L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Monte Verità, 1900-1920 : une “communauté alternative”

Préambule sur Monte Verità

[Ci-contre : Portrait de la survivaliste Lynx, in : Rencontres hors du temps, Éric Valli, La Martinière, 2011]

Pour cette entrée, étape à Ascona, au Tessin. Cette région italophone de la Suisse garde un caractère de lieu-charnière de l’Europe, aussi bien pour sa position géographique que par son inscription historique. Carrefour entre le Nord et le Sud de l’Europe, penchée sur la partie méridionale des Alpes, elle est avant tout renommée pour la beauté de ses paysages montagneux et de ses lacs. Mais elle est, en même temps, une région qui a participé aux grands événements de la turbulente histoire européenne du XXe siècle : elle incarne en effet le lieu géographique où ont convergé nombre d’utopies sociales et politiques, de renouvellements philosophiques, de créations de liens et de rencontres artistiques et scientifiques entre Occident et Orient. C’est ici que jadis, des intellectuels dansaient nus, suivaient un régime végétalien, écrivaient et philosophaient, sans cesse en quête de nouveaux modes de vie. C’est ici que les premiers poèmes dadaïstes ont vu le jour, que Hermann Hesse a vécu un temps dans une grotte et que poètes et penseurs devisaient avec des anarchistes russes à propos d’un mode de vie végétarien, du pacifisme, de l’anarchisme ou de la danse expressionniste. En quoi ce lieu fut-il révélateur d'une crise de la conscience européenne ? En quoi peut-il transcender ce que JC Lemagny intitule sur le plan de l'imaginaire une « étendue rêveuse », c'est-à-dire une aire « habitée, hantée, par un esprit invisible, l'esprit du lieu, genius loci », pour constituer un topos historique et spirituel ?

Lire la suite ici

Ecrit par libertad, à 17:19 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom