L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Les vies Européennes ont toujours eu plus d'importance que les autres
--> par AJAMU BARAKA
“les civilisés” ont créé les misérables, très froidement et délibérément et ils n'espèrent pas changer l'état des choses ; ils sont responsables des massacres et de l'asservissement de ces misérables ; ils font pleuvoir des bombes sur les enfants sans  défense quand et où ils décident que leurs « intérêts vitaux » sont menacés et ils considèrent comme sans importance s'ils torturent un homme jusqu'àla mort ; ces gens-là ne doivent pas être pris au sérieux quand ils parlent de la sacralité de la vie humaine, ou de la conscience du monde civilisé.
– James Baldwin

J'ai souvent été le témoin du spectacle de l'arrogance eurocentrique tout au long de mes nombreuses années de lutte et de résistance contre la domination et la déshumanisation. La version du 21ième siècle du grotesque « fardeau de l'homme blanc » selon laquelle la communauté (c'est à dire l'Ouest) aurait une responsabilité morale et légale de « protéger » en est un exemple courant ; l'acceptation généralisée pour beaucoup en Occident suivant laquelle leurs gouvernements ont le droit de faire la guerre en permanence contre les « autres » pour maintenir l'ordre international en est un autre.

Et pourtant, je pensais avoir tout vu, et je me trouve confronté aujourd'hui à la réaction contre l'attaque à la revue raciste et islamophobe Charlie Hebdo. Même si je ne devrais pas être surpris, je reste abasourdi devant l'auto-centrisme et la suffisance de l'arrogance occidentale.

Les millions qui ont manifesté dimanche ont affirmé marcher en solidarité avec les victimes de Charlie Hebdo et contre le terrorisme. Les dirigeants politiques de toute l'Europe, d'Israël et d'ailleurs s'y sont mis aussi – alors que le même week-end on a appris que quelque 2000 nigérians auraient perdu la vie, à cause de Boko Haram, un autre groupe islamiste extrémiste .

Sûrement, il aurait dû y avoir une expression de solidarité avec les survivants du Nigéria lors d'un rassemblement dédié à l'opposition au terrorisme et à la sacralité de la vie. En fait, d'après ce qu'en dit la presse occidentale, tout s'est passé comme si ces massacres n'étaient jamais arrivés

Il est claire que la manif avait un autre but et qu'elle traitait d'autres préoccupations. Les français se sont mobilisés pour se défendre contre ce qu'ils considéraient comme une attaque à la civilisation occidentale. Et pourtant, les événements de Paris n'avaient pas besoin d'être vus comme une attaque existentielle contre les valeurs imaginées de l'Ouest blanc et libéral. Placer cette attaque dans son contexte et la relier à quelques connexions d'ordre politique aurait pu être utile dans leur recherche de compréhension de ce qui arrivait à leur pays, en dépassant leur ralliement à un chauvinisme racial.

Cette attaque aurait pu lancer une conversation honnête sur la vie des musulmans dans la France d'aujourd'hui et confronter la politique française dans plusieurs pays musulmans et arabes. Cela aurait permis d'examiner la relation entre la montée de l'islamisme radical et l'action croissante de plusieurs secteurs des services secrets français. Une discussion ouverte l'aurait révélée comme la réaction classique due à la militarisation du whahabisme radical au service de l'occident jusqu'à ses derniers avatars en Syrie. Mais de telles idées ne sont jamais vraiment débattues en profondeur.

Je Suis Charlie : les vies européennes ont toujours eu plus d'importance que les autres

Le slogan 'Je Suis Charlie' ressemble à l'un de ces messages publicitaires qui font appel à l'inconscient et à l'irrationnel ; pourtant, il évoque quelques éléments de référence culturelle, des sens qui vous font désirer d'acheter un certain produit, ou comme ici, de vous identifier à une civilisation imaginée. Peu importe que la supériorité supposée de la civilisation occidentale soit fondée sur des mensonges et des mythes, elle est aussi la base d'une identité inter-classiste, transnationale, blanche.

L'identité blanche est si profondément inculquée autant que rendue invisible qu'elle n'est pas perçue comme aussi essentielle que pour les gens de couleur, elle est simplement 'humaine'. Et, comme nous l'avons réalisé ce week-end et dans tout le monde colonial, le fait d'être blanc n'est pas que la particularité raciale ou nationale de quelqu'un.

Il n'est pas nécessaire dans ce court essai de s'attaquer à la nature contradictoire de la conscience européenne pour comprendre que cette conscience est complètement détachée de sa pratique et percevoir que pour beaucoup de gens dans le monde l'hégémonie européenne des 500 dernières année apparaît comme un interminable cauchemar.

Pourtant, pour tous ces peuples qui croient en la simple affirmation que la vie des noirs est importante et que le 'progrès racial' sera réalisé grâce à des réformes législatives issues d'une meilleure compréhension des causes des pratiques raciales discriminantes, cette expression brute de la solidarité blanche et de leur vie privilégiée devrait résonner comme un sonnette d'alarme.

L'humanité et la culture des Arabes et des musulmans ont été dénigrées en France pendant des dizaines années. La pleine reconnaissance de l'humanité des Arabes et des musulmans n'est pas venue gratuitement - les Arabes et les musulmans sont supposés s'assimiler, copier le style de vie des français, adopter leurs valeurs et la vision du monde de leurs protecteurs cosmopolites. Les plus anciens des colonisés ont dû se soumettre à ce rituel dégradant, mais les nouvelles générations voient cette exigence comme l'affrontement colonial qu'elle est, contre leur personne, et elles ont résisté .

C'est un tel arrogant manque de respect pour les idées et la culture des peuples non-européens qui ont conduit les français à bannir le port du niqab et autres voiles des femmes musulmanes – un exemple parmi d'autres du traitement discriminant généralisé des Arabes et des musulmans en France. Dans ce contexte, le mépris effronté de Charlie Hebdo pour une autre religion, protégé par l'engagement absolu à la liberté de parole qui leur accordait une immunité complète, se trouve maintenant exacerbé par la campagne du 'je suis Charlie' orchestrée au nom des valeurs de la civilisation occidentale libérale.

Ce que cela veut dire pour beaucoup d'entre nous dans la communauté noire, c'est que 'je suis Charlie' est devenu une formule lapidaire pour justifier l'effacement des non-européens, et pour ignorer les sentiments, les valeurs et les perspectives de « l'autre » racialisé. En bref, 'Je suis Charlie' est devenu un arrogant cri de ralliement pour la suprématie blanche qui faisait écho à la manifestation pour le pouvoir blanc dimanche, à Paris, et à la popularité du prochain exemplaire de Charlie Hebdo.

Un cadre éthique équitablement partagé dans le système de la suprématie blanche, capitaliste/coloniale est impossible. Profondément ancré dans la psyche européenne et dans les contradictions de ses traditions “humanistes”, qui était considéré comme pleinement humain était une opinion relative, tout comme l'égalité a toujours été un concept nuancé.

Le cadre éthique contradictoire qui forme le point de vue des parisiens se fonde sur la division coloniale de l'humanité qui a émergé du mouvement humaniste libéral du 18ième siècle. Cette tradition permettait à l'humanité d'être divisée entre ceux qui étaient considérés comme pleinement humains avec des droits qui devaient être respectés et ceux qui étaient des non-êtres. Ces non-êtres pouvaient avoir leurs terres saisies, ou ils pouvaient être asservis et assassinés à volonté .

La valeur de la vie pour les blancs passe par dessus celle de tous les autres. Elle fait partie des éléments fondamentaux de la suprématie blanche, mais elle ne se limite pas à tous ceux que l'on peut définir comme des blancs. C'est comme cela que personne ne s'occupe des familles qui pleurent leurs proches au Nigéria et que personne ne manifeste en leur faveur. C'est comme cela que la violence anti-musulmane et anti-arabe s'est déchaînée en France et que la seule mention dans la presse occidentale traite de la frayeur de la communauté juive. Et c'est pourquoi, après l'attaque de Baga, les autorités nigérianes sont restées globalement silencieuses jusqu'à ce que le président Goodluck (Nigerian President Goodluck) fasse publier une déclaration sur le terrorisme, où il condamnait avec vigueur l'attaque de Paris !

Texte original récupérable sur : http://www.counterpunch.org/2015/01/15/european-lives-have-always-mattered-more-than-others/

Traduit par : Borogove

Ajamu Baraka peut être contacté sur : www.AjamuBaraka.com

Ecrit par libertad, à 07:15 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom