L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

LE VOTE OBLIGATOIRE MESURE ANTI DEMOCRATIQUE
« Vous n’aimez pas notre soupe ?... On va vous obliger à la bouffer ! »

On devait y arriver. Les politiciens,affolés par le discrédit dont ils sont l’objet et qui se matérialise, lors des farces électorales, par un taux d’abstention qui n’en finit pas de monter, se doivent de « sauver la face ». Ils le font de la pire des manières qui soit.

Le vote obligatoire est à l’ordre du jour. « Le peuple ne veut pas participer à la comédie du pouvoir,… et bien on va l’y forcer ». Toute la classe politicienne va évidemment se retrouver, avec plus ou moins de nuances, autour de cette infâme et ridicule décision.

La généralisation de l’abstention grignote peu à peu ce qui fait que l’élu, le politicien, peut justifier sa place et ses privilèges : la légitimité. Celle-ci fond comme neige au soleil, même si tout a été fait, en ignorant l’abstention et les votes blancs, pour ne la fonder que sur les bulletins exprimés. On croit de moins en moins dans les discours mensongers des politiciens et on en tire logiquement la conclusion : à quoi bon se déplacer pour rien ? Car c’est bien de rien dont il s’agit. La seule expression citoyenne étant le vote, et celui-ci n’ayant plus aucun sens, on s’abstient. Finie la fable du « pêcheur à la ligne » censée expliquer l’abstention. Aujourd’hui, cette abstention est éminemment politique,…résultat d’une dégénérescence du système de représentation et de l’engeance politique qu’elle produit ; la classe politique ne peut pas le reconnaître, sinon à reconnaître qu’elle a fait faillite et que le système qui la soutient –comme la corde soutient le pendu – n’a plus de démocratique que l’apparence et le nom. 

Les bureaucrates politiciens qui nous gouvernent n’ont bien évidemment aucune intention d’essayer de comprendre le « pourquoi ? » profond de l’abstention. Répondre à cette question c’est remettre totalement en question, leurs compétences, leurs idéologies, leurs intérêts. C’est mettre à nu tout un système de mystification, de manipulation, de népotisme, de favoritisme, de trahison, de mensonges, de corruption. Ils préfèrent, démagogiquement, faire allusion au souci de « relancer la vie démocratique »( ?) en « incitant les citoyens à participer » ( ?)… Autrement dit en essayant de rendre l’ensemble des citoyens complices de leur propre cupidité et trahison. 

Le spectacle offert par ces faux-culs est affligeant. Car derrière tout ce cinéma médiatico-politique, se joue quelque chose de plus grave : le sens que l’on veut donner à la démocratie. Cette démocratie que l’on nous sert, n’est qu’un cadavre que les politiciens essayent de farder pour nous faire croire qu’il est vivant. 

Accepter le vote obligatoire constitue l’ultime capitulation de la citoyenneté.

17 avril 2015                                                                                                                    Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 19:19 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom