes propos quand il n'était pas encore au pouvoir, et on sait ce qu'il advint.
La récidive est venue quelques années plus tard, quand les réfugiés afghans nous expliquaient doctement qu'il ne fallait pas s'inquiéter, le fondamentalisme, c'est un retour aux sources pures de l'islam, il n'a rien à voir avec l'intégrisme chiite iranien ! Effectivement, ce n'est pas pareil, c'est cent fois pire !
Alors, quand maintenant on y rajoute une dimension citoyenne, nouveau concept très à la mode, c'est vraiment se moquer du monde. A moins que citoyen veuille essentiellement dire bon toutou gentil et obéissant, ce qu'on subodore, quand l'État nous parle de citoyenneté, et que mis à la sauce islamique, on puisse traduire par faire filer droit une jeunesse immigrée un peu agitée, et qu'elle reste à sa place, chacun chez soi et les veaux seront bien gardés!

Danger communautariste
Peut lui chaut si c'est sur le dos des jeunes (et les filles sont en première ligne de mire) que ce marché est passé, si le risque est grand de voir fleurir l'esprit communautaire.
Après tout, l'exemple américain est là pour monter que le capitalisme s'en accommode très bien, au contraire, et c'est tout ce que l'État recherche. D'ailleurs, le communautarisme, ce dernier, les municipalités, les sociétés de transports etc., ne le cultivent-ils déjà pas ?
Il suffit d'observer le recrutement effectué pour les agents de sécurité, les médiateurs dans les quartiers, les emplois jeunes dans les bus... Si tu ne veux pas obéir au flic blanc, tu ne va pas désobéir à l'agent de sécurité arabe, si tu refuses ton ticket au contrôleur " gaulois ", va t'expliquer avec le préposé black. Puisque tu te sens le droit de gueuler contre un chef français, tu ne vas pas le faire contre ce patron de ta communauté, dont tous les membres doivent se serrer les coudes.
Ce phénomène bien connu est largement utilisé par les patrons de minorités ethniques, et du Sentier à la Défense, nombre de travailleurs (plus ou moins clandestins d'ailleurs) s'y font piéger.

Ni évangiles, ni coran
Contre le droit d'abrutir les enfants, de maintenir leurs consciences dans le ghetto de l'obscurantisme, les mollahs feront donc régner l'ordre dans les quartiers. C'est déjà commencé dans certains coins, où au nom d'Allah certains " repentis " font la chasse à tout ce qui n'est pas Halal, parfois pour mieux assurer leurs petits trafics, comme ça tout baigne, c'est tranquille, le quartier ne fait plus parler de lui.
La misère reste pourtant.
Ce phénomène de l'ordre moral islamique est bien connu en Iran, où ce qu'on appelle là-bas le " Bazar " (les gras commerçants traditionnels) utilise les pauvres, en les recrutant comme gardiens de la révolution islamique. Pendant qu'ils font la chasse aux tenues indécentes et aux mauvaises mœurs, les affaires peuvent prospérer et l'exploitation continuer.
Cet exemple est aussi une réponse à la campagne menée par certains et qui voudrait faire accroire que la religion musulmane est une religion progressiste, au prétexte qu'un de ses piliers c'est l'aumône, qu'au moment de l'Aïd, il y a le partage du mouton avec ceux qui n'ont pas les moyens d'en acheter un, que le ramadan, en faisant ressentir la faim, permettrait aux croyants de ne pas oublier ceux qui souffrent de la misère... Ce genre de chanson, on l'a entendu avec les cathos de gauche et leur théologie de la libération. Des foutaises.
Comme si la charité n'était pas au contraire une manière de maintenir un ordre établi inique. Si le coran était progressiste, il proposerait plutôt l'extinction du paupérisme avant le prochain croissant de lune ! Pas plus qu'il n'y a les évangiles révolutionnaires avec un Jésus-Christ premier communiste, il n'y a le coran subversif avec un Mahomet prêchant la lutte de classe!

Laïcité !
Idem en ce qui concerne la laïcité. Nous raconter que l'islam qui sera enseigné aux jeunes sera respectueux de la laïcité, c'est méconnaître sciemment que fondamentalement, aussi bien le christianisme que l'islam ou d'autres, les religions cherchent à s'imposer et à couvrir l'ensemble de la société. C'est en fonction du rapport de force institué par les libres penseurs, les athées, les laïcs, qu'elles font mine de s'adapter, qu'elles tolèrent la liberté de conscience.
Qu'on leur laisse la bride sur le cou et gare!
La calotte a toujours en poche la boite d'allumettes pour embraser les bûchers !
Alors, en fonction de l'influence qu'elles exercent sur la société, les religions adoptent plus ou moins profil bas, mettent plus ou moins de l'eau dans leur vin. Effectivement, à l'aune de la société française, la religion musulmane est très minoritaire, et il ne s'agit pas de hurler avec les lepénistes que Marianne va bientôt porter un tchador, mais tout simplement de constater qu'elle est par contre largement majoritaire dans la classe ouvrière immigrée, et c'est là qu'est le danger (voir communatarisme).
Illusion aussi de penser que tous les efforts entrepris, notamment par les femmes, pour sortir de leur rôle d'éternelles mineures voulu par le prophète, seront soutenus par des religieux qui ont tendance, surtout quand ça les arrange, à prendre tout au pied de la lettre. Et dans le genre cultiver le machisme, ils savent faire. En faisant de chacun-chacune un dominant et une dominée, le coran (et les autres livres sacrés) s'opposent à toute idée de libération des individu (e) s! Et par-delà les querelles de chapelle, les déistes de tout poil savent faire l'union sacrée (combat contre la contraception et le contrôle des naissances, contre l'émancipation des femmes, la libération homosexuelle etc.), là-dessus, on peut leur faire confiance!
Vachement sympa pour les beurettes, déjà que c'était pas facile pour elles, entre les traditions de la famille musulmane, le père et les grands frères, si en plus il y a des mollahs et leurs affidés à chaque coin de rue, c'est pas ainsi que ça va s'améliorer.
Quant à oser prétendre qu'avec l'Islam on peut faire reculer l'échec scolaire, parce que c'est une religion qui soit-disant défend le savoir et les sciences, il fallait le faire! Mais d'un Galilée condamné aux créationnistes américains, des médecins et algébristes arabes suspectés de sorcellerie aux talibans rétrogrades et analphabètes, toute l'histoire des religions crie le contraire!

Mauvais coup
C'est donc un bien mauvais coup qui est porté par l'État contre la population immigrée dans toutes ses dimensions. Lutter contre la fleuraison des mosquées n'est pas une tâche aisée, de même que lui faire prendre conscience du piège qui est tendu.
Vu le racisme ambiant, et sachant que ceux qui se mobilisent contre la construction de mosquées sont encartés à l'extrême droite, le risque est grand, au nom de la lutte antiraciste, à se retrouver à devoir défendre ces dernières, car il n'est pas question de faire des alliances contre-nature !
En ce qui concerne les anarchistes, qui luttent contre toutes les religions, on ne peut nous soupçonner du moindre racisme mais... A cela s'ajoute la recherche des racines d'une jeunesse balançant entre deux mondes, la volonté de redécouverte culturelle, or la laïcité touche peu de pays musulmans et l'islam y est partie intégrante de l'art et de la culture. Sans oublier le rejet de l'occident, la diabolisation de certaines valeurs parce que liées à ce qui est inaccessible pour toutes tes victimes de la pauvreté. Puisque je n'ai pas les moyens d'avoir tel ou tel objet, de vivre de telle ou telle façon, je décrète que ce n'est pas bien, que c'est impie...
La frustration provoque des réactions irrationnelles. Les religieux jouent sur du velours et sont experts en manipulations. Les manifs au Maroc sur la modification du statut de la femme doivent nous alerter sur ce problème : c'est dans les couches pauvres qu'ont été massivement recrutés les " anti-progrès ", c'est dans les classes aisées et cultivées qu'on retrouve les pro.
Raison supplémentaire d'être vigilant.
Détourner la colère et le ressentiment des jeunes vers des boucs émissaires soigneusement choisis est une grande spécialité religieuse. Notre travail consiste donc à ne pas laisser l'État enfermer dans un ghetto culturel et moyenâgeux toute une frange des classes populaires.
Ce dernier sait pertinemment que laisser le terrain aux sectateurs d'Allah, c'est aller au rebours de l'intégration et, malgré ses beaux discours laissant entendre le contraire, il a fait son choix: du moment que rien ne bouge et ne dépasse dans les cités, il s'en lave les mains. D'une certaine façon, on pourrait presque dire que ça arrange bien le patronat: plus la classe ouvrière est divisée, meilleur c'est pour lui. En ce sens, la religion aura encore joué son rôle de véritable poison pour tous les travailleurs.
Il est impératif de faire comprendre à la jeunesse immigrée que ce ne sont pas les recteurs de mosquée et autres savants docteurs de la foi qui vont lui donner du boulot (uléma, c'est pas encore reconnu dans les conventions collectives), que ce n'est pas grâce à la prière qu'elle aura une vie décente, que ce n'est pas l'appel du muezzin qui fera tomber les murs invisibles mais ô combien réels du ghetto.
En bref, elle n'a strictement rien à gagner à se laisser séduire par la danse du ventre des barbus!

Éric Gava - Groupe de Rouen
Ecrit par libertad, à 22:40 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  Anonyme
05-10-02
à 10:55

Contre l'obscurantisme ou le clair-obscurantisme: Croyants et (ou) non-croyants même combat.

Excellent article sur l'obscurantisme religieux. Il nous ferait oublier, un tant soit peu (grâce à nous quand même les libertaires libertistes), l'obscurantisme laÏque et contradictoirement du "libre penseur". La vision absolutiste (totalitaire) ou relativement absolutiste (autoritaire) du monde social, religieux... nous la(les) rencontrons autant chez les croyants que chez les non-croyants aveuglés (entre autres) par l'angoisse de la mort, aliénés par la recherche d'un Absolu qui n'existe pas et qui n'existera jamais (n'en déplaise aux totalitaires, aux autoritaires et aux libertaires totalitaristes ou autoritaristes) dans notre monde de la Relativité. Pour vous en convaincre lisez (entre des milliers d'autres et avec une vision absolument relativiste du monde social, religieux...) le livre "l'Unique et sa propriété" de Max STIRNER (son nom n'a d'importance et de valeur que pour les ignorants. Seule son oeuvre est "transcendante" car elle émane de l'Inconnu et (ou) de l'Expérience empirico-rationnelle. Comprendra qui pourra et (ou) voudra). A+
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom