L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Le terre-paille
Lu sur Architecture sauvage et autoconstruction : "Comme son nom l'indique, le terre-paille est un mélange de terre et de paille utilisé en remplissage de murs comme isolant écologique.<Comme la majorité des isolants, ce n'est pas un matériau porteur, il y a donc besoin d'une structure qui assure la rigidité de la construction, une structure bois de préférence.Ses qualités? Le prix des plus bas voire gratuit de ses constituant, la vibration propre du matériau, la possibilité d'être réalisé sans compétence particulière.Ma compétence dans ce domaine étant limitée à une réalisation, je réunis ici les informations issues de divers constructeur et en particulier de Jean-François Burri qui l'a utilisé abondamment dans ses maisons. Bien qu'une partie importante de leur savoir faire soit difficile à communiquer dans un texte car il résulte de leur pratique.Contrairement au torchis, il ne semble pas que le terre-paille ait été utilisé dans la construction traditionnelle. Terre et paille Quelle terre convient? Une grande variété pourvu qu'elle contienne de l'argile. Plutôt quelle ne convient pas? La terre de surface (terre végétale), l'argile pure, une terre trop sablonneuse. Donc si vous faites un terrassement pour implanter votre construction, séparez la terre de surface à utiliser pour les endroits à cultiver de celle du soubassement à utiliser en construction (briques de terre crue, torchis, terre-paille). S'il y a trop d'argile, on peut rajouter du sable. Pailles de blé, d'orge, de seigle conviennent, ou tout autre végétal dont les tiges enferment de l'air (lavande, chanvre,..). La paille ne doit pas être hachée mais telle quelle au sortir des bottes. La barbotine Il faut obtenir une boue très liquide pour imprégner la paille. Tamisez la terre si elle contient des cailloux pour éliminer ceux de plus de 5 mm (environ). La verser en pluie dans de l'eau. Bien agiter. Dans quel récipient? Un seau ou une bassine pour une petite quantité, une vielle baignoire ou comme JFB une buse en ciment. Comment bien mélanger? Au malaxeur à peinture sur une perceuse (elle va travailler) ou un agitateur bricolé avec un moteur électrique. Agiter abondamment pour obtenir un jus bien homogène. On peut aussi ajouter de la bouse de vaches. Comment juger des bonnes proportions? Selon Alain Klein, on remplit un petit pot de yaourt en verre, il doit s'étaler sur un cercle de 10 cm de diamètre si on le verse sur une vitre horizontale. S'il y a trop d'eau, il s'étale davantage, donc on rajoute de la terre. Ou inversement. Le mélange On verse la barbottine sur un tas de paille tout en la retounant avec une fourche (plusieurs personnes sont les bienvenues) Quelle quantité? Assez peu, disons un seau ou deux pour une botte de paille rectangulaire. Moins on met de boue, plus le matériau sera isolant mais moins il aura de rigidité. Il faut qu'en la remuant la paille crisse encore un peu, donc on juge à l'oreille. Bien tourner et retourner pour homogénéiser le mélange. Laisser reposer 24 heures en tas ou au moins une nuit pour laisser la paille s'imprégner. Donc sur un chantier on prépare le soir la quantité à mettre en oeuvre le lendemain. Enduire aussi l'intérieur de la structure bois avec de la barbottine pour éviter un décollement futur entre bois et terre-paille. Mise en oeuvre Remuer une dernière fois la paille, en prendre des paquets et remplir l'espace entre des banches (des planches ou des panneaux) en essayant d'aligner les fibres perpendiculairement aux banches (dans le sens de traversée du mur- enfin à peu près). Et de temps en temps une couche en sens opposé. Bien tasser chaque couche à mesure, surtout dans les coins, éventuellement tasser en montant dedans. Quelle épaisseur de mur entre banches? Pour une isolation correcte, comptez entre 20 et 30 cm selon la densité du mélange. Chaque 30 à: 60 cm de hauteur, on peut mettre un tasseau en longueur au milieu du mur pour le rigidifier. Faites une hauteur de 50 cm environ puis remontez les banches. La surface du mur mettra quelques jours à sécher. Retouches et finition Le mur est bien sec en quelques semaines. Il se peut qu'il y ait un tassement du matériau avec un vide en haut du mur. Donc on rebourre avec ce même mélange. Si le mur est abrité de la pluie, on peut le laisser tel quel, surtout s'il est dense en terre. Ou l'enduire de barbottine en plusieurs couches (enduit de terre). faire bien renter la première couche entre les fibres. Laisser sécher entre chaque couche pour que la suivante bouche les fissures. S'il y a beaucoup d'argile dans la terre, on peut rajouter un sable fin pour prévenir les fissures. Ou mettre un crépis de sable et chaux aérienne coloré ou non de terre. Idem pour l'intérieur. Pour finir Bien qu'il y ait beaucoup de paille, le terre-paille est un marériau des plus rigides pouvanr servir de contreventement de structures. Pour enlever sa cabane illégale JF Burri l'a sciée en deux à travers le terre-paille pour transporter chaque moitié avec une pelle mécanique: il a du utiliser une puissante disqueuse. Et même une de ces moitiés est tombée dans le transport sans casser ou décoller le remplissage. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le terre-paille est insensible au feu -faites donc un essai au chalumeau- et les rongeurs ne peuvent y pénétrer. Un seul point négatif - et c'est fréquent avec les matériau gratuits- : la préparation et mise en oeuvre sont assez longues, donc c'est adapté à l'autoconstructeur qui a du temps et reviendrait assez cher en payant la main d'oeuvre au tarif professionnel.

Selon la quantité de terre densité 0,3 à 1,2 (0,9 à 1 pour JFB) coefficient de conductivité thermique estimé 0,1 à 0,45

mis en oeuvre par J.F.Burri".
Ecrit par libertad, à 15:04 dans la rubrique "Ecologie".

Commentaires :

  Lecourt
13-02-06
à 11:14

bravo

j'ai eu l'immense plaisir de rencontrer Jean-Francois, un homme a la frêle alure mais au moral innébranlable, doté d'un grand sens de l'humour et d'une humanitée a toutes épreuves. Cet article me montre une nouvelle fois quel homme formidable il est. Partis de quasiment rien, il est arrivé a tout, allant de rêves en ambition, d'actions en épreuves, de difficultées en resultats. Le parcour de sa vie l'a enrichi d'experiences et de rencontres, il est aujourd'hui un exemple de ce a quoi l'homme, s'il n'avait pas perdues les valeures fondamentales qui ne faisaient pas de lui une bête, aurait du ressembler. Ce commentaire n'a peut etre pas lieu d'etre ici, mais c'est le seul endroit que j'ai trouver pour lui temoigner de toute mon admiration et toute ma reconnaissance. Merci
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom